image
image
image

Votre IP : 54.145.51.250
Dernier ajout : 10 décembre
Visiteurs connectés : 19

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > Articles > En navigation > Divers > Construire une alarme d’homme à la mer

Rubrique : Divers

__________________________________________________________________________________________________________________

Construire une alarme d’homme à la merVersion imprimable de cet article Version imprimable

Publié Mars 2012, (màj Mars 2012) par : Robert   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail

Mots-clés secondaires: sécurité , électronique

Une alarme « MOB »

En navigation familiale, même si la famille est nombreuse, les navigants sont rarement plus de deux ou trois. Dans ce cas, même pour des navigations d’un ou deux jours, les quarts se font en solitaire. La nuit on est proche des problèmes des « solitaires vrais » pour ce qui concerne la chute à la mer.

Il y a cependant une différence importante, favorable au cas familial : si le marin de quart tombe à l’ eau, au lieu de déclencher une balise Argos et un pilote automatique pour un retour aléatoire du bateau, il suffit de réveiller fissa le reste de l’ équipage. On espère qu’ une personne au moins saura quoi faire dans ce cas d’ urgence !

Une solution simple et peu coûteuse :

Bien des solutions ont été imaginées par les couples pour remédier à ce risque, y compris le coup de la ficelle : le barreur met au poignet une petite cordelette, qui rentre dans le carré et est enroulé sans noeud autour de la main du dormeur ! Ainsi il sera prévenu en cas de traction intempestive sur la cordelette. Un couple navigant de 80 ans m’ a récemment confié utiliser ce « truc ».

Une solution plus moderne consiste donc à avoir en poche, pendant le quart, une petite boite émettrice dont l’ éloignement du récepteur situé dans le bateau déclenchera une sirène propre à réveiller le meilleur dormeur au cas où le marin tombe à la mer (ou s’ éloigne en douce la nuit pour aller au bar quand on est au port…).

Bien sûr, rien ne sert de se protéger à postériori (après être à l’eau) si on n’a pas pris toutes les précautions avant : port du gilet et du harnais, et prudence générale !

  • Les exigences du gadget :
    • être fiable
    • Surtout ne pas coûter très cher. Des systèmes coûteux il y en a dans les catalogues. http://www.nasamarine.com/proddetai... , http://www.nauticexpo.fr/fabricant-...
    • Rester très simple. Des systèmes compliqués il y en a aussi dans les catalogues.
    • Avoir une longue durée de fonctionnement sans changer les piles
    • Utiliser une base de fabrication industrielle , destinée à l’ origine à une autre fonction de grande diffusion, qui aura besoin d’ être très peu modifiée pour s’ adapter à notre besoin.
    • Comme tout système de sécurité sérieux, il doit déclencher par défaut , c’ est à dire qu’ une panne du système doit déclencher l’ alarme au même titre qu’ une chute à la mer.
       
  • La réalisation pratique : Les systèmes télécommande d’ ouverture de porte de garage sont adaptés à notre objectif. Le système devra être en transmission haute fréquence classique, la bande allouée à cela est celle des 432 MHz.
    • L’ émetteur consomme très peu de courant car ils fonctionnent normalement avec une pile bouton.
    • La distance d’ émission de 20 ou 30 mètres est juste celle adaptée à la protection d’ un voilier
    • Donc si l’ équipier porteur de l’émetteur tombe à l’ eau, dès qu’il est à 20 ou 30 mètres la sirène se déclenche, et même plus tôt que cela si l’émetteur est détruit par la chute.
    • Modifications à faire :
      • Il faut simplement faire en sorte que l’émetteur émette en permanence en court-circuitant le bouton pression habituel et l’alimenter avec des piles classiques AAA.
      • Le récepteur recevra une sirène puissante sur le contact « repos » son relais de sortie, et la sirène sonnera si l’émetteur est hors de portée ou si ses piles sont vides.
    • Mise en boite sécurisée : La mise en boite est simplement l’opération consistant à protéger dans un emballage adéquat un module acheté en général nu (ou sorti de sa boite d’origine trop petite) . C’est sûrement là que se trouve la principale difficulté pratique. Savoir mettre en boite étanche de manière fiable de l’électronique nécessite un certain savoir faire, de soudure, de câblage et de soin général.
    • L’alimentation du récepteur est en général en 5V ou 12V sur les modules industriels, pas de problème, il sera alimenté par les batteries de servitude.
    • Pour l’émetteur il faudra faire une mise en boite avec le nombre adéquat de piles de format AAA qui permettront une autonomie d’une centaine d’heure au moins. Rappelons que si les piles de l’émetteur sont vides, l’alarme sonne ! Donc pas de crainte.
       
