image
image
image

Votre IP : 54.225.16.10
Dernier ajout : 22 novembre
Visiteurs connectés : 19

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > Forum technique > Le confort à bord -forum- > Sécurité de la valve de sécurité des bouteilles camping gaz R 907

Rubrique : Le confort à bord -forum-

__________________________________________________________________________________________________________________

Sécurité de la valve de sécurité des bouteilles camping gaz R 907 Version imprimable de cet article Version imprimable

Publié 2 juillet, (màj 2 juillet) par : yoruk   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail

Sécurité de la valve de sécurité des bouteilles camping gaz R 907

Impossible de libérer la valve, par son détendeur officiel, une bouteille R 907 s’est mise à fuir furieusement, après que j’ai tenté de décoller la bille inox de la sécurité (un petit coup de poinçon, avec un tournevis de taille adéquate)
J’ai dû détériorer la valve qui s’est mis à fuir en geyser. Premier réflexe : balancer tout à l’eau, ce qui n’apporte rien, les bulles de gaz remontent à la surface, sous le tableau AR du bateau. Puis la pression baissant dans la bouteille, la partie gazeuse en remplaçant le liquide, allège la bouteille qui remonte à la surface.
Dur combat pour récupérer la bouteille, puis la reboucher...
Quelqu’un a t il de l’expérience là dessus...

http://www.campingaz.com/trade/docu...

UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

16 Messages de forum

__________________________________________________________________________________________________________________

__________________________________________________________________________________________________________________

  • j’ai eu le problème il y a longtemps en Sardaigne. Je n’arrivais pas à fixer le détendeur. Je n’ai pas ton coté aventurier, ma cuisinière est moins bonne que la tienne, aussi je n’avais rien fait et on était allé au resto. Ma bouteille Camping gaz avait été précédemment rechargée (et non pas échangée). j’avais pu trouver un revendeur Camping Gaz, qui m’a dit que le filetage était abîmé, mais qui me l’a quand même échangée contre une pleine. Les bouteilles Camping gaz sont en fait des consignes, qui valent 98 euros (prix 2017 en Sicile) mais qui sont garanties.
    Essayes de trouver un revendeur officiel pour la faire remplacer.
    Quant à vider une bouteille pleine, j’ai eu à le faire en mai, car elle fuyait par le fond (bouteille turque de l’ami Fayik). Il faut dire qu’elle avait été remplie à 5kg, au lieu de 3, par du GPL dans une station service. (ça se fait en Sicile). Eh bien ça met un sacré bout de temps. Je l’ai fait au bout du ponton en avertissant les voisins et en faisant une « veille attentive ».
    Robert
    S/Y Lysigée à Alimia (Dodécanèse)

    Répondre à ce message

    • Juste une remarque : la pression ne baisse pas dans une bouteille de gaz qui se vide : le gaz est sous forme liquide et s’évapore : sa pression ne dépend que de la température et pas du niveau du liquide restant.
      La pression ne baisse que tout à fait à la fin, quand il n’y a plus de liquide et le gaz qui emplit la bouteille se détend jusqu’à la pression atmosphérique...
      L’échange chez un dépositaire de la marque est effectivement la bonne solution : le prix de la recharge comprend les réparations éventuelles, l’épreuve périodique de pression et la remise en peinture. Ce n’est pas juridiquement une consigne car Campinggaz ne reprend pas ses bouteilles : c’est une vente d’après les CGV...
      https://www.campingaz.com/fr/p-2377...

      Répondre à ce message

      • C’est effectivement pas une consigne, argent restituable en fin ... d’envie d’avoir cette bouteille. Ca appartient définitivement à l’acheteur (environ 50 € chez Casto en France) et il ne semble pas y avoir de durée à ce contrat.
        Effectivement, camping gaz prend à sa charge les réparations et la remise en peinture. J’ai pu le constater en « échangeant » ma vieille (elle ne me sert qu’en secours de la bouteille primaire, un cube, car deux cubes ne tiennent pas dans le coffre) et qui avait sans doute 5 ans (dans un coffre extérieur pas trop étanche, législation oblige) et qui était couleur rouille-rouille d’un coté et rouille-bleu de l’autre, et du bas partait des lambeaux/copeaux de tôles rouillés de presque 2 mm d’épais, et ils me l’ont repris contre une jeunette toute bleu et toute pimpante.

