image
image
image

Votre IP : 54.156.51.193
Dernier ajout : 18 septembre
Visiteurs connectés : 18

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > Forum technique > Mon projet > Le projet de Carthage > Les étonnements du nul : chaaaaaargez !

Rubrique : Le projet de Carthage

__________________________________________________________________________________________________________________

Les étonnements du nul : chaaaaaargez !Version imprimable de cet article Version imprimable

Publié Avril 2013, (màj Avril 2013) par : Carthage   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail

Mots-clés secondaires: électricité

Je n’en reviens pas.
J’ai juste une batterie (encore oublié de noter marque et puissance - c’est sans entretien et 75 A je crois). Abandonnée depuis octobre. Elle est à 12,4 V. Pas mal, vu son âge et son état d’abandon, m’enfin il est temps de faire quelque chose (elle serait bien à un peu moins de 50 %, là).
En temps normal, j’aurais simplement mis le moteur en route une ’tite heure. Mais, je suis pensive en contemplation devant le moteur, quelque chose me dit que c’est pas la peine de multiplier les problèmes.
Donc, me suis-je répondu, je prends le chargeur de l’automobile de ma Maman, je l’apporte au port, je débranche les câbles de la batterie du bateau, je branche les pinces crocodiles, une nuit (moi à côté), et le tour est joué.

Ah ben oui ! Un petit café d’abord, et une bonne lecture : Hors série Loisirs Nautiques n° 21, Electronique Electricité à bord ; p. 44, je lis :
« Tels quels, ces chargeurs [automobile] ne sont pas utilisables sur un voilier. Tout d’abord, n’oubliez pas que le 220 V tue vite et bien. Aussi, pour éviter ce problème, il faut impérativement relier la masse du chargeur à la masse du bateau. Autre modification à apporter, supprimer les pinces crocodiles. On les remplacera par une prise mâle de type »deux prises plus terre« . Sur la batterie en paralllèle, on montera une prise femelle »deux prises plus terre« aussi. Grâce à la prise de terre (qui ne sert à rien électriquement », il sera impossible de brancher la prise à l’envers. Ainsi, il n’est pas nécessaire de marquer les prises. On fera une prise par batterie".
Et conclusion, manipulé comme ça, c’est bien utile ces chargeurs là.

Oui, eh bien moi, je n’ai RIEN compris. J’ai rarement autant RIEN compris.
Si vous pouvez m’expliquer... C’est pas vraiment que j’y tienne, d’ailleurs. Mes nerfs flanchent. Mais tout de même, je ne vois pas pourquoi ça ne peut pas marcher avec ces f... pinces crocodiles ? Au pire, je l’amène sur le ponton, la batterie, si le problème c’est le bateau ! Comprends pas, comprends pas, et comprends pas. Là.

UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

43 Messages de forum

__________________________________________________________________________________________________________________

__________________________________________________________________________________________________________________

  • 4 avril 2013 01:02, par tilikum écrire     UP

    Cool ! Il n’y a rien de compliqué, il suffit de lire un article « moderne » sur le sujet : http://www.plaisance-pratique.com/l... B-)

    Faut pas paniquer avec l’article de LN qui commence sérieusement à dater, avec des détails qui me font rire :

    Ils parlent de « prises femelles » et de « prises mâles », ce qui prête à confusion alors qu’il y a un moyen mémo-technique simple pour les différencier :

    • Une prise est toujours femelle comme son nom l’indique...
    • La mâle, c’est une fiche... comme son nom l’indique aussi... !
    • Donc... une prise mâle serait une anomalie génétique... voire pire... et n’existe pas dans la langue française, en tout cas en électricité. ;-)

    Il n’y a rien de grave avec les pinces croco, c’est juste un moyen de connexion provisoire et volant, qui équipe même des très bons chargeurs de qualité professionnelle.

    En pratique, si on évite d’utiliser ce type de chargeur en installation fixe, ce n’est pas tellement pour des raisons de sécurité électrique, mais à cause de la régulation qui peut être plus ou moins fantaisiste avec les chargeurs bas de gamme...

