image
image
image

Votre IP : 54.166.236.238
Dernier ajout : 16 août
Visiteurs connectés : 11

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > Forum technique > Les moteurs -forum- > Circuit électrique du moteur > Clé de contact

Rubrique : Circuit électrique du moteur

__________________________________________________________________________________________________________________

Clé de contact Version imprimable de cet article Version imprimable

Publié 27 juillet, (màj 27 juillet) par : Nevermind   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail

Bonjour
j’ai deux yanmar à bord
une panne bizarre :
Sur un moteur plus de contact la clé sur on

j’ai démonté le barillet de la clé : rien d’anormal

pour remettre du courant, je laisse le contact sur on et je démarre l’autre moteur et cela redevient normal. Je peux démarrer le moteur.

je pense qu’il y a un relais qui reste fermé en liaison avec le bouton poussoir du stop.

qu’en pensez vous ?
jean paul

UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

6 Messages de forum

__________________________________________________________________________________________________________________

__________________________________________________________________________________________________________________

  • 8 août 10:37, par ernestpt écrire     UP  image

    Le schéma électrique ressemble à quoi ? Tu pourrais le fournir ? Cela aiderait pour te répondre.
    Merci d’avance.

    Répondre à ce message

  • 8 août 16:57, par yvesD écrire     UP Animateur

    Ton message n’est pas passé innaperçu même si je n’ai aucune idée de l’origine du problème.
    Un catamaran a l’immense avantage d’avoir presque tout en double et très souvent une pièce ou un système en panne a son homologue toujours fonctionnel, avantage considerable du cata.
    Si j’étais confronté à un tel problème, je serai tenté d’observer la partie qui marche pour comprendre l’autre (observation de la valeur de la tension et de la resistance vers la masse, et ce en différents points du circuit)
    Dans ton cas précis tu as aussi l’avantage que la partie en panne apparente est capable de fonctionner sous certaines conditions, je pense ici à la lampe témoin, au barillet de la clé de contact, au démarreur, etc. qui d’évidence ne sont pas mort.
    Si j’étais à nouveau sur un cata je crois que j’essaierai de comprendre le rôle normal (== quand ça fonctionne) des organes mis en jeu (barillet et son alimentation, bouton d’arrêt du moteur, bendix de lancement du démarreur), surtout en ce qui concerne les tensions qu’on y observe.
    J’essaierai ensuite d’isoler le coté (== la coque) en panne de l’autre coté et j’essaierai, sur le coté en panne, de relever les tensions et continuité sur les mêmes composants, en espérant trouver une différence flagrante.
    Dans la description que tu fais on pense inévitablement à une masse (ou une continuité) dans la coque en panne qui se fait (qui ne peu se faire qu’) à travers l’activation du circuit homologue de l’autre coque.
    Ainsi on est conduit à penser que l’alimentation du témoin (l’ampoule) qui doit se faire entre un + d’une batterie 12V et une masse reliée à la même batterie ne se fait pas, par interruption du circuit de masse (la commande électrique d’arrêt parait une bonne piste), et que la quasi-mise en route dans l’autre coque offre cette masse (les batteries des deux coques étant reliées entre elles, ne serait-ce que par l’eau salée). Le fait que l’ampoule puisse sus condition s’allumer met hors de cause cette ampoule, idem pour le bendix. Il faudra bien sur observer la tension sur le plot du barrillet dédié au contact, selon qu’en position contact il y a ou n’y a pas de 12V ...

    Tout ceci est bien sur purement spéculatif, n’ayant pas le corps du délit sous la main ;-) mais ça ressemble tout de même bien à de l’électricité de plaisance dans laquelle il faut allumer les feux de mats et éteindre la cabine avant pour que l’électronique consente à s’illuminer, pas étonnant qu’il y ait tant de médecin parmis les plaisanciers :-)
    Bon courage, et tiens nous au courant.

    Mesure des continuités : pas seulement le buzzer du metrix mais aussi la valeur de la résistance du circuit (piles du metrix changées, bien sur)

    Répondre à ce message

    • Bonjour Yves ,
      merci pour ta réponse.
      pour les dernières infos :
      les deux batteries moteur sont reliées et servent pour les deux moteurs.
      j’ai déjà fait toutes les mesures et comparé avec avec l’autre tableau de commande, mais je ne sais pas quoi en faire, j’ai oublié de comparer lorsque les deux fonctionnent.
      Cette panne n’est pas reproductible, et elle ne s’est pas produite depuis.

      Je reste persuadé que l’un des deux relais reste collé.

      Je serais sur le bateau à partir du 23 août et referai des mesures, l’arrière des panneaux est très accessible (avantage des bateau ancien).
      Jean Paul

      JPEG

      Répondre à ce message

      • les deux batteries moteur sont reliées et servent pour les deux moteurs.
        j’ai déjà fait toutes les mesures et comparé avec avec l’autre tableau de commande, mais je ne sais pas quoi en faire,

        L’hypothèse d’un retour à la masse de l’un qui se fait par l’autre me parait toujours d’actualité.
        Et d’un relai qui restant collé interdit une continuité permettant à l’ampoule de s’aullumer

        Cette panne n’est pas reproductible, et elle ne s’est pas produite depuis.

        Un jour elle sera devenue franche, mais trouver la cause exacte avant ...

        Je reste persuadé que l’un des deux relais reste collé.

        Dans le cas d’un solénoide avec pièce coulissante dans un bobinage, il arrive que la poussière accumulée entre le coulissant et le bobinage provoque des grippements occasionnels, ça m’est arrivé dans un relai de guindeau, ça m’a couté un rebobinage du moteur du guindeau (léquipage n’avait pas su interpreter le bruit bizare du moteur bloqué par la chaine), et lorsque ça s’est reproduit, à l’occasion, j’ai réussi à dépoussiérer (bombe d’air comprimé puis degrip’oil), le problème ne s’est jamais reproduit. C’est une piste à suivre. L’autre étant de remplacer préventivement les relais (pièces généralement très banale et peu onéreuse, surtout s’il s’agit des petits relais sous plastique cubique de l’industrie automobile)
        Le problème des pannes intermittentes c’est que leur non re-apparition ne prouve pas leur disparition.

        Répondre à ce message

Répondre à cet article

UP

Copyright et informations légales