image
image
image

Votre IP : 54.162.94.15
Dernier ajout : 26 juin
Visiteurs connectés : 237

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > Grand Voyage > Turquie et Grèce > Options de navigation en mer Egée

Rubrique : Turquie et Grèce

__________________________________________________________________________________________________________________

Options de navigation en mer EgéeVersion imprimable de cet article Version imprimable

Publié Février 2013, (màj Octobre 2013) par : yoruk   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail

Cet article est géolocalisé.

Options de navigation en mer Égée

Enchâssée entre les sommets du plateau anatolien et les Balkans dominant à près de 3.000 m, affectée d’une situation barométrique stable en été : des hautes pressions à l’Ouest et des basses pressions dans son Est, la mer Égée est balayée par le meltem. Il peut être violent.
Il n’y qu’une chose qui pourrait être pire que de surestimer le Meltem, ce serait de le sous estimer ; Ce document ne traite, conformément aux traditions anciennes ici, c’est à dire multi millénaires, que des conditions de navigation de mai à octobre. l’hiver, selon les anciens, étant réservé à la méditation... à terre...
Avertissement : ce dossier , ni guide, ni document nautique, n’ a été établi qu’au titre de témoignage, ne pouvant en aucun cas engager la responsabilité de son auteur ou du site hébergeant ce document...

Les guides nautiques papier

Deux guides reconnus par les plaisanciers, naviguant dans ces eaux : Rod Heikell et Nicholas D Elias. Dans deux registres différents, on y trouve des information de qualité, vérifiées, mais, et c’est inhérent à la publication papier, avec des mises à jours tardives.
 
Rod Heikell
Emblématiques les guides de Rod Heikell. 3 ouvrages couvrant la Grèce et un la Turquie. Rod Heikell, marin expérimenté, ancien chef de flottille chez Sunsail, où il a gardé des contacts, s’appuie sur une forte expérience de cette région, et un excellent réseau de navigateurs anglo-saxons. Ses textes dépassent largement le cadre maritime, abordent une vision culturelle et humanitaire de qualité

Nicholas D Elias
En grec et en anglais, très précis, avec de très nombreuses cartes de détail, très documenté. Plutôt onéreux, quatre guident couvrent toutes les eaux grecques. Nicholas D Elias, ancien officier de la marine nationale grecque décrit mouillages, ports et approches avec rigueur et précision, permettant à la limite de se passer d’une cartographie papier de détail.

Les guides nautiques numériques

Apparus récemment, ils offrent une mise à jour pratiquement en ligne, mais souffrent d’un manque de contrôle à l’édition. Ils doivent être soigneusement critiqués. On les lit en ligne, ce qui reste faisable sur toute cette zone, bien couverte en 3 D. Il est également possible de les archiver sous forme de PDF, consultables hors ligne. Actuellement 4 guides, présents sur le marché (janvier 2013) :
 

Ici su PTP,
En cliquant sur la carte, en début de ce fichier, sur un port, une marina ou un mouillage, pour obtenir des renseignements sur ce lieu. Il possible, et souhaitable de laisser des commentaires qui entretiendront et mettront à jour le dossier

La base de données des Marinas de STW
Faite par des marins, pour des marins, ce sont les qualités des évaluateurs qui fiabilisent les évaluations. On peut (et on doit !!!) ajouter une évaluation personnel à la base de données. Cette application se limite aux ports et marinas, à l’exception des mouillages

Sea-Seek
Application sous forme Wiki, traite des ports, marinas et mouillages. Quelque fois confus, les renseignements demande à être contrôlé avec vigilance. Certaines citations sont pompées sans complexes du guide papier de Rod Heikell

Le guide Méditerranée
En ligne ou vendu sous forme de CD, confus, très irrégulier, mises à jours fantaisistes. Certaines citations sont pompées sans complexes du guide papier de Rod Heikell

Cruisers Wiki
Très bien fait, mais… en anglais :

Météo et état de la mer

Les prévisions à une semaine : zyGrib
Récupérant des données du modèle de la NOAA-GFS, zyGrib propose une système de compression limitant les poids des fichiers téléchargeables. D’une définition de 25 km, il permet l’anticipation des grands mouvements atmosphériques sur la semaine. Très fiable en été, il l’est moins en hiver, ou l’instabilité des petites dépressions, peu profondes mais virulentes, limitent sa fiabilité à 48 H
On a pu tester la fiabilité des prévisions, en période de Meltem, sur une semaine, voir le line suivant

Les prévisions des gribs, pour cette région et sa topographie torturée, demandent à être interprétées, en fonction de la configuration des îles, des caps proéminent et des massifs encadrant le bassin égéen : Balkans, Taurus et haut plateau anatolien dont les sommets atteignent 3.000 m.
zyGrib se lit depuis son interface propre, mais aussi avec un plugin intégré dans OpenCPN. Dans ce dernier cas, on aura une lecture directe sur la carte.

