image
image
image

Votre IP : 54.162.4.139
Dernier ajout : 1er mai
Visiteurs connectés : 44

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > Articles > Mouillages et ports > Mouillages et ports Méditerranée occidentale > Riposto marina de l’Etna

Rubrique : Mouillages et ports Méditerranée occidentale

__________________________________________________________________________________________________________________

Riposto marina de l’EtnaVersion imprimable de cet article Version imprimable

Publié Décembre 2015, (màj Juillet 2016) par : yoruk   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail

Cet article est géolocalisé.

 

Italie / Sicile / Marina de Riposto

37 44.1729 N 015 12.5535 E
22IT,IIM,graph,22

Approche

  • Claire, mais il faudra soigner l’approche par vent et mer forte de NE. L’allongement récent du môle extérieur améliore les conditions d’entrée, et sécurise l’intérieur du port.
  • Les passes sont profondes en se tenant au milieu, on trouve plus de 10 m, mais si la protection est meilleure, la largeur utile des passes n’excède pas 80 m, et çà chahute avec une mer forte de NE. Garder un peu de toile peut être utile, on aura le temps et la place pour rentrer la toile à l’intérieur.
  • Il faudra aussi tenir compte des thermiques puissants, générés par la masse imposante de l’Etna
  • Appel VHF : 16 et 74 pour la marina
  • Accès : l’obligation pour toutes les unités / sortie du port de contacter les autorités portuaires par VHF ch. 16 (permanence de 08H00 à 20H00) Ch 74 pour la marina (veille 24 H)

 
Hivernales à Riposto
Crédit photo, fev 2016 : B et P Venekas s/y Alhoa

JPEG - 77.4 ko
Riposto l’accueil
JPEG - 75.5 ko
L’Etna en arrière plan
JPEG - 87.1 ko
La nouvelle darse au N
JPEG - 83.9 ko
Môle N de la marina
JPEG - 79.2 ko
Zone technique

 

Riposto vu de la mer
Crédit photo, juillet 2016 : s/y laorana

Trace et accès aux passes Les passes vues par GE détail des passes Marina côté N Marina côté S

 L’accès par mer forte de NE devra être soigné, en gardant de la puissance ( on peut garder un peu de toile sur l’avant). Mieux vaut contourner largement le môle si on vient du sud. Les passes sont profondes, mais peu de largeur et ça peut chahuter. Dans le cas de la trace ci dessus, j’avais gardé un peu de toile, on a de la place pour mettre le bateau en ordre une fois passé,a noter que la très grande hauteur du mole coupe le vent. On le voit sur la trace, dans un premier temps, j’ai roulé le génois, puis dans un deuxième, mis le bateau en ordre ; Le marinero de la marina, était là en support... très pro !!! Puis je suis entré en Marche AR entre les pannes
 
Porto dell’Etna - marina di Riposto

  • Sous ce titre un peu pompeux, on trouve une marina réputée pour sa qualité de service, mais très onéreuse, en haute saison (100 euros/nuit pour 40 pieds en 2016)
  • Le port se décompose en trois bassins, dans l’ordre en entrant
    • le premier bassin est donnée pour interdiction d’y pénétrer (info Navionics 2015), confirmé juillet 2016
    • le deuxième est concédé à la marina Porto dell’Etna, comprend l’épi central, les grands yachts s’amarrant, côté Nord, et 4 pontons implantés à la racine sud de l’épis, orientés NW/SE. Le quai Ouest est réservé aux bateaux de plus de 50 pieds. Au SW de ce bassin on trouve un chantier équipé d’une travelift, dépendant de la marina, mais avec une gestion spécifique. Partant du chantier un dernier ponton dit « E » ferme la zone réservée à la marina. La face SE de ce ponton est réservée aux locaux, y compris la Guardia Costiera.
    • le troisième, vraisemblablement géré par la municipalité est concédé à plusieurs ormégiatori, et réservé prioritairement aux bateaux locaux, surtout de petites barques de pêche. Les chalutiers, s’installent le long du quai à l’ouest du môle extérieur
  • Précision des CM93 v2 ed2011 : incomplète pour la partie interne du port
  • Précision des Navionics : à jour et exactes (nov 2015).
  • Précision des Transas : parfaite

EDIT : En résumé, le port commercial est difficile d’accès, très occupé par les locaux et surtout les professionnels de la pêche. La marina, très onéreuse en été, fait l’effort d’offrir des places très bon marché, pour les monocoques et pour l’hiver. Ils mettent en avant une des principales qualités : la sécurité offerte par de bon professionnels et surtout, la proximité de la ville. la marina est pratiquement dans la ville. Contre partie, il faut avoir dégagé le 15 mai au plus tard, sinon les tarifs ne sont plus les mêmes.

