image
image
image

Votre IP : 54.80.33.183
Dernier ajout : 18 novembre
Visiteurs connectés : 14

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > Forum technique > L’électricité à bord -forum- > Câblage > Évolution d’un systeme 12 v

Rubrique : Câblage

__________________________________________________________________________________________________________________

Évolution d’un systeme 12 vVersion imprimable de cet article Version imprimable

Publié Octobre 2015, (màj Octobre 2015) par : Patrick Coutin  image   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail

bonjour

Mon système 12 Volt est comme sur le croquis joint. Que j’enverrais dans ma réponse, puisque je crois que c’est ainsi qu’il faut faire.
Il est complété par un générateur qui possède sa propre batterie et je compte installer bientôt un propulseur d’étrave. Donc peut être une batterie supplémentaire,
si 24 v.
Tout ça fonctionne mais manque un peu de réserve du fait qu’une de mes deux batteries est toujours coupée et préservée pour le démarrage moteur. Et que mon frigo et mes instruments tirent beaucoup.
Par ailleurs mes panneaux solaires qui entretiennent mes deux batteries principales en hiver ne font rien pour la batterie guindeau ou celle du générateur.
Enfin, si on met les batteries 1 et 2 en service par erreur et qu’elles se vident, puis que le générateur à un pb, il ne reste que la batterie volante de secours...Ça m’est arrivé, et il vaut mieux que ce ne soit pas pour partir d’un mouillage en catastrophe.
Pour finir, mes panneaux produisent plus que je ne stocke. Ça me chagrine.

J’ai mesuré le 12 Volt, (en mode float) en sortie de chargeur, en sortie de répartiteur, en arrivée batterie, notamment guindeau, 8 m plus loin et les valeurs sont identiques (13.8). J’en déduis que mon câblage est bon, et que mon répartiteur idem. Vrai ou faut ?
A ce propos je lis partout que le répartiteur bouffe du courant mais je n’arrive pas à le mesurer. Pour moi ce qui rentre dedans, ressort... Ca s’explique ça ?

Ce système fonctionne pas mal, mais je voudrais y ajouter une batterie, dédiée au moteur, et préparer l’arrivée d’une seconde batterie guindeau / propulseur. En chamboulant le moins possible.

Je m’apprête à aller vers un câblage comme celui nommé « projet ». Qu’en pensez vous ? Je cherche des idées ou des suggestions.
Par avance, merci.
P. Coutin

UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

31 Messages de forum

__________________________________________________________________________________________________________________

__________________________________________________________________________________________________________________

  • 3 octobre 2015 12:28, par Patrick Coutin écrire     UP  image

    systeme actuel

    Répondre à ce message

  • A ce propos je lis partout que le répartiteur bouffe du courant mais je n’arrive pas à le mesurer. Pour moi ce qui rentre dedans, ressort... Ca s’explique ça ?

    Je me suis assuré qu’on parle bien de la même chose (« répartiteur »), google m’a envoyé sur un article de Plaisance-Pratique : http://www.plaisance-pratique.com/c... (fort bien fait, à relire jusqu’à compréhension certaine) qui tord pas mal le cou aux répartiteurs à diodes et précise que les diodes de ces derniers induisent une chute de tension (environ 0,7 V, techno dependant) entre l’entrée et la sortie
    La loi d’Ohm s’appliquant partout, tout courant (intensité I) traversant votre répartiteur va se traduire par une perte d’énergie (ça chauffe, d’où le radiateur) W = E x I = 0,7 x I
    Avec un générateur à 30A ça va couter 20W.

    Mais bien sur c’est la chute de tension qui est à l’origine de cette perte d’énergie, l’intensité entrante est rigoureusement égale à l’intensité sortante (conservation des charges électriques)

    Répondre à ce message

  • J’ai mesuré le 12 Volt, (en mode float) en sortie de chargeur, en sortie de répartiteur, en arrivée batterie, notamment guindeau, 8 m plus loin et les valeurs sont identiques (13.8). J’en déduis que mon câblage est bon, et que mon répartiteur idem. Vrai ou faut ?

    Trouver toujours 13,8V aux différents points du câblage montre simplement que ce câblage n’est pas résistif (c’est un bon point) ou que la mesure a été faite alors qu’un courant nul ou insignifiant traversait le circuit, et la mesure n’est pas significative.

