image
image
image

Votre IP : 54.166.130.157
Dernier ajout : 24 octobre
Visiteurs connectés : 19

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > Forum technique > Entretenir le bateau -forum- > Tubes de béquilles : les recouper = corrosion ? ou pas.

Rubrique : Entretenir le bateau -forum-

__________________________________________________________________________________________________________________

Tubes de béquilles : les recouper = corrosion ? ou pas.Version imprimable de cet article Version imprimable

Publié Décembre 2015, (màj Décembre 2015) par : Basile   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail

Coucou tout le monde. Toujours vivant, mais j’ai encore plus de travail qu’avant ma retraite. C’était donc pas des blagues ce qu’ils disaient.

Mon bateau est au mouillage toute l’année, sur béquilles (galva), depuis 10 ans. Or je trouve qu’elles sont pas mal rouillée au niveau de l’eau. Il se passe que j’avais trouvé malin de couper le superflu de ces béquilles standards pour gagner poids et espace dans le coffre.

On sait qu’une blessure dans le galva s’autorépare, mais tout une coupure de tube ..., je fini par avoir des doutes. Mon ancien bateau, ses béquilles en 20 ans non recoupées n’étaient pas pire.

La question est que je vais devoir les changer.

 Soit les acheter toutes faites (700 € mini)
 soit acheter du tube galva 10 € le m en 50 mm, mais forcément lui aussi coupé.
 soit du tube alu anodisé, mais lui aussi coupé (quid de l’anodisation ?)

me vient à l’esprit le tube inox au m, dont je n’ai pas pensé à regarder le prix en 50 mm

UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

8 Messages de forum

__________________________________________________________________________________________________________________

__________________________________________________________________________________________________________________

  • 6 décembre 2015 06:43, par yoruk écrire     UP Animateur

    mais j’ai encore plus de travail qu’avant ma retraite

    Hé oui... il est 06H00 local, et je suis aussi débordé de boulot.:-)
    Nul doute, que des experts ici proposeront des solutions. Pour l’avoir vécu sur nos bateaux lorsque Piriac était encore un port d’échouage, le risque d’une rupture de béquille était un risque majeur, le bateau se couchant sur la béquille cassée et crevant la coque à ce niveau...
    Je ne suis pas le payeur... mais perso, je changerai les béquilles... La solution idéale, voir la photo jointe (Piriac 1971, marée basse), c’est un dériveur lesté, et... des béquilles en bois... Je sais... je date un peu B-)

    Michel

    JPEG

    Répondre à ce message

    • :-))

      en effet, pour un bateau si bas sur l’eau, des béquilles, que dis-je, des moignons de bois, suffisent.
      Mais j’ai besoin de 1,80 m, le bois va faire lourd et épais.

      Répondre à ce message

      • La galvanisation ne s’« autorépare » pas : en fait c’est le zinc au voisinage de l’acier mis à nu qui le protège, exactement comme les anodes en zinc protègent les métaux moins nobles. La protection ne dure que tant qu’il reste assez de zinc à dissoudre...

        Pour refaire des béquilles, je vois trois possibilités :

        • alliage léger : en choisissant une nuance « marine » (5083 par ex), nul besoin d’anodisation : de nombreux bateaux alu tiennent très bien sans aucune peinture.
        • acier inoxydable : tout à fait envisageable : 316 L par exemple. Il suffira de passiver les zones soudées pour garder un bel aspect.
        • dernière solution à laquelle on pense rarement : réaliser des béquilles en acier ordinaire et les faire galvaniser après découpes et soudures. Avec une galvanisation bien faite (norme SNCF classe S ou S renforcée par exemple), la tenue est excellente et, du fait du traitement par trempage, aucune zone n’est pas protégée. Il existe des prestataires spécialistes dans toutes les régions. Il est d’ailleurs peut-être possible de couper la partie endommagée de vos béquilles, ressouder un tube et faire regalvaniser le tout.

        Attention au choix des nuances pour l’inox ou l’alliage léger : un mauvais choix peut être très décevant. En alliage léger, je m’adresserais plutôt à un petit chantier naval alu qui a l’habitude et aura sans doute des chutes disponibles.

        Répondre à ce message

        • Une observation sur l’alu... Les béquilles sont toujours plus courtes que la quille, pour ne reposer d’abord que sur la quille. Les bateaux anciens savaient supporter celà. Mais, au moment de la pose (et quand on vécu çà à bord... on s’en souvient) les béquilles travaillent s’il y a du clapot traversier... L’alu sera t il assez résistant ???
          L’autre question bêtasse (pardonnez l’innocence), l’intérieur des béquilles acier sera t il bien galvanisé (il y a un piétement pour la pose, qui obstrue le bas) ???
          Sur le Cognac, nous avions des béquilles galva, démontables (en deux parties, plus faciles à ranger à bord)
          Michel

          Répondre à ce message

          • L’alu peut-être aussi solide que l’acier : simplement il faut prévoir l’échantillonage en conséquence (les ailes des avions ont des longerons en alu...). Donc tube plus épais ou plus gros en Ø.

            Pour la galvanisation, la conception doit permettre un bain complet de toutes les surfaces à protéger et il faut donc prévoir des trous de drainage afin de permettre l’entrée et la sortie du zinc en fusion du bain. Les prestataires sont au courant et conscients du fait.

            L’article de Wikipedia est bien fait et certainement écrit par quelqu’un plus compétent que moi :
            https://fr.wikipedia.org/wiki/Galva...

            Répondre à ce message

  • 6 décembre 2015 11:59, par yvesD écrire     UP Animateur

    mes miennes à moi sont en alliage léger, téléscopiques et tout et tout. Le propriétaire précédent les avait acheté chez « The yacht leg » (site internet existe), c’est lui qui a payé les 1100£, moi j’ai juste payé le bateau lorsque la livre vallait rien (1,10 €, maintenant 1,40). Je ne saurai dire la qualité de l’aliage, ce que je sais c’est uniquement que la très belle peinture grise est localement soulevée par une corrosion poudroyante et banale sur ces aliages, un peu dommage.

    Téléscopique donc très manœuvrables à moi tout seul, 30’ montre en main pour la pose ou la dépose - du coffre au fond de sable ou réciproquement, et pas lourd du tout
    La photo permet de deviner le système télécopique, il manque juste le patin qui vient s’appliquer contre la coque et s’insère dans le manchon gris presque tout en haut.

    JPEG

    Répondre à ce message

  • merci pour vos différents conseils, et options, qui m’ont aidé à faire la part des différentes contraintes

    1) pas facile de trouver au mètre du tube comme d’origine, 50 mm exact en 2 mm, sauf en barre de 6 mètres, et de toutes façons, dans cette dimension, c’est du non galva. Sinon, en galva, c’est du 48 mm, et alors, la partie télescopique n’entre plus.

    2) l’option faire souder un tube neuf sur la tête d’origine, pas trop confiance dans cette nouvelle soudure.

    3) pour ensuite le faire galvaniser, dans mon coin, c’est 100 km, 3 jours de délai, donc 2 aller-retour, plus le bateau soit au ponton, soit le long d’un quai pendant 3 jours

    j’ai finalement opté pour un manchon en galva du diamètre immédiatement supérieur, débordant largement de part et d’autre de la zone pourrie, simplement boulonné.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

UP

Copyright et informations légales