image
image
image

Votre IP : 54.224.83.221
Dernier ajout : 16 juillet
Visiteurs connectés : 9

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > Forum technique > Electronique, instruments -forum- > Centrale Nav /Ecran multifonction > définition du mot anglais CPA pour le module AIS de OpenCPN

Rubrique : Centrale Nav /Ecran multifonction

__________________________________________________________________________________________________________________

définition du mot anglais CPA pour le module AIS de OpenCPNVersion imprimable de cet article Version imprimable

Publié Novembre 2012, (màj Novembre 2012) par : yoruk   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail

Bonjour
Je travaille sur la mise à jour de la dernière version du tutoriel ‘’TutopenCPN’’, et je bloque sur le CPA (module AIS) ‘’Closed Point of Approch’’ pour les anglophones. Il s’agit en fait d’une projection de deux trajectoires, et du calcul de leur point d’impact, s’ils ne changent pas de trajectoire.
Le traducteur en français de OpenCPN nous indique : ‘’Calcul du point d’abordage le plus proche’’ ce qui n’est pas inexact, mais manque de concision…
Je souhaiterais que la définition prenne en compte la notion de ‘’projection’’
Quelqu’un a-t-il une idée ??

Merci d’avance pour les autres pour qui je travaille…:-)
Michel

UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

32 Messages de forum

__________________________________________________________________________________________________________________

__________________________________________________________________________________________________________________

  • ici : http://www.plaisance-pratique.com/c...

    Wikipedia donne comme définition du CPA : point estimé où la distance entre deux mobiles
    (dont au moins l’un est en mouvement) atteindra sa valeur minimale sera appelé CPA. Cette
    estimation est utilisé pour évaluer le risque de collision de deux navires.

    En fait ce n’est pas un point d’abordage, mais le point où la distance entre les deux navires est la plus petite.

    « PDM » ? "Point de distance minimale ?

    Répondre à ce message

  • Attention, CPA n’est PAS un calcul d’un point d’impact ou d’abordage.
    C’est le POINT (sur la carte, l’écran...) où son propre bateau sera à la plus COURTE DISTANCE d’un autre bateau. En d’autres termes, les deux bateaux ne seront jamais plus proche que la distance associée au CPA.
    ’CPA = 1 Mille’ doit se comprendre comme ’au (point) CPA, la distance sera de 1 Mille, et c’est la plus petite distance qui existera entre les deux bateaux.
    « Point de distance minimale » est une traduction possible.

    Répondre à ce message

  • 19 novembre 2012 04:53, par yoruk écrire     UP Animateur

    Ce que dit le tutoriel en anglais ;
    OpenCPN affiche des avertissements sur les cibles CPA et TCPA fonction de la configuration dans l’onglet AIS. Mais il est également possible de montrer CPA et TCPA pour n’importe quelle cible, ce n’est pas un danger immédiat, mais un calcul interne du CPA, pour aider à la prise de décision.

    Pour l’exemple joint (origine http://opencpn.org/ocpn/more_CPA )

    • A est le point de projection sur la route du voilier, quand il sera par le travers du cargo
    • B est le point de projection sur la route du cargo, quand il sera par le travers du voilier
    • A => B est le CPA, écart séparant les deux projections de point d’impact

    Dans cet exemple le cargo passera à 0,48 milles et 7 minutes derrière le voilier… et comme disent les britanniques : He’ll pass behind us, so “full steam ahead !”

    Alors, et je voudrais éviter les périphrases…

    • Marge d’impact ???
    • Point de plus proche proximité ???
    • Point de distance minimale ???

    Sauf si je me plante dans mon approche du sens linguistique, il ne faut pas parler de point, mais, d’écart entre deux points… C’est dingue çà… comme quoi la sémantique mène à la navigation… mais je sais des spécialistes parmi nous…
    Merci d’avance de vos observations
    Michel

    PNG

    Répondre à ce message

    • « closest point of approach »

      Les anglosaxons se font moins de noeuds dans le cerveau que les français pour des histoires de linguistique ! Le fait que l’objet décrit comporte 2 points ne les a pas empêché de laisser le mot « point » au singulier. Car ce qui intéresse le bateau c’est l’endroit où il se trouve au moment du croisement, donc un seul point ...

      Si tu veux bien admettre le mot « point » ce serait :

      • « point de distance minimale » ou bien
      • « points de distance minimale » puisque l’objet comporte 2 points

      Si le mot « point » te dérange ce serait :

      • « distance minimale de croisement » ce qui ne dit rien de l’endroit où l’évènement se passe mais défini la sécurité en indiquant une distance de croisement
      • « lieu de croisement à distance minimale » : moins bien car place en exergue le lieu où ça se passe mais pas la distance à laquelle on se croise

      Mais bon, on n’est pas à l’académie française ...