Les prévisions à 36 heures : Poséidon
Poséidon, site grec populaire auprès des plaisanciers, offre des prévisions fiables à court terme. On peut se connecter en 3 G ou par Wifi, pratiquement partout en Mer Egée. On peut se connecter avec un PC, ou un Smartphone, mais on peut aussi obtenir des données basiques par SMS (il faudra acheter une carte pré payée grecque)
L’utilisant d’un modèle de calcul propre (NCEP SST data (1/2°x1/2°), et une connaissance spécifique du terrain, permettent une simulation élargie à 120 heures (5 jours), pour une résolution de 5 km.

La météo générale pour toute la Grèce :

La situation par zone (5 grandes zones) :

Poséidon sur votre Smartphone 3G Androïd :

Poséidon par SMS sur un téléphone mobile basique :

Windfinder et Windguru
Les prévisions dédiées aux ports et mouillages :
Dédiés au monde du surf et de la planche à voile, ils peuvent donner des informations fines à plusieurs niveaux de définition :

Le généraliste anglo-saxon

Et, le généraliste Français : Météo Consult
Mété Consult Marine, offre une prévision par zone et par port pour toute la Grèce. La prévision est gratuite pour 24 H. mais c’est suffisant pour confirmer d’autres infos plus anciennes.

Le Meltem

Terreur largement surestimée, il ne faut pas le négliger pour autant. Il peut souffler des jours et des jours quelque fois violemment, levant une mer cassante difficile à négocier. Plus embêtant, en été, la saison où il souffle, sa direction s’oppose aux courants dominants.
Pourquoi doit-on ne pas surestimer le Meltem ? Tout simplement parce que c’est un vent fiable, en force et direction. Il souffle tout le temps dans le même sens, ce qui le rend prévisible

  • Mer typique, levée par le Meltem. Là il s’agit d’un Meltem “light”, vent d’environ 20 nœuds avec le courant dans le sens du vent (Dardanelles)
  • Un vent plus fort, et surtout, contre le courant, lèvera une mer difficilement négociable pour remonter au vent
  • une grande partie de la finesse de navigation en Égée, tiendra à l’aptitude à trouver des options pour remonter au vent, avant que le Meltem ne se lève
  • Ceci expliquant que le véritable danger n’est pas le Meltem (prévisible et stable en direction), mais les obligations calendaires, pouvant amener à l’imprudence, s’il faut rendre le bateau, ou assumer un RDV...
  • Que faire si l’on doit affronter le Meltem ???
    • Attendre si on peut, on trouve de bon abris partout
    • Naviguer tôt, avant que les thermiques ne renforcent les vents dominants
    • Naviguer de nuit, où il arrive que par effet thermique, le Meltem, toujours présent en altitude, se calme en surface. Mais... cela exige une parfaite connaissance du bateau, un bon équipage, du bon matériel, de bons moyens de positionnement cartographiques... c’est une navigation de nuit, c’est un autre monde
Terreur largement surestimée, il ne faut pas le négliger pour autant. Il peut souffler des jours et des jours quelque fois violemment, levant une mer cassante difficile à négocier.
Avec les moyens modernes de prévisions météo, et les nombreux abris de cette zone, il est facile, à condition que l’on est du temps devant soi, de naviguer en Égée, en été...
Le Meltem résulte de l’installation de hautes pressions stables sur les Balkans (prolongation de l’anticyclone des Açores) et de basses pressions sur le plateau anatolien, en relation avec la dépression proche orientales, sous l’influence de la mousson. Meltem est un mot d’origine turque signifiant ‘’mousson’’. Le nom grec est vent ‘’étésien’’, étudié et décrit par Socrate (du grec « etêsioi (anemoi) », « (vents) périodiques, annuels », de « etos », année. C’est un vent de nord (souvent soutenu) s’établissant entre les mois de mai à octobre)

Un gradient de pression supérieur à 10 hPa, entre les Balkans et l’Anatolie déclenche un Meltem violent qui s’oriente dans le sens des isobares contournant le plateau anatolien : NE de la Mer Noire à Lesbos, N-NW dans les Cyclades, W-SW sur Rhodes et SW jusqu’à Antalya ou il perd son activité.