    En effet, là encore la loi d’Ohm s’applique U = R x I

    Si vous appliquez votre voltmètre en amont et en aval d’un câblage dont la résistance interne est, disons, 0,05 Ohm, au repos vous trouverez une chute de tension nulle. Mais ne criez pas victoire trop vite, mettez en route le guindeau qui est en aval du cablage et là le voltmètre indiquera 5 Volts, car 100A (le guindeau) dans des contacts/cables un peu oxydés (0,05 Ohm) on vite fait de faire 0,0,5 x 100 = 5 Volt. Votre fringuant 13,8 est devenu un médiocre 9V, le guindeau râle.

    C’est pas 13,8V qu’il faut rechercher, c’est la chute de tension sur les différents tronçons du câblage.

    Répondre à ce message

  • Dans les schémas “avant” et “après” le répartiteur est toujours là.
    Mon impression personnelle est qu’il faut surtout s’attacher à virer ces répartiteurs, s’ils sont à diode, et les remplacer par des cyrix (par ex.) là où c’est nécessaire.

    Si le “répartiteur” (4 bornes) qui reste dans “après” est un répartiteur à diode, il n’a pas sa place ici et doit être supprimé.

    Les règles d’emploi des cyrix devraient être qqchose comme : le générateur Ga (alternateur, panneau solaire, générateur, autre) chargeant “sa” batterie Ba et Gb chargeant Bb, on interpose un cyrix entre Ba et Bb pour que l’excédent de charge sur Ba se déverse dans Bb et réciproquement. Cet excédent n’apparait que lorsque Ba devient bien chargé, que sa tension commence à dépasser 13,8V (relire la doc cyrix et la comprendre ;-) )

    Avec 4 générateurs et 4 batteries séparées, le secours de chacune par n’importe laquelle des autres devient très goinfre en cyrix et un peu inutile. Il faut réflechir aux scénarios et placer les cyrix judicieusement.

    Il n’est pas possible d’imaginer qu’un cyrix entre moteur et les 4 autres batteries permette de ventiler les débords du moteur vers les 4 autres (ce qui serait très positif), car si vous utilisez un répartiteur à diode pour isoler “moteur” des 4 autres, vous chutez 0,7V et perdez une bonne part du bénéfice du cyrix (il sera passant à 13,8V + 0,7V = 14,5V c.a.d quasiment jamais) et si vous n’utilisez pas de répartiteur alors vos 4 batteries sont en // et se détruisent mutuellement. Il faudra donc 4 cyrix :-<

    Mais un placement judicieux des cyrix permet d’économiser, par ex cyrix entre la batterie moteur et la batterie guindeau. Du coup dès que “moteur” est rechargé (ça arrive très vite) c’est le guindeau qui profite des débords. Peut-être aussi un cyrix entre moteur et servitude, surtout si vous marchez souvent au moteur.

    Par contre un cyrix entre PS et “moteur” est d’un intérêt extrêmement médiocre car moteur est en permanence rechargée à bloc. Sauf bien sur s’il s’agit de compenser l’auto-décharge de “moteur”, ce qui est un autre problème.

    Pour les cas très tordus (générateur rechargeant moteur, jamais utilisé sauf après cata) il peut être plus simple d’envisager les abominables câbles qui servent à démarrer les voitures les matins d’hiver (préférer la qualité camion)

    Au final, ma suggestion  : supprimez le répartiteur du schéma après et essayez d’implémenter vos stratégies de secours à coup de très peu de cyrix

    Répondre à ce message

    • Question subsidiaire : à quoi sert une batterie de 220 Ah pour le générateur ? C’est la bonne taille pour démarrer un diesel de 10 l de cylindrée...
      Si elle ne sert vraiment qu’à démarrer le groupe, 60 Ah devraient suffire ;