    Tu peux donc utiliser sans soucis le chargeur de ta Maman, qui ne peut avoir que deux défauts : trop bas ou trop haut en tension, ce qui se surveille à l’aide d’un vulgaire voltmètre.

    Une précaution indispensable : avant de connecter et surtout avant de déconnecter les pinces croco, toujours arrêter le chargeur afin d’éviter la moindre étincelle...

    _/)

    Répondre à ce message

    • :’-));-);-);-);-)
      Merci !!!
      Ben oui, moi j’y comprenais rien, avec leurs deux prises mâles et leurs deux prises femelles (c’est tout de même malheureux, même de leur temps on avait inventé et différencié fiche et prise), et leur terre qui ne sert à rien mais qu’il faut brancher tout de même ! En plus, la logique de leur truc ?

      Par contre, j’avais bien compris (avant de les lire) qu’il ne faut pas le brancher et s’en aller pendant trois jours ; et que ça s’utilise... quand vraiment y’a rien d’autre.

      L’article « moderne » auquel tu me renvoies, il y a belle lurette que je l’ai lu. Je mentirais en disant que j’ai tout compris, mais j’ai retenu des trucs, et je sais où le trouver. Au moins, on sent qu’il y a une logique (même si on n’est pas capable de suivre, c’est perceptible).

      Répondre à ce message

  • 4 avril 2013 12:23, par Carthage écrire     UP

    Peut-être ça justifierait-il un nouveau sujet ? Mais je ne vais tout de même pas les multiplier plus que de raison. Je vais tout de même écrire deux posts, un par question.

    Je veux réviser pas mal de choses, en restant aussi simple et minimaliste que possible.
    Il y a à alimenter l’éclairage, intérieur et extérieur. Je souhaite en plus un pilote, un radar, une VHF, un GPS, un sondeur et un loch. Peut-être un jour AIS et un iridium. Je crois que c’est à peu près tout.

    Je n’ai qu’une batterie, il m’en faut plus ! Mon bateau est un Arpège. Moi j’ai des petits bras qui ne savent pas manipuler les gros poids, mais des doigts relativement agiles qui peuvent bricoler. Je pense donc mettre deux servitudes (plus léger à l’unité, donc plus facile pour moi), 75 AH chacune (voire plus si affinités poids), en parallèle, dans la couchette cercueil tribord, et la batterie moteur dans la couchette bâbord.

    Quel type de batterie pour les servitudes, à votre avis ? N’oubliez pas le problème du poids, ni celui de la tête à l’évent qui oublierait de remettre de l’électrolyte, ni l’ignorance du nul qui s’imagine mal gérer des chargements de batterie compliqués (on reparlera plus tard du circuit AC et du chargeur de quai, n’ayez crainte).

    Répondre à ce message

  • Votre avis ? Je les ai vues conseillées à diverses reprises sur des sites et dans des livres anglais. Elles ne sont pas données. Mais elles semblent, à capacité égale, moins lourdes que les autres.

    J’en ai vu ici :
    http://www.all-batteries.fr/choix-b...

    et il semble que les plus connues soient de la marque Trojan.

    Connaissez-vous ? Quelqu’un a-t-il utilisé ?

    Répondre à ce message

    • Très bon choix, je les ai conseillé plusieurs fois sur le site, mais attention aux dimensions !

      Répondre à ce message

    • Attention, une bonne batterie placée dans un contexte inapproprié devient une mauvaise batterie !

      Donc, un plaisancier qui n’a pas envie du tout de s’occuper de ses batteries préfèrera du « sans entretien » pas très performant, mais qui durera plus longtemps qu’une batterie très performante qui exige de l’entretien et qui ne reçoit pas cet entretien indispensable à sa survie :-/

      Typiquement, des batteries « ouvertes »,avec bouchons à électrolyte liquide classique nécessiteront de s’occuper de leur niveau d’eau distillée, et pourquoi pas, de mesurer de temps en temps au pèse-acide (10€) la densité de l’électrolyte et d’agir en conséquence.

      Typiquement une super batterie à électrolyte gélifié crèvera rapidement si le chargeur est un peu inadapté.... etc ...

      C’est juste deux exemple.

      voir : http://www.plaisance-pratique.com/q...