  • Quelques adresses de fournitures de modules télécommande domotiques en 12V utilisables : il existe un grand nombre de modules émission et réception de ce genre sur le marché des sous ensembles industriels en 12 volts à des prix de moins de 100€ émetteur + récepteur. Les électroniciens amateurs éclairés sauront choisir le meilleur à leur analyse ! En 2012 :

Essais :

Les essais se réduisent à peu de chose : régler l’émetteur et le récepteur comme indiqué par le constructeur, et chercher dans le bateau le meilleur emplacement du récepteur.

A noter que le grand risque est d’oublier de mettre en marche le récepteur. Il est donc recommandable de ne pas mettre d’arrêt-marche sur le récepteur qui sera en marche permanente et branché sur le coupe circuit des instruments de bord. En général on ne navigue pas sans eux, et on les éteint au mouillage ou au port. Il n’est pas nécessaire de se jeter à l’eau avec l’émetteur pour voir si l’alarme se déclenche…On peut faire l’essai au port en s’éloignant sur le quai !

JPEG - 10.2 ko
Emetteur
JPEG - 12.9 ko
Récepteur

Illustrations :

Voici si dessous 2 clichés montrant la réalisation pratique que j’ai faite et dont les détails sont donnés ci-dessous. Les deux boites sont petites, et sont de simples boîtiers achetés chez le bricoleur électronique du coin de la rue. Pour l’émetteur, l’étanchéité finale est obtenu avec un sachet zip pour congélateur…

  • émetteur : de la taille d’un gros paquet de cigarette, il contient le kit émission que j’ai utilisé, un interrupteur arrêt marche à fleur du boîtier pour éviter les arrêts intempestifs, un voyant LED ne consommant que 2 mA et 8 piles AAA donnant une autonomie d’au moins 100 heures.
  • Récepteur : à peine plus gros que l’émetteur, il contient le kit réception, une sirène piezo très puissante, un interrupteur arrêt marche, un voyant LED et le câble d’arrivée du 12V.

Cas du kit Velleman (obsolète) :

GIF - 5.4 ko
Kit Welleman
GIF - 7.7 ko
Kit Welleman

J’ai utilisé les kit Velleman numéro K6706A pour l’émetteur et le numéro K6727 pour le récepteur. Ces kits se trouvait chez tous les vendeurs de bricolage électronique mais n’est plus commercialisé actuellement. L’ émetteur consomme 3 mA, et la durée de vie des 8 piles AAA (12V) sera de plusieurs centaines d’ heures. Le récepteur est également en 12 V, et fonctionne donc directement sur la batterie du bord. Pour les spécialistes j’ai reproduit ci-dessous les schémas des deux kits avec les modifications réalisées. Une petite temporisation 5 seconde a été ajoutée afin que le sirène ne se déclenche pas intempestivement en cas de perte de réception de très courte durée lors d’ un mouvement ou d’ un déplacement volontaire sur le bateau. Le fonctionnement est très satisfaisant, même sur mon bateau en aluminium, avec le récepteur sur la table à carte dans la descente.

Conclusion :

Bien entendu il faut un peu d’habitude en électronique pour réaliser avec une fiabilité raisonnable ce gadget pour un investissement assez modique de 100 €. Il ne cherche pas à rivaliser avec des matériels spécifique commercialisé, mais comme l’objectif visé est très spécifique à la croisière familiale, la fonction recherchée est parfaitement remplie. Bon courage et succès à ceux qui essaieront. Je serais heureux de recevoir leurs commentaires et améliorations en tout genre.

Bien entendu, portez votre gilet, votre harnais, une main pour vous et une pour le bateau, et soyez prudent !

UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

14 Messages de forum

__________________________________________________________________________________________________________________

__________________________________________________________________________________________________________________

  • 27 mars 2012 10:13, par yvesD écrire     UP Animateur

    Et lors des départs en vacances, en train, tu laisse le même récepteur dans la sacoche du PC (ou celle des bijoux de madame) et l’émetteur dans ta poche. C’est rageant de se faire tirer son PC (avec opencpn bien sur) à la gare ou dans le train. Bon, penser tout de même au voyageurs restés dans le wagon quand on va à la voiture bar.

    Cette idée avait été exploitée sur une base bluetooth, justement pour les PC des hommes d’affaires, c’est dire le prix

    As-tu une idée de l’autonomie de la partie émetteur (le jonas en devenir) et récepteur ? combien de pile LR6 ?

    Répondre à ce message

    • 27 mars 2012 10:16, par yoruk écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

      Pour OpenCPN... aucun soucis, en cas de vol... je rembourse :-)):-))

      Répondre à ce message

    • Dans ma réalisation, l’émetteur consomme 3-4 mA en 12 volts. Comme ces émetteurs sont faits pour marcher avec des piles bouton, leur consommation est toujours très faible.

      Avec 8 piles « AAA » (le plus petit format bâton possible en 1.5 volts), l’autonomie est de plus de 100 heures car ces piles font entre 500 et 2000 mAh selon le modèle.

      Avec des modifications plus profondes (mais sans intérêt en amateur) on peut multiplier la durée des piles par 10 à 100, en émettant des « bips » à la place de l’émission continue et en ajoutant une temporisation au récepteur.

      Mais on sort alors du critère de simplicité de réalisation que j’ai mis en numéro 1 et qui consiste uniquement à court-circuiter le bouton d’émission et ajouter une sirène au récepteur

      Répondre à ce message

  • 29 mars 2012 09:37, par Robert écrire     UP

    Un ensemble parfaitement adapté, déjà « en boite » et à un prix « canon » de 40€ chez Conrad réf 191240-62 :

    http://www.conrad.fr/systeme_sans_f...

    L’offre dans ce genre de matériel évolue très vite, et heureusement le plus souvent à la baisse de prix et davantage de performance.

    JPEG

    Répondre à ce message

    • 29 mars 2012 14:26, par yvesD écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

      Bonne pioche,
      la question de l’autonomie de l’émetteur - en mode continu - se pose à nouveau et plus durement puisque le l’objet est très compact (adapté à un sac de dame, pas trop de place pour des piles) et une pile 27A a été choisie (12V, deux fois plus fine et deux fois plus mince qu’une LR6).
      Sauf à avoir un pilote qui va régulièrement à Shangaï dans sa famille, ça va être onéreux.

      Sans doute faut-il intégrer l’émetteur dans un boitier étanche contenant beaucoup de batterie rechargeable LR6 de 2700 mA. De toute manière il faut bidouiller pour maintenir un des boutons en permanence appuyé.

      question subsidiaire : s’il fallait étanchéifier uniquement le boitier d’origine, le mettriez-vous dans ces emballages plastique (ou « mylar » à arachide) à sceller/re-sceller avec ces gadgets « soude-sac » de camion de marché ? en avez-vous déjà éprouvé la fiabilité, hors arachide ?

      JPEG

      Répondre à ce message

      • Je ne comprends pas bien cette objection d’autonomie ? Une première réponse est là : http://www.plaisance-pratique.com/c...

        Dans l’article, je précise bien que l’autonomie n’est pas un problème (paragraphe illustration) car l’émetteur est mis dans un petit boitier contenant 8 piles « AAA » assurant au moins 100 heures d’autonomie.

        Citation de l’article :

        Mise en boite sécurisée : La mise en boite est simplement l’opération consistant à protéger dans un emballage adéquat un module acheté en général nu (ou sorti de sa boite d’origine trop petite) . C’est sûrement là que se trouve la principale difficulté pratique. Savoir mettre en boite étanche de manière fiable de l’électronique nécessite un certain savoir faire, de soudure, de câblage et de soin général.
         

        • L’alimentation du récepteur est en général en 5V ou 12V sur les modules industriels, pas de problème, il sera alimenté par les batteries de servitude.
        • Pour l’émetteur il faudra faire une mise en boite avec le nombre adéquat de piles de format AAA qui permettront une autonomie d’une centaine d’heure au moins. Rappelons que si les piles de l’émetteur sont vides, l’alarme sonne ! Donc pas de crainte.