      Répondre à ce message

      • Difficile d’intervenir en retard et après les spécialistes...
        Mais pour en rajouter sur l’intervention de Négofol, je ne comprends pas trop non plus les 220Ah pour la batterie guindeau. Pour un guindeau de 1200W (déjà + que sur mon cata !) soit 100A, pendant 6 minutes ça fait 10Ah... disons 12mn d’utilisation (ça ne m’est jamais arrivé en 45 ans de mouillage) par sécurité, soit 20Ah, une décharge de 30% de la batterie (en négligeant la recharge pendant ce temps car ce n’est jamais 12 mn sans s’arrêter) et on tombe sur une batterie de 60Ah.
        Allez, avec brettelles, ceinture, et sans lâcher son froc, on prends une 75Ah, mais 220 ! faut vraiment avoir du fric à jeter, aucun problème de devis de poids, ni de place, sur le bateau ! Bien sûr il faut une batterie type « démarage » qui puisse débiter les 100A, pas de plaques épaisses ! Suis-je en train de dérailler avec l’age ?
        Je serais assez fana d’acheter 3 batteries 75Ah (une pour le moteur, une pour le guindeau, une pour le groupe) et regrouper toutes les 220Ah en une seule batterie servitude sur laquelle toutes les charges sont ramenées, avec un Cyrix entre la « servitude » et chaque batterie 75Ah. Sauf pour le moteur et sa batterie que l’on met en principe en autonome, avec le Cyrix pour « évacuer » le trop plein vers la servitude...
        Bon, bien sûr, c’est un peu tard car il ne faut coupler que des batteries neuves et de même conception...voire de même lot, mais à faire lors du prochain changement (si on a besoin de 880Ah en servitude bien sûr !)
        C’est ce que j’ai fait sur mon bateau (sauf que je n’ai pas de batterie guindeau) et je ne vois peut-être pas ça de manière impartiale....

        Répondre à ce message

        • je ne comprends pas trop non plus les 220Ah pour la batterie guindeau

          Bien que partageant ton scepticisme je vais tenter de mettre en évidence l’avantage d’un surdimensionnent en terme de tension disponible pour le fonctionnement et de capacité disponible, en m’appuyant sur un diagramme plusieurs fois publié sur PTP, pas toujours très clair et donc un peu sous-utilisé (voir PJ).
          Pour faciliter la lecture du diagramme, et suivre les courbes marquées C5 et C3, je prendrai une 500 Ah et une 300 Ah avec cette décharge de 100 A plutôt qu’une batterie de 220 Ah ou une de 60 Ah (et c’est pas moi qui paye)

          Le surabondant prendra une 500 Ah et la déchargera à C5, le parcimonieux (sic) prendra une 300 et déchargera à C3.
          Le diagramme indique qu’avec C5 la tension tombe à 11,5V lorsqu’on a tiré 50% de la capacité soit 250 Ah (soit 2,5 heures de guindeau, très surabondant), alors qu’à C3 on est à 11,5V lorsqu’on a tiré 30% soit 100 Ah (et 1 heure de guindeau).
          Si on préfère terminer à 11,0V (si le guindeau s’en contente) on tirera 75% soit 375 Ah d’une 500 Ah et 60% soit 180 Ah d’une 300 Ah.
          Le même diagramme nous apprend qu’au tout début de la remontée (charge=100%) la tension sera de 12,1V dans un cas et 11,7 dans l’autre

          En conclusion, le truc à retenir étant que la capacité totale utile d’une batterie est d’autant plus faible que la décharge relative (C3 ou C5) est plus forte. D’ailleurs à C100 on dépasse le nominal de la batterie (ici 500 ou 300) car ce nominal est donné pour C20

          Mais de toute manière il ne viendrait à l’idée de personne de remonter la chîne sans faire tourner le moteur (et donc l’alternateur, et donc la recharge) en même temps ;-)

          JPEG

          Répondre à ce message

        • Pour un guindeau de 1200W (déjà + que sur mon cata !) soit 100A, pendant 6 minutes ça fait 10Ah..

          Bien utile ce petit calcul. On savait déjà qu’un coup de démarreur réclamait une recharge très brève (c’est pour ça que les batteries de voiture sont toujours chargée à bloc) mais là on retient qu’un ’ti coup de moteur (15’, et moins si on remonte en rechargeant en même temps) avec un bon alternateur suffit à compenser une remontée de mouillage.

          Répondre à ce message

          • Bonjour

            D’autant plus que le guindeau ne tirera pas au maximum tout le temps, surtout si aidé par une poussée moteur...
            Ce qui milite pour la simplicité d’une connexion filaire (même en 70 s’il le faut, voire en 90), et qui sécurise le circuit... Je n’aimerais vraiment pas une batterie ouverte à l’étrave, en proximité du guindeau...

