image
image
image

Votre IP : 54.211.200.222
Dernier ajout : 28 mars
Visiteurs connectés : 209

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > Forum technique > Au mouillage -forum- > Conditions habituelles du Canal de Sicile ???

Rubrique : Au mouillage -forum-

__________________________________________________________________________________________________________________

Conditions habituelles du Canal de Sicile ???Version imprimable de cet article Version imprimable

Publié Juin 2016, (màj Juin 2016) par : yoruk   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail

Ça fait un mois que ça dure, avec peu d’options d’abris en mouillage forain... 20/30 noeuds de vent et les rafales qui vont bien, en s’alternant : tantôt SE, tantôt NW

Est-habituel ? :-((:-((:-((

Michel, bernique à Licata B-)

UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

11 Messages de forum

__________________________________________________________________________________________________________________

__________________________________________________________________________________________________________________

  • 19 juin 2016 08:25, par yoruk écrire     UP Animateur

    Avec photo... du vent ici .....

    JPEG

    Répondre à ce message

  • 19 juin 2016 11:41, par Piou écrire     UP

    Sûr que tu as aussi vite fait de faire le tour par Messine cette semaine !!
    Je ne sais pas si c’est si fréquent, mais lors de mon dernier retour de Grèce (Mars 2011 !) j’avais renoncé à passer par le sud car Messine était toujours « bon » et le NW permanent sur le sud.
    Naviguer de nuit, par petits saut de puce ? Ça a l’air meilleur de nuit...
    Bon courage Michel et bonne chance, ce ne sont que des « prévis » finalement, ils se trompent peut-être ?

    Répondre à ce message

  • Hé oui, le canal de Sicile, c’est encore un venturi, donc quand les conditions s’y mettent, la mer y est très mauvaise. J’y ai très souvent vu des périodes de vent trop forts, mais généralement il y a un créneau par semaine. Le pire étant la fin de saison où les orages s’enchainent, ils peuvent être particulièrement très violents sur la Sicile, plusieurs fois le retour sur la Tunisie n’a pas été facile à cette époque. Quand le vent est bien établi, il peut tomber la nuit mais c’est pire avec une très grosse houle résiduelle. Donc oui c’est assez normal.

    C’est le gros problème de la Sicile, son manque de mouillages abrités (avec ses garde côte très chiants). Sinon, entre sa culture si riche et sa population si accueillante, ce serait vraiment une super ile.

    Répondre à ce message

    • Un peu hors sujet (quoique que ...)
      Vent contre courant ça n’a jamais fait bon ménage (raz blanchard, chenal du four, etc ... dont Charybe, et à un moindre degré n’importe quel cap de Provence))
      Les vents dominants, forts et bien (en fait, mal) orientés et surtout s’ils durent, du sud de la med-occ, en déplaçant les masses d’eau engendrent des courants qui deviennent non négligeables dès qu’il y a resserrement/étranglement. Or le canal de Sicile constitue une assez brusque remontée du (fond (au mieux 200m et souvent moins) entre des mers ouverrtes et profondes (très net coté Est)
      Dès que le courant atteint une certaine fraction de la valeur du vent (me souviens plus de la valeur mais avec 15 nd de vent et 3 noeuds de courant c’est déjà moche et 25 avec 6 c’est très très moche), la mer devient franchement dure si vent et courant s’oppose ; à l’inverse lorsqu’ils se conjuguent les vagues se « désescarpent » de manière remarquable (bon indicateur du courant d’ailleurs).
      Ca peut motiver à étudier aussi les isobathes de la cartes (relief du fond) pour éviter de se placer au cœur du torrent.

      Les marées aussi sont à l’origine d’important courants surtout dans les étranglements (resserrements horizontaux ou verticaux). Là encore il est bon, lorsqu’on remonte le détroit de Messine (et d’autres) d’avoir un œil sur l’heure de la marée et l’autre sur la bathymétrie, histoire d’atténuer ou d’annihiler les vagues escarpées que le vent contraire et le relief (horizontal, vertical) pourrait soulever selon qu’on est dans le torrent ou sur ses berges.
      Rappelons-nous que dans Charybe et Scilla (orthographe ?) l’un des deux était un terrible tourbillon cyclique, tourbillon qui a d’ailleurs disparu (vers le 17è ?) suite à un séisme qui a remodelé le fond sous marin et donc l’écoulement des eaux au plus étroit du détroit. J’imagine que Yoruk pourra préciser tout ce fatras ;-)

      Enfin, dès que la profondeur diminue en dessous de la longueur des vagues, celles-ci se mettent à déferler. C’est le cas dans le golfe de Gascogne où les vagues de 180 m de longueur d’onde (en gros crées par des vents constants de 8B et +) déferlent à 60-100M des cotes là ou les fonds remontent de 2000 à 200m (talus continental). Les mêmes causes engendrant les mêmes effets interpelleront certainement le navigateur prudent du canal de Sicile

      Répondre à ce message

  • 20 juin 2016 08:45, par yoruk écrire     UP Animateur

    Merci...
    On va faire le tour par Messine. On trouvera plus d’abris sur la côte nord de la Sicile. Et puis ça nous donnera l’occasion de tester les garde-côtes de Syracuse... On vous tiendra au courant ...
    On a un créneau demain... (trop... Ce sera une partie au moteur)

