image
image
image

Votre IP : 54.92.164.184
Dernier ajout : 19 septembre
Visiteurs connectés : 11

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > Trucs et astuces > Manoeuvres du bateau (brèves) > mâtage / démâtage rapide

Rubrique : Manoeuvres du bateau (brèves)

__________________________________________________________________________________________________________________

mâtage / démâtage rapideVersion imprimable de cet article Version imprimable

Publié Septembre 2011, (màj Septembre 2011) par : jp   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail

Mâtage démâtage annuel pour transit Rhodanien ( mais ça peut aussi servir ailleurs)

Pendant des années, j’ai fait un aller retour aoûtien entre Valence et la mer en voilier. Conséquence : démâtage à Valence, mâtage à Palavas, puis démâtage à Palavas et mâtage à Valence

Avec un peu de pratique, temps maxi pour un démâtage du RUSH : 10 mn sous la grue ( 15 mn pour le Gin Fizz ketch). Pour mater, à peine plus.

Astuces qui aident :

  • Mettre un tour de scotch sur les tiges filetées des ridoirs avant démontage pour marquer la position : au remontage, il suffit d’aller en butée du scotch sans se poser de question pour avoir le bon réglage
  • Défaire à l’avance et avant l’intervention de la grue tout ce qui n’est pas utile à la tenue statique du mat, c’est à dire, le plus souvent maintenir une simple triangulation du genre faux étai et bas haubans arrières ou pataras et bas haubans avant

Dans ce cas, l’immobilisation de la grue est réduite au minimum de temps ce qui ne peut pas être mauvais pour le coût de l’opération

UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

5 Messages de forum

__________________________________________________________________________________________________________________

__________________________________________________________________________________________________________________

  • 3 septembre 2011 22:33, par Robert écrire     UP

    Y avait-il un étai à enrouleur d’étai avec son tube sur les deux bateaux en question ?

    J’assiste souvent à l’opération dans mon port. Pour les mâts un peu conséquents (bateau de plus de 10-12m) et il m’a semblé que les points qui rendent parfois l’opération délicate sont entre autre :

    • l’enrouleur, son tube et le tambour qui sont fragiles au efforts de flexion
    • les connexions électrique en pied de mât plus ou moins bricolées.
    • le choix du point de passage des élingues autour du mât pour assurer sa stabilité pendant la manutention sans nuire aux accessoires fixés en tête de mât.

    Répondre à ce message

    • 4 septembre 2011 02:45, par yoruk écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

      Bonjour
      Il me semble que la gestion des circuits électriques en pied de mât soit bien trop délicate pour la confier à un tiers.
      Sur le Fantasia, s’était fort simple, sur le Voyage 12,50 c’est un peu plus compliqué, d’où l’intérêt d’avoir assez de ‘’mou’’ pour les conducteurs (Gilus Bleu appréciera ;-) ) du mat, car à force de couper 2cm… Cà peut finir par manquer !!! et surtout d’avoir une identification bien claire
      Pour ma part, mes connexions sont faites sur des barrettes faciles à identifier.
      Cordialement
      Michel

      Répondre à ce message

  • 4 septembre 2011 07:20, par jp écrire     UP

    pour les câbles électriques, 2 solutions

    des connecteurs de sectionnement en pieds de mat : pas mal ; mais gros risques de corrosion et faux contact, donc entretien fréquent, sauf à choisir des connecteurs multipoints de type industrie ou militaire qui ne se trouvent pas au ship du coin

    un boitier de raccordement sous le pont avec de simples passe fils

    les 2 bateaux étaient avec enrouleur, génois en place

    la méthode rapide est destinée à réduire le temps sous la grue, mais ne dispense pas des travaux préparatoires et postopératoires qui consistent à faire le maxi avant d’immobiliser la grue et après l’immobilisation de la grue, c’est à dire quand on a le temps et que le compteur ne tourne pas

    l’élingue est normalement une simple boucle qui passe sous les barres de flêche et sa gestion appartient au grutier qui doit avoir l’expérience

    l’enrouleur doit être préparé à l’avance, c’est à dire drisse sortie du pouliage et ridoir inférieur démonté

    il suffit de le laisser pendre dans le balcon avant et il faudra un équipier pour le tenir en bas et le faire passer
    sa flexion est largement suffisante pour permettre l’opération surtout si on laisse le génois en place, ce qui n’est pas gênant pour un remâtage dans les jours suivants
    sur les deux bateaux, avec le point d’élingage aux barres de flêche, le mat pouvait être manipulé et contrôlé sans aucun effort, l’équilibre étant très légèrement négatif ou positif

    en effet, au fur et à mesure que le mat va vers l’horizontalité, l’enrouleur se pose sur les barres de flêche qui le retiennent ( bien sur le pied de mat va toujours vers l’avant du bateau)

    en outre, quand tout est prêt, il faut y aller franchement pour rester en position intermédiaire le moins longtemps possible

    j’ai fait le cycle complet 12 fois sur le Rush et 9 fois sur le gin fizz ketch, mais je ne prétend pas que ce soit aussi facile sur un 60 pieds du Vendée Globe ( bien que la descente du mat soit souvent très, voire trop, rapide sur ces bateaux)

    en fait il faut être 2

    au dématage : un équipier en pied de mat pour le maintenir, un autre pour déposer les 3 ridoirs restant en place et qui va ensuite vers l’avant pour le passage de l’enrouleur
    quand la grue soulève un peu, celui du pied de mat va vers l’avant en guidant le mat et l’autre assure le bon passage de l’enrouleur
    quand le mat est horizontal, faire le posé

    au rematage, opération strictement inverse

    Répondre à ce message

  • 4 septembre 2011 08:59, par Sergio écrire     UP

    Bonjour,

    Pour éviter d’immobiliser la grue trop longtemps (le compteur tourne), lorsque le mât est posé sur son emplanture, vous pouvez aisément le tenir provisoirement avec drisses de génois, spi, GV, balancine etc... (En attendant de fixer le haubannage) Il ne faut pas qu’il y ait 40N de vent bien sûr !
    A+ Sergio

    Répondre à ce message

  • 4 mars 2012 19:00, par hotelgolf écrire     UP

    un truc pas mal egalement que j ai vu un chantier utiliser , quand ils dematent ils ne dereglent les ridoirs que d un seul coté , de l’autre ils enlevent les axes une fois que le premier coté est detendu ,.
    donc quand il rematent , c est beaucoup plus rapide , et aussi plus simple pour retrouver le bon reglage du mat

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

UP

Copyright et informations légales