image
image
image

Votre IP : 54.92.153.90
Dernier ajout : 24 juin
Visiteurs connectés : 16

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > Forum technique > L’électricité à bord -forum- > Batteries > Voltmètre, batterie en //, etc.

Rubrique : Batteries

__________________________________________________________________________________________________________________

Voltmètre, batterie en //, etc.Version imprimable de cet article Version imprimable

Publié Avril 2015, (màj Avril 2015) par : Schnaps  image   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail

Bonjour,

Je retape actuellement un vieux fifty (en réalité un superbe Fisher 34 ;-) ) et je me penche actuellement sur le circuit électrique...

Deux batteries de même capacité alimentent le bateau, tant pour le moteur que pour la servitude.
Pour cela, deux coupes batterie bipolaires (1) et (2) sont positionnés avant un coupleur (0, 1, 2, 1+2).

Question 1 :
Les deux batteries sont uniquement reliées entre elles par leur borne négative.
Le positif de chaque batterie alimente son coupe batterie. Ces deux batteries ne sont donc pas en // mais pour autant elles ne sont pas indépendantes, amha.
Quel est l’intérêt d’un tel montage (à part économiser un mètre de cable du négatif de la batterie 2 vers son coupe batterie) ???
Existe-t-il un risque de fuite, ou autre avec une telle installation ??? Que se passe-t-il avec des batteries d’âge différent ?

Question 2 :
S’agissant d’un fifty, qui sera au moteur la moitié du temps, je ne souhaite pas dans l’immédiat investir dans un « vrai » controleur de batterie. Je souhaite simplement remplacer les deux voltmètres analogiques par des petits numériques encastrables, sans pour autant me ruiner.

J’hésite entre ces deux modèles (un interrupteur - 1/0/2 - permettra de switcher d’une batterie à l’autre) :
 http://urlz.fr/1ToB
 http://urlz.fr/1ToG
Les prix sont équivalents, quel modèle serait le plus adapté selon vous ?

Voili, voilà, j’ouvrirai un autre fil pour d’autres questions.
Merci d’avance.
AlainS

UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

10 Messages de forum

__________________________________________________________________________________________________________________

__________________________________________________________________________________________________________________

  • 27 avril 2015 15:33, par Schnaps écrire     UP  image

    re-bonjour,

    Je me réponds en posant une autre question.

    Dans l’hypothèse où rien ne s’oppose à ne relier que le - des deux batteries, n’aurais-je pas intérêt à shunter / supprimer l’étape coupe batterie ?

    De ce fait, le + de chaque batterie serait ainsi directement relié au coupleur (qui en position 0 coupe l’alimentation).

    Plus simple et aussi efficace ou pas ???

    Répondre à ce message

  • 27 avril 2015 15:34, par Négofol écrire     UP Animateur

    Ce type de montage de deux batteries de servitude en parallèle avec coupe-batteries séparés permet d’utiliser les deux batteries en parallèle en temps normal ou pour la recharge, mais d’isoler une batterie défectueuse et de conserver la moitié de la capacité ou de consommer sur une seule des batteries et de garder l’autre en réserve. C’était une solution utilisée avant les contrôleurs de batterie pour éviter la mauvaise surprise de la batterie complètement à plat suite à fausse manip.

    Les deux voltmètres présentés peuvent convenir mais le second, à affichage LED consomme 125 mA contre 15 mA pour celui à cristaux liquides ! Ils présentant tous deux, par ailleurs,le même problème : le - alim et le - mesure sont reliés, de sorte qu’ils ne peuvent pas mesurer la tension d’alimentation : il faudra prévoir une alimentation flottante isolée (convertisseur DC-DC). Le prix des appareils choisis parait prohibitif et ils n’apporteront rien de plus qu’un voltmètre de tableau de base à 5 €..
    Amha, il vaut mieux mettre 130 € pour un vrai contrôleur de batterie...

    Répondre à ce message

    • Merci Negofol pour cette réponse.

      En fait, les deux batteries ne sont pas uniquement pour la servitude. L’une sert pour le moteur, l’autre pour la servitude. Elles sont reliées entre elles uniquement par leur négatif.

      Pour résumer votre proposition :

       je supprime mes deux coupes batterie pour n’utiliser que le coupe-batterie (et accessoirement, j’installe un Cyrix à la place du répartiteur à diodes) ;

       je laisse tomber les deux voltmètres, mais ...