        Par contre, en Sicile ou en Ionienne, lors d’un échange en 2005 je m’étais laissé refiler une petrogaz (marquage en relief) contre une camping gaz sonnante et trébuchante. Pas sur que j’arrive à échanger celle là contre une camping-gaz en France. Du coup, la petrogaz traine dans mon garage depuis 2006, vide bien sur (j’ai poussé la bille, pour voir)

        Répondre à ce message

        • Merci à tous
          En fait, on mangera chaud, la pression baissant...enfin amha... j’ai pu remonter le détendeur sur la bouteille dont la valve de sécurité est hors service... Pas le temps bien sûr de faire une photo de la pièce défaillante, le gaz fuse de partout.
          Par contre, une photo du mandrin du détendeur, montrant comment il commande l’ouverture de la valve de sécurité, était possible. voir la copie d’écran jointe.
          Donc... le mandrin centre et serre le corp du piston fendu qui repoussera la bille inox sous pression du gaz de la bouteille, en vissant le mandrin.
          Si la pression est adéquate, la bille se décolle du corps de la valve de sécurité, et le gaz circule
          Si la pression est trop forte, ou si la bille inox s’est collée à la valve en caoutchouc, il est possible que la corps de la valve caoutchouc se déforme, sans ouvrir le circuit du gaz.

          Rien de ça ne se produit, si on achète une bouteille chez un concessionnaire agréé Camping Gaz, qui vous livrera une bouteille scellées. Mais tout peut arriver, si vous avez fait recharger la bouteille par un amateur éclairé, ou si vous passez par un rechargeur local, qui généralement s’en contrefout... Là, deux options :

          • le revendeur intéressé vous livrera une bouteille peu chargé, qui ne vous posera pas de problème à l’ouverture... la fin de vie de la bouteille arrivera plus vite que prévu...
          • Le revendeur, s’en contrefout et ne contrôle pas la limite de charge, et là vous risquez de connaître des problèmes comme les miens.

          Ce qui ne règle pas le problème du décollage de la bille de sécurité : avec quel outil, sans fusiller la valve en caoutchouc...

          JPEG

          Répondre à ce message

          • les bouteilles portent généralement un « poids total plein » et parfois une tare.
            Le poids total plein, à ne pas dépasser, garanti que le niveau du liquide dans la bouteille n’est pas trop haut. En effet, s’il est trop haut (trop proche de la sortie) le risque est considérable de voir du gaz liquide sortir des bruleurs du réchaud, avec un risque énorme pour le bateau, pas uniquement pour les vaigrages.
            On peut constater cet effet dévastateur en ouvrant une bouteille de 14 kg (dite « domestique ») et en allumant ce qui en sort, la flamme fait une 20 aine de cm. Si on retourne la bouteille, c’est du liquide qui en sort, la flamme fait 3 à 4 m entre autre, les mili appellent ça un lance-flamme, je crois. Dès qu’on est convaincu du résultat il suffit de refermer la bouteille.

            Ce poids total plein est à vérifier si la bouteille est remplie par un intervenant non garanti.

            Répondre à ce message

  • Je reviens sur l’outil permettant de décoincer la bille pour alléger la charge. Dans son état normal, la pression est bloquée d’abord par la bille inox et sa valve en caoutchouc. Le tout est operculé par un bouchon et un pas de vis, que les professionnel sérieux scellent d’un film protecteur... Là, ça va bien...
    Les remplissages amateurs, dans les contrées exotiques... On aura la bouteille, son système de valve interne et... un bouchon et son pas de vis... Rien de plus

