image
image
image

Votre IP : 54.196.10.71
Dernier ajout : 26 juillet
Visiteurs connectés : 187

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > OpenCPN > Tutoriel OpenCPN > Tutoriel OpenCPN pour Androïd

__________________________________________________________________________________________________________________

Tutoriel OpenCPN/AndroidVersion imprimable de cet article Version imprimable

Publié Octobre 2015, (màj Novembre 2016) par : yoruk   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail

Mots-clés secondaires: cartographie

OPENCPN POUR ANDROID

Table des matières


INTRODUCTION

La première version stable : v 1.0.0, vient de sortir. Payante, on peut la télécharger sous Androïd, en cherchant sur Google Play Store, avec cette orthographe, et en respectant la casse : OpenCPN. Téléchargement du programme

Payante, elle coutera 10.52 euros. Payante, elle sort du monde Open Source d’où elle vient, ce qui pose quelques problèmes. Issue de la dernière beta version PC (v4.1.925), où elle était lisible par Windows, Linux et Mac OS, elle devient dépendante du seul Androïd, avec des limites. Les mises à jour seront gratuites

  • Seules les dernières versions Androïd peuvent la télécharger : v 3.0 et supérieures (de mémoire)
  • Dédiée aux smartphone et aux tablettes sous Androïd, son utilisation sera bridée par les normes de communication de ces produits, avec un manque criant de moyen de communication filaire, un seul port mini USB dans le meilleur des cas. Il faudra passer par WiFi ou BlueTooth pour communiquer avec les périphériques, ce qui peut complexifier la communication, en imposant un multiplexeur NMEA WiFi.
  • Réclamée à cor et à cris par beaucoup de navigateurs débutants ou manquant d’expertise informatique, sa fausse simplicité peut amener à des déceptions
    • Pas d’aide spécifique sur le logiciel, on ne trouve que l’aide de la version classique pour PC, ce qui induit la nécessité de déjà connaître l’usage d’OpenCPN sous PC, pour trouver intuitivement, les réglages des paramètres d’utilisation
    • Paramètres complexes, intégrant la culture Androïd, mais surtout les réglages des échelles d’affichage des utilitaires et des objets affichables sur l’écran, qui devront varier en fonction de la taille de cet écran
    • Absence d’automatisation de touche MOB
    • Absence d’utilisation multitâche.
    • Absence criante de plugins, en particulier des plus efficaces : Grib 3.0, Dashboard 1.2 et GE2KAP. Les deux seuls présents : WMM 1.1 (gestion des déclinaisons) et ChartDownloader 1.2 (programme compliqué des gestion de la cartographie), présentent un intérêt très limité.
    • Absence de cartographie intégrée hors Amérique du Nord, le plugin S63 ne fonctionne pas, et les S57 du SHOM ne sont pas lisibles. Impossibilité de se créer un fond de carte personnel à partir d’un logiciel de création (GE2KAP). Pour ce faire, il faudra passer par une création sous PC et Windows.
    • Absence à ce jour de traduction, ce qui rend encore plus délicate la compréhension des instructions, surtout pour les débutants sur OpenCPN
    • Usage limité en navigation par le manque de facilité de rangement à bord, des smartphones et des tablettes, aggravé par la difficultés de saisie sur écran tactile. Par gros temps et gros doigts, c’est probablement rédhibitoire.
    • Quoiqu’on en dise, ces appareils sont d’un usage aléatoire dans un cockpit, surtout par gros temps, avec en particulier un gros problème d’étanchéité, de corrosion et de rechargement. La lecture au soleil peut aussi poser problème.
  • Il y a de nombreux avantages par rapport à la version PC
    • Reconnaissance instantanée du GPS intégré au smartphone ou à la tablette
    • Bien meilleure définition que sur les PC d’entrée de gamme
    • Grande fluidité
    • Coût plus abordable que pour un PC, mais, la dépense peut monter rapidement, si l’on quitte le domaine des entrées de gamme
    • Très bonne rapidité, en particulier pour l’accès à l’ouverture au démarrage.
    • Léger et portable, mais il faudra une couverture de protection
    • Econome en énergie
    • Gestion aisée des mémoires SDHC, complémentaires, pour un coût abordable
    • La version « Stylet » apporte une précision supérieure aux souris sur PC, et surtout au pointage au doigt, sur l’écran tactile.


MATERIEL

Pour mon exemple

  • SAMSUNG Galaxy Note 10.1 (2014) : 460 euros
  • Couverture de protection et de calage : 25 euros
  • Mémoire complémentaire SDHC 32 GB : 25 euros
  • Achat du logiciel : 10 euros

Soit environ un peu plus 500 euros, somme supérieure largement à l’achat d’un petit PC netbook, mais, qui ne rendra pas les mêmes services.
Enfin, il est aussi possible, d’utiliser un portable ordinaire classique de 15,4 pouces, on en trouve à 500 euros. Dans les deux derniers cas, pour l’alimentation, le meilleur choix est un convertisseur direct 12 volts- 19 volts que l’on trouve à des prix très abordable chez Nauticom à environ 30 euros ainsi que chez les fournisseurs électroniques classiques (Conrad, Seatronic, etc.). Faites attention lors du choix du connecteur à la polarité, qu’il faut vérifier avec un metrix. Nauticom : alim 12 v
Enfin il faut aussi garder en tête les risques présentés par les masses flottantes sur un port USB, voir ce lien PTP : risques de panne fatale avec un port USB

  • On peut trouver beaucoup moins cher, sans certitude de qualité
  • On peut trouver des écrans plus petits, sans certitude sur la qualité de la lecture
  • Enfin, il est recommandé (AMHA) d’acquérir un écran tactile équipé d’un stylet.