      Répondre à ce message

      • Oui, mais le fil auquel tu me renvoies, je l’ai lu, relu, rerelu, me suis endormie dessus des tas de fois, et je n’y comprends RIEN. Je vois bien que c’est intéressant, mais je ne sais pas faire le rapprochement avec mon cas.
        Alors, pour faire simple :
        j’ai acheté un chargeur Cristec CPS3.
        Je voudrais des batteries de servitude avec les caractéristiques suivantes :
        ° 150 Ah
        ° poids unitaire si possible pas plus de 20 kg
        ° entretien nul (ou presque)

        (Dans ces conditions, il ne m’est pas possible d’exiger en plus qu’elles durent très longtemps, ni qu’elles soient bon marché ! Ca serait évidemment mieux, mais faut pas rêver.)

        Les dimensions ? Il me semble que dans un coffre sous couchette cercueil je ne devrais pas avoir de problème ?

        Alors ? Laquelle ?

        Répondre à ce message

          • Ben, la première contrainte, et la plus sévère, c’est la place ! Donc mesurer l’espace disponible d’abord.
          • la seconde c’est ta façon d’utiliser le bateau : délaissé longtemps ? Habitant à bord de longues périodes ?
          • la troisième ce sont les moyens de charge (on a déjà compris lesquels)
          • la quatrième la puissance de ton alternateur.
          • ... on verra pour la suite ...

          Et quand on ne sait plus quoi faire, on prend celle que le schip a en stock et basta :-P

          Répondre à ce message

          • Lorsque je conseillais d’utiliser des batteries de golf, je pensais plutôt à celle des voiturettes de golf qui sont des vrais semi-traction, capacité de l’ordre de 200 à 210 Ah ; 6V et 26-30kg !
            http://www.trojanbattery.com/Produc...
            Elles existent en divers types : classiques, gel... Ce type de batterie a été fabriqué a des millions d’exemplaires et a atteint une complète maturité.Le parc important de véhicules en exploitation commerciale dans les clubs pousse à un rapport qualité/prix intéressant.

            Je n’ai aucune expérience des batteries pour caddies et autres machins, qui sont souvent des appareils mal foutus et peu durables

            Répondre à ce message

            • La plupart des vendeurs de batteries entretiennent une grosse mystification avec les batteries pour « golfcart ».
              C’est un genre qui n’a aucune définition .
              On voit de tout !
              Il en va de même pour les « scooter » électriques qui sont plutôt déstinés aux handicapés.

              Rares sont les « golfcart » équipés de vraies batteries de tractio type Trojan.
              Rappel : une batterie de traction peut admettre des courants de décharge importants et un niveau de décharge frisant les 100%.

              La plupart des batteries vendues pour les « golfcart » et les « scooter » sont des batteries « gel » ou « vrla » de conception interrmédiaire.
              Elles acceptent des courants de décharge « moyens », des niveau de décharge assez importants.
              L’encombrement est assez voisin de celui des batteries de démarrage.

              Quand on peut accéder aux datasheets on constate que raisonnablement utilisées, elles peuvent atteindre 1000 cycles.

              1000 cycles sur un bateau ce peut être trois ans, voire plus.
              Sur une voiturette ou un scooter ce peut être trois mois.

              A condition de se cantonner dans les marques réputées sérieuses, c’est un assez bon choix si on dispose d’un « bon » chargeur et qu’on est attentif au niveau de décharge.

              Répondre à ce message

          • ° espace disponible : la couchette mesure 2,2 m de long ; 60 cm de largeur utilisable ; et probablement 40 à 45 cm de profondeur/hauteur
            ° utilisation jusqu’ici, très petits ronds dans l’eau, et longues périodes d’abandon (de novembre à mars, et en juillet- août ; le projet, à partir de l’an prochain si j’arrive à mener à bien pas mal de travaux, c’est de faire du côtier en Espagne, par petites périodes s’allongeant peu à peu. A bord, j’aurai tout de même une lampe à pétrole !
            ° moyens de charge : chargeur Cristec, alternateur, et puis peut-être, si mes compétences électriques se développent un peu, un panneau solaire.
            ° alternateur 50 A

            Une nuance à ce que tu dis : « quand on ne sait plus quoi faire, on prend celle que le schip a en stock et basta »... mais seulement si on est capable de la soulever !