            Sauf bien sûr les mouvements doux d’une vieille du millésime 1977 ;-)

            Michel qui vient d’essuyer 65 nœuds de vent... au port (c’est rude le canal de Sicile) B-)

            Répondre à ce message

  • 10 octobre 2015 19:57, par Patrick Coutin écrire     UP  image

    Bonsoir, je ne suis pas un très bon Electricien, ni tres Féru en electricitè. J,ai acheter Le bateau il y a dix ans, avec 4 batteries 220 ah.
    Au plomb, normales, marque inconnue (en grec).
    les 4 batteries ont duré 5 ans. Au moment de changer, l’électricien de port Napoleon m’a dit :« le guindeau 130 suffit, le generateur 110ah »
    Ce que nous avons fait ( 2 vetus). Resultat la batterie generateur à duré 1 ans et demi, la batterie guindeau 2 ans.
    j’ai mis une des deux batteries servitude 220ah, sur le generateur (elle etait plutot fatiguée). Elle est toujours là, passe les hivers et ressort à 12,5. Demarage du generateur impeccable. Sur le guindeau un autre Electricien m’a dit « mettez plutôt du 160 ah) », dont acte (1 vetus). Cet été, 1 an et demi plus tard, panne de guindeau à mandelieu, Electricien, et lui me dit « votre batterie est morte, 160ah, pour votre guindeau, ça fonctionne, mais meme avec la charge du moteur, vous tuez votre batterie. Mettez une 220 » dont acte avec une Vetus....
    Une semaine plus tard panne de moteur et la batterie à relevée 50 metres de chaîne, toute seule et sans pb.
    Donc comme je n’ai pas de pb de place, et que entre 160 et 220 ah la différence de prix n’est pas si importante... Je ne vois pas l’interret de chipoter.
    mon probleme c’est que depuis la mise d’un frigo 12 v, une seule batterie de servitude 220ah, c’est un peu juste. Donc je voudrais récupérer l’autre 220ah en servitude et mettre une batterie moteur.
    Je viens de faire l’expérience, 3 coup de démarreur de 3 / 4 seconde sur une 110 ah neuve, branchées en direct, chargée à bloc, et le démareur fait clic. Pour moi c’est pas raisonnable d’avoir si peu de reserve. Le moindre pb de gaz oil et tu n’a plus de démareur...
    je vais essayer une 160ah.

    Répondre à ce message

    • Ce que nous avons fait ( 2 vetus). Resultat la batterie generateur à duré 1 ans et demi, la batterie guindeau 2 ans.

      Quelque soit la techno de ces batteries c’est trop court. Quelque chose les a tué, mais quoi
      Connaitre la techno de ces batteries peu aider à comprendre, certaines détestent les déchargés profondes, d’autres détestent d’être déchargées longtemps, etc, etc. Alors, quelle techno ?

      Répondre à ce message

    • Je viens de faire l’expérience, 3 coup de démarreur de 3 / 4 seconde sur une 110 ah neuve, branchées en direct, chargée à bloc, et le démareur fait clic.

      Si la batterie est neuve et chargée elle doit encaisser sans sourciller ces trois appel d’un fort courant, appel qui tire à chaque fois 100 * 1/3600, exprimé en Ah, peanuts quoi (et ça on le sait déjà, voir l’article de negofol à ce sujet)

      • La batterie peut être délabrée, mais neuve c’est rare (pas impossible, rare)
      • La batterie peu ne pas être chargée du tout : un test de décharge/recharge controllé lèvera ce doute. Ce n’est pas nécessairement simple à mettre en œuvre (le circuit démarreur n’est pas relié au circuit servitude qui contient des consommateurs connus et contrôlables) mais même une décharge à C20 (donc 5A dans ce cas) devrait aider. Ce test est plutôt imparable.
      • le câble entre la batterie et le solénoïde du démarreur (aka le bendix, le petit cylindre monté sur le gros cylindre de la machine du démarreur) peut être franchement résistif, par ex avec une cosse coté solénoïde ou coté clé de contact qui est complètement avachie ou quasi tombé ou un fil pourri, ce qui est une évolution normale de ces cosses à insérer. C’est tout le circuit entre la batterie et le solénoïde qui est à incriminer, en suivant de proche en proche, lors de ces défectuosités, la tension aux points de ce circuit lors de tentative de démarrage. On devrait trouver 12,8V juste avant et pendant le clic, et ensuite ça pourrai s’écrouler à 10V lorsque la machine tourne. Pour info un solénoïde tire quelques A, pas plus.
      • je n’incriminerai pas la machine du démarreur, par ex avec un enroulement quasi à la terre car la machine n’est pas alimentée tant que le solénoïde n’a pas reçu de courant. Par contre une fois le bendix/solénoïde passant, si une telle fuite existe, la tension va tomber très vite (600A plutôt que 100 ça peut faire une différence) et le solénoÎde va se ’déconnecter’ et la machine s’arrêter. Point à tester, peut-être.

