image
image
image

Votre IP : 54.196.98.96
Dernier ajout : 21 août
Visiteurs connectés : 19

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > Articles > Mouillages et ports > Mouillages et ports en Mer de Marmara > Côte turque, Mer de Marmara-Est, Cinarcik

Rubrique : Mouillages et ports en Mer de Marmara

__________________________________________________________________________________________________________________

Côte turque, Mer de Marmara-Est, CinarcikVersion imprimable de cet article Version imprimable

Publié Janvier 2014, (màj Janvier 2014) par : Collectif Salacia   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail

Cet article est géolocalisé.

Turquie, Mer de Marmara-Est, Cinarcik

Imray-Rod-Heikell / Turquie/Mer de Marmara/Cinarcik

Edition française 2001
Edition anglaise 2013
http://www.4-oceans.com/guide-imray...
http://www.imray.com/Publications/I...

  • Pas d’erreurs.
  • Lacune de mise à jour :
    • Edition 2001 : obsolète
    • Edition 2013 : à jour, mais description sommaire, bâclée
    • Tous les feux de la côte turque sont équipés de balises AtoN (transpondeurs AIS)

Approche

  • L’approche est claire, mais il faudra parer à terre une côte frangée de hauts fonds, en particulier depuis le cap Deveboynu.Br
  • L’état des relevés bathymétriques sera un contrôler. Cette zone a bougée avec le séisme d’Izmit en 1999. Cinarcik a été complètement détruite, faisant des milliers de victimes
  • Le fond et le sud de la rade sont malsains. Il faut serrer le môle
  • On peut mouiller par beau temps dans la baie au sud du phare de Deveboynu.Br. L’approche du mouillage se soigne, les cartes sont fausses.
  • C’est le lieu de prédilection des turcs qui viennent s’y baigner, un peu à l’abris des méduses...

Cinarcik

  • Petite rade relativement bien protégée des vents dominants, si l’on peut trouver de la place sous le môle.
  • Tout le fond du port, et très vite au sud du môle, les fonds remontent rapidement. On peut se mettre en mouillage forain, à la limite de la ligne des 3 m d’eau, mais on est sur le passage des nombreuses barques de pêche de plaisance, ce qui pose vite des problèmes...
  • Seules quelques places sont disponibles pour les bateaux de passage, à l’extrémité du môle, après avoir paré une petite darse ruinée, et empierrée
  • On s’y met alongside, ou arrière au quai, en mouillant très longs, on sera vent de travers le matin. Il faudra aussi gérer les anneaux d’amarrages, peu nombreux...

Ambiance

  • Cité balnéaire branchée, on est proche d’Istanbul par le terminal de ferries de Yalova, elle cultive son côté occidental. on est à l’opposé d’Esenköy, très traditionaliste.
  • On y a croisé un couple exemplaire
    • Elle, Aila, francophone du lycée français St Joseph d’Istanbul, est l’ancienne secrétaire de direction de Renault à Bursa
    • Lui, Cihangir, est un pur produit de la formation IBM. Ancien officier mécanicien sur un vraquier livrant du charbon, en mer noire, a suivi la filière IBM, en évoluant vers la maintenance informatique
    • Tous les deux ont fait construire leur petit bateau à Istanbul. Tous les deux ont appris à naviguer par les fiches techniques de Voiles et Voiliers !!! Et, c’était Aila qui traduisait en turc les notices !!!
  • D’une façon générale, les femmes s’assument ici, et n’hésitent pas à aller sur l’eau.. Voir les photos ci-dessous
    Gold Lady, à Cihangir et Aila {JPEG} Cihangir nous frime, tout à la voile, et Aila à la manoeuvre {JPEG}Et eux aussi nous friment le nom du bateau : Sahin, signifie « faucon » {JPEG}Elles, ne friment pas... Que font les filles turques, le dimanche ??? Elles vont à la pêche {JPEG}Et elle... où va-t-elle ??? Ca fait rien, elle est belle... {JPEG}

Clearance

  • Rien ici, il faut aller à Istanbul ou Bandirma, et dans les deux cas, ce sera très compliqué

Général

  • Bonnes possibilités d’approvisionnement en ville. mais il faut trouver, et on est loin.
  • Pas d’eau, pas d’électricité, pas de Wifi à l’extrémité du môle
  • On peut se faire livrer du carburant par camion mini tanker. il faudra demander à la coopérative de pêcheurs située au début du môle
  • La ville dégage une curieuse ambiance de banlieue urbaine friquée, bien que l’on soit loin d’Istanbul. Curieusement, malgré son caractère occidental très marqué, on s’y sent plus à l’étranger qu’à la très orientale Esenköy, proche de 15 km...
  • Mais il est probable que le traumatisme du séisme de 1999, ait laissé des traces.

A ce sujet, ce lien sur la Faille Nord Anatolienne, là on est en plein dessus : FNA

Michel, Laorana, janvier 2014

UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

Répondre à cet article

UP

Copyright et informations légales