    Michel

    Répondre à ce message

    • Charybde et Scylla
      « La rencontre de deux courants opposés produit, en divers endroits du détroit, des tourbillons et de grands remous appelés garofali. Les principaux garofali sont sur la côte de Sicile, entre le cap du Faro et la pointe Sottile, avec le jusant, et devant la tour de Palazzo, avec le flot ; ce dernier garofalo est très fort : c’est le Charybde des Anciens. »
      Instructions nautiques de 1886

      Répondre à ce message

    • 20 juin 2016 12:51, par yoruk écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

      Rappelons-nous que dans Charybe et Scilla (orthographe ?) l’un des deux était un terrible tourbillon cyclique, tourbillon qui a d’ailleurs disparu (vers le 17è ?) suite à un séisme qui a remodelé le fond sous marin et donc l’écoulement des eaux au plus étroit du détroit. J’imagine que Yoruk pourra préciser tout ce fatras

      Merci Yves, merci Francis
      C’est parti pour Messine, comme ecrit plus haut, l’avantage de cette route plus longue, est que l’on peut trouver des abris... Je vais me pencher sur les courants du détroit de Messine.. Il est raconté beaucoup d’approximations sur le sujet. Or, aujourd’hui, les scientifiques ont mis à disposition beaucoup de documentation...
      Il y a un bel article à monter :o)
      Les courants’ posent peu de problème , surtout venant du golfe du Morbihan !, mais Yves à raison, le vrais problème est lorsqu’il s’oppose au vent...

      Michel

      Répondre à ce message

      • Bonjour Michel,
        J’ai passé plusieurs fois ce détroit de jour et de nuit coté ouest et coté est.
        Passer le détroit de Messine n’est pas très compliqué si tu es au moteur. Les courant sont surtout coté ouest avant d’arriver à Messine et dans le virage entre Charybde et Scylla.

        Je préfère longer la cote Sicilienne entre le rail et la cote mais toujours en prévenant les autorités du trafic maritime. (ils te suivent au radar)

        Beaucoup de trafic transversal de jour, en général les navettes (bateaux) partent en même temps coté Calabre et Sicile.
        Peu de trafic la nuit.

        Rappel pour les courants :
        1/ le sens montant, le courant portant commence a se faire sentir 2h avant l’heure de pleine mer à Gibraltar.
        2/ le sens descendant, le courant portant commence 4h30 après l’heure de pleine mer à Gibraltar.

        http://marine.meteoconsult.fr/meteo...

        Si tu veux passer contre le courant, il y a un courant inverse le long de la cote Sicilienne jusqu’à Messine. Il faut un peu le chercher.

        Si tu décides de changer de coté, traverse le rail à 90° mais ça tu le sais déjà.

        Jean Paul

        Répondre à ce message

    • Les choix de navigation sont toujours personnels, en fonction du bateau et de l’équipage.
      Mais j’ai toujours évité de passer par Messine
      D’abord parce que après 3 ou 4 jours de NW, le vent bascule au SE. et il y a moins de 100 milles pour arriver à Trapani (Il est vrai qu’en ce moment, pas de SE dans les 10 jours)
      Ensuite, parce qu’après Messine, sauf à remonter le long de la côte italienne, on se retrouve avec de l’ouest le long des côtes nord de la Sicile (ou pire du nord) et au total il y a 100 milles pour arriver à Messine et 150 milles avec pas beaucoup plus d’abris que sur la côte sud.
      Robert
      (à Thassos)

      Répondre à ce message

  • 20 juin 2016 15:46, par Piou écrire     UP

    Je me mêle de ce qui ne me regarde pas, mais il me semble (GRIB du 20 à 06h00TU) que demain mardi, si tu pars à l’aube, tu as largement le temps d’aller ds de bonnes conditions à Sciaca (moteur puis au près ds 10kts de SW) voire Mazara del Vallo si tu as du courage... et après c’est gagné ou presque ! Lol !
    Sinon le SE arrive le 29...
    Bon courage, Piou

    Répondre à ce message

    • 20 juin 2016 17:09, par yoruk écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

      Je me mêle de ce qui ne me regarde pas, mais il me semble (GRIB du 20 à 06h00TU) que demain mardi, si tu pars à l’aube tu as largement le temps d’aller ds de bonnes conditions à Sciaca

      Mais,non, mais non... Pas de problème !!!
      En fait, il y a une centaine de milles pour joindre Trapani. Pour une première navigation, il faudra compter au moins 3 jours, il y aura comme d’hab... des trucs à revoir !!! D’autant plus que demain on aura encore un clapot résiduel chiant dans le nez (pour skiron : 1m pour une période de 3 sec).
      De plus, si mauvais SE se confirme’ je risque de me retrouver à Trapani en attente pour la traversée vers la Sardaigne... Pas vraiment le rêve.
      Dans ces conditions, je préfère aller glander là où j’ai des abris, en prenant mon temps, par la côte Est, puis la côte nord... Et puis ce sera l’occasion de faire un tour aux Éoliennes, que je n’ai fait que traverser ... Et puis, un petit article sur Charybe et Scylla.... j’en salive déjà !
      Question aux instruits ? Qui a dit : « il n’y a que deux bons ports en Méditerranée, Carthagene, et le mois de juillet »... J’ai en tête, Charles Quint

      Michel

      Répondre à ce message

Répondre à cet article

UP

Copyright des logiciels, charte graphique, et images du bandeau supérieur : reproduction interdite sauf autorisation de reproduction de Robert Schirrer