            Répondre à ce message

            • j’ai acheté un chargeur Cristec CPS3.

              Hop !!! ubiquité
              On pourrait peut être commencer par les contraintes... quelles contraintes ???

              • ses petit bras... pas trop lourdes les batteries si deux fois 20 kg = 150 A on est dans son plan
              • Comment charge son cristec ... quel voltage maxi ???
              • Comment charge son alternateur ???

              Sachant que ces deux éléments elles les possèdent (ils sont en place)

              • Compte tenu de sa place disponible et de ses moyens de charge et de la force de ses petits bras... de quels types de batterie, facile à trouver, doit elle s’équiper ???

              Je cause comme çà, parce qu’ici loin de tout, c’est comme çà que çà marche bien B-) B-) B-)
              Michel

              Répondre à ce message

              • Une hauteur disponible de 40cm permet d’envisager pas mal de batteries non standard.
              • Un abandon de 6 mois en hivers, même avec un petit panneau solaire, est sévère et milite pour des « sans entretien » à faible perte.
              • Le chargeur (d’après la doc du Web) a une position « PbCa » (15.1V de tension boost) de qui permet d’envisager les batteries « plomb-calcium » (très important la tension à 15.1V pour les PbCa).

              Dans ces conditions, et pour commencer la nouvelle vie de ce bateau de petits ronds dans l’eau, je ne me casserais pas la tête : batteries sans entretien Plomb Calcium , celles qu’on trouve chez les schip au rayon « servitude », en cherchant la meilleure offre. Ce ne sont certes pas les meilleures, ni celles que j’ai achetées, mais elles me semblent adaptées à la situation...

              Avec ce choix simple il reste un gros problème : il faudrait bricoler l’alternateur pour monter sa tension à 15V également .... :-/

              Répondre à ce message

              • ! !!!!!!!!!! :-O
                Bricoler l’alternateur ???
                euh... Pas ça !
                J"aimerais encore mieux acheter les batteries les moins chères de chez Lobscur et les changer tous les ans s’il le faut !!!

                Et là encore, je ne comprends pas. Il y a deux ans et demi que j’ai à bord la même batterie « sans entretien », et elle n’était pas neuve quand je l’ai eue. Je peux affirmer qu’elle avait au minimum 3 mois de plus (pour avoir visité le bateau 3 mois avant l’achat). Connaissant l’ex-propriétaire, ça ne doit pas être une batterie grand luxe !
                Le premier hiver, elle a tourné une fois en 5 mois ; le second, pas du tout entre novembre et aujourd’hui.
                Elle semble bien se porter et affiche 12,4 V.
                Est-ce que l’alternateur la recharge mal ?
                En tous cas, je n’en demande pas plus aux futures nouvelles batteries.
                Pourquoi 15 V ? D’après tout ce que j’ai lu (sans comprendre, je précise), la plupart des batteries se contentent de 14,4 ?

                Répondre à ce message

                • L’autre nul (moi même) a-t—il bien compris ???

                  • Robert nous dit : « le chargeur dans sa boite », chez Carthage, saura charger à 15.1 tension recommandée pour bien charger les batteries Plomb Calcium, que l’on trouve partout à un prix raisonnable
                  • Il nous dit aussi, il faudra booster (pas bricoler !!!, mais booster, en gros le pousser au cul !!!), pour qu’il atteigne lui aussi la tension de 15.1 dont les Pb Ca ont besoin...

                  Hé, hé... mais c’est ma configuration !!!

                  • Donc pas de problème au port
                  • Problème avec ronds dans l’eau

                  Peut être une autre solution que la mienne (panneaux solaires branchés direct sur la batterie de service et un régulateur réglé à... 15.1 v), cette autre (Sterling ???) solution permettant de leurrer l’alternateur, afin de lui faire délivrer plus que ses 13.7 règlementaires ???
                  Là on attend des avis experts... et merci de respecter mon grand âge
                  Michel

                  ronds dans l’eau

                  NB : Ronds dans l’eau... ce n’est pas mettre des sous (de l’argent, du fric, des ronds...) dans l’eau hein...

