image
image
image

Votre IP : 54.225.54.120
Dernier ajout : 20 septembre
Visiteurs connectés : 25

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > OpenCPN > Tutoriel OpenCPN > Tutoriel OCPN V4 > v4.0.0 Chap 10.1 : Gérer sa trace et la contrôler par rapport à sa route

Rubrique : Tutoriel OCPN V4

__________________________________________________________________________________________________________________

v4.0.0 Chap 10.1 : Gérer sa trace et la contrôler par rapport à sa routeVersion imprimable de cet article Version imprimable

Publié Novembre 2014, (màj Janvier 2015) par : yoruk   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord

Opencpn, sécurisation de l’approche : « Route et Trace »

Définir les conditions d’approche
  • La baie comporte 3 zones de dangers
    • Au NW des haut fonds
    • Au centre une ferme marine pour laquelle on peut manquer d’informations
    • Au S.E des haut fonds proches de la côte
  • Le mouillage recommandé se trouve plein Nord, entre la ligne des 5 et des 10m, juste derrière les zones dangereuses à contourner
  • La ligne de sonde des 10 m, ici en trait gras, peut être le fil rouge de l’approche
Définir une route de sécurité
  • Pour l’approche, il est préférable de matérialiser la ligne de sonde des 20 m, claire de tout danger
  • Puis suivre la ligne de sonde des 10 m, en veillant bien à ne pas pénétrer à l’intérieur
  • Cela peut se faire soit au Nord de la ferme soit au Sud
    • Au Nord, on est vite proche des cailloux, et les fonds remontent vite
    • Au Sud, la ligne de sonde des 10 m est cohérente avec le dessin de la côte
  • La route sera tracée pour passer par le sud, en veillant les hauteurs d’eau au sondeur :
    • Passé la ligne des 20 m, à contrôler au sondeur, chercher la ligne des 10 m
    • La suivre jusqu’à trouver l’alignement plein Nord, qui situera le mouillage
  • Trouver deux relèvements validant le chapeau avec l’alignement.
Contrôler la cohérence de la trace et de la route
  • Mettre Opencpn en mode trace…
  • Contrôler les écarts entre la trace et la route
  • Modifier son cap en fonction des écarts constatés
  • Pour cet exemple, le cap été modifié à la hauteur du WP n° 003, pour ramener la trace sur sa route pré établie.
  • Suivre la route jusqu’à l’approche
  • A l’approche, contrôler route et trace par la cohérence du sondeurs et des observations visuelles des relèvements et alignements…
Contrôle de l’alignement
  • Avec le procédé de fusion/transparence, on peut identifier et aligner 3 amers
    • La pointe du musoir
    • Le village
    • A l’arrière plan le minaret d’une mosquée
  • C’est c’est la technologie d’aujourd’hui : la fusion avec Google Earth
  • Demain, ce sera le Homing par transpondeurs AIS : Caler l’estime avec l’AIS

Etablir une trace : mode opératoire

Variables d’éditions de la trace
  • Dans « Option » (la Boite à Outils), ouvrir l’onglet « Bateau »
    • Activer l’onglet « bateau de l’utilisateur »
    • Opter pour une des options de « précision de la trace »
      • Faible : peu de WP relevé, faible précision, mais allègement du poids du fichier. Convient au large, sans obstacles
      • Moyenne : convient pour des changements de caps, influant peu sur la direction générale suivie
      • Grande : convient dans les zones d’approche, où la précision de la trace est requise. Allourdi les fichiers et retarde le fonctionnement d’OpenCPN
  • Une fois validée, l’option « trace » apparaît sous forme d’icône dans la barre des menus
  • Elle fonctionne en mode interrupteur, le mode « ON » étant indiqué par un encadrement en surbrillance
  • La trace s’affiche automatiquement, sur la carte ici pour l’exemple en violet
  • Il est possible de choisir une couleur de trace dans la fenêtre contextuelle du menu propriété (clic droit sur la trace).
  • On peut activer une trace journalière automatique, dans l’onglet « Bateau » outil automatiquement automatisé… fort complexe…
    • Il semble bien plus simple d’activer une trace en début de période, puis de l’enregistrer en fin de navigation sur cette période.
    • Prendre garde à l’enregistrement, d’identifier ce fichier d’un nom caractéristique. S’agissant de l’enregistrement de WP, comme pour les routes, il y a un risque de confusion entre les deux.
  • Il est bon d’enregistrer toutes et traces, de la même façon que pour les cartes. C’est une manière aisée de les retrouver : Gérer les cartographies

Contrôler une trace

4 outils permettent de suivre et de contrôler la trace
  • Le cadran d’activation de la route, une fois activée l’option « Route : activer » du menu contextuel des routes (clic droit sur la route, puis clic gauche pour confirmer l’option). Il fonctionne en interrupteur, affichant les valeurs pour la route ou le segment (clic sur Segment/route). Les valeurs données variant en fonction de la destination : WP suivant ou fin de la route
    • Dev : c’est le XTE, écart par rapport à la route, en mode segment
    • Arrivée à : c’est l’heure d’arrivée estimé en mode route
    • BRG : c’est le cap pour le prochain WP actifo VMG : c’est la distance en gain au vent
    • RNG : c’est la distance physique pour le WP suivanto TTG : c’est le temps estimé pour arriver au WP suivant eu à la fin de route
    • Un écran de guidage en mode « autoroute »
  • L’outil tableau de bord, plugin affiche des informations pré requises lors de son installation. Pour cet exemple, les options d’affichage :
    • La position géodésique
    • Le cap, une rose de compas, et la vitesse sur le fond
    • Les deux derniers cadrans reprennent en caractères épais
      Ndlr : il faut rester modeste, la vitesse a été enregistrée au débouché des Dardanelles avec trois nœuds de courant au cul…
  • Dans la barre d’état
    • La deuxième cellule en partant de la gauche indique SOG et COS, mais écrit très petit
    • La Quatrième cellule donne une information très intéressante : relèvement et distance du pointeur, par rapport au bateau

 

  • Très utile aussi, l’outil « mesurer » donnant caps et distances multiples.
    • Un clic droit sur la carte, ouvre une boite de dialogue
    • Valider l’option « Mesure : Commencer » positionne un crayon virtuel sur la carte
    • Un clic gauche à l’emplacement de départ
    • un autre clic gauche à celui de la cible, détermine une droite indiquant le cap et la distance pour atteindre cette cible
    • La touche de fonction F4 donnera le même résultat, sans passer par le clic droit.

 

Menu propriété d’une trace

  • S’ouvre par un clic droit sur la trace, en validant « trace : propriétés »
  • Enregistre et édite les informations de la trace
  • On peut lui donner un nom· On peut indiquer les points de départs et d’arrivée
  • C’est ici que l’on détermine la couleur applicable à la trace·
  • Les enregistrements se font en fonction des variable temps ou distance choisis
  • Il faut noter que la vitesse indiquée, n’est pas calculée, mais enregistrée au moment de la saisie du point. C’est une vitesse instantanée à ce moment précis

 

Ndlr : en complément sur la vitesse instantanée, au moment de l’enregistrement, le GPS peut avoir changé de faisceau, et si cela se produit quand une déferlante pousse au cul… On peut obtenir des résultats flatteurs, voir ci contre 36,61 nœuds, le 10/04/2011 à 07:01:53 … non, non pas çà… sauf à vouloir claironner sur les pontons : J’y étais, la preuve c’est enregistré… Même en A 40 ce ne serait pas raisonnable.

 
 

UP


UP

Copyright et informations légales