Interface NMEA : la solution élégante mais coûteuse d’un multiplexeur
  • Solution efficace pour gérer l’AIS. La sortie en port série de la VHF/AIS exige une liaison RS232 et un convertisseur de port COM/USB, pour connecter le PC. Ce qui est impossible avec une tablette ne disposant que de BlueTooth ou WiFi pour communiquer (le mini port USB est fragile et plutôt conçu pour l’alimentation)
  • Le fabricant hollandais ShipModul propose un mini multiplexeur répondant à ce besoin : MiniPlex-2Wi. Plusieurs options disponibles, gérant NMEA 0183 et SeaTalk :
    • 1123 MiniPlex-2USB/BT “USB and Bluetooth
    • 1125 MiniPlex-2Wi “WiFi and USB
    • 1137 MiniPlex-3Wi-N2K “WiFi and USB” gérant aussi NMEA 2000
  • La solution WiFi parait la plus simple à gérer, avec un port USB le multiplexeur pourra communiquer directement avec PC du bord et par WiFi pour les péréiphériques le pouvant, dont... la tablette. Onéreuse (350 euros) elle offre par contre une sécurité quand aux masses flottantes. Schéma, ci contre

Liens utiles


TUTORIEL

MàJ 29 octobre 2015

Téléchargement du programme
Nécessite Android 3.0 ou version ultérieure
Sur Google Store, vous trouverez deux versions proposées au téléchargement


Celle de Dave Register le fondateur et l’initiateur du programme OpenCPN, à l’époque sous Windows. Cette version est payante, dans l’esprit Google : 10 euros, et les mises à jours se feront automatiquement et gratuitement
  • Pour le paiement, il faudra être inscrit pour régler automatiquement par carte bancaire, pas d’autre moyen
  • Vous pouvez participer au programme de test : test OpenCPN/android
  • Puis chargez le Setup
  • Lancer l’ouverture du programme

Celle d’un groupe de dissidents, offrant une version gratuite du programme. On s’entre déchire à ce sujet, sur le thème bien connu : “Internet, les plumeurs et les plumés
Nous n’entrerons pas dans la querelle de savoir si pour 10 euros, Dave Register a trahi l’esprit Open Source. L’esprit Open Source, on le trouve dans la version 4.0.0 de Windows, Mac OS et Linux, version parfaitement aboutie.
  • pour cette version rechercher OpenCPN/android “Maison.Automatique


La page d’accueil standard

 
 

  • Etat de la carte active :
  • Indique quel type de carte est active à l’écran, et permet de choisir quel type de carte on souhaite afficher. Ici :
    • Une carte raster, en fusion/transparence, et au format .kap
    • Une carte vectorielle américaine
    • Les CM98 version 2011
       

 

  • Commandes interactives :
    • Très proches des commandes PC, mais limitées à cinq icônes. voir ce lien : PTP icônes clic
  • Centrage sur le bateau, fonctionne en mode ON/OFF. La commande est identique à celle de la version PC. Voir ce lien :PTP boutons cliquables
  • Activation de la trace, en mode ON/OFF, identique à la version PC, mais, impossible d’obtenir de surlignage de la trace. (octobre 2015)

  • Gestionnaire de route, trace, WP. Identique à la version PC, à l’exception de l’option Layers, qui est inactive pour l’instant (octobre 2015)
  • Outil création de Route, identique à la version PC, mais fonctionne très mal, du moins dans mon cas. Pour les besoins de ce tuto, j’ai du créer une route avec un PC, puis l’importer
  • Outil texte, affiche les textes pour les cartes vectorielles, en mode ON/OFF, identique à la version PC. Encombre très rapidement l’écran, qu’il faudra paramétrer, voir : Paramétrage Androïd des options OpenCPN

 

  • Etat du GPS
    • Comme pour l’affichage sur PC : vert = actif, rouge = inactif. Si la tablette ou le smartphone sont de qualité, la reconnaissance du GPS est automatique.

 

  • Barre des cartes
    • Comme pour la version PC, à ceci près qu’elle est en partie masquée, du moins dans mon cas. Là l’intérêt du stylet est primordial

 

  • Barre d’état des données de navigation
    • actuellement limitée au SOG, COG, échelle de la carte et taux de zoom, et FPS (Frame Per Secondes) vitesse de défilement des images

 

  • Barre des outils, extensible
  • Dans sa version réduite, elle permet de libérer de l’espace de lecture à l’écran pour les smartphones. En tapant dessus, avec un doigt, mieux avec le stylet, l’icone se développe pour ouvrir vers les options des outils
  • Cette option de réduction, ne s’activera qu’en fonction de l’activation de l’option d’auto extinction de la barre d’outil, dans l’onglet Personnaliser (User Interface)
  • Dans sa version étendue, elle montre à ce jour, les options de développement. Pour le moment (oct 2015) l’icone des options (dite à juste titre « Boite à outils »), le maigre dossier de l’aide (pratiquement rien et en anglais, et le plugin activé des déclinaisons, ce qui apporte peu, pour une lecture sur smartphone, voire sur tablette, dont la vocation est de se fier au GPS, plutôt qu’au cap compas. Enfin AMHA, comme disent les jeunes.
  • On ouvre la boite de dialogue des options de la barre des outil, par un “appui long” sur une des icônes, puis on coche ou décoche les options à la demande
    C’est une partie de trapèze pour contourner les limites d’affichage sur les smartphones. A noter et ce sera vu plus tard, que l’on peut occulter cet affichage et se limiter aux options basiques du logiciel.

