image
image
image

Votre IP : 54.83.66.51
Dernier ajout : 21 février
Visiteurs connectés : 14

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > Trucs et astuces > Manoeuvres du bateau (brèves) > Arriver ou quitter un quai par vent perpendiculaire au quai

Rubrique : Manoeuvres du bateau (brèves)

__________________________________________________________________________________________________________________

Arriver ou quitter un quai par vent perpendiculaire au quaiVersion imprimable de cet article Version imprimable

Publié Juin 2011, (màj Septembre 2011) par : Robert   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail


Comment quitter un quai, vent poussant au quai, coincé entre deux bateau ?

  • Safran vers le quai
  • Garde avant-arrière au quai
  • pare’bat’ à l’avant
  • moteur fort vers l’avant
  • le bateau ayant pivoté, on passe en marche arrière toute, barre opposée, largage de la garde
  • c’est parti
UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

12 Messages de forum

__________________________________________________________________________________________________________________

__________________________________________________________________________________________________________________

  • 4 septembre 2011 19:01, par gadloo écrire     UP

    (NDLR : Arriver au quai par vent éloignant du quai)

    Dans l’ensemble, peu de skippers travaillent sur les amarres.
    La garde avant-arrière est un élément primordial pour de nombreuses manoeuvres délicates.
    Dans l’exemple donné par Robert il s’agit de s’écarter du quai alors que le vent y colle le bateau.

    A l’inverse, imaginons que le vent vienne du quai alors qu’on veut s’y amarrer.
    Préparer une garde avant-arrière de la longueur du bateau frappée à un taquet à l’avant et terminée par une boucle à l’autre extrémité.
    Approcher doucement le nez du quai avec un léger angle,
    Passer la boucle dans une bitte du quai.
    Rester en marche avant avec très peu de puissance, safran vers le « large » et le bateau vient se coller au quai.
    Avec l’habitude et une longueur bien calculée dès le départ, ça permet même de faire de jolis
    « créneaux » sans même solliciter une seule fois la marche arrière.
    La manoeuvre doit se faire doucement pour éviter le rappel brutal de l’amarre quand elle est en tension.
    Ne pas oublier, bien sûr, les protections habituelles : boules et pare-battages.

    Répondre à ce message

    • (NDLR : Arriver au quai par vent éloignant du quai)

      Je fais un petit dessin pour faciliter la lecture ... en espérant ne pas me tromper :-P

      S’il y a une erreur, Gadloo, je corrige sans problème !

      GIF

      Répondre à ce message

      • 4 septembre 2011 20:21, par yoruk écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

        Sauf erreur de ma part…
        Cà le fait aussi avec une garde partant du maître bau. Cà le fait même mieux, le pivotement, sous la pression de l’hélice se faisant mieux depuis le centre du bateau qu’à l’avant.
        Le problème dans ce cas de figure est qu’il faut un peu plus de place pour aborder le quai…
        D’une façon générale, les manœuvres de corde sont très souvent occultées, ce qui est bien dommage, car en fait, c’est pratiquement un équipier supplémentaire.
        Je suis souvent solo pour manœuvrer, et arriver lentement, parallèle au quai, sauter sur le quai (il n’y a plus personne à bord) depuis le maitre bau, passer l’amarre sur une bite (on ne dit pas biter une manœuvre) ; remonter sur le bateau et le bloquer doucement au moteur… Cà a de la gueule…
        Cordialement
        Michel

        NB C’est bien placé comme çà Robert ???? :-/

        Répondre à ce message

        • Oui, le dessin est bon.

          Yoruk, tout dépend de la configuration, notamment concernant l’emplacement de la bitte.
          Sur le dessin, ici, elle est parfaitement placée. C’est l’idéal. Tout à l’arrière une fois le bateau en place.
          Imagine maintenant qu’elle soit au milieu de l’emplacement laissé libre et en admettant qu’il y ait déjà un bateau en amont et un autre en aval de l’emplacement comme sur le dessin.
          Il te faudra alors une corde très courte, peut-être inférieure à la moitié de ton bateau : pas pratique si tu arrives le nez au quai et peut-être risqué si tu t’aperçois au dernier moment qu’il manque une dizaine de centimètres : tu devras lâcher au taquet alors que ce n’est pas le moment. Chaque instant compte dans ce genre de situation.