                  Répondre à ce message

                • Elle semble bien se porter et affiche 12,4 V.

                  Cette tension ne signifie rien en ce qui concerne l’état de ta batterie, qui peut être quasi naze. Le seul moyen de savoir son état réel est de la décharger jusqu’à 11.5V (par exemple) en mesurant (avec le gestionnaires de batteries que tu as) combien d’Ah elle aura débité.

                  La grande majorité des batteries « de base sans entretien » vendues par les schip sont des PbCa qui nécessitent 15V au moins pour être bien chargées et durer assez longtemps.

                  Répondre à ce message

                  • Le gestionnaire de batteries ne peut pas me servir à mesurer quoi que ce soit : il est, comme le chargeur et le reste, dans sa boîte à la maison.
                    Tout ce que j’ai à bord, c’est la batterie, l’alternateur, et un multimètre - et un nombre considérable de fils qui pendouillent et de dominos.

                    « La grande majorité des batteries « de base sans entretien » vendues par les schip sont des PbCa qui nécessitent 15V au moins pour être bien chargées et durer assez longtemps. »
                    ... et j’ai lu aussi que ma pratique habituelle - moteur pendant une petite heure - ne permet pas de recharger la batterie à 100 %.
                    Je suppose que seul le chargeur y parvient.

                    Mais j’en reviens à la seule que je connaisse, la mienne ; avec de mauvaises pratiques (temps au moteur et tension de charge insuffisants), elle a duré au moins deux ans et demi.

                    Donc... est-il rentable et utile de se torturer la cervelle et le porte-monnaie pour faire quelque chose de plus satisfaisant intellectuellement ? Ou peut-on se contenter de cette approximation, et acheter, comme tu le dis, les batteries standard du ship ? En définitive, et vu tout ce que j’ai encore à apprendre, à vous demander, et à faire... je suis tentée !

                    JPEG

                    Répondre à ce message

                    • 5 avril 2013 10:11, par Carthage écrire     UP     Ce message répond à ...

                      Erreur ! Je cherchais une photo de fils avec dominos (pas retrouvée), mon doigt a glissé... et je n’arrive pas à supprimer cette photo de mon citronnier à citrons verts l’été dernier... superbe mais rien à faire ici !

                      (nulle, je vous dis).

                      Répondre à ce message

                    • Don d’ubiquité...
                      Je suis tenté, et çà va faire hurler les experts... C’est la solution adoptée ici... On change les batteries basiques, toutes !!! tous les 3 ans !!!
                      Avec un peu d’expérience, on tente d’améliorer le coup, en particulier pour le parc de servitude, tenu plein tout le temps grâce aux panneaux... mais on a aussi le soleil qui va bien... On vit durement...B-)
                      Michel

                      Répondre à ce message

                    • avec de mauvaises pratiques (temps au moteur et tension de charge insuffisants), elle a duré au moins deux ans et demi.

                      Il y a une explication qui est souvent la bonne lorsque des personnes font ton constat étonnant : la manière de solliciter leur batterie est telle que même une batterie naze est suffisante :-)

                      C’est un grand classique : sur une voiture, quand la batterie ne permet plus de démarrer et qu’on la change, elle a encore peut-être 10% de sa capacité initiale. Et au lieu de tenir 10 heures avec les phares allumés par oubli à l’arrêt, elle tient encore 1 heure avec les phares allumés par oubli à l’arrêt ... mais elle permet toujours de rouler !

                      Sur des sujets techniques, il faut se méfier des observations trop simples qui vont dans le sens qu’on souhaite :-/

                      Répondre à ce message

                      • Attention : je sais bien que ma façon de voir est parfaitement nulle et coûteuse.. Il est évident que c’est une vision des choses déplorable.
                        Mais la vision dépend de l’oeil... et si mon oeil est incapable d’y voir clair, je dois en tenir compte (j’en ai mal à la tête depuis deux jours, d’essayer d’y voir plus clair !). Tu as dit quelque part que la meilleure batterie pouvait devenir très mauvaise si inadaptée, le skipper fait partie des paramètres.