 

Les outils Androïd

  • Outil accueil
    • Appuyer sur cette touche pour revenir à l’écran d’accueil, ou maintenir cette touche enfoncée pour ouvrir la liste des applications récentes

 

  • Outil retour
    • Appuyer sur cette touche pour revenir à l’écran précédent. C’est la méthode la plus pratique pour revenir sur des écrans en arrière, en séquentiel

 

  • Outil menu
    • Appuyer sur cette touche pour ouvrir la liste des options disponibles dans l’écran actuel. Lorsque OpenCPN est ouvert, cette touche ouvre une fenêtre d’option. voir ci-dessous

 

 
Show/hide Tides

  • Active ou désactive l’affichage des marées mondiales, à l’exception des marées françaises, merci le SHOM. Pour obtenir les marées sur les côtes françaises, voir le tutoriel PC : PTP les marées et les courants
    • La démarche sera la même : créer sous Androïd un répertoire spécifique où loger les fichiers de Merak56, puis les appeler depuis les options cartes => marées et courants de la boite à outils.
    • Cette option fonctionne en mode ON/OFF
    • Show/hide currents : active ou désactive l’affichage des courants mondiaux. Comme pour les marées. Il suffit qu’ils ait étés créé pour que les courants fonctionnent, en mode ON/OFF

 
Mark MOB :

  • C’est incroyable, que les concepteurs n’est pas prévu, ou alors ça m’a échappé, la création d’office, d’un raccourci pour déclencher cette alerte essentielle.
  • Deux Procédures :
    • Sous Androïd
      • Avoir OpenCPN à l’écran, GPS actif
      • Appuyer sur l’icône « Menu » en haut du cadre Androïd
      • Appuyer sur « Mark man Overboard », ce qui déclenche la procédure classique MOB d’OpenCPN sur PC. Voir ce lien : PTP fonction MOB
      • Pour désactiver la commande MOB : ouvrir le gestionnaire de WP, puis demander la suppression du WP « MOB », puis, valider une confirmation.
    • Dans la barre des menus d’OpenCPN
      • Par défaut La version Androïd limite la barre des menus à deux Icônes : Options (boite à outils) et Help. Cette présentation est modifiable comme pour la version PC, en encochant ou décochant les options ciblées
      • On ouvre la boite dialogue de la barre d’outil, en pointant (très difficilement) la barre restreinte.
      • Il faut alors encocher l’option MOB, puis valider
      • En ré ouvrant, la marque MOB est présente dans la barre, utilisable par un simple pointage, quelques fois difficile à réaliser... Ce qui peut poser un grave problème, et rajouter du stress au stress.
      • L’idéal serait quand même pour les développement à venir, de prévoir un bouton installé de façon permanente, avec les icônes interactives...

 


Switch to Google Maps
  • Ouvre sur une fenêtre Google Earth, et positionne l’icône du bateau, sur son point GPS.
    • Nécessite une connexion Internet, ou la présence de cette zone dans le cache Google Earth.
    • C’est une simple carte postale, identifiant le dessin de la côte. La route, la trace et les Way Points n’apparaissent pas
    • Pour le retour à l’affichage classique, faire « retour » par les commandes Androïd

 

 

Toggle « FullScreen »

  • Affiche un pseudo plein écran, plutôt bordélique. Pour en sortir : touche « Retour », ou touche « Menu » par les commandes Androïd ; en pointant le texte « FullScreen »

OpenCPN Settings
  • C’est l’équivalent de la boite à outil classique, retraité pour Androïd. Ce sera traité plus tard, avec le paramétrage Androïd des options OpenCPN

 
 
 
 

 

Les menus contextuels
On en trouve quatre : celui des cartes, celui des routes, des traces et des WP, que l’on obtient en maintenant le doigt ou le stylet sur un objet présnt sur la carte.


  • Menu Contextuel des cartes, huit options à ce jour (oct 2015)
    • Measure : bogué, ou inefficace, ou je ne sais pas faire...
    • Object Query, uniquement pour les cartes vectorielles, affiche les propriétés à l’endroit où l’on pointe la carte.
    • Drop Mark : dépose une marque ou un WP à l’endroit où l’on pointe la carte.
    • Naviguate To Here : créé une route depuis la position GPS du bateau, vers le pointage sur la carte.
    • Center View : centre la carte sur des coordonnées à saisir
    • Course/North Up Mode : passe alternativement de l’option d’orientation de la carte du sens de la marche vers le Nord, et inversement
    • Chart Group : affiche les groupes de cartes défini par l’option groupe de cartes de la boite à outils
    • AIS Target List : affichent la liste des cibles AIS détectées. Il faudra pour celà se connecter à un PC, lui même sous AIS classique, puis récupérer les phrases NMEA, par WiFi ou BT. C’est une parfaite usine à gaz : vers le tutoriel officiel,en anglais

 

Routes Traces Way Points
Pour les routes, on pointe un des segment de la route sur la carte, pour faire apparaître une fenêtre d’options ce sont les mêmes que pour la version PC. PTP:gérer une route La même chose pour les traces. PTP : gérer une trace La même chose pour les WP. PTP:gérer les WP

Transfert des fichiers GPX depuis un PC

Gérer et transférer des fichiers GPX sous android offre des particularités. En particulier, privés de ports USB pour la plus part, les tablettes devront communiquer par Wifi, Blue Tooth, ou Internet via des pièces jointes d’e-mails. La solution d’utiliser des cartes SD pour faire des transferts entre le PC sous Windows et la tablette sous android, comporte des risques : c’est du matériel fragile et il n’a pas été créé pour çà


Paramétrage Androïd des options OpenCPN
On y accède par la commande « Menu de la tablette » Trois options

 
 

  • Display ou Affichage, on accède au paramétrage des objets, comme pour la version PC, mais avec trois variables fondamentales
    • User Interface Scale factor : un curseur permet le réglage de la taille des fenêtres d’information, en fonction de la taille de l’écran su smartphone ou de la tablette
    • User Display Scale Factor : un deuxième curseur règlera lui aussi la taille des objets à l’écran
    • Expert Mode :
      • Encochée, elle affichera la barre des outils, permettant aux « experts » de développer leur savoir faire
      • Décochée, elle limite l’écran aux commandes interactives, à l’état de la carte active, et aux menus contextuels.
      • Pour retrouver de l’expertise, il faudra être expert et revenir par la commande « Menu de la tablette » à l’option Expert Mode, qu’il faudra encocher, puis revenir à OpenCPN par la commande « menu de la tablette », avant de recharger OpenCPN... ouf !!!