        Fin de citation.

        J’ajoute qu’une boite d’émetteur grosse comme un paquet de cigarette n’est pas un problème pour des poches de ciré, même pour un non fumeur ....

        Répondre à ce message

    • Bonjour
      je viens de m’inscrire aprés avoir vu le montage a faire éventuellement soi meme
      L’emetteur et recepteur de chez Conrad semble etre une trés bonne solution .
      Auriez-vous un plan pour letransformer en alarme d’homme à la mer ?

      Cordialement.

      Répondre à ce message

  • 10 avril 2012 17:49, par solive écrire     UP  image

    A noter que navicom fait une vhf ASN/AIS avec un récepteur sans fil et un bracelet d’homme à la mer. L’option bracelet permet de déclencher une alerte (alerte ASN aussi ??) et d’enregistrer (grace aux coordonnées GPS utilisées pour la fonction AIS) la position MOB. L’option doit coûter 80 ou 90€ donc aussi cher - ou pas beaucoup plus cher- que ce que tu proposes.
    Au moment de changer de VHF et/ou d’acquérir un récepteur AIS, il peut être utile de savoir que l’option existe.

    Répondre à ce message

    • Il est clair que les prix de l’électronique sont rapidement décroissants et rendent le « bricolage » moins rentable. A l’époque où j’ai réalisé mon « Mob », c’était il y a une dizaine d’année et les balises « Mob » étaient rares et hors de prix.

      Ceci dit, pour un plaisancier qui n’en a qu’un usage marginal quelques jours par an, et qui n’a pas envie de changer toute sa chaîne VHF-ASN-GPS-Pilote auto, cela vaut encore le coup ... si on est un peu adroit en électronique.

      Répondre à ce message

  • Philippe ( http://www.plaisance-pratique.com/_... ) vient de faire avec succès un clone de cette alarme « MOB » avec les modules actuels, car les anciens m’ayant servi n’existent plus :

    Les nouvelles références sont K8057 (25€) et K8059 (17€) de Welleman.

    Ci-dessous les modifications et la réalisation qui fonctionne bien.

    JPEG

    Répondre à ce message

    • Il n’est pas très sympathique vis à vis de millions d’utilisateurs de la bande 433-34Mhz d’émettre en permanence.
      Au milieu de la mer pas de problème, cela n’embêtera personne.
      Dans une zone habitée, avec la bonne antenne on peut inhiber tous les portails, portes de garage et centrales d’alarme à bas prix en saturant la bande de fréquence dans un rayon de 2-300m.
      En contrepartie, il est assez simple d’imaginer et de réaliser un système qui écoute et déclenche une alarme en cas de perte de signal mais qui reçoit aussi des infos sur l’état de la batterie de l’émetteur, sa situation (à bord ou à l’eau),
      Il est facile d’intégrer un module émetteur avec son antenne de 17cm dans un gilet ou un harnais.
      On peut aussi imaginer un récepteur qui, équipé d’une antenne directionnelle permette le repérage d’un homme à la mer.

      PS : désolé pour les fautes de frapes, les inversions de caractères e tutti quanti . Je suis incapable de lire ce que j’écris sauf à prendre une loupe.. .

      Répondre à ce message

  • 2 décembre 2013 20:04, par PABA écrire     UP  image

    Intéressant mais ça me fait penser à une histoire de TC 432 MHz. Un plaisancier en avait installé une pour allumer la descente quand il arrivait au bateau. Un voisin a du ouvrir son garage, le plafonnier s’est allumé. Il est resté allumé, l’ampoule 10W a chauffé et mis le feu au bateau.
    Ca n’a aucun rapport, je sais, mais je ne peux m’empêcher de chercher par où le diable arrivera dans cette histoire.
    Sinon il existe des alarmes anti-éloignement déjà toutes prêtes, et qui sans doute auront une meilleure autonomie :
    à 10€ : ->http://www.maprotection.fr/187-.htm...
    plus pro : ->http://www.leroy-medical.fr/surveil...

    Enfin le lien actuel pour le produit chez Conrad est : ->http://www.conrad.de/ce/de/product/...

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

UP

Copyright et informations légales