image
image
image

Votre IP : 3.234.245.125
Dernier ajout : 21 février
Visiteurs connectés : 17

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > Forum technique > Le confort à bord -forum- > Tuyauterie eau douce en PER

Rubrique : Le confort à bord -forum-

__________________________________________________________________________________________________________________

Tuyauterie eau douce en PERVersion imprimable de cet article Version imprimable

Publié Mars 2015, (màj Mars 2015) par : JLouis  image   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail Inscrit aux forum vous pourriez transmettre cette page à un ami plaisancier

Je me prépare à refaire la plomberie du bateau en PER de 16mm.

je ne vois pas la nécessité de mettre le tube sous gaine annelée mais peut-être y a-t-il une raison que je n’imagine pas ?...

Y a-t-il un risque de perméabilité aux odeurs de cale avec le PER ’standard’ ?

Par ailleurs, compte tenu du peu de raccords dont je vais avoir besoin, de la faible pression à bord et afin d’éviter d’avoir une pince au cas où... je pense utiliser des raccords à compression. Avez-vous des retours d’expériences en marine ? Résistance aux vibrations ?

Merci

UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

7 Messages de forum

__________________________________________________________________________________________________________________

__________________________________________________________________________________________________________________

  • 13 mars 2015 20:33, par Alien écrire     UP  image

    Le PER de bâtiment est vendu sous gaine car il est souvent encastré ou incorporé dans ls éléments de construction.
    La gaine apporte :
    * une protection mécanique supplémentaire.
    * une protection contre les UV
    * et surtout elle permet au tube de se dilater ou contracter au gré des variations de température.
    * elle évite aussi les rayons de cintrage trop faibles .

    Il n’y a aucune nécessité à poser du tube sous gaine dans un bateau si :
    1 il est protégé des UV
    2 il peut se dilater librement
    3 il n’y a pas de rayons de cintrage trop faibles.

    Les meilleurs raccords sont ceux qui sont bien faits ;-) :
    * coupe nette et sans bavure
    * sertissage optimum. A moins d’avoir un outillage de pro, les raccords à sertissage manuel sont préférables.

    Règle d’or : tous les raccords doivent être accessibles.
    Rien n’interdit de faire un essai à 2 à 5bar avant de remonter les vaigrages.

    Les odeurs de cale, le goût de l’eau ! Tout cela est subjectif.
    Vaut mieux éviter de faire tremper les tuyaux dans le mazout !
    La qualité de l’eau sur un bateau qui vient de passer six mois en hivernage ?
    En ce qui me concerne l’eau du réservoir ne sert qu’à se laver ou faire la vaisselle :-))

    PS : dans une vie antérieure j’étais architecte et j’ai eu beaucoup d’emm... liées aux dilatations : tubes qui se pincent voire qui se percent. dans les coudes.

    Répondre à ce message

  • 13 mars 2015 22:37, par Nicodefreja écrire     UP

    J’ai refait une bonne partie de la plomberie du bateau avec du « multicouche ». Je n’ai pas eu le choix, vu que je l’ai refait en Tunisie, où on ne trouve pas (ou très difficilement et très cher) de PER.

    Avec le recul, je n’en suis pas mécontent. C’est un peu plus cher que le PER (et encore, à voir), mais finalement sur un bateau plus facile à travailler, et avec des propriétés mécaniques plus intéressantes, surtout si l’hiver on reste connecté au réseau d’eau (pression plus importante). Sur les raccords par contre, il faut faire attention, il y a de la marque chinoise qui ne vaut pas tripette (la bague explose au serrage)

    Le gros avantage dans un bateau, c’est qu’une fois qu’on lui a donné le rayon de courbure voulu (plus facile à gérer qu’avec du PER), à la main, ça ne bouge plus et ne craint pas les vibrations. La longévité, surtout pour le réseau d’eau chaude, semble plus importante.

    Bref, je faisais un peu la gueule de ne pas avoir le choix, mais finalement je ne m’en plaint pas du tout, pas mal du tout ce multicouche !

    Répondre à ce message

    • 14 mars 2015 08:47, par Négofol écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

      Même si c’est un peu hors sujet, j’ai refait toute l’installation d’eau sanitaire de ma maison en 1986 en PER (pionnier à l’époque...), avec raccords à compression.
      Depuis cette date : zéro problèmes !

      Répondre à ce message

    • 14 mars 2015 20:07, par Alien écrire     UP     Ce message répond à ...  image

      Le multicouche c’est un tube de PER dans une enveloppe en aluminium elle même recouverte de PVC.
      Le seul problème (à mon sens) est le comportement de l’enveloppe en aluminium par rapport aux raccords en laiton et l’eau salée.
      Les installations en multicouche bien faites sont plus « propres » que celles en PER.
      La durabilité !
      C’est un autre débat .

      Répondre à ce message

  • 17 mars 2015 09:26, par JLouis écrire     UP  image

    Merci à tous pour ces infos.
    Je suis d’accord quant à l’intérêt limité du multicouches du fait des des différents métaux mis en œuvre dans un environnement ’agressif’. Le PER a entre autre l’intérêt de limiter les contacts ’électriques’.
    A propos des problèmes de fuite dans les coudes, il s’agit d’un problème connu, indépendant du matériau du tuyau sauf en terme de délai d’apparition à fluide constant. Il est fonction du liquide, de sa vitesse d’écoulement et du rayon de courbure du tuyau. Pour faire simple, il s’agit de l’action mécanique de l’éclatement des bulles d’air charriées par le liquide dans les coudes. Le même phénomène existe sur les pipelines avec des parois d’acier de 2cm et du pétrole brut. Ce n’est qu’une question de temps si le rayon de courbure n’est pas adapté à la vitesse du flux.
    Ce phénomène est généralement connu des marins car c’est le même qui endommage la coque autour de l’hélice quand les conditions de fonctionnement sont inadaptées. C’est d’ailleurs ce son particulier (bullage et éclatement des bulles) qui fournit l’essentiel de la signature sonore de tout navire à propulsion à hélice.

    Répondre à ce message

  • 17 mars 2015 23:05, par Nicodefreja écrire     UP

    Ben ça fait 8 ans qu’il tient très bien le multicouche à bord, qu’on l’utilise 365 jours par an depuis cette date, et qu’il a l’air comme neuf, raccords compris.

    C’est juste un retour, un retour pratique d’expérience en réel, plutôt que de la théorie.

    Après, je n’ai pas d’action ni dans le PER, ni dans le multicouche, alors bon franchement ......

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

UP

Copyright et informations légales