 
 


  • Charts.
    • Gère les options de chargement des répertoires de cartes à afficher
    • Gère les options d’affichage des cartes vectorielles

 


 

  • Connexion
    • Gère l’unique connexion du GPS si elle est intégrée au smartphone ou à la tablette

 
 

 

Paramétrage OpenCPN des options de la boite à outils


On retrouve toutes les options connues de la boite à outil de la version PC, avec quelques variantes, sans difficultés majeurs pour les « Experts »... Pour les débutant, voir ce lien. PTP : Options de la boite à outils

 

  • On notera qu’androïd permet de créer des répertoires de stockage dédiés pour les dossiers de cartes, ou les harmonics. Il suffit ensuite, après avoir appelé la fenêtre Chart Files de demander Add Directory (ajouter un répertoire de cartes), et de se laisser guider pour retrouver et ajouter les cartes souhaités
  • Charger des répertoires de cartes depuis un PC
    • Si la tablette ou le smartphone est pourvu d’une prise USB (et c’est vivement recommandé), en la connectant au PC, la tablette sera reconnue par l’explorateur Windows, qui permettra le transfert des fichier PC <=> Tablette.

 

Traitement des options de la boite à outils, sous OpenCPN

  • Dossiers Display (affichage )
  • Général
    • Affichage du mode de navigation : Nord vers le haut ou dans le sens de la marche du bateau (COG)
    • Décentrer la carte pour voir en avant du bateau
    • Activer l’affichage en mosaïque
    • Ne pas changer l’échelle lors d’un changement de carte
    • Activer le lissage panoramique
    • Zoomer en centrant sur le curseur
    • Afficher la grille
    • Afficher les profondeur
    • Afficher les bordures de cartes

 

 

  • Unités
    • Détermination des variables aux distances : mille nautique, mille terrestre américain, kilomètres ou mètres
    • Vitesse, en : noeuds, miles par heure, kilomètres/heures et mètres/seconde
    • Valeurs de Long/Lat en degrés, minutes, secondes, ou degrés, minutes décimales ou degrés décimaux
    • Utiliser des caps venant du compas magnétique, au lieu du GPS
    • Entrer les valeurs de déclinaison magnétique supposée

 
 

 


 
  • Options avancées
    • Cartes rasters obliques, afficher le nord vers le haut
    • Mosaïque, désactiver le plein écran
    • Supprimer le brouillage des cartes, quand le zoom est excessif
    • Supprimer le grossissement des objets vectoriel, quand le zoom est excessif
    • Période de mise à jour si le COG est vers le haut
    • Pondération des quantités de détails en relation avec le niveau du zoom
    • Choisir de verrouiller les Way Points, sauf si la fenêtre de l’un d’eux, est ouverte, et demander une confirmation
    • Confirmer la suppression des routes et des traces
    • Opter pour une largeur physique de l’écran
    • Utiliser la technologie OpenGL d’accélération graphique

 

 

  • Charts (cartes)
  • Charts files
    • Archive les répertoires des cartes, qui seront utilisées par OpenCPN. On archive toujours des répertoires, jamais des fichiers

 

  • Cartes vectorielles
    • Contenu affiché par les cartes vectorielles, quatre options : base (très peu de renseignements, mais très économique à l’écran, Standards et Tout, qui donnent des valeurs fixes intermédiaires, et Objets affichables, qui traduit bien un anglicisme portant à confusion : “Mariner’s Standards”. Cette option ouvre la totalité des objets affichables, que l’on peut cocher, ou décocher à volonté
    • Afficher les sondes
    • Afficher les informations relatives aux objets
    • Afficher le nom des feux
    • Afficher les caractéristiques des feux
    • Afficher les secteurs des feux par RollOver
    • Afficher le texte des cartes, dans la langue nationale de la carte
    • Afficher les textes importants seulement
    • Désencombrer le texte
    • Réduire les détail de la carte, à petite échelle
    • Style graphique de l’affichage : façon carte papier ou façon simplifiée
    • Délimiter les zones de cartes, en pointillé ou en crénelé
    • Définir le nombre de zones colorées (2 ou 4)
    • Définir les zones de hauteur d’eau (faible profondeur, profondeur de sécurité, eaux profondes)
    • Gérer le niveau de détail des CM93
    • Trier et choisir les objets à afficher, en les cochant ou décochant individuellement

 

  • Groupes de cartes
    • Dispatche les cartes présentes dans le dossiers des cartes (Charts files), dans différents groupes, créé à la demande et qui s’afficheront en pointant une carte sur l’écran. Ce qui permet depuis la carte à l’écran de changer de type de cartes, groupe, par groupe.
    • On peut panacher les dossiers de carte par groupe en fonction des besoins types de la navigation en cours.
      • Pour cet exemple, toutes les cartes (par défaut, les cartes personnelles, les CM93, les fusion/Transparence, les GE2KAP (en fait des Navionics issues de SASPlanet, des vectorielles de la NOAA et des S57 du SHOM

 

 

  • Marée et courants (Tides and Currents)
    • Par défaut, au chargement du setup, OpenCPN, charges les Harmonics du monde entier, mais pas de la France.
      • On les retrouve dans le dossier : .../data/data/org.opencpn.opencpn/files/tcdata/HARMONIC.IDX
      • Il suffit de récupérer les données françaises, éditées par Merak56, et de les loger dans un autre répertoire (ici .../storage/emulated/0/documents/harmonics-france/HARMONIC.IDX
      • Une fois archivés dans les données actives de “Tides and Currents”, OpenCPN lira les deux, marées et courants
      • Pour trouver les données de Merak56, voir ce lien Harmonics selon Merak56

 

