image
image
image

Votre IP : 3.95.23.35
Dernier ajout : 24 avril
Visiteurs connectés : 10

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > Forum technique > Mon projet > Le projet de Carthage > A terre ! j’étudie l’électronique, j’ai des questions...

Rubrique : Le projet de Carthage

__________________________________________________________________________________________________________________

A terre ! j’étudie l’électronique, j’ai des questions...Version imprimable de cet article Version imprimable

Publié Avril 2013, (màj Avril 2013) par : Carthage   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail Inscrit aux forum vous pourriez transmettre cette page à un ami plaisancier

Revenue en Ile de France sans avoir rien pu faire au bateau par suite de l’incroyable pénurie chez les ships locaux (bonne leçon - on ne m’y reprendra plus), je relis vos conseils, mes livres, et je réfléchis (ici, une belle photo du penseur de Rodin serait admirable, mais j’ai pas).
Une petite annonce séduisante m’a amenée à m’intéresser au GPS sondeur (Furuno GP1650 WF). Après recherches, étude, et mûre réflexion, la séduction de l’annonce s’est avérée plus apparente que réelle.
Du coup, je suis très tentée par le récent modèle de Furuno, le GP 1670 avec sondeur. On le trouve entre 1200 et 1500 euros (comptoir marine). Mais du coup aussi, j’ai des questions à vous poser...
° est-ce une bonne idée de combiner GPS et sondeur ? Il me semble que oui, mais...
° le 1670 communique en NMEA 2000 ; moi j’aimerais mieux l’autre (NMEA ???0183, qqch comme ça ???) ; est-il possible de convertir ?
° la sonde de ces GPS Furuno est dite traversante ; je crois comprendre que ça signifie qu’on peut se passer de passe-coque ; c’est-y pas mieux quand même d’en installer un (d’ailleurs Furuno le propose dans les « packs » les plus chers) ; et si passe-coque, quel est le meilleur matériau ? Le bronze, j’imagine ?

Dernière question (pour l’instant) : avec cet outil, plus une vhf, plus un anémo (que j’ai déjà), l’instrumentation est-elle suffisante ? Un loch est-il indispensable ? J’ai eu, d’occasion, un radar Furuno, bonne idée, mais je ne sais pas s’il lui faut un afficheur ou autre chose. Plus tard, on envisagera l’AIS, mais pour l’instant ?

Merci d’avance de vos réponses éclairées !

UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

19 Messages de forum

__________________________________________________________________________________________________________________

__________________________________________________________________________________________________________________

  • Ce type d’appareil me semble plus adapté à un usage pêche que navigation de plaisance.
    L’écran est minuscule pour être utilisé en lecteur de carte et l’intérêt de voir les poissons batifoler pas évident.
    Pour un usage navigation, un sondeur qui donne la profondeur en m est plus adapté amha....
    Sur un Arpège, je regarderais plutôt qq chose comme un raymarine i40 : le bidata vitesse + sondeur vaut environ 400 € + GPS lecteur par exemple Garmin GPS map 720 700 € environ
    Les passe-coques d’instruments sont en général en plastique et ceux fournis sont corrects.
    Ce n’est que mon avis.... Il va y avoir autant d’avis que de réponses !

    Répondre à ce message

  • Pour la base c’est :
    anemometre
    tri data (sondeur, loch, speedometre)
    vhf
    gps

    options :
    Pc avec opencpn
    AIS

    le profondimetre très cher n’est pas un sondeur !!!!!
    jp

    Répondre à ce message

  • Je peux me tromper, mais l’utilisé d’un GPS-sondeur me semble surtout approprié pour les professionnels qui ont besoin d’un relevé géodésique précis des fonds marins : pêcheurs, organismes de relevés topographiques marin, poseurs de câbles sous marins, etc ...

    Pour un plaisanciers, je préfèrerais un GPS autonome et un sondeur soit autonome soit lié à une centrale de navigation (pour les plus riches !)