Les courants

Hormis les Dardanelles et le détroit de Chalkis, les courants sont peu violents. Il faut toutes fois noter, qu’en été, un contre-courant s’établit d’Est vers l’Ouest, le long de la côte anatolienne. Il peut s’accélérer aux caps et atteindre plus de un nœuds en s’opposant au Meltem, levant une mer confuse. C’est particulièrement sensible dans le détroit de Rhodes, mais aussi entre les îles de l’Egée.
Voir ce document basique sur le contre-courant anatolien :

En fait, les causes dépassent largement un effet de pente par les vents dominants, et sont liés à la force de Coriolis, et la salinité des eaux profondes, elles-mêmes issues d’entrées maritimes atlantique dans les profondeurs du seuil de Gibraltar (si j’ai bien compris). Voir cet excellent dossier :

Communications

Aériennes
Depuis la France, on trouvera des vols réguliers toute l’année et low-coast (de mars à novembre). Athènes et Héraklion sont desservis depuis Paris et de nombreuses villes françaises.
Pour la Turquie Istanbul, Izmir et Antalya sont desservis régulièrement. On peu de plus utiliser les vols vers Bâle-Mulhouse, très courus par les turcs résident en Allemagne et en Suisse.
Maritime
Toutes les îles grecques sont reliées entre elles et à Athènes par un service maritime fréquent et efficace. C’est le moyen de plus sûr pour récupérer ou réexpédier un équipier vers Athènes
Peu de moyens de transports maritimes en Turquie, à l’exception de la Mer de Marmara. On peut débarquer par avion dans les grandes villes Turques (Izmir, Bodrum, Dalaman, Antalya) et gagner les îles grecques du Dodécanèse : Fethyie ou Marmaris vers Rhodes, Bodrum vers Cos, Izmir vers Chios. Ou depuis İzmir par route vers Ayvalik, et là, vers Lesbos.
Routière
Depuis la France, de nombreux ferries, par les ports italiens de l’Adriatique, vers la Grèce Ionienne. Un trajet vers la Turquie pour Cesme (à côté d’Izmir). Il est possible de venir par route, mais il faudra envisager de nombreux passages en douanes… A noter que pour une entrée en Turquie, le véhicule sera inscrit sur le passeport de son propriétaire. L’un et l’autre ne pourront ressortir qu’ensembles !!!
Visa
Pas de visa en Grèce, on est en Europe… Pour la Turquie, visa touristique automatique et gratuit valable 90 jours. Au-delà il faudra demander un permis de séjour payant. Le coût à ce jour (jan 2013) s’élève à environ 300 euro par personne pour un an. Le permis s’accorde sur la présentation du transitlog à jour du bateau (y compris de liste d’équipage), d’un passeport valide pour la durée de séjour demandée, de 4 photos, et d’un porte document spécifique que l’on trouve sur place. On peut être amené à revenir sous huit jours pour récupérer les documents finalisés.
Les télécommunications
Postes à efficacité variable en Grèce, et délais d’acheminement incertains pour la Turquie.
Wifi, Internet cafés, partout maintenant en Grèce comme en Turquie. Plus efficace et moins cher en Turquie
Téléphone, peu de zones non couvertes en Grèce, à part certaines parties d’îles perdues… Toutes zones couvertes en Turquie. On a intérêt à acheter un téléphone d’entrée de gamme, dont on changera la puce qu’on soit en Grèce ou en Turquie. Mieux vaut l’acheter en Turquie, les téléphones étrangers étant déconnectés au bout d’un mois. Officiellement pour limiter les risques de vols, officieusement, pour préserver les intérêts des importateurs turcs… On peut demander à faire déplomber son téléphone en Turquie. On obtient deux mois de délai en payant une taxe de 30 euros et 80 euros pour plus longtemps… Au résultat, on achète un téléphone turc basique pour trois francs six sous… Les communications en cartes pré payés, sont beaucoup moins cher qu’en France ; en Grèce comme en Turquie
Clé 3 G : Il faut deux clés si on approche les côtes turques

Stratégies de navigation en Mer Egée

Pourquoi ???