  • Connexion par défaut au GPS interne
    • Par défaut, reconnait la présence d’un éventuel GPS interne . Cette page annonce aussi la possibilité d’ouvrir d’autres ports, dont un port BlueTooth et un port WiFi.
    • Les variables à traiter sont les même que celles de la version PC
    • Une option Blue Tooth (BT) a été ajoutée
    • En pointant la case “Add” on ouvre les options de création ou de nouveaux ports :
      • Deux anciennes options : Port Série ou Port Network
      • Deux nouvelles : GPS (externe ???) ou Blue Tooth
    • Les autres options sont déjà connues avec la version PC
  • Connexion par multiplexeur Wifi - et accès à l’AIS
    • Le MiniPlex-2Wi fournit un point d’accès sans fil via son interface 802.11b+g Il faudra créer un nouveau port (multiplexeur activé), et valider les paramètres suivants :
      • SSID (nom) : MiniPlex-2Wi:xx:xx (ce sera le nom de votre miniplex 2Wi)
      • adresse IP : 10.0.0.1
      • Port : 10110
      • Protocol : UDP
    • Puis valider par “Apply” puis “OK
  • OpenCPN/androïd saura alors interpréter les phrases NMEA émises par le multiplexeur et gérera l’AIS, comme indiqué sur la copie d’écran ci contre

Remerciements : à Robert s/y Lysigée qui a trouvé ces règlages WiFi

 

  • Bateau
    • Cette page traite des options AIS, et semble identique à celle de la version PC. A moins que, l’utilisation de l’AIS n’étant pas possible actuellement sous la version Androïd, les développements soient à venir
    • Des solutions de liaison BT existent déjà chez Navicom, entre une VHF/AIS et un téléphone BT, sans que je sache si elle pourront être opérationnelles avec les phrases NMEA, dont le module AIS a besoin
    • A noter, que la variable d’activation des alertes sonores de la cloche du bord et du cercle de sécurité, se trouvent sur cette page des cibles AIS : l’option “Play Sound
    • Voir sur PTP : Tutoriel OpenCPN, les données du bateau

 

 

  • Personnaliser (User Interface)
    • Semblable à celle de la version PC, avec cependant trois nouvelles options liées aux problème de taille des smartphones :
      • Enable Tool Bar Auto Hide (masquage temporisé de la barre des menus). C’est du trapèze pour les petits formats d’écran, mais çà génère un très gros problème : en la masquant, on masque aussi la touche MOB
      • User Interface Scale Factor et Chart Scale Factor, déjà traité plus haut avec les commandes Androïd
    • Il est à craindre de sérieuses crises de nerf pour le paramétrage des petits écrans des smartphones
    • Pour les autres variables existantes, voir sur PTP ; Les données personnelles

 

  • Les Plugins
    • Si la migration de la version PC d’OpenCPN a été difficile, mais réussie par un petit groupe resserré de développeurs, le développement des version Androïd doit être bien plus complexe pour les auteurs des Plugins. Pour le moment seuls deux programmes sont disponibles
      • ChartDownloader, manageant les téléchargement et les mises à jours des éditeurs de cartes
      • WMM gérant les déclinaisons magnétiques pour ceux souhaitant entrer les donnes d’un compas plutôt que celles d’un GPS, ce qui semble limité, surtout avec un smartphone...

 

Le plugin Dashboard


Depuis la dernière mise à jour “OpenCPN for Android Version 1.0.8 Release
  • Voir le lien : OpenCPN/Android V1.0.8 Release
    Le plugin Dashboard est disponible. Comme pour la version Windows, on l’active par la barre d’outils :
  • Options => Plugins => Dashboard 1.2 => Enable => Preferences

En pointant l’icône, on active le Dashboad à l’écran. En fonction des préférences, on affiche plus ou moins d’éléments en mode horizontal ou vertical. En glissant manuellement le Dashboard, on le déplace. Mais pour en modifier la taille, on ne pourra pas comme sur Windows, jouer avec la souris sur les bordures du tableau, pour en modifier la taille.
Il va falloir utiliser les outils intuitifs Androïd, pour modifier la taille du tableau et l’adapter à l’écran.

Modification de taille, mode opératoire

  • C’est vraiment intuitif. En appuyant quelques secondes sur le bas du tableau du Dashboard, on fait apparaître une fenêtre de dialogue indiquant deux lignes : “Préférences et Resize
    • en activant resize, il agira, comme un interrupteur ON/OFF
    • au premier pointage, il suffit de venir ensuite faire glisser l’intérieur du tableau vers la droite pour l’augmenter, vers la gauche pour le diminuer, en haut pour l’allonger, et en bas pour diminuer la hauteur
    • Relâcher la pression équivaut à désactiver l’interrupteur. Il faudra recommencer la manœuvre, pour une nouvelle modification de taille.

 

Comparaisons entre les versions PC et Androïd

 

Il y a autant de façons de préférer l’une ou l’autre version, qu’il y a de façons de naviguer. Grosso modo, la version classique pour PC, présente la meilleure offre technique, les supports smartphone ou tablette Androïd, sont plus ludiques.