      Cette dernière hypothèse est tout de même à considérer si, comme on peut l’imaginer à vous lire, ce n’est qu’à la 3ème tentative que le bendix commence à faire clic, comme si la batterie était alors (après 2 tentatives) terriblement déchargée. Là il y aura de la pince ampèremétrique dans l’air.

      Dans tous les cas de figure, un électricien de marine peut aider à identifier le problème sans changer immédiatement cette batterie neuve (sinon, changer d’électricien)

      Répondre à ce message

  • 11 octobre 2015 10:55, par aikibu écrire     UP  image

    J’ai du mal à faire le rapport entre 1200w de guindeau donc 100A et 10Ah en 6mn, jusque là ça va, mais mettre à plat 110Ah en 15s de demarreur.... ????
    Existe t il un rapport entre la puissance moteur et la puissance electrique demandée au demarreur ainsi que dans le temps demandé,,,
    Voir l’experience de Patrick que nous avons tous redouté

    Répondre à ce message

    • 11 octobre 2015 16:39, par Piou écrire     UP     Ce message répond à ...

      Ce n’est tout simplement pas possible... si le circuit est en bon état !
      Court-jus sur le démarreur ? Au minimum vérifier les charbons...
      Une batterie de 110Ah, même un peu vieille et où il reste 90Ah sera à plat avec encore 50 à 60Ah restants, donc au moins 30Ah disparus en 15s ça fait quand même 7200A... qui ne passeraient jamais par un fil, même en 70mm2 !
      Donc très gros problème électrique !
      Nos vrais spécialistes ont-ils une meilleure idée ?

      Répondre à ce message

      • Une batterie de 110Ah, même un peu vieille et où il reste 90Ah

        Une hypothèse raisonnable, aussi, est celle d’une batterie 110 Ah à l’origine, et mal rechargée de manière endémique, tellement mal rechargée que quelques années plus tard elle stocke au mieux µ20-30 Ah et non plus 110 Ah. Le jour où on a pas besoin d’elle et où on démarre en 1 temps de compression (au 1/4 de tour se dit mais est plus vague), ça démarre tout de même.
        Un jour vient où y a un peu d’air dans le gasoil et où il faut faire tourner le démarreur pendant 30", la batterie a largement le temps de montrer qu’elle est vide, à plat, morte et qu’elle ne peut plus rien rendre. Bien sur elle était à 12,8V mais avec rien dans le ventre. Sa tension chute tellement (et tellement vite) qu’il n’y en a plus assez, de tension, pour coller le solénoïde du bendix du démarreur, et c’est le ’clic’ assuré.

        Ce problème de la sous recharge endémique a été traité abondamment sur PTP, à relire. Dans ma compréhension j’y vois un chargeur de quai (ou un alternateur) incapable de rester à 14,5V le temps qu’il faut (phase de boost) pour remplir à ras bord et sans faux col. Avec un alternateur et son régulateur indigent monté en première monte, qui culmine à 13,6V, c’est pareil.

        PS : On peut bien sur alors attendre une heure ou deux que le processus de diffusion dans l’épaisseur des plaques ..., ça permettra surement d’allumer les voyants mais de là à démarrer ...

        PS : une batterie sur laquelle on peut compter doit stocker ce qu’on attend/espère d’elle. Le mieux est de vérifier périodiquement (annuellement ?) en la déchargeant (jusqu’à tomber à 11,5 - 11,0 V) à C20 puis de la recharger avec un chargeur efficient et toujours à C20, et d’utiliser le moniteur et le chronomètre pour vérifier que les Coulombs sont bien là en quantité attendue (à 5-10% près, chaffer et consommer de l’eau ça se paye en électrons). On a des surprises.

        On peut aussi répéter ce cycle charge-décharge dans l’espoir de régénérer un peu (option optimiste) mais ça conduit fréquemment à la décision de remplacer (option trop fréquente).

        Faire ça avec une batterie de démarrage me semble utile mais je ne sais pas trop faire (décharge à C1 ou C3, c’est violent) et ne sais donc pas recommander ni préciser les paramètres. Mon test serait peut-être de tenter de démarrer pendant 30-60" avec la manette d’arrêt gasoil tirée, un test fonctionnel donc, suivi immédiatement d’une recharge énergique et prouvée.