Parce que...
Cette vue en 3 D, montre la route que le Meltem , coincé entre les Hauts plateaux anatoliens et les Balkans, et leurs sommets à plus de 3.000 m,devra trouver dans le dédale des îles de l’Égée, dont plusieurs sommets à plus de 1.000 m, créent autant de chicanes perturbantes.
Cette vue montre le Sud et les sens du Meltem, depuis les Dardanelles. Perturbé par ces obstacles, l’activité Meltem déclenchera plusieurs conséquences

  • Un vent extrêmement turbulent, le vent synoptique restant toujours orienté de la même façon, les îles et les caps, le modifieront significativement, en force et en direction. Il n’y a pas solutions pré mâchées. Il faudra obserser la topographie, et en tirer des conclusions. Avec finalement un drôle de choix :
    • Soit, on navigue au vent d’une côte avec un vent relativement régulier, mais une mer rugueuse,
    • soit on navigue sous le vent, avec peu de mer mais, des rafales furieuses, à coucher le bateau. Là, on arise sérieusement, on garde une main sur les écoutes, et comme les anglais, sans faire le fier, on s’appuie au moteur...
  • Une mer cassante, croisée, ingérable au près, sauf pour un équipage aguerri, courageux et un bateau de près, mais navigable au portant, sous génois seul, en s’appuyant au moteur... toujours comme les anglais...
  • Une autre conséquence fâcheuse, la mer claquée par les rafales, est pratiquement toujours plus forte que le vent. On bénéficie très rarement de la mer du vent...

Alors ???
Alors, il faut réfléchir à la topographie, à la direction des vents, et à... ses moyens de navigation

Traverser la Mer Égée

Route d’Ouest en Est
Soit on arrive de l’Ouest par le canal de Corinthe, soit en contournant le Péloponnèse :
  • A en contournant le Péloponnèse, on sera portant jusqu’au Cap Maléa, qui se respecte. Il ne vous laissera pas nécessairement passer, et il se peut que l’on ait à attendre. Puis on remonte les long des golfes d’Argolide et Saronique, où le meltem est très affaibli.
  • B par le canal de Corinthe, jusqu’au Cap Sounion, en bénéficiant d"un meltem tolérant, sur la côte nord du Golfe Saronique, mais, le Cap Sounion peut être délicat à négocier. La meilleure route ensuite, est de faire du nord, à l’intérieur de l’Eubée, jusqu’aux Sporades, où l’on bénéficie de beaucoup moins de vent qu’en Égée centrale
  • B-A variante permettant de visiter les Cyclades, depuis Athènes, avec un retour par Monenvasie, ou l’on retrouve des conditions de vent plus clémentes, permettant d’envisager de remonter au vent vers Athènes.
  • B1 et B2 qui prolongent la route nord.
    • par B1 on longe la côte, bénéficiant de vents cléments, à l’exception notoire du Mont Athos (2.000 m) et de Samothrace (1.600m), qui peuvent générer leurs propres turbulences. Une fois à Samothrace, il ne reste plus qu’à laisser porter vers Lesbos
    • par B2 on peut gagner Lesbos par beau temps établi, depuis les Sporades.
  • B3 Depuis Naxos, sur la bretelle A-B, en contournant Naxos par le nord, vers Dhonoussa, puis Levitha, et Leros. A Leros, on est pratiquement en Turquie. A noter que Levitha est un cadeau des dieux, merveilleusement placé, au milieu de l’Égée, coupant bien la longue route de traversée.
  • B4 Toujours depuis Naxos, en la contournant par le sud, vers Astipalea, puis Tilos, en proximité de Rhodes
  • C1 et C2 depuis Lesbos ou Tilos, suivant le point de chute, pour faire du sud tranquillement, au portant le long de la côtes turque, en cabotant avec les îles du Dodécanèse... C’est une pure merveille. On peut également remonter le long de cette côte, et contre le vent. On aura alors à serrer la côte turque, et à avoir du temps devant soi... On peut avoir à attendre...
Route d’Est en Ouest
Là c’est beaucoup plus délicat, il faudra naviguer contre les vents dominants. Soit la traversée s’effectue en mai, voire début juin, avant l’arrivée de Meltem, et on traversera au mieux, en fonction de la couverture météo. Soit, en période de Meltem, il sera alors prudent de trouver une route sans avoir à serrer le vent, tout en gardant un abri sous le vent. Or il n’y a que Lévitha qui offre cette possibilité au milieu de l’Égée.
  • A venant de l’Est et de la méditerranée Orientale, on suivra en la serrant, la côte turque jusqu’à Leros. De là on traverse vers Levitha, en ayant Astipalea où se réfugier sous le vent, mais, on sera très sud, et il faudra gagner au vent ensuite, dans une région très ventée, et où le mer creuse (voir le fetch). depuis Levitha, route vers Naxos, soit par son nord (c’est l’idéal), soit par son sud. Ensuite Siros et route vers Athènes et Corinthe, où on retrouve les routes décrites pour le sens W => E.
  • A1 Un très bon raccourci si le Meltem est tolérant, consiste à gagner du nord jusqu’à Patmos, puis de traverser directement vers Mikonos ou Tinos, en gardant sous le vent Lévitha en sécurité. De là route vers Siros puis Corinthe
  • B On remonte le long de la côte turque jusqu’à Lesbos, en serrant la côtes turque où l’on peut espérer un peu moins de vent. Depuis Lesbos route ver Bozcaada et Gokceada, les deux joyaux turcs du débouché des Dardanelles, et là cap vers les Sporades, soit par la côte nord, soit par Limnos. passé Limnos, on trouvera un vent plus tolérable.
  • B1 depuis les Sporades, par l’intérieur de l’Eubée, en laissant porter, jusqu’à Sounion. Penser que l’on peut arriver sur Khalkis, avec un très fort courant portant (6/8 nœuds) avant le pont... qui est toujours fermé le jour... Les horaires de marées sont imprévisibles.
  • B2 option brillante par beau temps, depuis les Sporades, vers Sounion par Skiros et le Cap Kafirea, en prenant bien soin de la météo, ce cap est l’un des plus agité de l’Égée...
  • C depuis Sounion, soit vers Corinthe, pour une route de sécurité, avec les vents de NW dans le nez, mais, ils sont gérables, soit en laissant porter et en tentant le tour du Péloponnèse, par cap Maléa, qu’il faudra gérer soigneusement, puis route NW avec des vents de... NW !!!