                        Autrement dit : incapable de comprendre ce qu’on me dit, et d’utiliser correctement des outils adaptés (alternateur -à booster -, chargeur), j’ai tendance à conclure : bon, eh bien ça me coûtera plus cher qu’aux autres, mais en prenant des batteries de base (gel ? sans entretien en tous cas) que je changerai régulièrement sans me poser de questions tous les deux ou trois ans, je peux peut-être arriver à faire fonctionner mes éclairages, appareils, et moteur, quand j’en ai besoin et en évitant les ennuis ?
                        Je ne sais même pas si cette question est idiote ou pas. Mais j’aimerais éviter les ennuis (que je ne peux pas anticiper puisque je les ignore).
                        J’y vois un autre avantage : ça me donnerait le temps de faire le reste, sans trop investir en argent et réflexion sur les batteries. Nul doute que, si j’arrive à refaire le reste, au bout du travail j’aie beaucoup appris !
                        A ce moment-là je pourrai repartir sur une réflexion batterie - chargeur - boostage alternateur...

                        Je crois que c’est ce qu’avait La Joliette dans l’idée quand il m’a donné un schéma (sur lequel j’ai encore des questionnements) et conseillé les équipements (ce que j’ai fait pour la plupart, j’ai plein de boîtes pleines). Qu’en penses-tu ?

                        Répondre à ce message

                        • C’est correct : parfois il faut simplement s’en remettre à un avis dans lequel on a confiance en se disant qu’on verra par soi-même plus tard pour choisir une solution plus personnelle.

                          C’est exactement la raison pour laquelle je proposais d’utiliser des PbCa servitude sans entretien du schip en attendant des choix plus personnels et réfléchis.

                          Je devais par honnêteté intellectuelle préciser que ce n’est pas le top, et que l’alternateur ne sera pas « top » par rapport à ces batteries.

                          Mais si le chargeur est correct en tension, et si le bateau est à quai et peut être chargé correctement au quai, « ça peut le faire ». L’inconvénient sera au mouillage durant de longues périodes (p.ex. 2 semaines) avec une consommation journalière parce qu’on est à bord, et des difficultés à recharger pleinement à cause d’un alternateur à tension trop basse.

                          C’est dans ces circonstances (mouillage) que le contrôleur - gestionnaire de batteries te montrera la difficulté de charge et te permettra de ne pas mettre en péril la survie de tes batteries.

                          Répondre à ce message

                          • Robert, peux ton estimer dans ton schéma, que les batteries mêmes (Pb-Ca et leur besoin de charge élevé) tiendront au large, même rechargées par la tension moins élevée de l’alternateur… Récupérant à quai, ultérieurement leur niveau maximum… ???
                            Michel

                            Répondre à ce message

                            • Au mouillage la situation de charge au moteur deviendra intenable après quelques jours : la tension trop basse de l’alternateur va conduire à un courant de charge trop faible et à des durées de moteur exaspérantes et stupides pour l’usure moteur, puisque l’alternateur ne débitera pas grand chose.

                              La tendance naturelle de tout le monde dans ces conditions sera de raccourcir le temps moteur, d’accepter une sous charge permanente jusqu’au moment où la sous charge sera critique ... ce que le contrôleur montrera fort heureusement.

                              En l’absence de contrôleur, un jour, sans prévenir la sous charge chronique et cumulée sera telle qu’au petit matin le feu de mouillage et le frigo seront éteint sans qu’on les coupe :-P

                              Répondre à ce message

                              • En fait, si je comprends bien, au mouillage et dans l’hypothèse d’un parc séparé, par exemple

                                • 1 x 75 A pour la batterie moteur
                                • 2 x 75 A = pour le parc de servitude = 150 A (c’est à dire 75 A utile, si on ne veut pas descendre sous 50% de charge des batteries)

                                Après conso des 75 A, si l’on a que l’alternateur pour charger, il débitera à 13.7 v maxi (si les diodes sont compensées) ou 12.9 v si ce n’est pas la cas.