  • Kit de téléchargement des cartes locales, pas de traces ” (zip), Format KAP pour les cartes et GPX pour le WP dont le positionnement est sujet à la caution de l’exactitude de carte Google Earth . Sous la seule responsabilité de l’utilisateur, ce ne sont pas des outils de navigation, ils ne doivent servir qu’à titre pédagogique
    Zip - 425.9 ko

 

Réparations ; entretien et services

  • Zone technique :
    • Carburant :
      • JONIA Carburanti, porto di Riposto
        • Installé dans le port de pêche et réservé aux pêcheurs. La taille et la circonférence de leurs tuyaux, en interdisent l’utilisation pour nos bateaux
        • e-mail : joniacarburanti@legalmail.it
      • Juste à côté, AGIP est fermé (juillet 2016)
      • Porto dell’Etna v. Duca del Mare
        • tel. 095.7795759
    • Chantiers :
    • Shipchandlers : sous réserves, selon certaines informations, on trouverait beaucoup mieux à Catane
      • Boat Service v. Duca del Mare tel. 095.937978
      • Marina di Riposto v. Duca del Mare, 57 tel. 095.932089
      • Massimotonautica v.le de Gasperi, 123 tel. 095.7650039 /7614566
      • Tuttomare Pesca & Sport v. Duca del Mare, 57/b tel. 340.1093341
  • Services
    • Ormégiatori du bassin municipal
      • 1) Melita Riccardo tél. 095.931056
      • 2) Boat Service snc Finocchiaro et Biasi tél. 095.937978
      • 3) Club Jonico Riposto
      • 4) tel Platania Mario Franco. 095.491312
    • Porto dell’Etna, voir les services de la marina
      • Confort : Eau et électricité : aux bornes des pontons. Sanitaires et douches. Accès internet-wifi : à vérifier. On capte la 3G (Vodafone)
      • Restaurant, bars et pizzeria, en ville et sur la marina
  • Approvisionnement : large approvisionnement d’une grande ville
    • Le centre ville : en toute proximité
    • Marché : à vérifier, mais probable, la région est productrice de fruits et de légumes
    • il faut noter le fabuleux minuscule marché couvert, à l’angle du front de mer et de l’avenue qui monte vers la gare de Giare. Info 2005 : YvesD
    • NDLR merci à YvesD : Venant du restau+tratoria+snack du port et en traversant la rue du front de mer on avait (2005) une station service et surtout, très légèrement sur la droite, une entrée d’un immeuble assez quelconque, entrée qui débouchait sur un fabuleux grossiste en vin (Riposto, en plus d’être le siège d’une académie de marine, était un port d’embarquement des vins de l’Etna) où on pouvait s’y procurer un vin sub-liquoreux de cépage malvoisie, un vrai régal, très comparable à l’excellent muscat sec de la région de Perpignan ou à des vins de la région de Cintra .
    • Confirmation (juillet 2016) : le distributeur grossiste de vins est toujours là, dans des locaux modernes, juste derrière la station service. Il vend du vent en bouteille ou à la barrique, à très prix très raisonnables (1,5 euro le litre)

Approvisionnement en proximité
  • en A sur le plan, le fameux grossiste en vin, juste à l’angle, derrière une station service. A la barrique, des vins de l’Etna, rouges (plusieurs), rosé et blanc (excellent). ils vous livrent en bouteille plastique de 1litre 1/2. coût, entre 1,5 et 1,7 euros le litre. Si vous manquez de bouteilles, ils pourront vous dépanner. Ils proposent aussi en bouteilles classiques des vins plus marketés...
  • en B, le long de la route côtière, tout de suite à la sortie de la marina, de nombreux étals de poissonniers, très largement approvisionnés de poissons et de crustacés frais du jour. On y trouve aussi de nombreux marchands de fruits et légumes, qui nous offrent toute la richesse d la production des pentes de l’Etna
  • en C et à une minute à pieds de la marina, le Corso Italia. on trouvera à l’angle avec le front de mer le fameux marché couvert, trésor architectural, où l’on trouve aussi des marchands de fruits et de légumes et des poissonniers. En face de l’autre côté de la rue, une petite merveille de mini super marché, offrant des produits de qualité et une salumeria, avec de la charcuterie et des fromages haut de gamme. Juste à côté, un tabac, juste à côté un marchand de journaux, juste à côté un excellent boucher, juste à côté une très bonne boulangerie artisanale. en face d’autres épiceries, d’autres marchands de légumes et d’autres poissonniers.
  • vous êtes toujours en C, et vous avez parcouru 100 m depuis le front de mer, toujours sur le Corso Italia, et vous débouchez sur la très belle « piazza San Pietro » Là, vous trouverez les resto qui vont bien, une laverie de linge automatique, des banques, des coiffeurs, des pharmacies, etc... Et cerise sur le gâteau, faites 1 km à pieds sur le Corso Italia, et vous êtes à la gare... plusieurs trains par jour pour Catane à une demi heure, ou Messine, à moins d’une heure. Vous pouvez même faire le tour de l’Etna en train !!!
    • si l’ambiance « caddie » vous manque : à 1,3 km, en D sur le plan, un très bon super marché
    • si l’ambiance pas cher, mal présenté et relativement dégueulasse vous manque, on trouve aussi un « lidl »... Faudra chercher... perso, je m’y refuse...