Les bassins de croisière

Bassins de croisières en Mer Égée. Relativement homogènes, pour leurs conditions de navigations, leurs liaisons avec le continent, que ce soit la Grèce où la Turquie, Ils doivent permettre un programme de deux semaines de navigation menées à un rythme raisonnable.

La zone en rose au milieu, indication du plus long fetch, sera à éviter même par Meltem modéré

La mer de Crète, depuis le sud de Rhodes, jusqu’à l’extrême ouest crétois, n’est pas traitée, ici. C’est un autre monde, sans abri, et souvent une mer très forte. On dit souvent qu’il est facile d’arriver en Crète... En repartir est autrement difficile.

  • Les Golfes Saronique et d’Argolide, proches d’Athènes, ce seront les premières découvertes en arrivant de l’ouest, par Corinthe ou par le sud du Péloponnèse. Athènes, tout proche offre ses commodités d’accès aérien.
  • L’Eubée et les Sporades, relativement bien abrités et modérément ventés, proches d’Athènes, offrant les mêmes commodités
  • Égée nord, peu fréquentée, un peu loin de tout, peu de monde, pas trop de vent
  • Sporades du NE, proches de la Turquie, encore peu fréquentée, on peut négocier avec le meltem, s’il reste raisonnable
  • Les îles du Dodécanese.. c’est le cœur des eaux turquoises... Point barre
  • Les Cyclades... Somptueuses, hors normes... bien de trop... çà se sait... Meltissimo... où qu’on aille.
Les Golfes d’Argolide et Saronique
  • Les vents dominants
    Les Grands Golfes et les monts du Péloponnèse, génèrent des brises thermiques puissantes qui tuent le Meltem.
  • Les particularités de navigation
    Si on se tient à l’Ouest de Hydra, on pourra toucher des thermiques, plus à l’Est, on entre vite dans le domaine des Cyclades, et c’est vite plus musclé. A noter qu’avec une bonne couverture météo, il est possible de faire quelques incursions dans les Cyclades. Monenvasie tout au sud est exposé au Meltem. Il faut remonter à Iéraka à vingtaine de milles au nord pour que ça se calme un peu
  • La fréquentation
    Plus on s’approche d’Athènes, Egine en particulier, plus on trouve de bateaux de location. Ça peut vite devenir pénible...
  • Les communication
    Facile par voie maritime avec Athènes
  • Les principaux mouillages
    Les îles bien sûr : Egine, Poros, Hydra, Dokos, Spetsae, mais aussi beaucoup de ports des deux Golfes, Nauplie en particulier. Ces ports permettent d’atteindre facilement par la route des sites antiques prestigieux, Epidaure et Mycène, n’’étant pas des moindres