 
Les avantages de la version PC

  • Plugins, dont les nécessaires : Gribs et Dashboard. Le plugin Grib permettant des téléchargements adaptés et très légers, utiles pour une navigation au large.
  • l’AIS performante et une bonne gestion des phrases NMEA
  • Gestion complète et claire de toutes les commandes à l’écran
  • Intégration, maintenant d’une cartographie complète : S63 et S57, dont celles du SHOM, les inénarrables CM93, et les compositions précises de GE2KAP, que ce soit en fusion/transparence avec Google Earth, ou avec les Navionics de SASPlanet. D’autres éditeurs pointent avec des rasters, dont NV charts...
  • Possibilité de fixer le matériel pour une navigation musclée, tout en le sécurisant sur la table à carte
  • Lecture claire sur un écran de bonne taille, saisies clavier, pointeur facile à manier
  • Multitâche et multi plateforme (Windows, Linux, Mac OS)
  • Possibilité de trouver des matériels à prix accessible, dans une fourchette de 300/500 euros.
  • Mais surtout, offre pléthorique de tutoriaux d’aide, en français et en anglais

 
Les avantages de la version Androïd

  • La simplicité et la rapidité de chargement
  • Sa qualité graphique
  • Son faible coût pour les entrées de gamme
  • Sa légèreté, ce qui en fait un parfait outil de communication en déplacement
  • Son potentiel ludique, hors navigation
  • Sa facilité d’accès au web et aux e-mails
  • Sa faible consommation, jointe aujourd’hui à des batteries performantes

Les inconvénients de la version PC

  • Pour Windows :
    • Sa complexité, sa lourdeur et sa lenteur.
    • Des versions complètement ratées : Vista, W 8.
    • Sa gestion calamiteuse des ports
  • Pour Mac OS : le coût du matériel, et la faible communication pour ce support
  • Pour Linux : le difficile apprentissage d’un produit très spécifique

Les inconvénients de la version Androïd

  • Sa fragilité, exposé dans un cockpit, par mauvais temps
  • La taille des écrans (il faut arriver à 10" pour trouver un minimum de confort)
  • La faiblesse des moyens de connexion externe, limitée au mieux à un mini USB, fragile et exposé à bord.
  • L’obligation de passer par Blue Tooth ou Wifi pour se connecter à d’autres appareils. Or, pour gérer l’AIS, il faudra communiquer avec un PC déjà connecté AIS. Ce qui augment singulièrement le coût, et complexifie son utilisation
  • Monotâche
  • Sa fausse simplicité dès que l’on sort des standards de ses navigation (WP, route, trace... tous basiques)
  • L’apprentissage d’Androïd, et contrepartie de son côté intuitif : des tâtonnements pénibles
  • L’absence d’une fonction MOB efficace
  • L’absence de cartographie, hormis les inénarrables CM93.
  • L’absence de Plugins, en particulier des Gribs
  • L’absence de tutoriel et d’aide spécifique

Exemples de présentation à l’écran

  • Tablette Androïd 10.1"
route, trace actifs CM93 image GE et point GPS Raster Navionics route et trace actifs
  • PC W7 17"
route, trace actifs CM93 Fus/Transp GE route et trace actifs Raster Navionics route et trace actifs

Laorana, Licata oct 2015

 

UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

37 Messages de forum

__________________________________________________________________________________________________________________

__________________________________________________________________________________________________________________

  • Le tutoriel Officiel OpenCPN, manque de clareté sur la connexion entre l’AIS et la tablette androïd.

    • Ils laissent supposer que cette connexion BlueTooth, doive passer par un PC connecté AIS. : http://opencpn.org/ocpn/node/317
      • C’est une usine à gaz
    • Or ; il apparait que certains récepteurs AIS équipés BlueTooth, peuvent se connecter directement à la version OpenCPN androïd, ce qui sera bien plus commode

    Michel à Licata

    Répondre à ce message

  • 15 octobre 2015 18:31, par yoruk écrire     UP Animateur

    Merci à YvesD, qui nous rappelle les risques liés à l’alimentation, par des ports USB et au rappel qu’il fait de l’excellent article de Fulup sur le sujet

    Les mises à jours se trouvent au niveau du chapitre sur le matériel

    Michel

    Répondre à ce message

  • OpenCPN/android « les version beta »

    On s’entre déchire chez les pères fondateurs d’OpenCPN, sur le développement de la version Androïd. Le dossier a été mis à jour à ce sujet, voir le chapitre tutoriel, en début de dossier.

    Il était certain que l’esprit Open Source qui a présidé à la naissance et développement du logiciel sous Windows, Mac OS et Linux, serait mis à mal par l’approche androïd, démarche marchande de facto.
    C’est fait...

    Michel

    Répondre à ce message

  • 30 octobre 2015 11:47, par lysigée écrire     UP  image Animateur

    Liaison WIFI pour infos Nmea,, AIS
    J’ai réussi à connecter OpenCpn sur une tablette Samsung avec mon multiplexeur Wifi Shipmodule.
    (après pas mal d’essais, mais il suffisait de lire le manuel et le tutoriel)
    Je reçois les infos du GPS fixe du bateau, ainsi que les ihfos de l’AIS.
    Manque les informations telles que speed, profondeur, wind, (tableau de bord ?)
    ci joint
     l’écran de paramétrage (les valeurs dépendent bien sur de l’émetteur Wifi)
     le résultat

    Robert
    Sur Lysigée
    à Licata (fameux repaire de pirates)

    PNG

    Répondre à ce message

  • 3 novembre 2015 04:04, par Maison Automatique écrire     UP  image

    « groupe de dissidents ».... Merci B-)

    J.

    Répondre à ce message

  • 10 novembre 2015 00:01, par Oscar écrire     UP

    Bonsoir,
    La fonction MOB est bien là : dans le menu déroulant qu’on ouvre avec les 3 petits points en haut à droite. Pour l’effacer c’est dans le menu des WP.
    La version que j’ai est celle de maison automatique.
    Je renvoie les infos de l’AIS en Bluetooth, GPS inclus, avec un ancien convertisseur Sunix RS232-BT, ça fonctionne bien avec le PC mais sur la tablette je n’y suis pas encore parvenu. Mais je suis totalement novice en Androïd ...