      A mon avis ce serait « Point de distance minimale » ou bien en version longue « Point de distance minimale de croisement » qui défini le mieux ce qui nous intéresse du point de vue sécurité.

      Répondre à ce message

      • Pourrait on definir le CPA comme le point de croisement des routes, si le CPA est en avant de sa route, point de croisement des sillages s’il est derriere et point d’abordage si les deux routes se croisent toujours sur toi depuis 10mn.....
        En abregé pont de croisement....puisque la notion de distance est tres relative....

        Répondre à ce message

        • JPL m’ a proposé « Calcul de zone d’abordage » qui semble bien convenir à la définition du CPA
          *- http://www.eauxturquoises.fr/b_tuto...
          Il faut noter que si les américains ont inventé un quasi néologisme avec « Closest Point of Approach », cà a posé un problème au traducteur français, qui s’en est sorti par une périphrase « calcul du point d’abordage le plus proche »... il faut le comprendre, il a traduit 900 items rien que pour le programme, sans compter la traduction des plugins.
          Quand nous avons traduit pour la première fois OpenCPN fin 2009, je crois me souvenir que nous en avions 180... Cà avait été cadré en moins d’une semaine, sur STW...
          Michel
          NB pour le traducteur, actuel faut le nommer, car il fait un boulot énorme, c’est Gilletarom

          Répondre à ce message

        • « Pourrait on definir le CPA comme le point de croisement des routes »

          Le CPA n’est pas le point de croisement des routes ...

          Mon CPA est la position de mon bateau au moment où je suis le plus proche d’un autre bateau précisément désigné, tous deux avançant en ligne droite.

          Répondre à ce message

          • Le CPA decrit par OpenCPN est une droite définie par deux variables.
            Pour le copie d’écran jointe les points A et B dépendant respectivement du cap et des vitesses des 2 mobiles...
            le CPA est la droite reliant A à B
            du moins est ce, ce que j’ai comprisB-)

            PNG

            Répondre à ce message

            • C’est la distance entre ces deux routes

              Distance entre deux routes de collision

              Répondre à ce message

              • Oui c’est celà, le CPA calcule la droite entre les deux projections fonction des variables cap et vitesse des deux mobiles Projection arrêtée à la hauteur du travers des deux bateaux lors du croisement, c’est cette droite qui détermine le CPA
                Enfin... j’espère !!!

                Répondre à ce message

                • Il me semble qu’il y a des mots qui ne sont pas utilisés à bon escient, ce qui entraîne des confusions (sauf erreur de ma part).

                  • distance entre deux routes : on ne peut pas définir la distance entre deux droite. Deux routes droites vont toujours se croiser (si elles ne sont pas parallèles), simplement les deux bateaux ne seront pas au même moment sur le point de croisement.
                  • on ne peut définir une distance que
                    • entre deux droites parallèles
                    • entre un point et une droite (c’est la distance entre le point et le point de projection normale sur la droite)
                    • entre deux points (les deux bateaux)
                  • La projection géométrique a un sens très précis qui, à mon avis, n’a rien voir avec la question du CPA.

                  A mon sens, dans le CPA il y a deux choses importantes : Où suis-je (un point) au moment où la distance entre moi et l’autre bateau est minimale, et quelle est cette valeur minimale. A partir de là, on prend l’acronyme qu’on veut pour décrire ces deux valeurs. La distance de séparation minimal étant à mon avis l’information la plus importante.

                  Mais bon, je peux me tromper ...

                  Répondre à ce message

                  • Robert…

                    Soit un voilier avançant vers un point A à une vitesse et un cap constant
                    Soit un cargo avançant vers un point B à une vitesse et un cap constant
                    Soit le calcul permettant de connaître quand le mobile A sur la route A sera le plus proche du mobile B sur la Route B

                    Soit une droite établie entre ces deux points de projection, de point A vers point B

                    La longueur de cette droite indiquera le fameux CPA
                    Sa direction indiquera qui passe devant ou derrière l’autre

                    Non ??? en souhaitant que ces valeurs ne soient pas à zéro

                    PNG

                    Répondre à ce message

                    • Oui, bien entendu, c’est le segment « A-B »

                      • Mais je ne comprends pas ce que vient faire le mot « projection » qui a un sens en géométrie qui n’a pas lieu d’être utilisé ici.
                      • Mais le CPA contient deux informations : la distance minimale et le point où je suis quand cela se produit (on pourrait penser que je deviens gaga, car je me répète déjà deux ou trois fois :-) )

                      C’est pour cela que cela s’appelle Closest Point of Approach, traduction littérale (et dont le sens est correct) : Point de Distance Minimale : cela contient les deux informations : le point et la distance.

