image
image
image

Votre IP : 54.91.203.233
Dernier ajout : 14 novembre
Visiteurs connectés : 21

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > Livres > Les routes maritimes antiques en Méditerranée

Rubrique : Livres

__________________________________________________________________________________________________________________

Les routes maritimes antiques en MéditerranéeVersion imprimable de cet article Version imprimable

Publié 24 octobre, (màj 24 octobre) par : yoruk   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail {#TITRE,#URL_ARTICLE,#INTRODUCTION}

Mots-clés secondaires: cartographie , Voiles_carènes_et_gréements , Traditions_cultures


Les routes de la navigation antique


Itinéraires en Méditerranée

 
par PASCAL ARNAUD
© Editions Errance, Paris, 2005
7, rue Jean-du-Bellay 75004 Paris
Tél. : 01 43 26 85 82
Fax : 01 43 29 34 88
ISBN : 2 87772 314 3

La mer n’est jamais domptée par l’homme. Le marin promis à une longue vie est celui qui cède à la mer lorsque elle se fâche pour mieux lui survivre et qui en toute circonstance saura exploiter ses cadeaux et ses faiblesses. La combinaison des savoirs accumulés, des attentes des navigateurs, des progrès techniques et des conditions naturelles a défini des routes et a façonné un espace-temps original, que les thalassocraties antiques ont tenté de maîtriser à leur profit.

Ce sont ces routes et ces espace-temps de la navigation antique qui font l’objet de cet ouvrage. L’auteur, y décrit :

  • Dans une première partie, trois chapitres introductifs où sont présentées et discutées
    • Les origines des routes maritimes : les mers, les bateaux et les hommes
    • La contribution des géographes anciens à la construction de l’espace-temps de la navigation antique
    • L’influence de la vitesse sur la segmentation des routes et des temps de parcours en Méditerranée antique
  • Dans une seconde partie, les routes sont présentées individuellement d’Ouest en Est, par bassin de navigation. Routes représentées sur des cartes sectorielles associées.
    • Pour la Méditerranée occidentale : les grandes traversées, et le cabotage hauturier et itinéraires côtiers pluri-journaliers corrélés aux itinéraires hauturiers
    • Pour la Méditerranée centrale : la même segmentation rapportée aux zones de navigation au sud du canal d’Otrante, et à l’Adriatique
    • Pour la Méditerranée orientale : toujours la même segmentation appliquée aux relations Nord-Sud, et aux transversales Est-Ouest, et pour cette zone complexe : le cabotage, solution alternative aux flux dominants traitant de la mer Égée, de la côte asiatique et des détroits (Propontide)

 

Pour lire le PDF, consulter les pages de la fenêtre pop-up ci dessous

Pour télécharger le PDF, cliquer le lien au dessus de la fenêtre (attention : 7 Mo)

Télécharger ce document, taille 6.5 Mo Document (PDF – 6.5 Mo)

 
Liens utiles

Remerciements

Il y a 1 documents disponibles.


1  
6.5 Mo  
arnaud-routesnavantiques2005.pdf
UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

2 Messages de forum

__________________________________________________________________________________________________________________

__________________________________________________________________________________________________________________

  • 25 octobre 09:00, par yoruk écrire     UP Animateur

    La saisonnalité des activités portuaires antiques en méditerranée (auteur : Hélène Rougier)

    Pour P. Arnaud : « n’allons pas croire que des saisons entières se traduiraient par une désertification de la surface des mers, comme on se l’imaginait parfois sur la base d’une conception erronée de la notion de « mer fermée »

    En fait, il fallait adapter l’état des navires aux conditions météorologiques hivernales, et attendre qu’elles soient favorables. S’agissant d’activités essentiellement mercantiles ou militaires, les options étaient facilitées par des primes tarifaires, ou des choix stratégiques. Les routes pouvant être directes si la météo le permettait ou le cabotage, dans tous les cas, il fallait être capable d’attendre...
    Finalement, on connait les mêmes conditions de nos jours, on peut naviguer en Méditerranée l’hiver, il faut juste attendre les conditions favorables et trouver des abris...

    Répondre à ce message

  • 27 octobre 12:50, par yoruk écrire     UP Animateur

    Réplique d’un navire, bon exemple du type de bateau de l’époque mycénienne (1100 à 1600 av JC) Ref Wikipedia sur la cité engloutie de Pavlopetri, juste à l’ouest du cap Maléa, à toucher l’île d’Elafonisos, donc fatalement sur les routes maritimes antiques méditerranéennes.

    JPEG

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

UP

Copyright et informations légales