    • si on place le détendeur, en le vissant, le système de valve n’opère pas, valve bloquée
    • si on force la bille inox avec un tournevis, on peut débloquer la valve. Je l’ai déjà fait. Ca a toujours bien fonctionné
    • Mais, là, hier, rien a faire, impossible de décoincer cette valve... Ce qui agace le breton. J’ai donc avec un tournevis de bon diamètre (celui de la bille), tapé un grand coup, comme un breton furieux sait si bien le faire... Et J’ai fait exploser la valve en caoutchouc, ce qui a eu pour effet de me faire balancer tout ça à l’eau... Ce qui est stupide, puisque qu’une fois allégée, la bouteille est remontée... Poule et couteau dirait Yves...
    • Après avoir récupéré la bouteille qui fuyait toujours tant et plus, j’ai réussi à monter un deuxième détendeur, que j’avais en secours... Mais rien à faire, je pense que que le détendeur refusait de détendre du liquide.
    • J’ai donc laissé fuir le liquide, puisque gros malin, j’avais couché la bouteille sur la plage arrière, pour éviter les pulvérisation vers le haut, lieu d’émission d’éventuelles étincelles électriques (panneaux solaires). Cà fumait rudement, et j’avais du succès avec mes voisins de mouillage !!!
    • La pression a fini par tomber et j’ai pu remonter le capuchon d’origine
    • Sauf qu’on avait plus de gaz... Sauf que je me suis posé la question : si la pression est tombé, ce sera peut être suffisant pour le détendeur du bord. J’ai donc remonté ce détendeur sur la bouteille qui fuyait toujours, jusqu’à obturer la fuite, et là bingo... La cuisinière fonctionnait.
    • Il me semble que pour repousser la bille, sans risquer de détériorer la valve en caoutchouc, il faudrait un tube creux du bon diamètre par rapport à celui de la bille. Là, peu de risque de casse...

    Répondre à ce message

  • Ce post me laisse un peu mal à l’aise.
    Les problèmes de gaz et le feu qui peut en résulter sont un des plus gros dangers qui peuvent nous menacer, car nous sommes très mal équipés pour le combattre, et les conséquences sont graves.
    Aussi je dois donner à tous un conseil de prudence
    « si vous avez un problème avec votre bouteille de gaz, n’y touchez pas, laissez là à l’air libre, et changez en le plus vite possible »
    Robert
    S/Y Lysigée

    Répondre à ce message

    • Merci Robert
      Le gaz et les risques de feu ou d’explosion, ne doivent pas être pris à la légère. Si effectivement, laisser à l’extérieur du bateau, une bouteille suspecte offre une forme de sécurité, elle est loin d’être suffisante.

      Camping gaz, dans ses conseils de sécurité le note bien :

      • Fuite gazeuse ou liquide Eviter le contact du liquide avec la peau. Ne pas rester dans le nuage de gaz mélange d’air et de butane, mais se placer en arrière de la source.
        • En cas de fuite dans un local clos, évacuer ce local.
        • Eviter toute manœuvre électrique susceptible de produire des étincelles
        • Eloigner les matières combustibles et si possible les récipients de GPL exposés.
        • Obturer toute ouverture basse à proximité (soupiraux, égouts).
        • Éloigner les curieux.
        • Faire appel aux secours spécialisés.
      • Fuite sur un récipient Si la fuite ne peut être arrêtée en manœuvrant le robinet de l’appareil, évacuer
        le récipient fuyard sans choc, à l’extérieur et le déposer dans un lieu hors danger sans le renverser.

      Sur un ponton, on n’aura peu de chance de trouver un lieu désert à terre, pour laisser s’épencher le gaz
      A bord, i faudra penser que c’est un gaz lourd, et que la nappe recherchera des pentes vers le bas, y compris les coffres, pas tous bien isolés
      La meilleure solution à mon avis, si on le peut sera de l’installer sur la marche basse de la plage arrière, si le bateau n’en possède pas, on utilisera un seau pendu à l’extérieur, dans lequel on aura installé la bouteille défectueuse

      Enfin, et c’est mon cas, si l’on veut absolument utiliser une bouteille présentant le seul défaut de la valve de sécurité interne : installée dans le coffre sécurisé : on n’ouvre la bouteille par son robinet situé sur le détendeur, et on le ferme systématiquement après usage

      A noter qu’en France le remplissage personnel d’une bouteille est interdit. On doit passer par des organismes certifiés. Coût pour une bouteille Camping Gaz R907 de 2,7 kg : bouteille neuve pleine, 75 euros, et recharge seule 25 euros. Donc la consigne est de 50 euros.

      Michel, à Nidri en mouillage forain. Demain, j’achète une bouteille neuve....

      Répondre à ce message

Répondre à cet article

UP

Copyright et informations légales