        Répondre à ce message

        • Bonjour

          Charger à c20 c’est bien mon probleme, car avec un chargeur de quai sterling PCU 1240, ce n’est, à mon avis pas possible...
          Dans le cas où j’ai déchargé le parc batteries à C20 jusqu’à 11,5V, quand on branche le chargeur, ce dernier part à fond 40A 14,8v ......
          Il y a peut etre une astuce, mais je ne vois pas, sauf quand le chargeur est passé en float, le couper et le faire repartir , mais il grimpe aussitot à 40A , meme s’il retombe progressivement vers des amperages plus faibles, avec le « mastervolt » clignotant, indiquant une batterie bien chargée mais qui ne tient guere...
          Quant au A2B je suis en relation avec « charles » de sterling pour essais......

          Répondre à ce message

          • Dans le cas où j’ai déchargé le parc batteries à C20 jusqu’à 11,5V, quand on branche le chargeur, ce dernier part à fond 40A 14,8v ....

            Jusque là tout va bien. Cette phase de boost (courant constant et max, 40A dans ce cas, et tension décroissante, ici 14,8V) doit/devrait se prolonger jusqu’à ce que la tension tombe jusqu’à la tension de bulk (environ 13,8 - 13,6V)
            Ça c’est la théorie, en pratique les chargeurs se mélangent un peu les pinceaux et détecte mal le moment où ils peuvent/doivent passer en bulk (tension constante autour de 13,8 et courant décroissant jusqu’à qq ampères, il passe alors à la phase 3, float). Du coup les constructeurs implémentent un mélange de fonctionnement théorique (décrit ci-dessus) et d’heurisitque, du genre faire ça pendant un certain temps, temps qui est fonction des conditions régnant au début de la charge
            Ainsi, avec mon chargeur de quai Victron 30A, il reste en boost pendant 4 heures ou moins. Je peux l’enfumer en écroulant un peu la batterie (tirer environ C20 ou C50) qq minutes avant de commencer la charge, et cesser l’écroulement qq minutes après le démarrage de la charge. C’est acrobatique, ça aide peut-être, un peu.

            Dans la décharge/charge contrôlée (à C20), la recharge peut prendre quelques jours. Avec l’enfumage ci-dessus je ramène ça à 48 heures (toujours plus de 24h). Faut dire qu’il (le vieux victron 30A) passe toujours trop tôt en bulk, et toujours trop tôt ensuite en float. D’où les coups de pieds au c.l répétés (aka enfumages), mais c’est des coups de pieds au cul d’un veau.

            Comment je suis sur de ça : je compte tous les Ah qui sorte pendant la décharge (du genre 10A pendant 30 minutes ça fait 5 Ah). Et je compte ensuite les Ah qui rentrent pendant la charge en défalquant 5% pour les pertes en chaleur (électrolyse de l’eau et autres chimie) et en interprétant comme zéro les courants trop faibles (du genre 2-3A en float).

            Cette galère, car c’en est une, a cessé le jour ou j’ai installé le Sterling A2B et le nouvel alternateur de 70A nominal. Le résultat net est qu’après une belle décharge (C20 jusqu’à 11,5V) et au moteur, je comptabilise 150 Ah pendant la phase de 4h de boost (Sterling, c’est 4 heures) et pas mal encore (désolé, j’ai pas retenu les chiffres) dans la phase de bulk qui suit. Du coup j’acquière une certaine sérénité vis à vis des chiffres du moniteur mais j’ai bien souvenir des galères baveuses (il me fallait prouver à mon fournisseur que 6 mois après installation mes VRLA ne tenaient plus la charge, j’ai réussi à convaincre)

            En résumé : décharger c’est facile, recharger c’est vraiement galère si le chargeur n’a pas une poigne d’enfer (pour mes 330 Ah, 40 A en A2B c’est de la poigne), ça peut être très long (30A en chargeur victron c’est de la guimauve)

            sauf quand le chargeur est passé en float, le couper et le faire repartir

            Mon enfumage consistait, lors de float là, de couper et d’écrouler quelques minutes à 10 A de charge histoire de ramener la batterie à 12,5V, histoire de faire croire à une batterie déchargée. Bien sur dans ma comptabilisation des Ah je tenais compte de ça (10A pendant 10 minutes ça fait 1 Ah).

            avec le « mastervolt » clignotant, indiquant une batterie bien chargée mais qui ne tient guere...