Clearance

  • Rien ici

Général

Avant propos Ce n’est écrit nulle part, et la communication de la marina comme des autorités est muette sur le sujet. Cependant : la toute proximité de l’Etna générera des retombées de cendres polluant coques, voiles, capotes et bimini.

  • Communications/aéroports, excellente accessibilité depuis l’aéroport de Catane (merci YvesD) :
    • Bus jusqu’à la gare de Catane (temps de parcours explosé le vendredi et samedi soir) puis train local presque toutes les heures jusqu’à tard dans la nuit (horaire de trenit en ligne), 20 minutes de train puis 15 minutes à pied pour descendre de la gare de Giarre jusqu’au port (compter 20’ dans l’autre sens).
    • L’accessibilité par la route est plus aléatoire et lente, mais permet de jeter un coup d’oeil sur les villes (souvent aci ceci, aci celà, aci reale, aci castello, aci trezza, référence à un pâtre célèbre dont les morceaux, les aci, furent dispersés par ...), pleines des souvenirs de Ulysse (Cyclopi, ainsi qu’une baie dans les faubourgs NE de Catane, visible du train vers Riposto) et aussi des bondieuserie (l’une de ces villes est surnommées Vatican II par les locaux en « hommage » aux nombreuses églises)
  • Contact :
  • Tarifs La marina sans prétention, a mauvaise réputation... 100 euros pour une journée en été, pour un monocoque de 40 pieds. De plus, pour les cata se posera la délicate question de la largeur : interroger Mlle Marzia info@portodelletna.com Elle est francophone
tarifs annuel
PDF - 47.9 ko
tarifs journaliers
PDF - 60.4 ko

NB
  • dans les tarifs à la journée, une imprécision : Luglio/Agosto dal 01/09 al 15/09, il faut comprendre du 1er juillet au 15 septembre
  • dans les tarifs annuels, pour Catamarano stagionale, comprendre catamaran saisonniers (selon toute vraisemblance saison hivernale)
  • Ces tarifs en gaute saison sont à peine raisonnables, mais... tout çà à cause de l’Etna, Riposto est le seul port où l’on puisse laisser son bateau en sécurité pour visiter l’Etna, en toute proximité. Manifestement, en haute saison, les locaux gèrent la pénurie de places
     
     

 

Visiter l’Etna

Vous êtes venu en bateau, vous resterez otage de votre bateau. Toutes les visites organisées autour de l’Etna sont faites pour les terriens, pas pour les marins. Caractéristique : le guide du routard organise tous ses conseils à partir de Catane. Avant d’envisager la visite, il faudra trouver un port en proximité, pour éviter de passer plusieurs nuits dans des hôtels ruineux aux pieds de l’Etna. Peu de solutions

  • Pas trop cher et en toute proximité : vous laissez le bateau sur bouée à Taormina. Peu de chance de faire une visite de l’Etna dans la journée. Il faudra trois jours au mouillage, avec tous les risques que cela comporte
  • Cher et malcommode : Catane... Peu de places dans la marina, il faudra réserver, et vous serez aussi bloqués 3 jours
  • Très cher et commode : Riposto... là vous pourrez le faire en deux jours (en fait, deux nuits). Deux accès, principaux depuis Riposto :
    • Par le NE, et 25 km de routes difficiles pour trouver le refuge de la Provenzana par Linguaglossa.
    • Classique, par le sud, et 32 km de route, toutes aussi difficiles, pour le refuge de Giovanni Sapienza
  • de ces deux points et aussi de quelques autres ( Zafferana Etnea entre autres), vous pourrez trouver des guides et des moyens de d’accéder aux bouches de l’enfer...