    La question importante pour laquelle chaque plaisancier doit faire son choix serait plutôt entre un GPS avec ou sans cartographie , et un sondeur avec ou sans imagerie du fond (ceux qui prétendent montrer les poissons qui nagent !)

    Une sonde traversante est une sonde qui traverse la carène (donc il faut percer un trou).

    Répondre à ce message

  • 20 avril 2013 09:25, par Carthage écrire     UP

    Trois avis concordants.
    Dommage, je trouvais que deux instruments en un, c’était bien (et un seul trou, en plus).
    Vous pourriez me donner des exemples de modèles ?

    Dans l’absolu, peut-on utiliser un instrument prévu en NMEA 2000 avec le câble (et d’autres appareils, comme le pilote par ex.) NMEA 0183 ?

    Petite question supplémentaire : il y a des sondeurs à trou et des sondeurs pas à trou.
    Des sondes qui se posent à l’intérieur du bateau, et des sondes qui se posent sur le tableau (je ne vois pas où, d’ailleurs, sur le petit cul de l’Arpège).
    Ca marche ? Et si ça marche, y a-t-il une option préférable aux autres ?

    pour Robert : merci pour la définition de la sonde traversante ! Bénéficiant de vos conseils depuis un mois, je ne suis plus si nulle que ça, quand même, oh ! Bon, sérieusement, ce qui m’étonne, c’est que cette sonde (à trou) ne soit pas,d ans la version de base, protégée par un passe-coque.
    Mon choix est fait : GPS avec cartographie. Quant à l’imagerie du fond pour le sondeur, je m’en tape. J’aimerais bien par contre la profondeur en permanence, et en mètres il est vrai.

    Et enfin la question terriblement nulle : c’est quoi, une centrale de nav ?

    Répondre à ce message

    • 20 avril 2013 11:06, par yoruk écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

      c’est quoi, une centrale de nav ?

      Centrale de nav : Appareil très compliqué, souvent très onéreux, regroupant et analysant les données de différentes sondes : l’anémomètre, la girouette, le spido, le sondeur, le thermomètre, etc… A la vérité en navigation de croisière sur un monocoque (un cata aura besoin de connaître précisément la force du vent, pour réduire dans de bonnes conditions), sauf si vous êtes mordue de compétition, seul le sondeur me semble important (à mon humble avis). C’est aussi un instrument permettant de confirmer une position sur une route.
      Le thermomètre est important pour aborder le gulf stream, mais c’est peu répandu dans nos régions… par contre pour connaître la température du bain, c’est bien pratique. Cà tombe bien, c’est une fonction généralement associée au sondeur
      Michel

      Répondre à ce message

    • 20 avril 2013 12:32, par Négofol écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

      Les sondes de tableau sont réservées aux bateaux à moteur.
      Les sondes classiques se montent dans un passe-coque spécial et peuvent être retirées pour nettoyage si nécessaire, même à flot si on est rapide (il existe des fausses sondes pour boucher le trou).
      Les sondes speedo et sondeur se montent classiquement sous la coque en avant de la quille.
      On peut monter la sonde sondeur à l’intérieur d’une coque en stratifié massif, soit avec un plot de mastic (pas vraiment top) soit dans un bout de tuyau collé à la coque et rempli d’eau + antigel. Ca évite un trou. Par contre pour le speedo, la roue à aubes doit être dans l’eau...
      Il existe des sondes doubles : un seul trou pour speedo + sondeur.
      http://www.discount-marine.com/p730...

      Répondre à ce message

  • Avec le bateau, j’ai hérité d’un GP1650 sans la fonction sondeur.
    C’est essentiellement un GPS, lecteur de cartes.
    C’est un modèle obsolète.

    Il ne me sert que de GPS et de sécurité en cas de défaillance de l’informatique.
    Premier inconvénient : le prix !
    Ensuite ; cartouches Navionics hors de prix aussi.
    Ecran de petite taille, difficile à lire.
    Avantage : qualité Furuno, électronique professionnelle robuste et sophistiquée (tout est paramètrable)

    Je ne crois pas que ce soit un instrument très utile compte tenu de l’éventail des possibilités autres.