                                • Dans ce cadre, avec une batterie moteur encore en charge, combien d’ampères seront délivrées aux batteries de service ???

                                Si j’ai bien compris, le coupleur automatique Cyrix permettrait le chargement complet, d’abord de la batterie moteur, puis ensuite plus rapidement (puisque l’alternateur lira directement les valeurs de la batterie de service.)
                                Alors, dans ce cadre… combien l’alternateur débitera t il d’ampères (toujours dans l’hypothèse d’une batterie déchargée à 50%, et d’un alternateur débitant moins de 13 v)

                                C’est la question !!! si c’est trop faible et trop long, comment faire comprendre ‘’simplement’’ a l’alternateur, qu’il doit ‘’chaaaaaarger’’ plus ;-)
                                Michel

                                Répondre à ce message

              • http://www.trojanbattery.com/pdf/TR...

                en anglais, mais assez clair ; et le document Victron recommandé dans l’article « quel type de batterie » :

                http://www.victronenergy.fr/upload/...

                Malheureusement... lire est une chose, mais comprendre !

                Autre problème, sur le site de Trojan, je vois bien le voltage des batteries, mais je ne comprends pas quel est le chiffre qui donne leur capacité ; exemple :
                http://www.trojanbattery.com/Produc...
                12V, mais combien d’ampères ???

                Répondre à ce message

                • 5 avril 2013 07:52, par Négofol écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

                  Sur les fiches Trojan, l’indication de capacité est donnée en fonction de l’utilisation :

                  • les colonnes de gauche capacité sont en minutes :
                  • la batterie peut débiter 25 A pendant 150 mn soit 25 x 2,5 = 62,5 Ah
                  • ou 75 A pendant 36 mn soit 75 x 0,6 = 45 Ah
                  • les colonnes cranking correspondent à un usage démarrage de moteur : courant maximal 530 A à 0°F (- 18°C) ou 650 A à 32 °F ( 0°C) (donc batterie à usage mixte)
                  • Ce qui vous intéresse pour un usage servitude est donné dans les colonnes suivantes : 80 Ah pour une décharge en 5 heures ou 100 Ah pour une décharge en 20 heures

                  Cette batterie est donc une 12 V/100 Ah en utilisation servitude classique.

                  On voit que la notion de capacité est très dépendante du débit !

                  Sur l’exemple que je donnais plus haut :
                  http://www.trojanbattery.com/Produc...
                  on peut noter que rien n’est indiqué dans la colonne cranking car il s’agit d’une vraie batterie à cycle profond inadaptée à un usage démarrage.
                  L’utilisation de 2 batteries 6 V en série permet de limiter le poids de chaque élément tout en ayant une capacité supérieure.

                  Répondre à ce message

                  • 5 avril 2013 09:52, par Carthage écrire     UP     Ce message répond à ...

                    Merci pour l’explication !
                    Batteries 6 V : si elles sont en série, le résultat donne la même capacité que chacune isolément, non ? 2 batteries 100 A en série donneront 12 V et 100 A ? Il faut que je compare les poids.
                    Pour la séparation des batteries : il me semble avoir lu, sous la plume de Robert probablement, je ne sais plus dans quel article ou fil, qu’il vaut mieux avoir une seule batterie de 200 A (par exemple) plutôt que deux de 100 A.
                    Cela est-il vrai uniquement si les batteries sont en parallèle ? Parce qu’il me semble aussi avoir lu que lui-même est équipé de tout un tas de batteries 6V, qui je suppose sont branchées et en parallèle et en série.
                    Pour le chargeur, ça lui est égal, si les batteries sont en série ou en parallèle ? J’en suis aux bases, je n’ai pas la moindre idée du fonctionnement de cet engin, et je ne suis pas encore capable de m’y intéresser (trop à apprendre par ailleurs), on en reparlera forcément !

                    Répondre à ce message

                    • 5 avril 2013 11:00, par Négofol écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

                      2 batteries 6 V 200 Ah en série = 1 batterie 12 V 200 Ah (aucun problème)
                      2 batteries 6V 200 Ah en parallèle = 1 batterie 6 V 400 Ah (un peu plus délicat si batteries différentes)
                      De toutes façons, les batteries au plomb sont composées d’éléments de 2 V en série pour faire la tension souhaitée : 12 V = 6 éléments (et donc 6 bouchons pour les batteries standard).