      ... même si le prix de l’e-xpert pro de Victron n’est pas rédhibitoire (180€), je n’en ai pas vraiment l’usage. Ma préoccupation est juste de vérifier de temps à autre le niveau des batteries et quand le bateau est mené à la voile - si ma/mes batteries baisse(nt) - je remets un coup de moteur (c’est un fifty). Ni plus, ni moins...
      Parmi la concurrence, le BM de Nasa ne vaut pas son prix (160€), il me reste donc à me rabattre sur un simple voltmètre numérique.

      Qu’existe-t-il de simple mais éprouvé que je pourrais facilement installer ???

      Répondre à ce message

      • 27 avril 2015 17:13, par Négofol écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

        Le montage avec deux coupe-batteries présente le risque de démarrer le moteur avec les deux coupe-batteries ouverts, ce qui signifie la mort de l’alternateur...
        Le montage d’un Cyrix est une bonne solution simple.
        A l’expérience, la batterie moteur est toujours chargée et la surveiller en permanence a peu d’intérêt.
        Pour la batterie de servitude, n’importe quel voltmètre numérique de tableau suffira, avec la remarque sur l’alimentation isolée.
        Par exemple module :
        http://www.conrad.fr/ce/fr/product/...
        avec diviseur par 100 :
        http://www.conrad.fr/ce/fr/product/...
        Mais il faudra alimenter le voltmètre par un convertisseur DC-DC :
        http://www.conrad.fr/ce/fr/product/...
        Sinon, il existe quelques voltmètres qui sont insensibles à ce problème d’alimentation, par exemple :
        http://fr.rs-online.com/web/p/produ...
        Tout ça pour une information difficile à interpréter alors qu’on trouve un contrôleur à 139 €...
        http://www.amazon.fr/dp/B00M8C5GCU/...

        Répondre à ce message

        • Merci pour tous ces liens !

          Je vais regarder tout cela et lire tranquillement la notice du Victron enregy... Il semble suffisant pour ce dont j’ai besoin et son usage va peut-être m’ouvrir d’autres horizons...

          A noter que dans mon message précédent, j’ai écrit une erreur :
          « (...) je supprime mes deux coupes batterie pour n’utiliser que le coupe-batterie (et accessoirement, j’installe un Cyrix à la place du répartiteur à diodes) ; (...) »

          En fait, je voulais écrire :

          « (...) je supprime mes deux coupes batterie pour n’utiliser que le coupleur de batterie (1, 2, both) (et accessoirement, j’installe un Cyrix à la place du répartiteur à diodes) ; »

          Judicieux ou pas ?

          Répondre à ce message

          • 27 avril 2015 19:22, par yoruk écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

            je supprime mes deux coupes batterie pour n’utiliser que le coupleur de batterie (1, 2, both) (et accessoirement, j’installe un Cyrix à la place du répartiteur à diodes) ;

            Sauf erreur de ma part, la bonne solution serait de garder les coupe-batteries, en sécurité et d’utiliser le coupleur automatique Cyrix, qui est une pure merveille, pour deux francs six sous...
            C’est ma configuration basique ... efficace et très bon marché

            Michel

            Répondre à ce message

      • 27 avril 2015 18:49, par yoruk écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

        il me reste donc à me rabattre sur un simple voltmètre numérique.

        Je vais faire hurler, mais... depuis 15 ans, de 30 à 40.000 milles, je contrôle mes batteries avec un simple voltmètre numérique... (Thira à quelques dizaines d’euros)

        Or, je n’ai jamais eu de problèmes avec mes batteries. A une exception près, une fois ma batteries moteur a rendu l’âme. En remettant en parallèle, mes batteries service, j’ai pu redémarrer, pour aller acheter une nouvelle batterie

        Michel

        Répondre à ce message

  • 27 avril 2015 18:05, par yvesD écrire     UP Animateur

    Je répond un peu à coté de la plaque, mais comme négofol a déjà fait les réponses très ciblées ...

    J’ai moi aussi un fifty, un Nauticat 33 dont j’ai remis à niveau, partiellement et progressivement,
    l’installation électrique

    S’agissant d’un fifty, qui sera au moteur la moitié du temps,

    Ah, vous aussi vous vous êtes fait prendre ;-)
    Un fifty c’est 50% de l’énergie de propulsion venant de la voile (ou du moteur) et ce, 100% du temps ;-) Ces bateaux sont en général très peu toilé pour démarrer avant force 4 (15 nd de vent) et rapidement ils gitent et deviennent trop ardent ... du coup on réduit. Mais bon, bien agréable tout de même.

