image
image
image

Votre IP : 18.204.227.250
Dernier ajout : 21 octobre
Visiteurs connectés : 11

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > Forum technique > Entretenir le bateau -forum- > Anode sur lest en plomb ?

Rubrique : Entretenir le bateau -forum-

__________________________________________________________________________________________________________________

Anode sur lest en plomb ?Version imprimable de cet article Version imprimable

Publié Septembre 2014, (màj Septembre 2014) par : Thira  image   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail Inscrit aux forum vous pourriez transmettre cette page à un ami plaisancier

Bonjour,
(Je copie ici une question posée sur un autre forum, restée orpheline.)

Tous les ans, je remplace scrupuleusement l’anode en zinc de la quille (plomb). Cette année, elle est partie en poussière (ou plutôt, une espèce de purée) au bout de 2 mois.
En fait, compte tenu du potentiel électrique du Pb (-220 mV), les anodes en Zinc (-1030 mV) donnent une surprotection, avec des effets néfastes sur l’antifouling notamment (source : Livre Blanc de Galvatest). Et elles doivent se consommer rapidement. C’est ce que je constate sur mon bateau.
A priori, l’anode ne protège pas les boulons de fixation de la quille, en inox, à l’intérieur du bateau (même s’il y a un peu d’eau de mer dans les fonds, elle est isolée de la mer (sinon, c’est grave !)).
J’en arrive donc à me demander s’il est nécessaire de placer une anode sur le lest, et de quelle nature. Qu’en pensent les spécialistes, que je remercie d’avance pour leur avis.
Jacques

UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

3 Messages de forum

__________________________________________________________________________________________________________________

__________________________________________________________________________________________________________________

  • 3 septembre 2014 09:36, par Négofol écrire     UP Animateur

    Je ne suis pas sûr de ce que vous affirmez sur la surprotection. Le problème de la protection galvanique est complexe et la source que vous donnez n’est pas une référence.

    La surprotection n’est pas liée directement aux potentiels respectifs des matériaux en présence, mais aux quantités disponibles pour la réaction. Il y a surprotection lorsqu’il y a un excès de zinc dans les anodes par rapport aux surfaces des parties protégées. On considère souvent que la quantité est correcte lorsque environ 50 % du poids des anodes est dissous en un an.

    Le seul moyen de le savoir est de faire une mesure sur le bateau à flot.

    Voir l’article sur le site : http://www.plaisance-pratique.com/m...

    Je pense d’ailleurs que vous pouvez consulter utilement les autres articles relatifs à la corrosion dans la rubrique : http://www.plaisance-pratique.com/-... (et nous n’avons rien à vendre ...).

    Concernant le problème de votre quille, il est inhabituel de poser une anode sur une quille en plomb, car le plomb jouit d’excellentes propriétés de tenue à la corrosion marine (des objets antiques sont encore en bon état après 2 000 ans dans l’eau de mer).
    Il suffit de garder la quille isolée et de surveiller l’état du joint quille-carène pour ne pas avoir de problèmes de boulons de quille.(Je suppose que votre bateau est en stratifié et n’a pas une quille composée d’un voile acier et un saumon en plomb, car si ces conditions ne sont pas réunies, le problème est très différent).
    Le changement du comportement de votre anode me parait plutôt lié à un phénomène de fuite électrique sur votre bateau ou dans l’environnement (bateau voisin ou ponton) qui mérite analyse. En particulier, vérifiez votre installation électrique (isolateur de terre, branchement au quai).

    Votre remarque sur l’eau des fonds isolée de la mer est par ailleurs sans fondement : il y a corrosion galvanique dès que deux métaux différents sont en présence au sein d’un électrolyte. Si vous avez des métaux différents baignant dans l’eau de votre cale, vous aurez un phénomène de corrosion galvanique. Par exemple, sur les gros navires, il y a des anodes dans les ballasts à eau de mer.

    Par contre, il est important d’utiliser des anodes provenant d’un fabricant sérieux et dont le métal est conforme aux normes NC431990 STCAN (Marine Nationale Française), EN 1179 ou ASTM B418 - 12, MIL-A-18001K (Normes US). Il y a sur le marché des anodes douteuses dont l’efficacité est pour le moins aléatoire.
    Une anode de ce type se consomme à environ 11,2 kg/Ampère x an.(environ 780 Ah/kg).

    Répondre à ce message

    • 3 septembre 2014 15:45, par Thira écrire     UP     Ce message répond à ...  image

      Bonjour et merci pour ces informations.
      J’avais déjà lu avec intérêt les articles sur PTP.
      Je comprends que la surprotection dépend aussi (surtout ?) de la masse de zinc et pas seulement de la ddp entre les métaux en présence. Pour faire la mesure sur la quille,cela me semble un peu difficile, bateau à flot...C’est pourquoi, j’avais pris la ddp Zn/Pb d’après les tableaux publiés : 800 mV, ce qui,comme indiqué dans l’article, est largement supérieur aux 150/200mV (valeur recommandée pour une protection correcte). D’où ma supposition de surprotection.
      Quant à ma remarque « sans fondement, » j’ai du mal m’exprimer et je la reformule. En cas d’eau dans les fonds, les boulons en inox ne baignant pas dans le même électrolyte que l’anode , celle-ci n’est pas là, non plus, pour les protéger.
      Conclusion : elle ne sert à rien, ce que vous semblez confirmer.
      Pour ce qui concerne un courant de fuite au port, c’est toujours possible ; le bateau a séjourné 2 fois une semaine dans des ports pendant cette période. Dans ce cas, les autres anodes (hélice et sail drive) n’auraient-elles pas du subir le même sort ?
      C’est la première fois que je vois une anode réduite à l’état de purée, qui part sous une simple pression du doigt.
      De retour sur le bateau, je referai le point.
      Jacques

      Répondre à ce message

  • 4 septembre 2014 10:08, par Négofol écrire     UP Animateur

    Concernant le mode d’usure de votre anode, il est difficile de se prononcer, mais il faut savoir (je ne sais pas du tout si ça a un rapport avec votre cas) qu’il se développe, pour l’instant aux USA, une campagne pour faire supprimer le cadmium dans les anodes, sous la pression d’associations de pastèques plus ou moins bien renseignées.

    Le contenu en cadmium est déjà très faible (< 0,05 % dans la norme STCAN et < 0,025 % dans la norme MIL) et l’influence de la dissolution des anodes sur la teneur en cadmium de l’eau de mer ne semble pas prépondérante. Quelques états américains mal informés ont déjà interdit les anodes en zinc pour la plaisance. Certains constructeurs cherchent à supprimer le cadmium dans la composition de leurs anodes, avec des résultats parfois étonnants : en effet, il est apparu que la présence de cadmium était un moyen d’obtenir une dissolution régulière des anodes.

    Pour l’instant, il ne semble pas y avoir d’initiative sur ce point du côté de Bruxelles, mais il se pourrait que se reproduise le coup du TBT pour les antifoulings (qui rendait les palourdes homosexuelles ou qq chose comme ça...). Si les anodes en zinc étaient interdites, ne resteraient que les anodes en aluminium, dont l’usage est plus délicat, et très complexe pour les bateaux à coque en alliage léger....

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

UP

Copyright et informations légales