                      Répondre à ce message

                      • N’oubliez pas que cette distance est une variable.

                        Pour ma part , je l’ai parametré à 0,5 milles, au dessus il n’y a aucune action.
                        Et pour la mesure lointaine, elle est paramètré à 20 milles.

                        Pour un navire entrant dans un cercle de 20 milles , l’alarme va sonner si la route de collision est égale ou inférieure à 0,5 milles.
                        Cela me laisse de la marge pour le choix de ma route.
                        Elle ne peut être minimale qu’en fonction du paramètre.

                        Donc elle n’est pas universelle.

                        Répondre à ce message

          • Robert a raison. La raison pour laquelle point est au singulier, c’est que CPA renvoie au point POUR SON PROPRE BATEAU.

            Répondre à ce message

  • Si mes souvenirs sont exacts, le commandant parlait de la distance minimale d’approche : quand on faisait route, il ne voulait pas que l’on soit à moins de 1 Nq des divers canots rencontrés. Au bout de 2 jours en rade de Brest, il s’est calmé, il était complètement impossible de laisser 1 Nq entre notre dragueur de mines et les divers pêcheurs, sans même parler des transrades.

    Il s’agit donc, AMHA, de « distance minimale d’approche », soit DMA.

    Répondre à ce message

    • Dans la royale notre instructeur definissait le CPA comme « le point theorique d’abordage »
      En effet si ce point de croisement des routes est en avant ou en arriere de Ta route ou de Ton sillage tout est clair, sauf comme dit precedement,si l’on veut un espace predefini entre les bateaux....
      D’ailleurs sur l’exemple il y a 0.47 Mn qui dit bien ce qu’il veut dire...Si le chiffre etait 0Mn, les deux bateaux seraient sur une route d’abordage ......
      Donc CPA pourrait etre le point theorique d’abordage s’il est positif et le point d’abordage s’il est nul.
      Je ne vois pas l’interet de calculer la distance AB...
      Deux caps, deux vitesses, donc deux routes qui vont se croiser ...au CPA....si celui ci est positif ou negatif par rapport à Ta route tout est clair,s’il est nul il faut faire quelque chose...plus ou moins rapidement suivant le temps affiché qu’il te reste...
      C’est à mon humble avis le seul interet, mais il est de taille, du CPA, que je definirait comme mon instructeur« point theorique d’abordage » auquel il ne faut pas se trouver.

      Répondre à ce message

      • Je ne vois pas l’intérêt de calculer la distance AB...

        Heu… La distance A-B, et c’est une expérience concrète, c’est à peu près le quart de poil de cul mouche que montre la copie d’écran jointe…
        En fait cette distance A-B c’est elle qui permet de définir une stratégie pour couper le route d’un cargo : au vent ??? ou sous le vent ??? Là pour cet exemple, j’avais choisi de passer à son vent, parce que le calcul de A-B montrait sa faisabilité
        http://www.plaisance-pratique.com/u...
        Michel…

        JPEG

        Répondre à ce message

        • Et oui, cela me sert souvent pour savoir si je passe devant ou derrière et surtout la nuit !
          JP

          Répondre à ce message

          • Merci Jean Paul, c’est vrai que de nuit c’est un plus appréciable B-)

            Là en fait, j’ai eu la chance d’avoir un temps maniable, un cargo sympa, et mon appareil photo sous la main, d’où l’idée de faire un montage « live » plutôt soft et explicite
            Michel

            Répondre à ce message

            • Sur un radar,on plotte toute les heures les differents bateaux qui sont autour....ce qui donne pour chacun une ligne quand on joint les diffrents points de marque....Là on voit le fameux CPA qui passe sur Ta route ou sur sur ton sillage et à quelle distance et si elle est positive ou l’abordage si elle est nulle
              Sur une carte c’est la meme chose ,tu traces ta route et si tu reportes les positions du bateau qui va te croiser, tu vois si c’est devant ou derriere et à quelle distance ...pour moi le CPA c’est cela.Il est par ailleurs evident que la distance de croisement de ta route avec celle du bateau survenant est primordiale pour agir...
              Mais je navigue sans doute à l’ancienne et meme quand les routes ont un angle d’incidence inferieur à 90°et donc que la distance entre les deux bateaux (points A et B ?) peut etre inferieure à la distance à laquelle les routes vont se croiser (donc dangereuse si le CPA est nul) je ne vois pas bien ce que cela donne, car, poussé à l’extreme, on pourrait avoir un CPA faible et des routes paralleles, c’est donc bien le point de croisement des routes qui me semble est important, meme si, je suis bien d’accord, il n’est pas tres rassurant de cotoyer un cargo......sans savoir où est le point où les routes se croisent