Eubée et les Sporades de l’Ouest
  • Les vents dominants
    Sans être aussi fort qu’au centre de l’Égée, le Meltem fait sentir son influence dans détroit d’Eubée, que ce soit au sud ou au nord de Khalkis. Une fois dans les Sporades, le vent molli considérablement. On admet q’il souffle 2 à 3 Bf de moins que dans les Cyclades
  • Les particularités de navigation
    On trouve relativement peu de mouillages entre Eubée et le continent. Khalkis est une étapes intéressante, la ville accueillante a du charme. Le passage du pont se soigne, on ne passe que de nuit. Le sens sud nord, est plus facile à faire, avec de bons mouillages d’attente à l’abri des courants. Dans l’autre sens, il faudra gérer les courants et trouver une place à quai, ce qui n’est pas évident
    Le Golfe de Volos, aux mouillages limités et à la météo capricieuse, offre peu d’attrait.
    Les Sporades offrent de très nombreux mouillages, et des conditions soft de navigation.
    Le passage par l’extérieur de l’Eubée vers Skiros, vie le cap Kafirea est à soigner particulièrement. Ce cap jouit d’une très mauvaise réputation... méritée. A tel point qu’il bénéficie d’une zone météo dédiée...
  • La fréquentation
    Les sporades sont très chargées en juillet et août ; notamment avec les voiliers de location des bases Sunsails et d’autres, dont le flottilles peuvent vous gâcher un mouillage. autre plaie : les super pneumatiques hyper motorisés (2x350cv)
  • Les communications
    Par mer, bien relié à Athènes et à l’aéroport international par les terminaux de ferries de Rafina et Lavrion.
  • Les principaux mouillages
    Dans le détroit d’Eubée, les ports du continent manquent de charme, dans une ambiance industrielle et de fermer marines. Sur Eubée, on trouve des ports de caractère, avec des habitant chaleureux, Charistos et Khalkis en particulier
    Les Sporades, dédiées au tourisme offrent de nombreux mouillages, mais un accueil pas spécialement agréable...
Nord Égée
  • Les vents dominants
    Pas ou peu de meltem à l’ouest de Limnos. Cependant deux grandes montagnes : Samothrace, 1.600m et le Mt Athos, 2.000 m génèrent des vents locaux très irréguliers.
    La proche région de Thessalonique est sujette à des vents violents de type Bora, violents et imprévisibles.
  • Les particularités de navigation
    Peu de mouillages, et fréquentation limitée en bordure du Mont Athos
  • La fréquentation
    Hormis Thasos, sujette au tourisme, lié à sa proximité avec le continent, peu de monde
  • Les communications
    Par Ferries et Athènes, mais aussi l’aéroport de Thessalonique
  • Les principaux mouillages
    Rien ou très peu en périphérie du Mont Athos ; quelques belles baies sur Cassandra. les îles Thasos, Samothrace et Limnos (à moindre titre) offrent peu de mouillages
Les Sporades du NE
  • Les vents dominants
    Le meltem peut souffler durement, en particulier entre Chios et ses hauteurs et le cap Karaburun, au large de Izmir. En baie d’Izmir, le meltem l’après midi est renforcé de brises thermiques puissantes. Il port le nom local de Imbat.
    Le vent souffle de NE la nuit jusqu’au matin 10 H puis vire en se renforçant au NW
  • Les particularités de navigation
    C’est un paradis, et peu fréquenté, que ce soit les îles turcs au débouché du Bosphore, ou le très grandes îles de Lesbos et de Chios.
    La côte turque en toute proximité offre aussi un choix important de ports et de mouillages, et arrière pays aux richesses archéologiques fabuleuses, Pergame entre autre...
  • La fréquentation
    Encore peu fréquenté
  • Les communications
    Vers la Grèce, par ferries journaliers, ou l’aéroport de Méthylène. Pour la Turquie, l’aéroport international d’Izmir, mais il faudra gérer les problèmes de visa
  • Les principaux mouillages
    Lesbos, Chios, Oinoussa... On peut y passer des semaines. Psara, un bijou dans son écrin de Meltem, placé au beau milieu de l’Égée, là ou çà souffle le plus, et sur la côte turque, des dizaine et des dizaines de mouillages enchanteur,, dont ceux du lagon de Ayvalik, et le prestigieux Babakale, le port qui a inspiré Jean Berret quand il a dessiné ses fameux micro : « cap baba »
Le Dodécanese et les Eaux Turquoises
  • Les vents dominants
    Meltem tolérant à l’intérieur du bassin formé ente le chapelets d’îles de Patmos à Cos et la côte turque. par contre Meltem musclé, très vite à l’ouest de ces îles. Grande sensibilité aux thermiques et rotation du NE au NW dès 10 H du matin. On trouve toujours des vents plus tolérants en proximité des côtes turques
  • Les particularités de navigation
    c’est un paradis de plus en plus couru, marqué par une topographie agressive. la barrière dans l’axe Est - Ouest formée par Samos et Ikaria, (1.600 m) soulève le meltem et la rabat avec beaucoup de puissance. C’est une région ou l’étude de cette topographie est prépondérante dans le choix d’une route
    Par ailleurs la rotation des vents et les effets des différents détroits entre les îles, provoque rapidement une mer croisée, difficile à négocier
  • La fréquentation
    De plus en plus de marina, de plus en plus de monde. beaucoup de bateaux de location, des turques aussi, pas toujours bien aguerris, et des Gulets envahissantes, lassent un peu... mais il reste de la place
  • Les communications
    Un aéroport international à Samos, un autre (national) à Leros, un autre à Cos, les aéroports turques de Izmir et Bodrum... De bonnes liaisons ferries vers Athènes et Rhodes... cà amène du monde...
  • Les principaux mouillages
    Partout, partout, partout... Point barre
Les Cyclades
 