            Non, pas du tout. Le mastervolt avec son cerveau de poulet peu conclure que la batterie est chargée s’il fait un mauvais bilan de ce qui sort et de ce qui entre et s’il part d’hypothèses inexactes sur l’état initial de la batterie. C’est bien pour ça que de temps en temps il faut tout rejouer à la mano et seulement lorsque tu es sur que c’est plein a ras bord et sans faux col (tu as compté) alors tu dis au mastervolt que c’est plein (sur le victron ça se dit SYNC, je ne cause pas le mastervolt) et que les bases sont saine.

            Relis le fil PTP sur le réglage des paramètres qui peuvent lui permettre de décider sainement que la condition “c’est plein” est bien atteinte (c’est rappelé dans ce fil)

            Quant au A2B je suis en relation avec « charles » de sterling pour essais......

            Super, n’oublie pas de nous en faire profiter lorsque tu sera arrivé à un état compréhensible.

            Répondre à ce message

            • Donc si j’ai bien compris la seule solution (pratique) pour charger au max une batterie, c’est de « l’enfumer » comme tu le pratiques...decharge à 10A, 10 mn quand on a atteint le float (ramener la batterie à 12,5 V)
              Je garde tes chiffres car j’ai egalement 330Ah de batteries avec un chargeur 40A .
              Pour le bulk et l’absorption je vais verifier les temps et recommencer une fois de plus la manip decharge/charge en notant toutes les heures ...fastidieux, mes prochaines batteries seront à electrolyte liquide et ouvertes, pour un pesage, beaucoup plus rassurant que toutes ces manips electroniques...
              L’electricité j’aime pas, on ne voit pas ce qui se passe, contrairement à la mecanique ou à la physique, mais pourtant faut s’y mettre, de nos jours c’est quasiment vital.
              Tu as completement raison à propos du « mastervolt »....ce n’est qu’une erreur de raisonnement (une de plus)
              Pour le A2B pas de probleme, je vous tiens au courant, des que je suis revenu de vacances ( c’est l’epoque) et pratiqué les essais, avec retours de « charles »

              Répondre à ce message

              • la seule solution (pratique) pour charger au max une batterie, c’est de « l’enfumer » comme tu le pratiques

                C’est presque ça :

                • si le chargeur est poussif, atardé, ... il faudra l’enfumer pour le forcer à bosser, et le comptage des Ah sera le juge de paix
                • si le chargeur est puissant, moderne et bien réglé, il fera le boulot tout seul, sans enfumage

                puissant  : j’ai trouvé mon victron centaur 30A analogique (donc ancienne version) pas assez puissant pour mes 330A. Je trouve mon mix actuel (alternateur de 70A théorique et A2B de 90A max) suffisant pour la config actuelle (330A, voir 550 avec les 220A du parc moteur+guindeau+propulseur)
                moderne  : un bon 3 étages (boost, bulk, float) est bien s’il est assez puissant, et le contrôle numérique est à ce stade plus efficace/astucieux que le contrôle analogique d’antan (le A2B numérique .vs. le victron centaur analogique)
                bien réglé : les réglages des tensions de boost (14,x V) et de bulk/float (13,3 à 13,8) proposés par les fabricants de chargeurs ne sont pas toujours en phase avec ce qui est préconisé dans la littérature, dont PTP ; avec d’un coté le risque de charger à tension trop élevée et de l’autre la sous-charge endémique (relire ce qui est écrit sur PTP et tacher de comprendre). ça devient franchement délicat lorsqu’un même chargeur doit charger des parcs (moteur/servitude) fréquemment de technologies (et donc de tensions) différentes, ce qui ajoute encore du bruit et de la fureur à ce conte idiot

                Répondre à ce message

            • Pour info, la contribution de Peio à propos des Li Fe Po (in http://www.plaisance-pratique.com/L... ) rappelle la terminologie utilisée le plus souvent sur les forums nautiques pour les 3 étages de charges :

              du « Boost » à « l’Absorption » puis au « Float »

              Les électriciens parlant, de leur coté, de phase à courant constant (boost) puis à tension constante (absorption). Pour float, je sais pas, entretien ? maintient ?

              Répondre à ce message

  • 16 octobre 2015 22:48, par Alien écrire     UP  image

    Tout a été déjà dit sur PTP quant au schémà « idéal ».

