image
image
image

Votre IP : 54.224.30.39
Dernier ajout : 26 juillet
Visiteurs connectés : 233

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > Articles > Mouillages et ports > Mouillages et ports en mer Egée > projet CRETE

Rubrique : Mouillages et ports en mer Egée

__________________________________________________________________________________________________________________

projet CRETEVersion imprimable de cet article Version imprimable

Publié 21 mai, (màj 23 mai) par : yoruk   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail

Cet article est géolocalisé.

PROJET « CRETE »

Cette île est généralement peu décrite. Ce dossier est une ébauche des grandes lignes connues décrivant la navigation en Crète. On pourra mettre à jour ce dossier au fur et à mesure des commentaires à venir

la Crète est un continent, c’est ainsi que le pense les crétois. Berceau de la civilisation minoenne, dont Knossos est le cœur, l’île aujourd’hui compte 600.000 habitants et 35 millions d’oliviers... Rattachés à la Grèce depuis moins d’un siècle, ils se considèrent comme crétois avant d’être grecs, et y a pas intérêt à les emmerder...

 

Approche

Longue de 150 milles, large de 15 et haute de plus de 2.000 m, barrant la route au Meltem, on ne peut pas la manquer. Ce qui aura pour conséquence que si il est facile d’y arriver, c’est une autre paire de manche pour en repartir

  • Au nord un fetch de plus de 100 milles offre au Meltem les moyens de montrer ses biceps. La mer peut être énorme
  • Au sud rabattues par les hauteurs de l’île, les rafales seront furieuses, véritablement intenables. Il faudra donner beaucoup de tour, pour retrouver une mer accalmie.
  • A l’ouest il faudra gagner contre des vents dominant et parcourir plus de 80 milles pour trouver un abri au SW du Péloponnèse...
  • A l’Est, en principe portant, il faudra soit passer au vent de Kasos et Karpathos, pour gagner Rhodes, soit passer leurs passes réputées comme un des endroits les plus dangereux de Méditerranée.

Ceci dit, nous l’avons fait il y a presque vingt ans sur un voilier de 27 pieds, sans météo fiable, sans guide... Aux innocents les mains pleines...

 
Si l’on trouve de nombreux petits ports sur la côte nord, seuls quatre d’entre eux offre des protections correctes par gros Meltem : Chania, Rethimnon, Heraklion et Aghios Nikolaos. Sur la côte sud, Ierapetra et Palaiokhora offre une bonne protection, une fois à l’intérieur, mais leurs accès sont difficiles, mal pavés, et on ne trouve pas de l’eau partout...

Notes pratiques



1- Nisis Gramvousa

  • A l’extrémité NW de la Crète, on trouve un bon mouillage forain, dans un cadre enchanteur. Attention aux haut fonds au SW de l’île.
  • On trouve de l’eau douce au petit quai, mais il faut pouvoir y accéder


2- Kolpos Kissamou port Kissamos

  • au SW du golfe Kolpos Kissamos, le port d pêche a ete aménagé pour recevoir des ferries. On doit pouvoir se mettre alongside, sous le vent do môle NE, bien protégé du Meltem
  • On y trouvera un café restaurant, et probablement de quoi faire de l’eau.
  • Bus ou taxi pour la ville de Kastelli la ville proche, où l’on pourra faire de l’avitaillement et du gazole


3- Kolimvari

  • Extension d’un petit port de pêche
  • 2 môles protègent un avant port à l’abri du Meltem
  • Seul cet avant port offre assez de profondeur pour mouiller
  • Quelques possibilités d’avitaillement dans le village


4- Chania

  • L’entrée dans les passes se soigne. Plein vent arrière, ce qui peut être musclé avec du gros Meltem
  • Il faudra d’abord parer un brise lame que l’on laisse à tribord
  • Un fois dans les passes, on déborde un deuxième brise lame prolongeant le môle nord. En virant à 90° on a devant soit les 3 bassins des entrepôts vénitiens.
  • Seul le premier est accessible aux bateaux de passage. On mouille sur ancre, puis on cule sur le quai sud. Attention, il est très haut.
  • Eau et électricité, et toutes les facilités d’une grande ville très active
  • La grande baie de Soudha, de l’autre côté de l’isthme est limité d’accès par son statut militaire, c’est une base de l’Otan.


