image
image
image

Votre IP : 54.198.210.67
Dernier ajout : 23 novembre
Visiteurs connectés : 15

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > Livres > Aux 4 vents de l’aventure. Tome 1 Le défi au Cap Horn

Rubrique : Livres

__________________________________________________________________________________________________________________

Aux 4 vents de l’aventure. Tome 1 Le défi au Cap HornVersion imprimable de cet article Version imprimable

Publié Novembre 2011, (màj Novembre 2011) par : michelr   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail

Aux 4 vents de l’aventure. Tome 1 Le défi au Cap Horn

Marcel Bardiaux
Editions Flammarion 1958
Diverses rééditions en particulier chez Arthaud


Marcel Bardiaux, né en 1910, a connu une enfance matériellement difficile. Grand sportif il est champion de France et d’Europe de kayak et fait avant 1940 un tour d’Europe de 13.000 km en kayak par le Danube et la Mer Noire. En 1943 il commence la construction d’un sloop.

Il quitte Paris par la Seine en janvier 1950 mais son bateau est loin d’être totalement aménagé. La mise au point lui prendra 20 mois et ce n’est qu’en septembre 1951 qu’il entame la traversée de l’Atlantique à partir de Dakar. Il touche Rio de Janeiro fin octobre. Il entreprend alors de descendre vers le Sud fastueusement reçu en Uruguay et en Argentine.

Ses longues escales le conduisent en Patagonie au début de l’hiver Austral. Son bateau est retourné et fait un tour complet dans le détroit de Lemaire ce qui ne l’empêche pas de poursuivre sa route. Trop fort n’a jamais manqué !!

Il vire le cap Horn le 12 mai 1952 puis remonte la côte chilienne par les canaux de Patagonie. Il est à nouveau extraordinairement accueilli, par les autorités chiliennes cette fois-ci. Marine et aviation se le disputent. De longues escales vont lui permettre de remettre en état son voilier et il ne quitte le Chili que le 4 avril 1953 pour Tahiti où il arrive le 17 mai.

On a souvent dit que Marcel Bardiaux avait mauvais caractère. Son récit fait sentir qu’il s’emporte facilement, surtout face aux administrations. Les nombreuses amitiés qu’il noue au fil des escales, il en fera 542 dans son tour du Monde, témoignent de facettes très attachantes de sa personnalité. Elles colorent ce récit qui est avant tout le récit d’un fantastique exploit nautique à une époque où aucune aide électronique n’existait.

UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

Répondre à cet article

UP

Copyright et informations légales