    Voici mes réflexions, mes pratiques, mes projets :
    Dans mon cas précis, j’ai viré les 1-2-both qui reliaient les deux parcs au démarreur ou aux consommateurs du bord, l’alternateur chargeant les deux à un répartiteur à diode près.
    Progressivement j’ai eu à changer l’alternateur puis le booster d’alternateur (TCW, sans doute 1990) pour y mettre un A2B sterling (on en cause copieusement sur PTP). Ainsi l’alternateur est boosté par le A2B lequel charge séparément le parc MOT et le parc SERV, l’effet boost étant réservé aux SERV. L’arrivée du A2B m’à conduit à virer le cyrix que j’avais installé entre les deux parcs (même si j’aime ce cyrix, le A2B le rend désuet).

    Les deux parcs sont isolés, j’ai un moniteur Victron 600S sur le parc SERV seul, et il sert, le bougre. Un voltmètre et ampèremetre archaïque (1978) surveille le parc moteur. Les deux parcs sont isolés, chacun avec son robinet dédié : simple et efficace, et secure

    Par contre je n’ai pas à l’heure actuelle de montage permettant d’alimenter un consomateur (moteur ou service) à partir d’un jeu quelconque de batterie, et vice versa : démarreur sur MOT, servitude sur SERV ou vice-versa, démarreur et servitude sur MOT ou bien sur SERV

    La première utilité à laquelle on pense est de permettre, par ex, de continuer en mode dégradé lorsqu’un parc est HS (et un fifty qui démarre pas, ça devient un veau aveugle, erratique et borné ; je n’ai qu’un moteur)

    Ce montage me permettrait surtout d’isoler le parc SERV lorsque je le désufalte gracé au A2B capable de monter à 16V sur cette sortie là. L’isoler est nécessaire car alimenter mon précieux radar (1990), mon précieux pilote (1978) et tout le reste en 16V c’est un peu la roulette russe avec 5 balles dans le barillet. Pour l’instant je dois désulfater au port en m’assurant préalablement que les précieux sont bien déconnectés.
    Ce point n’est vital pour moi que parceque j’ai des batteries ouvertes a électrolyte liquide (dite OLA)

    Ah, j’oubliais, il faut que je retrouve mes câbles de démarrage de camion (600A sans pb), histoire d’improviser dans l’urgence des montages inhabituels.

    Voilà mes quelques réflexions hors sujet, quoique ...

    Répondre à ce message

    • Bonsoir Yves,

      Rien d’hors sujet, au contraire...
      J’ai longuement hésité avec le Nauticat 33, mais finalement le Fisher 34 m’a convaincu... Je l’ai rapatrié en mai dernier mais des ennuis de santé ont retardé le commencement de sa remise à niveau.

      Je copie/colle votre contribution pour y revenir par la suite.
      En effet, j’ai le sentiment que le chargeur est essoufflé et qu’il me faudra à terme le changer ainsi que les batteries et la description de votre installation - basée sur l’expérience - me sera utile le moment venu.

      Le Fisher 34 est un bon bateau, certes « un peu » lourd (12 tonnes) mais très sécurisant (tant que le moteur fonctionne).

      Merci pour toutes ces réflexions pas du tout hors sujet ! ;-)

      Répondre à ce message

  • 27 avril 2015 20:40, par Alien écrire     UP  image

    Horreur et putréfaction !

    PTP et un de ses pères historiques ont publié le schéma idéal il y a déjà longtemps.

    Oubliez les coupleurs à manivelle et autres tueurs de batteries !

    Le schéma et l’interprétation que j’en ai fait.

    Depuis il a évolué.

    Mais il faut retenir :
    1) le cyrix qui assure la charge prioritaire de la batterie de démarrage.
    2) l’interrupteur « à clef » qui permet de démarrer en secours le moteur sur les batteries de servitude.
    Il est à clef pour éviter qu’une andouille le tripote et le laisse fermé.

    Unipolaire/bipolaire ? C’est le dialogue nord sud ! Les riches contre les pauvres.

    Les instruments de mesure : on trouve tout à tous les prix. Ne pas oublier qu’un appareil numérique ne doit sa précision qu’à l’étalonnage et que si il affiche des valeurs à la quatrième décimale elles peuvent être complétement fausses.

    JPEG

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

UP

Copyright et informations légales