    Répondre à ce message

    • 10 novembre 2015 04:42, par yoruk écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

      La fonction MOB

      Oui pour la fonction MOB, elle est toujours là, mais... très difficile à atteindre. On est, je pense, le cul assis entre deux chaises

      • Celle de la conception initiale d’OpenCPN et de la gestion de la barre d’outils, facile sur un PC aux dimensions standard
      • Celle d’Androïd qui doit être capable de gérer des écrans très petits, ce qui condamne l’usage de la barre d’outils. Du moins qui la rend inopérante (gros doigts, et encombrement du petit écran). Là iIs s’en sortent avec une série d’icônes dédiées, ouvrant sur des boites de dialogues spécifiques : les 5 icônes à droite du bandeau noir, hors écran OpenCPN. C’est là à mon avis où une touche MOB devrait être installée de façon permanente

      -

      ancien convertisseur Sunix RS232-BT, ça fonctionne bien avec le PC

      Clairement, le convertisseur est la solution, l’idéal étant qu’il soit aussi MUX (cà y est je deviens Geek) c’est à dire un multiplexeur NMEA (et SeaTalk), comme pour l’exemple donné pour le MiniPlex-2Wi..

      Michel

      Répondre à ce message

      • 10 novembre 2015 08:42, par Oscar écrire     UP     Ce message répond à ...

        Bonjour, mon transpondeur AIS Em-Trak étant déjà un multiplexeur, je trouve cela bien suffisant.

        Répondre à ce message

        • 10 novembre 2015 09:06, par yoruk écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

          Merci de la remontée d’info

          Mais si c’est bien le « Em-trak-b100 », effectivement celà sera suffisant pour un PC, alimenté par ailleurs.
          je crains que ce soit insuffisant pour une tablette androïd, qui ne possède qu’un seul port mini USB, et il faudrait savoir si le port du Em-track-B100 assure aussi l’alimentation de la tablette.
          Dans tous les cas, ce sera inopérant, si l’on utilise la tablette comme deuxième poste, dans le cockpit par exemple, en conservant l’usage du PC fixe sur la table à carte (c’est mon schéma). Là, un MUX WiFi aura tout son intérêt

          Michel

          JPEG

          Répondre à ce message

          • 10 novembre 2015 10:40, par Oscar écrire     UP     Ce message répond à ...

            Je me fais mal comprendre :
             La tablette n’est reliée que par Bluetooth
             La sortie NMEA1 (38400 Bd) de l’Em-Trak va sur le Sunix BT10 qui renvoie les données en BT en unidirectionnel vers la tablette
             La sortie NMEA1 (38400 Bd) de l’Em-Trak va aussi sur un convertisseur RS422-USB, qui permet de brancher en bi-directionnel l’ordi fixe
             La sortie NMEA2 (4800 Bd) de l’Em-Trak va vers l’interface Tacktick
             Il reste la sortie NMEA 2000, pour l’instant inutilisée, qui pourrait aller vers le pilote Garmin, mais celui-ci est actuellement branché sur le Tacktick.

            Répondre à ce message

  • La version Androïd du Plugin Dashboard vient de sortir

    Elle fonctionne correctement, mais il faudra s’imprégner des mœurs de glissement d’Androïd... C’est très intuitif, un enfant de 10 ans aurait mis 10 seconde là où il m’a fallu plusieurs minutes (en fait, beaucoup de minutes) !!!
    Le tutoriel est à jour, voir la section Plugin (en bas de l’article)
    On peut aussi se connecter sur le site officiel : http://bigdumboat.com/aocpn/forum/s...

    Michel

    JPEG

    Répondre à ce message

  • 31 décembre 2015 20:41, par adele écrire     UP  image

    Bonjour à tous, superbe travail.
    je suis d’autant plus satisfait que naviguant depuis 2 ans principalement avec une tablette (environ 4 000 miles) je passe dans les débutants ce qui me rajeunit, merci.
    Une tablette n’est pas un PC, attendons un peu, elles sont jeunes et évoluent en gardant leurs avantages et grignotant sur les terres des PC, windows et Apple l’on compris.
    Non l’usage d’une flopée de plugins n’est pas indispensable, si je veux les gribs j’ouvre une autre page (multi-fenêtrage) et l’écran AIS est à côté, les données de navigation sont devant moi ou dans le cockpit.
    Dans une entrée de port un peu délicate je place ma tablette devant moi dans le cockpit, faites le avec un ordi lié avec 3 ou 4 liaisons usb, port com, alim etc...
    J’ai joué un peu en méditerranée avec les images google importées sur la cartographie, ça fait du bien de rêver en préparant sa nav les jours de pluie, c’est sans doute utile dans les zones où des ports se construisent plus vite que les cartes ne se mettent à jour néanmoins les images satellites datent elles aussi parfois.
    Enfin un avantage des tablettes qui se révèle principalement en nav côtière, c’est de pouvoir orienter son écran en paysage ou portrait par exemple si l’on suit une route plutôt nord/sud dans ce cas l’écran vertical permet de garder l’échelle idéale.
    Merci encore aux concepteurs d’OpenCPN, au travail réalisé par ceux ci ainsi qu’aux rédacteurs des tuto,mais je crois qu’il ne faut pas transformer ce bel outil en usine à gaz, souvenez vous des adaptations qui transformaient une perceuse en scie sauteuse dans les années 60.
    Bonnes navigations à tous pour 2016.
    Alain

    Répondre à ce message

    • 31 décembre 2015 20:50, par yoruk écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

      superbe travail.

      Ha ça alors, Alain, tu me bluffes... et tu me fais plaisir... ce soir de réveillon du jour de l’an à 20 H 47 local, tu ajoutes ta notes à notre travail collectif

      Bravo pour la pertinence et meilleurs voeux...

