image
image
image

Votre IP : 54.80.247.119
Dernier ajout : 22 juin
Visiteurs connectés : 13

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > Forum technique > Les moteurs -forum- > Inverseur et propulsion > Problème d’hélice

Rubrique : Inverseur et propulsion

__________________________________________________________________________________________________________________

Problème d’héliceVersion imprimable de cet article Version imprimable

Publié Juillet 2014, (màj Juillet 2014) par : Laurent  image   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail

Je possède un voilier côtre acier, que je viens de mettre au carénage pour différents travaux. J’ai acheté il y a 2 ans un moteur neuf, Yanmar 3JH 39 ch, et fait faire par Fenwick France une nouvelle hélice.

Je trouvais que mon bateau était lent sous son ancienne motorisation et hélice. Pour cette raison et d’autres (refroidissement direct, âge) j’ai décidé d’acheter un moteur neuf (le Yanmar 3JH5E, 39 chevaux). Mon hélice était une 17’, je décidai de la changer. Fenwick et France Hélice, après avoir reçu les différentes côtes nécessaires à la bonne formulation de l’hélice, préconisaient une 18’ avec un pas de 12’ (rotation horaire). Je choisis Fenwick, meilleur marché.
Je monte la nouvelle hélice, tout va bien. Et là différents amis pro me mettent en garde sur l’espace hélice-coque insuffisant : 2 cm.
Je me renseigne, je lis que l’espace minimum doit être, selon, soit 1,5 fois le diamètre de l’arbre (donc 4,5 cm pour un arbre de 30 mm), soit 10%, ou 15%, ou 18% du diamètre de l’hélice. Bref, mes 2 cm de libres semblent bien insuffisants.
Je lis que le risque est la cavitation, le bruit généré, les vibrations. Je lis aussi que la cavitation se forme proportionnellement à la vitesse de rotation de l’hélice. Or sur un voiler l’hélice ne tourne jamais très rapidement. Je lis également que plus le diamètre est grand plus la poussée est importante (ainsi que la surface des pales).
Comme dans un bateau ne règne que la loi du compromis je me demande ce qui est préférable : une hélice « trop » grande qui risque de caviter, mais qui assure au bateau une bonne poussée. Ou une hélice plus petite qui « gère » convenablement les flux laminaires de l’eau, quitte à avoir une poussée plus faible. Sachant que mon bateau est un biquille, et l’hélice est dans un cadre de rond d’acier, d’où une certaine perturbation des flux laminaires, quoiqu’il arrive.

Pouvez-vous m’aider à voir plus clair, et à me donner votre avis sur le meilleur choix ?

Je vous donne quelques détails de mesure :
Il pèse 11 tonnes, acier.
Longueur flottaison : 10,5 mètre
largeur flottaison : 3,60 mètres
TE : 1,50 mètres

Moteur Yanmar 3JH5E
régime max : 3000 tr/min
Inverseur KM35P
Réduction : 2,36

C = 235 mm (Distance axe hélice coque)
N = 170 mm (distance extrémité hélice - bord d’attaque du safran)

Merci d’avance pour m’aider à ce moment important de montage de ma nouvelle hélice...

UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

2 Messages de forum

__________________________________________________________________________________________________________________

__________________________________________________________________________________________________________________

  • 7 juillet 2014 08:21, par Négofol écrire     UP Animateur

    La distance habituellement indiqué est bien de 15 % du diamètre de l"hélice, voire 16 % pour une tripale (0.22-(0.02 x n), n nombre de pales), suivant les (bons) auteurs.
    Ici, cela donnerait 68 à 73 mm. Vous êtes donc bien en dessous...
    Il faut d’ailleurs noter que, dans l’installation précédente avec une 17 ", vous n’étiez pas non plus conforme (théorique 65 à 69 mm, réel de l’ordre de 33 mm si les extrémités de pales sont dans le même plan).
    Le risque est un bruit important et des vibrations du fait des pulsations de pression au niveau du fond du bateau. La construction acier rend les risques de dégâts liés à la fatigue du métal et des soudures peu importants.
    La cavitation n’est pas le problème essentiel si l’écoulement n’est pas trop perturbé et l’hélice correctement dimensionnée pour absorber la puissance.
    Par contre un facteur favorable est le fait que votre bateau soit un biquille et que donc l’hélice travaille dans un écoulement non perturbé par une quille centrale.
    La garde au safran est par contre correcte.

    Ces valeurs ne sont que des guides et il est difficile de donner un avis tranché, d’autant que votre installation (biquille) n’est pas la plus fréquente..

    Si j’ai bien compris, l’hélice de 18 "est installée ? Dans ce cas, il n’y a pas de risque à essayer.... C’est probablement le bon (et le seul) moyen de vérifier !

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

UP

Copyright et informations légales