                      Le chargeur n’a aucune idée de la constitution de la batterie et s’en moque : seules comptent la tension nominale et la technologie pour ajuster les valeurs de tension de charge.

                      Répondre à ce message

  • 5 avril 2013 10:28, par Carthage écrire     UP

    Rien n’est simple, tout se complique...
    La culture, c’est comme la confiture...
    Bref, un nul à qui on entr’ouvre un oeil devient un vrai intégriste.
    Je suis allée regarder chez les ships en ligne, je reviens un peu scandalisée - et très étonnée bien sûr.
    Chez l’un des plus gros, un big, il y a des batteries ; mais si la technologie des susdites est indiquée, c’est que je ne sais pas lire (c’est déjà arrivé). Même pas de « cliquez ici pour les détails techniques ».
    Chez AD, par contre, on trouve une notice bien faite (je crois) sur les batteries ; mais les batteries qui me semblaient intéressantes pour moi (Freedom), je ne les trouve pas sur leur catalogue, ni ailleurs.

    Ca va se terminer chez Lobscur, je vous dis !

    Répondre à ce message

  • 9 avril 2013 15:48, par Carthage écrire     UP

    Retour d’Hendaye et vérification : mon unique batterie actuelle est une batterie Freedom Delphi, 102 Ah. (et son voyant est vert).
    Actuellement, étant unique, je comprends que l’ancien proprio en ait mis une relativement grosse. N’est-elle pas disproportionnée par rapport à l’alternateur ?
    Mais si je mets deux batteries de servitude, est-il nécessaire, voire judicieux, d’avoir une aussi grosse batterie moteur ?

    Répondre à ce message

    • Voyant vert, ce qui veut dire que la densité de ton électrolyte (ton acide dans la batterie) est bonne, donc ta batterie est en bon état.
      Elle n’est pas disproportionnée par rapport à ton alternateur (50A, si je me rappelle bien) si tu respecte deux choses :
      1- ne pas décharger ta (ou tes) batteries trop bas pour ne pas les détruitre ou les affaiblir.
      2- respecter un temps de charge conséquent permettant de recharger ta ou tes batteries via ton alternateur (et plus tard via ton ou tes panneaux solaires de jour), sachant qu’une batterie prend beaucoup de « charge » au début du cycle de charge, mais qu’ensuite, cette charge devient de plus en plus faible au fur et à mesure que la batterie se recharge. Tu trouveras facilement de la littérature à ce sujet sur le net et ici, par exemple :
      http://arbracam.over-blog.com/artic...
      Je l’ai écrit il y a déjà quelque temps...
      Pour recharcher une batterie COMPLETEMENT, il ne faut surtout pas faire le calcul simple intensité consommée = intensité débitée par le générateur (alternateur ou pS) multipliée par le nombre d’heures car plus on recharge une batterie, plus sa résistance interne augmente et plus il lui faut du temps pour récupérer la pleine charge.
      Le problème souvent rencontré, c’est qu’on se retrouve avec une batterie qui n’est jamais rechargée complètement et sur qui on « tire » pour alimenter les consommateurs, et donc on la décharge profondément sans trop s’en rendre compte. Là, elle meurt et ne tient pas les promesses du vendeur, quelque soit la technologie employée pour fabriquer la batterie...

      Répondre à ce message

      • Comme je ne comprends rien au comportement des batteries (et à vrai dire, à ton mail, à première vue, pas plus - mais pas de souci, je relirai jusqu’à compréhension), depuis le début, j’ai un principe : la batterie sert au démarrage moteur, point barre. TOUT le reste est alimenté par piles.
        Evidemment, le but c’est d’arriver à un compromis... d’autant que je n’ai pas mis de feux de nav à piles, donc je ne peux naviguer qu’en plein jour.
        M’enfin, depuis que je l’ai, elle vit une vie de luxe et de repos, ma batterie !

        Répondre à ce message

Répondre à cet article

UP

Copyright et informations légales