Faire le tour de l’Etna par le train

 
Vous avez du temps et vous aimez les voyages en chemin de fer : faites le tour de l’Etna. Rien que pour le plaisir, mais il faudra prendre du temps (merci YvesD)

  • Une ligne de chemin de fer contourne l’Etna. voir ce lien : Circumetnea
  • La ligne est bizarre : on ne contourne l’Etna qu’en changeant de ligne à Giarre
    • la ligne du Circumetnea contourne l’Etna par l’ouest, de Catane à Giarre, puis Riposto
    • de Giarre à Catane, on prend le ligne directe Catane - Messine
       Cà peut paraître compliqué, comme çà, mais c’est pas grave, vous êtes en Sicile, vous êtes aux pieds de l’Etna, il fait beau et, ici tout fini par s’arranger

Histoire et culture

Histoire

Riposto

  • L’histoire de Riposto, sur la côte ionienne de Sicile, est étroitement liée à celle de Giarre. Avec Mascali, un peu plus au nord, dont ils sont issus, ils contrôlent sur une surface restreinte, de 5 km par 5 km, les accès, aux axes économiques vitaux entre Syracuse, Catane et Messine : la ligne de chemin de fer, l’autoroute, et le seul port tout temps au sud du détroit de Messine.
  • La densité de population du centre urbain de ces trois villes, 80.000 habitants aujourd’hui, hyper concentrés sur l’étroite bande côtière entre Etna et mer ionienne, verrouille l’axe côtier. Ceci devait convenir à une économie sicilienne locale auto suffisante.
  • La donne a changé quand ils ont voulu exporter. Plutôt que de subir des transferts financièrement contraignants avec des ports concurrents (Messine et Catane), les riches producteurs agricoles des pentes de l’Etna, ont poussé au développement d’un port sur Riposto. Le trait de côte offrait l’opportunité d’une création d’un port artificiel. Ils l’appelleront « u ripostu » signifiant buanderie, ou sous-sol en dialecte sicilien
  • Jusqu’à la fin du XVIIe siècle, le site, objet de raids des pirates et des corsaires musulmans, n’a été habitée que de façon saisonnière pour ses besoins commerciaux et militaires. Ce n’est seulement qu’à l’orée du XVIIIe siècle, qu’a débuté l’urbanisation locale, avec les premières maisons de pêcheurs.
  • Avec le port commercial est venu l’implantation des négoces : céréales, fruits, légumes dont les pentes de l’Etna regorgent. Puis les industries liées : vinification, panification, biscuiterie, etc... Puis les arts et métiers liés à ces industries, dont les chantiers maritimes. Enfin, les services : académie maritime et tourisme de plaisance, profitant de l’attrait de l’Etna

Mascali

commune au nord de Riposto

  • Le nom est d’origine incertaine, mais semble dériver du grec byzantin Μασχάλη, ce qui pourrait signifier « aisselle » ou, de façon plus appropriée (boisé, dans le sens de poilu). en référence aux bois épais couvrant le versant oriental de l’Etna, au début de l’ère moderne, en particulier le territoire de Mascali.
  • Sans connaitre exactement à quand remontent à la première colonie, on sait que le pape Grégoire le Grand dans une lettre à l’évêque de Taormina, en l’an 593, fait allusion à un ancien monastère, probablement situé près du village actuel de Vena.
  • Byzantine donc à l’origine, puis soumise par les Arabes vers la 900,
  • Mascali sera conquise par le Normand Roger en 1.082, Elle devient fief du diocèse de Troina, et vassale en 1.124 du puissant diocèse de Catane. Tandis que la juridiction ecclésiastique, était réservée à l’archevêque archimandrite de Messine, par une bulle papale du Pape Eugenio III de 1151.
  • Le voyageur arabe Al-Idrisi dans son travail géographique, décrit Mascali comme un village perché sur une colline, en louant la fertilité du sol et la qualité de l’eau.
  • Au cours de la quatorzième siècle, Mascali a été victime de la longue guerre Angevin-aragonaise. En 1357 après un long siège, des Français, mirent le feu à la ville à cause de sa fidélité à la Couronne d’Aragon.
  • Tout au long du XVIe siècle et au-delà, en raison de son emplacement sur ​​une colline la rendant visible de la mer, Mascali était souvent la victime, comme la plupart des villes côtières, les attaques de pirates turcs qui infestaient la Méditerranée, tant et si bien qu’elle est restés plusieurs fois presque complètement inhabitée.
  • En 1693 le tremblement de terre de Val di Noto a partiellement détruit Mascali. Quelques années plus tard, la ville, coupée du trafic commercial a commencé son lent mais inexorable déclin. En 1815, Giarre dépendant de Mascali, obtenait une sécession et devenait rapidement bien plus riche et puissante que Mascali.

