image
image
image

Votre IP : 54.198.247.44
Dernier ajout : 20 septembre
Visiteurs connectés : 9

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > Articles > Entretenir le bateau > Construction - Réparations > Chantier maritime sicilien : tradition et hightech

Rubrique : Construction - Réparations

__________________________________________________________________________________________________________________

Chantier maritime sicilien : tradition et hightechVersion imprimable de cet article Version imprimable

Publié Juin 2016, (màj Juin 2016) par : yoruk   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail

Cet article est géolocalisé.

Licata au sud de la Sicile, un chantier entre tradition et hightech

  • Le port est utilisé depuis l’Antiquité. Simple abri sous la forteresse, il se développera sous l’influence de la demande exportatrice de la production agricole locale. Au XIXe siècle, son importance a considérablement augmenté, à la suite des guerres napoléoniennes, pour répondre à la demande exponentielle de souffre de la France et de la Grande-Bretagne. à la fin de 1857, le gouvernement, avait préparé un projet pour la construction d’un port plus efficace
  • Le programme se réalisera entre 1888 et 1915, complété par le raccordement ferroviaire, avec les zones de mine de souffre. A cette époque la Sicile était le premier producteur mondial de souffre.
  • La concurrence du transport ferroviaire, pour les exportation agricoles, et le déclin de la production de souffre auront raison de l’activité économique du port. A la fin du XXe siècle, seuls quelques chalutiers, et la petite pêche locale l’utiliseront. Cependant la tradition de construction navale persiste. Et à ce jours quelques chantiers ont relevé le gant, s’appuyant sur le potentiel offert par la plaisance et la nouvelle marina de Licata.

 


Vue depuis le port commercial, les nombreuses grues signalent les chantiers. Parmi ceux-ci :
  • Nuovo C.N. S. Angelo via Marianello, 1 tel. 0922.771985
  • Cantiere Martello v. Marianello 11 tel. 0922.773079
  • Mais le plus marquant, parce que alliant tradition et modernisme
    • C.N. OCEANICA via Marianello, 1 tel. 0922.774299
    • http://www.oceanicanavalcantiere.it/
      Le chantier naval Naval Oceanica, entreprise familiale depuis trois générations a commencé ses activités en 1948. spécialisés dans la réparation et la construction de bateaux de travail en bois. Elle est liée à l’histoire et l’évolution de la construction navale de Licata. Ce port a toujours été un point de départ pour les communautés de pêcheurs sur la côte sud de la Sicile. Pour eux, c’est la référence.

 


Sortir un bateau avec une grue

Tous les chantiers peuvent le faire. cependant

  • Ils ne pourront pas toujours le faire avec beaucoup de vent. Le problème se posera aussi pour la remise à l’eau
  • Sans darse, il faudra faudra récupérer une bouée, s’y amarrer, et passer un amarre à terre pour raidir l’ensemble avant que de glisser les sangles sous le bateau. Tout cela se fait sur l’eau depuis une petite barque
  • Pour un motors yacht, pas trop de problème. Mais pour un voilier, il faudra gérer le pataras, qui sera totalement détendu, voir largué. Le mat n’est plus tenu sur l’arrière que par la balancine
  • Avec du clapot ou du vent, la tête de mat est en grand danger
  • Puis, le bateau vole, avant qu’il soit posé, et calé
  • C’est sportif et... stressant.

Les moyens et la technologie du chantier Oceanica

 

  • La procédure est décrite à l’envers, depuis la bateau finalisé vers sa remise à l’eau. Pour la sortie puis le stockage sur ber, la procédure sera la même, à l’exception du lavage au sur-presseur, qui a lieu en deux temps, d’abord sur les sangles du travelift, puis une fois posé sur le ber et son chariot de transfert, pour nettoyer les emplacements occultés par les sangles. Le tout se faisant sur une zone de récupération des eaux usées.
  • Le ber métallique comporte 8 bras réglables articulés. La quille repose sur le châssis du ber
  • En bas, 7 tubes rectangulaires transversaux assurent la tenue au sol et serviront de clé pour bloquer le chariot de transfert pour les déplacements.

 

Le chariot de transfert

 

  • Adapté au ber, des encoches permettent le passage de 7 clés qui solidariseront le chariot et le ber
  • Puis 4 vérins soulèveront le tout, pour rendre l’ensemble mobile
  • Un petit chariot élévateur servira de tracteur
     
     

 
Le voyage vers le Travelift

Le chariot de transfert en route vers le Travelift Positionnement et passage des sangles Le Travelift désolidarise le bateau du ber

 

Remise à l’eau

 
Hightech
Le voilier va bientôt être mis à l’eau... vous l’aurez remarqué : tout ça avec un joystick et une télécommande... vous êtes au fin fond de la Sicile profonde !!!!

Ce qui n’empêche pas et depuis 3 générations de savoir sortir les bateaux en les tirant sur la grève

 

Laisser son bateau au sec sur le chantier

 

  • Le bateau sur son ber standardisé sera stocké sur une aire bétonnée, fermée et protégée
  • Vous aurez accès à cette aire par une porte et une serrure avec un code
  • Vous aurez accès à l’électricité, mais pas à l’eau courante. il faudra travailler à sec !!!
  • L’enclos bénéficie d’un sanitaire avec une douche, rustique, mais suffisant pour un chantier
  • Vous pouvez laisser votre bateau au sec pour l’hiver.
  • Vous pourrez travailler sur le bateau. tout cela se négocie avec Giuseppe, le petit fils, celui de la 3ème génération. Il parle anglais.

Michel, Laorana, juin 2016

UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

Répondre à cet article

UP

Copyright et informations légales