  • Les vents dominants
    Beaucoup de vent... Du Meltem furieux... Quelles que fois des calmes... mais si rares
  • Les particularités de navigation
    Comment dire... çà décoiffe, c’est ça, ça décoiffe grave
  • La fréquentation
    Hélas
  • Les communications
    Des aéroport, des ferries, partout... c’est grouillant
  • Les principaux mouillages
    Comment dire, comment décrire, et puis m.... allez y voir
    Ne ratez pas Santorin, même en ferry, même en promène couillon, même à la nage s’il le faut, et en apéritif, cadeau de l’auteur, ce lien et un diaporama musicalisé (pensez à mettre le son)

S/Y Laorana Finike Turquie février 2013

UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

9 Messages de forum

__________________________________________________________________________________________________________________

  • Un vrai dossier, détaillé et précis, organisé en fonction des questions et besoins de celui qui se prépare ; bravo et merci.
    Michel, tout au long de ma lecture impatiente, je me disais « ça c’est pour l’été, mais en septembre-octobre, puis en mai-début juin, et peut-être mi avril, avril c’est plus l’hiver !) ça doit être un peu moins musclé tout de même... ».
    J’ai repris au début et j’ai relu : « Ce document ne traite... que des conditions de navigation de mai à octobre. »
    Alors, à mon avis, lorsque tu décris les routes et les bassins de croisière (conditions météo et fréquentation), tu penses principalement à juillet-août - j’avance cela en référence à la forte fréquentation que tu évoques pour certains bassins et à ce que je crois savoir concernant le meltem.
    Qu’en est-il ?
    Roland