    Je dois avouer ne rien comprendre au schémà proposé.

    Des ciryx derrière un répartiteur (de quelle technologie ?)
    En plus ces cyrix ne sont raccordés qu’à une seule batterie donc ne servent à rien.

    Un générateur qui ne sert qu’à recharger sa batterie de démarrage !

    Des batteries aux capacités hasardeuses qui rendent l’âme à tout bout de champs !

    Des panneaux solaires qui débitent trop alors que les batteries ne se rechargent pas !

    Tout ceci mérite une petite réflexion en évitant les avis des mécanos de fond de port qui ne voient que leur intérêt immédiat.

    Mébon ya du boulot !

    1) faire l’inventaire des producteurs, de leurs capacités et des moyens de régulation
    2) réfléchir sur la façon de les interconnecter
    3) réfléchir et agir sur les capacités de stockage. Il est inutile d’avoir des batteries surdimensionnées si elles ne sont pas chargées convenablement et se déchargent jusqu’à se détruire.
    4) vérifier les conditions d’installation ds batterie : température, inclinaison, etc...
    5) vérifier le cablage et l’oxydation des contacts.

    Il serait tentant de proposer des solutions mais le schémà de l’existant aussi bien que la projet sont strictement incompréhensibles.

    Répondre à ce message

  • 19 octobre 2015 17:15, par Inconnu     UP  image

    Patrick,

    Ton generateur a quel tension de sortie ?
    12v , 220v ou les 2 ?
    avec quelle puissance ?

    es-tu au bateau la semaine de la toussain ?

    Répondre à ce message

  • 31 janvier 2016 20:47, par Kharis écrire     UP

    Bonsoir !

    Je ne souhaite pas polluer ce poste, mais n’étant pas encore très rodée au fonctionnement du site, je me demande si je ne me suis pas trompée de rubrique on postant mon dernier message :-/

    En effet, je vais devoir faire l’électricité de mon canot prochainement, et j’ai posté un message dans « divers » car pour moi ça ne concernait pas que le cablâge. A ce jour, je n’ai aucune réponse :’-( alors je me permets de relancer ici, sur le message le plus récent de cette partie et qui semble se rapprocher un peu de mes questions de schéma électrique...

    Dois-je ouvrir un nouveau fil de discussion, plutôt dans cette rubrique ?

    Si quelqu’un a des conseils / suggestions je serais vraiment ravie d’en profiter :-)

    En attendant, merci à tous les contributeurs pour ce site, qui est une mine d’informations de qualité, il me semble !

    Cordialement,

    Laurence

    Répondre à ce message

    • 31 janvier 2016 21:30, par yoruk écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

      Bonsoir
      Je suis le plombier qui reclasse... Non ne vous prenez pas la tête, s’il le faut, un peu plus tard, on reclassera les fils.
      Il faut noter et c’est tout à votre honneur à tous, que les fils sont très souvent classés d’emblée dans les bonnes rubriques

      Quand à Kharis... merci de votre soin à ne pas troubler notre bel ordonnancement... rien que des gens qui se tiennent bien à table (à part moi il faut bien le dire) :-))

      Quand on reclasse les fils, les commentaires attachés les suivent

      Cordialement (j’aime bien cette expression désuète ...) Michel

      Répondre à ce message

  • 1er février 2016 20:47, par aikibu écrire     UP  image

    Chose promise....
    Le AtoB qui bricolait au fond de mon moteur, allumage intempestif des leds, est revenu à de meilleures intentions en enlevant la prise de temperature sur les conseils de « charles » de sterling angleterre....
    mes autres demandes sont restées lettres mortes .
    Apres pas mal de manips et en suivant les conseils recuperes ici, je suis obligé de reconnaitre l’evidence , mes batteries sont mortes, 5 « megastores » garanties 4 ans il y a 4,5 ans, mais c’etait des« demarrages » utilisées en cyclage, alors faut peut etre pas trop s’etonner, surtout avec un pro electrique comme moi..
    Les remplaçantes sont commandées, des Crown type 31 DC 130 à decharge profonde...que j’espere pouvoir mener loin en suivant, des le debut, les conseils reçus de tous.
    Coq à l’ane pour voir si l’on suit ....l’article sur les bateaux en bois est toujours dans l’ordi en attendant les precisions demandées, à moins de n’avoir pas ete sur le bon post.... ???
    Ce ne serait qu’un echange de bons procédés

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

UP

Copyright et informations légales