          En frappant ton amarre tout à l’avant, tu disposeras toujours d’une longueur bien supérieure à une autre frappée au maître bau : n’oublie pas que tu arrives presque perpendiculaire au ponton ou au quai.
          Ici on admet que tu es seul au monde et que tu sautes pour passer la boucle autour de la bitte.
          S’il y a du monde à terre ou sur le ponton prêt à t’aider, tu vas envoyer la corde : plus il y a de longueur, plus elle a de chances d’arriver entre les mains de celui qui va t’aider.
          C’est toujours rageant de voir une amarre finir son vol plané dans la flotte parce que trop courte.
          :o)

          Répondre à ce message

        • Et j’irai même plus loin : mieux encore serait d’avoir une amarre qui fasse deux fois la longueur du bateau.
          Elle passe par le chaumard qui est tout à l’avant mais elle est frappée sur un taquet tout à l’arrière à hauteur du poste de barre ==> fini les aller-retour pour régler la longueur en finesse.
          On a alors une main sur la commande d’inverseur et l’autre sur l’amarre. B-)

          Répondre à ce message

          • 5 septembre 2011 01:03, par yoruk écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

            Gadloo
            Oui, tu as tout à fait raison, si on manque de longueur pour garer le navire, il faut impérativement venir étrave au quai. Le problème est alors de sauter, si personne ne s’y trouve pour récupérer ton amarre. Peu de chance que çà se produise dans les ports français, çà peut arriver, où je navigue, en méditerranée orientale.
            J’ai vu faire un jeune allemand sur Halberg Rassy 31 (cockpit à l’arrière). Il avait trois amarres de prêtes, il a sauté sur le quai, par le maître bau (là ou c’est le plus facile), puis vite fait deux demi-clefs sur un anneau, retour à bord par la maître bau, puis avant lente comme décrit plus haut.
            Mais il avait de la place (environ deux longueurs de bateau) pour arriver avec pas trop d’angle au quai. Il n’y avait pas trop de vent non plus.
            Solo, c’est ta solution d’une longueur d’amarre de deux fois la longueur du bateau, réglable depuis le taquet AR, la bonne. Elle règle le problème de la position de la bitte ou de l’anneau. Encore faut-il avoir quelqu’un qui passe sur le quai, et quelqu’un de pas trop maladroit… Il m’est arrivé qu’un brave homme m’ait renvoyé mes amarres… Jamais compris son humour…:-((
            Cordialement
            Michel

            Répondre à ce message

  • Ces mêmes techniques sont utilisées par les pilotes des cargos quand ils veulent économiser le coût d’une poussée de remorqueur...
    Mêmes techniques avec les mêmes résultats.
    Bravo pour les petits dessins bien explicites.

    José

    Répondre à ce message

    • Ces mêmes techniques sont utilisées par les pilotes des cargos quand ils veulent économiser le coût d’une poussée de remorqueur...

      • Cargos, alternative, pour se décoller d’un quai…

      Effectivement, je l’ai vu faire à Lipso (Dodécanèse), le cargo livrant de l’eau, est arrivé avec environ 40° d’angle au quai sous le vent. A 50 m, dans environ 10 m d’eau, il a lâché son ancre, puis s’est laissé coller au quai, comme indiqué sur l’image GE jointe (fortuitement, on voit sur cette image, la cargo à quai)
      Pour repartir, il reprend quelques mètres de chaîne, puis bat machine avant, barre au vent, pour écarter l’arrière du quai, sans que son étrave touche le quai. Une fois obtenu un angle satisfaisant, il bat machine arrière, barre dans l’axe, tout en reprenant son mouillage… C’est vraiment spectaculaire

      Peut être plus délicat avec nos carènes en stratifié:-(( Quoique avec un dériveur alu intégral ;-)

      Michel à Scala Loutra

      JPEG

      Répondre à ce message

  • Bonjour,

    Une autre technique peu connue mais très efficace lorsque l’on est seul. par le point d’ambelle.

    Préparer une grande boucle env. 1m passer le courant par le chaumare du maitre baud puis le tourner sur le winch au niveau de la descente.

    Aborder le quai par le travers, arrivé devant la bitte, passer la boucle autour, (bien viser !) puis retourner au winch et reprendre tout le mou à la main, terminer la manoeuvre et winchant pour se coller au quai. Meme par vent fort cela se fait sans effort et le point de tire étant au milieu du bateau celui-ci ne bouge plus.

    Cdt.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

UP

Copyright et informations légales