5- Rethimnon

  • Peu de chance de trouver de la place dans le vieux port vénitien
  • On se loge derrière l’épi qui ferme le môle Est
  • Une fois derrière cet épis, on sera à l’abri du Meltem
  • Peu de facilités techniques à terre, mais large approvisionnement en ville
  • Nombreux bars et restaurants, dans une ambiance balnéaire


6- Iraklion

  • Immense rade commerciale, et rien d’organisé pour la plaisance de passage
  • Si on ne trouve pas de place dans le vieux port vénitien, il faudra se mettre le long du môle extérieur, où rien n’est prévu pour nos bateaux, les quais étant particulièrement hauts
  • Il faudra aussi protéger la coque du quai rugueux, mise à mal avec le trafic incessant du port commercial. Il n’est pas recommandé de laisser le bateau seul le long de môle
  • L’idéal sera de trouver une place dans le vieux port pour visiter Knossos, [1], le musée et la vieille ville
  • Support technique, et avitaillement de qualité
  • Aéroport avec de nombreuses liaisons internationales en toute proximité

7- Nissis Dhia

  • Un mouillage minéral, quasi lunaire, où l’on trouve du bon sable
  • correctement protégé du Meltem à 6 milles au nord d’Heraklion
  • Fonds de bonne tenue quand on a trouvé le sable
  • Repaire du commandant Cousteau, où il a tourné de nombreuses séquences. Mais ne parlez pas de Cousteau ici, il a laissé une très mauvaise réputation


8- Le lagon de Spinalonga

  • C’est une splendeur... gratuite !!! Rod Heikell écrit à son sujet : “It is fascinating to sail in the enclosed lagoon.
  • On navigue sur des fonds faibles, mais sains. Les passes d’entrées étroites, sont claires.
  • Il faut mieux abattre les voiles, avant d’entrer, pour éviter les rafales folles furieuses descendant des hautes falaises rappées. Mais une fois à l’intérieur, le vent reste tolérable, avec peu de fetch
  • On mouille où on veut
  • Aghios Nikolaos et sa marina, permettant un approvisionnement complet est à 5 milles.
  • Au fond du lagon, au SW, Elunda permet un ré avitaillement léger. mais il faut y aller en annexe


9- Aghios Nikolaos

  • Marina confortable, offrant tous les services d’un port moderne, y compris un lift, tous services techniques
  • Le port est dan la ville, petite ville vivante et très agréable
  • Un petit port dans la ville, plus au nord, est inaccessible par meltem, pour nos bateaux
  • lien : Ag Nikolaos marina


10a- Sitia, sous Ak Sidheros

  • Port de pêche actif, adossé à une plaine fertile, Sitia se trouve en toute proximité du cap Ak Sidheros, qui marque l’extrémité NW de la Crète
  • On vient arrière au quai SE, si on trouve de la place entre les pêcheurs
  • L’extension de la rade, au nord, est malsaine à quai. Rod Heikell signale des chaines au fond, pouvant poser problème
  • La ville est agréable, on y trouvera un avitaillement complet, y compris un fameux petit vin blanc local


10b- Mouillages du cap Ak Sidheros

  • Sauvage, très découpé, le cap offre plusieurs très beaux mouillages
  • La baie à l’ouest avec des môles neufs, semble être une zone de restriction à la navigation
  • La côte Est offre un paysage étonnant de palmerais et de sable blanc


11- Ierapetra

  • Passe d’entrée extrêmement délicate, en serrant l’extrémité Est du môle
  • Praticable que par beau temps, et uniquement pour les faibles tirant d’eau
  • Peu de place à l’intérieur et aucune solution de mouillage forain.
  • Petite ville très agréable, point de départ idéal pour visiter les nombreux sites minoens de l’Est de la Crète


12- Palaiokhora

  • Premier port de la côte sud en arrivant de l’Ouest
  • Tout est délicat ici : l’accès, les passes, le manque d’eau dans le port, mais... c’est le seul port sur cette côte, jusqu’à Ierapetra, à 100 milles dans l’Est
  • On trouve sur la carte de nombreux ports de barques, de petites criques, mais praticables uniquement par beau temps assuré