    Répondre à ce message

    • Bonsoir
      Oui bien sûr c’est écrit en fonction des habitudes des gens qui prennent leurs vacances en juillet et aout, saison çà tombe bien ou le Meltem est le plus actif. Je fais çà en répondant à ta question sur H&O et en fonction des commentaires qui majoritairement se crispe sur … ‘’le Meltem’’
      Or, c’est une erreur. Si on n’est pas loqué par des problèmes calendaires, le Meltem est plutôt un bon bougre. C’est véritablement le message que je souhaite faire passer…
      Si tu veux venir dans cette région pour y naviguer, tu vas vite comprendre que le vrai risque est l’instabilité météo… et instabilité météo hors période de Meltem qui lui… est stable !!!
      C’est un petit bassin entouré de méga chaînes montagneuses (les Balkan set le plateau anatolien), et en période d’instabilité tu verras se développer de petites dépressions, pas très creuses, mais très actives et réagissant de façon aléatoire à leur environnement montagneux.
      Tu peux avoir en avril mai ou septembre et octobre, voire novembre, de ces petites dépressions arrivant par le SW en contournant le Péloponnèse… et qui là hésitent sur la route à suivre… Vers le Nord Egée ??? Vers Chypre ??? Elles hésitent, s’arrêtent puis repartent… pas trop vite : 20 nœuds de déplacement du système… mais ; le bassin fait … 200 milles bout du monde. En 10 heures maxi tu les as sur le coin du nez…
      Bon… tu auras aussi de très belle journées, nous naviguons de fin avril à mi-novembre, et sans problème parce que aujourd’hui et j’ai insisté là-dessus ; tu auras des moyens météo précieux, à condition de lever le nez et de vérifier en permanence sir le mer te raconte bien ce que la météo t’annonçait… Et en deux heures tu es à l’abri…
      Cà c’est en saison moyenne… Plein hiver, disons de décembre à mars, on peut naviguer... mais il faut vraiment être motivé !!!
      Un autre sujet sur lequel j’essaierai de développer, ce sont les orages… Et là ils peuvent être meurtriers
      Michel

      Répondre à ce message

  • 6 février 2013 13:11, par Thira écrire     UP  image

    Bravo pour ce bel article qui pourra servir de référence à tous ceux qui se posent (régulièrement) des questions sur le sujet, sur nos divers forums nautiques.
    L’an dernier, où comme tu l’as dit, nous avons été bien soignés par le meltem, j’ai aussi apprécié Météoconsult, gratuit sur 24 heures. On a des prévisions qui peuvent être assez détaillées, en « zoomant » sur les « abords des ports ». Par exemple :
    http://marine.meteoconsult.fr/meteo...
    Par contre, les fichiers grib ne peuvent pas être copiés/collés, comme zygrib.
    Jacques

    Répondre à ce message

    • 6 février 2013 13:30, par yoruk écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

      Bonjour
      Merci de ton info, je vais ré intégrer le lien dans le dossier… Un peu de météo en français, ça fera plaisir. Ce que tu souligne est intéressant, parce que cela confirme ce à quoi nous croyons dur comme fer, ici sur PTP… ce sont les intervenants qui feront vivre les dossiers…
      Un petit aparté sur Météo Consult, je ne l’interrogeais plus depuis des années, il m’avait coûté des fortunes, à une époque, ou il fallait récupérer la météo dans des Internet café, grecs hors de prix !!! Mais c’était avant Poseidon, et les gribs. C’était ça et les RTTY en BLU de radio Hambourg…
      On connait vraiment une évolution spectaculaire, et la 3 G va encore accélérer le processus. Dans ce cadre, on ressortira bientôt les Poi’s (WP documentés) qui nous donnerons accès à des liens web directement depuis un WP documenté sur une carte…
      Allez… on ne va pas s’ennuyer
      Michel

      Répondre à ce message

  • 20 février 2013 06:59, par yoruk écrire     UP Animateur

    Pourquoi le Meltem est-il un ami fiable… Voir le contre-exemple sur la copie d’écran jointe : les prévisions du 20 février pour le 22 en méditerranée orientale…
    Une dépression secondaire est en train de filer vers Chypre. Une autre est au sud du Péloponnèse… Quelle direction va-t-elle prendre ??? Comme sa petite sœur, vers l’Est, ou vers le NE en direction de la Mer Egée ???
    Dans les deux cas, elles ne sont pas très creuses, mais petites, avec un bon gradient de pression, 30 nœuds synoptiques, qui donneront probablement 40 en réel et 50 sous le vent des îles. Quand la deuxième dépression sera passé (où ???) le clapots ravageur de NW croisera celui de SE qui a pécédé la dépression… Cà ne durera pas longtemps… mais on ne souhaite à personne de s’y trouver…
    Voilà pourquoi, en comparaison, vraiment, vraiment… le Meltem, c’est sympa…
    Michel à l’abri…B-)

    JPEG

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

UP

Copyright des logiciels, charte graphique, et images du bandeau supérieur : reproduction interdite sauf autorisation de reproduction de Robert Schirrer