              Répondre à ce message

      • Aikibu, j’avoue que je ne comprends pas l’instructeur auquel tu fais référence : le point de croisement théorique des routes (le point théorique d’abordage) est beaucoup moins intéressant que le point de distance minimale, je dirais même que le point théorique de croisement des route est presque sans intérêt pour la sécurité dans l’absolu.

        Si deux bateaux ayant des vitesses très différentes ont une trajectoire avec un faible angle, leur point théorique de croisement peut être très loin devant ou derrière moi, et le CPA peut être très proche, donc avec un fort danger si les deux bateaux sont de taille très différente :-/

        Sur le dessins, tu vois que je peux passer au ras des moustaches du bateau rapide alors le point théorique d’abordage est loin devant moi à cause de la grande vitesse de l’un des bateaux ...

        C’est une expérience désagréable qu’on peux faire 10 fois dans la même journée dans le Golfe de St-Tropez en août, quand un dingue arrive sur toi à 50 ou 60 kn dans son yacht de 100 pieds avec une trajectoire presque tangente à la tienne en t’envoyant quelques centaines de litres d’eau dans le cockpit et croisant ta route 500m devant toi ... :-P

        GIF

        Répondre à ce message

        • Nous etions dans la royale et mon instructeur etait celui des radaristes de la dite royale,aussi les quelques litres d’eau embarqués,n’etaient pas le probleme du jour, meme si, et je suis d’accord avec toi, ce probleme peut devenir important sur nos bateaux....
          Mais là ça devient du bon sens, marin ou pas, et les frapadingues qui s’amusent au rase bateaux on en voit partout, mais quand à calculer le CPA à chaque fois qu’ils changent de route...........

          Répondre à ce message

          • De plus si le CPA dont tu parles ce trouve derriere toi, et pour le sa voir il faut ....le savoir ,tu n’en as pas grand chose à faire s’il est tres loin, sauf sillage important......
            Il est donc malgre tout interressant de savoir où se trouve le point theorique d’abordage, devant il faut faire tres attention à l’angle d’incidence pour les raisons que tu avances, et s’il est derriere toi.....à quelle distance...etc....
            En tout etat de cause le bon sens prevaut....et à chacun d’apprecier la chose...

            Répondre à ce message

            • Curieusement on s’est frotté par ici à ce genre de problème

              • les cargos ou les pêcheurs, nombreux le long de la côte turque, avec un rail très fréquenté à l’intérieur du détroit de Rhodes ils évitent ainsi la zone à risques autour Karpathos. On peut être amené à les croiser. Les uns comme les autres, travaillent et il me semble logique que nous manœuvrions pour ne pas les gêner. C’est là ou l’information de la distance et du point d’impact éventuel et intéressante. Nous pouvons anticiper, et le faire suffisamment tôt pour qu’ils interprètent notre manœuvre. Cà se passe bien pratiquement tout le temps
              • L’autre cas à l’inverse, il ne faut surtout rien faire sauf à tenir un cap et une vitesse constante. C’est la cas dans la lagune de Venise, c’est le cas aussi dans le Bosphore, ou les cargos, les ferries, les bateaux à passagers, les bateaux de travail, se croisent dans le plus inextricable bordel… Là ce sont eux maîtres de leur vitesse, qui vous éviteront. Encore faut-il qu’il puisse lire vos intentions… Donc cap et vitesse constante, et la main sur la manette des gaz…. On ne sait jamais !!!
              JPEG

              Répondre à ce message

  • 10 février 2013 12:40, par AISEAG écrire     UP  image

    à tous,

    Je vous met en copie le fichier (disponible depuis peu sur le site de teléchargement d’OpenCPN) reprenant les balises AIS pour les iles Britanniques, mer du nord et facade Ouest Atlantique.

    Mes sources : Littoral francais : ’Almanach du Marin Breton ’- edition 2013
    Littoral Britannique : NGIA - publication 114 - edition 2012

    nota : un icone (non identifié pour ne pas surcharger les cartes) signale la balise, le n° MMSI est visible dans la fenetre propriété.

    @+

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

UP

Copyright et informations légales