Histoire et culture

Souvenirs des civilisations palatiales, l’île offre de très nombreux sites minoens. On peut y passer des années sans en faire le tour. S’il y en a un à ne pas manquer, on ira à Cnossos. Sir Evans qui l’à restauré bien que critiqué pour ses restaurations, nous montre le palais dans ce qui devrait être la grandeur de cette brillante civilisation. Pas de défenses, une architecture audacieuse (voir en particulier le traitement des puits de lumière) peintures et mosaïques ellaborées... Il faut absolument trouver un moyen de le visiter hors les horaires touristiques, et respirer ce que fut une civilistaion sans frontière, sans police, sans armée. La défense naturelle de l’île : la mer et son étendue suffisait à la protéger...
Il faut aussi visiter le très beau musée d’Heraklion, de préférence après la visite du palais. Je garde le souvenir (2002) d’hameçons multi millénaires, montrant que nous avons finalement assez peu progressé.
il faut aussi se promener et visiter : les sites minoens de l’Est de la Crète, sur des routes désertes, des landes rapées, et une côte déchiquetée, visiter l’incroyable palmeraie de Vaï... mais aussi la plaine peignée comme un jardin de la Messara, les hauts plateaux du Lassithi, les gorges de Samaria et d’Aradéna... trainer en se perdant dans l’immense bordel de la vieille ville d’Heraklion que Dedale, qui y a sevi il y plus de quatre millénaires, nous a laissé.
Le problème, pour un plaisancier, sera de trouver un lieu sécurisé pour laisser le bateau seul. Il y en a très peu :

  • Aghios Nikolaos, dans la marina. De là on peut trouver des bus ou louer des voitures pour Sitia, et et toute la côte du cap Sidheros, y compris les palmeraies. Heraklion est join able par bus.
  • Heraklion, depuis le vieux port vénétien, si vous pouvez trouver une place. On ne peut pas laisser seul le bateau, alongside, le long du môle du port commercial
  • Rethimnon, d’où on peut visiter les gorges

...et puis, c’est tout, sauf si vous êtes bénis des dieux...

Ambiance

Juste quelques images anciennes...

JPEG - 160.7 ko
Palmeraie de Vaï
JPEG - 117.7 ko
Mouillage de Vaï
JPEG - 224.2 ko
Palmeraie/mouillage de Vaï
JPEG - 97.7 ko
Lagon de Spinalonga
JPEG - 146.7 ko
Lassithi Mont Dikte

Et on gardera en tête que cette île fut le lieu des amours de Zeus (changé en taureau) et de sa captive Europe, liaison qui donnera naissance à Minos, le roi légendaire de la Crète.

JPEG - 61.7 ko
« La parisienne » Palais de Cnossos 1.400 BC

[1] Knossos, est le plus important des palais minoens crétois. Découvert en 1878, par l’archéologue anglais, sir Arthur Evans. Associé à la légende du palais du roi Minos, le site, occupé depuis 7000 av. J-C, fut la capitale de la Crète lors de la période minoenne. Situé à 5 km au sud de Heraklion, il sera détruit puis reconstruits plusieurs fois, pour finir dévasté vers 1350 av. J-C, il ne sera pas reconstruit, la civilisation minoenne, ruinée par le tsunami suivant l’éruption de Santorin, sucombrera aux envahisseurs mycéniens. Cette hypothèse s’appuie sur la suppématie maritime minoenne... Une fois détruite la flotte et les installations portuaires, ils seront à la merci des envahisseurs.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Cnossos

UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

6 Messages de forum

__________________________________________________________________________________________________________________

__________________________________________________________________________________________________________________

  • 22 mai 13:01, par yoruk écrire     UP Animateur

    Les lecteurs enthousiastes, m’ont demandé de préciser la position de Knossos, ce qui est fait grâce à une note de fin de page...
    J’espère que nous pourrons développer plus avant ce dossier détaillé sur Heraklion, et ... Knossos, lorsque de hardis navigateurs, de nos amis, s’y trouveront...
    Michel