      Michel (juste avant de passer à table) B-)

      Répondre à ce message

      • 4 février 2016 19:32, par Nosea5951 écrire     UP     Ce message répond à ...  image

        je me suis penché sur la question depuis qq temps. Je vous propose une solution économique à base de convertisseur RS 232 -> wifi ou bt.
        Il y a 3 cas de figure.
        Les convertisseurs sont URS wifi232 (35€) et RS232 Bluetooth Serial Adapter 10€

        1) on souhaite le GPS + 1 autre capteur nmea 183 (ais ou profondeur)
        utiliser le gps de la tablette et connecter le capteur via le wifi ou bluetooth suivant le
        module choisi.
        2) on souhaite le GPS + 2 autres capteurs nmea 183
        utiliser le gps de la tablette et connecter les capteurs via le wifi et le BT (2 modules).
        On peut aussi utiliser plusieurs modules wifi.
        3) on dispose d’un émetteur AIS type EM trak b100 ( la plupart des autres émetteur AIS
        ont des caractéristiques de communication assez proches).
        Dans ce cas on connecte le nmea 183 (34800) sur le module wifi ou BT au choix.
        Toutes les données vont transiter par ce module.
        GPS et AIS fournis par EM-trak.
        Autre capteur (profondeur ou vent) connecté sur le nmea 183 (4800).
        Les capteurs en nmea2000 peuvent être connectés au bus nmea 2000.
        s’il y a d’autres capteurs en nmea183, il est possible de les ajouter via un module BT
        ou wifi supplémentaire.

        Rem on peut avoir plusieurs modules wifi mais un seul BT.
        on peut aussi convertir le rs232 en ethernet puis ethernet en wifi (mais ne
        compliquons pas)

        Total investissement entre 10 et 100 € (moyenne 40€).

        En espérant avoir pu aider certain d’entre vous.

        Pierre

        JPEG

        Répondre à ce message

        • 4 février 2016 20:41, par yoruk écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

          Hé bah ... merci Pierre d’ajouter ta pierre (ma pardonneras tu !!!!) à notre quête centralisatrice...

          • En fait tu mets le doigt le besoin né de l’’explosion des moyens de réception et des besoins de ré-éclatement des infos
            • Ton schéma est parlant
            • Pour y répondre, je suis parti sur le concept de Shipmodul en traitement des expéditions des phrases NMEA par AIS pour le monde NMEA, couplé à une liaison filaire pour s’accorder au monde Seatalk
          • Tu sembles avoir une autre solution... super et merci

          Sous peu, mais j’attends l’aide d’un voisin pour paramétrer mon Shipmodul, on va débattre là dessus, et ce sera du concret... Ton aide sera la bienveunue

          Michel, Cordialement

          Répondre à ce message

  • 20 février 2016 11:33, par Nosea5951 écrire     UP  image

    Petite astuce supplémentaire.

    Pour ceux qui veulent un affichage multi dans le cockpit. il y a le Seatec MFR-6 ou AIS-6.
    Très bel affichage plus multiplexeur NMEA183 (4 ou 5 entrées une sortie ). 260 €

    La sortie connectée au module wifi. et pour 300 € on a tous les internements connectés en wifi
    + Nmea 183 et un bel affichage de cockpit.

    Répondre à ce message

  • transférer et retrouver une trace, une route ou un WP depuis Windows vers OpenCPN sous Android

    1 - S’expédier un fichier GPX depuis son appli W, en fichier joint, par un mail à soit même
    2- Ouvrir le mail sur la tablette, sous Androïd
    3- Demander à enregistrer le fichier joint, ce sera sur ,“download” probablement
    4- Ouvrir OpenCPN android
    5- Ouvrir le gestionnaire de routes, traces, WP
    6- Exécuter la commande « Importer un GPX » depuis “download

    Et, ça marche B-)

    Michel

    Répondre à ce message

  • 8 décembre 2016 09:05, par Francois-260 écrire     UP  image

    Bonjour,
    Suite à la casse de ma tablette pas chère Lenovo, j’ai pris une tablette étanche de 8 pouces Sony Xperia Z3 à 200 euros. Après MAJ en android 6.0.1 et ajout d’une carte sd 32 go, j’ai fait divers tests :

    1 : Opencpn, maison automatique : pas de pb d’install, mais n’accepte que les cartes sur mémoire interne. Elle ne peut pas accéder au répertoire de la carte sd (et j’ai bien essayé..).
    2 : Opencpn, dave register : pas de pb d’install, mais elle trouve la carte sd et donc les cartes sur cette sd. Pas vraiment facile à trouver la carte qui se trouve dans /storage/ avec un dossier sous forme d’un numéro (on ne peut pas le renommer, il est rw).
    Dans les 2 cas, on peut déplacer l’appli sur la carte sd.

    Comme je n’avais eu aucun problème sur ma Lenovo en kitkat puis en lolipop, je suspecte plusieurs causes possibles :

    • la gestion des cartes sd par marshlow, qui est peu controlable sur Marsmallow, très automatisée, pas idéal.
    • - probablement une gestion des droits accordés à l’appli selon les 2 versions.

    A vérifier bien sûr sur d’autres tablettes, je suis peut être passé à coté de certains points.

    Répondre à ce message

  • 16 mars 10:43, par yoruk écrire     UP Animateur

    Cette mise à jour intègre une lecture en français et un simplification des instructions, bien adaptée à l’approche intuitive d’Android.
    Rappel :

    • On préférera la version officielle payante (10 euros une seule fois), qui permet l’intégration facile des plugins de base
    • Parmi ceux ci, une belle mise à jour du plugin « Grib » offrant un téléchargement des gribs GFS basiques
    • On peut aussi télécharger, pour la Méditerranée les meilleurs gribs à ce jour : OpenWRF, que l’on téléchargera de préférence avec l’excellent « SailGrib WR ». Ils seront interprétables alors soit depuis SailGrib, soit depuis le plugin Grib d’OpenCPN. Il faudra alors rechercher ce fichier sur l’appareil android depuis la commande du plugin : Paramètres > Choisir un fichier GRIB local > Doownload.
    • Comme souvent sur android, c’est plus facile à faire qu’à expliquer

    Date de la MàJ : 22/01/2017 version 1.0.12

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

UP


Copyright des logiciels, charte graphique, et images du bandeau supérieur : reproduction interdite sauf autorisation de reproduction de Robert Schirrer