    Le premier aspect c’est le budget !

    On peut choisir des instruments séparés avec ou sans fil.

    On peut aussi opter pour une centrale sophistiquée avec tout.

    Pour naviguer en père peinard le minimum c’est :
    - une VHF dsc avec une fonction AIS éventuellement (on peut s’en passer)
    - un loch speedomètre
    - un sondeur
    - un gps (ce peut être un module USB à 100€☺)
    - un pilote
    - un mini PC genre EEEPC avec les logiciels gratuits qui vont bien (Sea Clear, Open CPN)
    - l’anémomètre est un plus non indispensable

    Instruments séparés ou combinés genre tridata ?

    L’important c’est qu’ils parlent tous NMEA 183 voire 2000 .

    Il y a aussi les capteurs intelligents genre AIRMAR :
    http://www.airmartechnology.com/200...

    Bienvenue dans l’univers des chauffeurs de carte bleue ,-)

    PS : il ne faut pas perdre de vue que sur un bateau ancien, les investissements seront difficiles à récupérer en cas de revente.

    Répondre à ce message

  • Quelques pistes :

    • moins on perce la coque, mieux ça vaut, sauf en compèt où on est prêt à tout. Donc, pour le sondeur, un modèle ne traversant pas la coque est un atout (cf bémol par Negofol)
    • le capteur d’écoulement d’eau (aka loch) est, sauf compèt (800€ le capteur), traversant donc un trou. Bien sur s’il peut combiner loch et sondeur c’est un plus mais alors ce capteur doit causer NMEA vers l’afficheur pour ne pas être enfermé dans un « pack constructeur », et ça a plein d’impacts :
      • dans ce cas, NMEA 183 a l’avantage de la simplicité et de l’économie mais NMEA 183 n’étant pas un bus il faudra tot ou tard regrouper les talker à travers un multiplexeur NMEA (hint : moteur de recherche de PTP)
      • toujours dans ce cas, NMEA 2000 est un vrai bus et un peu usine à gaz aussi, surtout pour un arpège. Plutôt cher mais aisé à interconnecter (au €€€ près)
      • le capteur loch+sondeur évoqué par Negofol cause NMEA 2000, ce qui poussera toute ton électronique vers du 2000 et toi-même dans les bras de ton banquier, car le choix 183 .vs. 2000 a un impact (homogénéité) sur toute l’électronique du bord.
    • En plus du modèle compèt+€€€ évoqué, il a existé un capteur (traversant, lui) speedo sans pièce en mouvement commercialisé par Pochon. J’ai eu ça vers 2000, c’est un poil décevant car : les berniques se collent aussi à l’absence d’aube (dépose périodique), ne fonctionne pas en eau douce ou saumâtre d’estuaire, électronique mal tropicalisée, diamètre du passe-coque non standard (donc un trou de plus)
    • Au final, à ma vieille (35 ans au compteur) j’ai offert un ST40 pas cher du tout, en 183. Un pour le loch+speedo et un pour l’anémomètre (capteur simplissime avec balourd dans l’aérien pour en déduire approximativement le gisement du vent, cf le site de Christian Couderc). En plus les afficheurs sont en demi-format, très discret dans le décors vieux mahogany
    • et enfin, excellente idée d’afficher les poissons sur l’écran du sondeur, ça entretient l’attention du jeune équipier de quart et ça précise ce qu’on aura pas au diner.
    • et encore, KISS (keep it small and simple)

    Répondre à ce message

  • Sur le bateau j’ai mis des ST50+ , qui sont remplacés par ST60+

    http://www.compass24.fr/product/139...

    Répondre à ce message

  • Bonjour,
    j’ai tenté de rédiger un article sur le choix de son électronique. J’ai donc identifié un certain nombre de critères qui peuvent guider les recherches du meilleur compromis cout/performances.
    Le texte est lisible ici

    J’espère que cela pourra aider

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

UP

Copyright et informations légales