    Répondre à ce message

  • 30 mai 13:39, par lysigée écrire     UP  image Animateur

    J’y suis passé deux fois en 2011, en Janvier et en Mai. Les bornes électriques et d’eau dans le bassin au nord fonctionnent parfois. Pour avoir y avoir accès, aller prendre un ouzo au café sur le quai, et demander gentiment.
    Seuls les 20 premiers mètres après l’épi sont possibles, Ne vous mettez là où je me suis amarré : j’y suis rentré sans problème, mais je me suis échoué en repartant (TE 1.9). Serrez l’épi en entrant et en sortant
    Ou peut mouiller devant les plages de chaque coté du port (par beau temps). Du sable sur le coté ouest, mais des mattes à l’Est.
    La ville est sympa, pleine de jeunesse du coin
    super marché à 700 mètres, mais légumes, poissons et viande à l’intérieur de la ville
    Robert
    s/y Lysigée

    PNG

    Répondre à ce message

  • 18 juin 21:19, par lysigée écrire     UP  image Animateur

    Juin 2017
    On mouille dans 6 à 8 m d’eau sur un fond de sable de bonne tenue.
    Le mouillage est encadré coté ouest par un petit embarcadère sur le coté ouest occupé par des pêcheurs, (ainsi qu’un corps morts au milieu de la baie), et du coté Est par une épave découverte d’un vieux cargo rouillé
    La protection est très bonne par vent des secteurs NE à NO, mais la houle tourne autour de l’île et devient Est ce qui peut donner un fort roulis .
    En cas de vent de secteur Ouest ou Sud, on peut mouiller au sud, à l’est de l’ilot Tigani.
    L’approche du mouillage se fait principalement par le Nord en longeant la « péninsule » de Gramvousa, à partir du cap Kokkala (phare à secteurs visibles à 17milles).
    Passer bien au large de l’île (au moins 150m), il y a des rochers à 1.9m non signalés (j’ai raclée ma quille)
    On peut aussi rentrer dans le mouillage par l’ouest, mais l’approche est délicate entre les écueils au sud de l’île de Gramvousa et ceux au nord de Tigani. je suggère une route au 124 sur le milieu des deux zones de rochers.
    Le mouillage est très calme de 17h à 10h, mais dans la journée des bateaux promène-touristes déversent leur cargaisons de chairs à bronzer (une bonne centaine)
    Robert
    S/Y Lysigée

    PNG

    Répondre à ce message

  • 23 juin 09:19, par lysigée écrire     UP  image Animateur

    juin 2017
    L’entrée dans le port est effectivement délicate en arrivant par Ouest ou NordOuest.
    Le feu vert sur tourelle qui existait sur l’écueil devant ll’entrée (et qui existe encore sur les cartes) n’existe plus. Elle a été remplacée par une bouée verte, qui doit être laissée à tribord. (voir photo)
    Une fois à l’intérieur, tourner à gauche pour pénétrer dans le port de « plaisance », l’ancien « nouveau » port commercial de Venise
    On peut s’amarrer sur le quai immédiatement à droite, mais en laissant la première place libre (bateaux touristes). L’amarrage se fait cul à quai sur pendilles (pas d’ancre !). Le quai est toujours aussi haut.
    Eau et électricité sur bornes. Le bureau du responsable est dans l’ancienne mosquée sur l’ancien port.
    Prix standard des ports publics grecs (7 euros pour un 12m)
    Possibilité de gazole par camion citerne.
    Le quai est assez animé par les promeneurs et par un restaurant (excellent) doté d’un orchestre traditionnel grec jusqu’à 1h du matin. (j’aime bien le rebetiko, mais 4 jours !).
    Un très bon shipshandler Malinakis dans la ville
    La ville est typique des anciennes possessions vénitiennes, et on y retrouve les maison colorées de Symi.
    Malheureusement, elle est polluée par le tourisme de masse, alignant à l’infini restaurants et boutiques identiques à toutes les villes « touristiques » de Méditerranée
    Par contre le quartier turc est resté plus authentique avec les maisons à façades de bois.
    En ce qui concerne Souda, il existe un joli mouillage tranquille au nord de Souda, Ormos Marathi, derrière la presqu’île de Akrotiri. Ce mouillage est protégé de pratiquement tous les vents avec des fonds de sable de 4 à 10 m
    Robert
    S/Y Lysigée

    JPEG

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

UP

Copyright des logiciels, charte graphique, et images du bandeau supérieur : reproduction interdite sauf autorisation de reproduction de Robert Schirrer