 
Etna éruption de 1928.

Wikipedia éruption de l’Etna

  • L’Etna est là, à 15 km de la côte, les pentes de l’Etna sont là, à moins de 5 km... Et la vieille ville de Mascali est là, dans le lit de la rivière Pietrafucile, descendant en ligne directe de l’Etna... qui est là.
  • Depuis toujours, alternant des manifestations explosives, se déroulant dans les quatre cratères sommitaux de l’Etna (Nord-Est, Bocca Nuova/Voragine, et cône Sud-Est), la majorité des produits éruptifs de l’Etna sont émis sous forme de coulées de lave.
  • Elles atteignent parfois la mer Méditerranée dans une zone très localisée située au sud-est du volcan. Ce fut notamment le cas des coulées historiques de 1329, de 1381 et surtout de celle de 1669 qui détruisit une partie de la ville de Catane.
  • Les éruptions effusives, elles, se déroulent généralement à partir de fissures éruptives ouvertes sur les flancs de la montagne. ce qui se produisit le 6 novembre 1928, date cruciale dans l’histoire de Mascali,
  • lorsque la lave de l’Etna, se déversera à partir d’une bouche ouverte à seulement 1150 mètres d’altitude, elle sera canalisée par la rivière Pietrafucile.
  • Elle se répandra à travers le village, enfouissant tout Mascali, et ne laissant intacte qu’une petite partie périphérique, aujourd’hui hameau de Saint-Antoine

La nouvelle ville de Mascali

  • Il a été décidé de déplacer et reconstruire la nouvelle ville dans la vallée, près de la route reliant Messine à Catane, à mi-chemin entre les villes de Giarre et Fiumefreddo di Sicilia

Giarre

(Giarri en sicilien)

  • La ville, située à mi-chemin entre Catane et Taormina, forment un important centre urbain à proximité de Riposto avec qui elle a été unies pendant la période fasciste re-baptisées, sous le nom de « Ionia ».
  • L’agglomération, contiguë de Mascali, s’en détacha pour former une municipalité distincte. Les trois villes forment ensemble une agglomération de plus de 80.000 habitants. Les trois communautés sont interdépendantes pour de nombreux services.
  • Comme pour Giardini-Naxos, on admet que la fondation de la ville remonte aux colons grecs Chalcidiens, fondant Kallipolis, au VIIe siècle avant JC. et comme Giardini-Naxos, elle fut aussi détruite en 403 avant JC par Denys de Syracuse.
  • La ville de Giarre actuelle (le nom d’origine arabe très proche de “jarre”) est née, au XVIe siècle. Elle était à l’époque banlieue du comté de Mascali. Grâce à des déforestations, l’exploitation des terres arables a profitté au peuplement progressif de colons d’Acireale et de Messine. Elle a connu un développement rapide en se déplaçant en aval de l’ancienne route consulaire, à la suite de la tremblement de terre de Val di Noto de 1.693, pour devenir un point de passage obligé pour les voyageurs transitant entre Catane et Messine.

De Giarre vers Giarre/Riposto, puis Giarre et Riposto

  • Une famille vénitienne puissante, les Pasini, en administrateurs éclairés, ont exploité la région et ont élaboré une politique de peuplement attirant et encourageant la formation de petites exploitations. En 1725, ils faisaient construire le « Scariceddu » (petit port) sur Riposto... Comme la zone sub-montagneuse, accidenté mais fertile a été transformée en vignoble, Riposto est devenu le lieu où ont été déposés d’énormes quantités de vin et de produits agricoles récoltés dans les villes voisines, qui ont commencé à être exportés dans toute l’Europe.
  • En 1812, les habitants de Giarre, comme ceux de Riposto, demandèrent a se détacher de Mascali. ce faisant, la ville alors, est devenue « la terre la plus commerçante et la plus riche de Sicile", (L. Vigo en 1836).
  • En 1820, grâce à un décret royal de Ferdinand Ier de Bourbon, a été construit en plein Riposto l’une des premières académie nautique, baptisée « Nautical Institute Luigi Rizzo » et, en 1906 on a commencé la construction du port.
  • À la fin du XIXe siècle, Riposto connaîtra un boom économique bénéficiant de l’expansion coloniale en Libye, sous le gouvernement de Giolitti avant la Première Guerre mondiale. On y trouvait les consulats de Suède, Roumanie, Norvège, Uruguay, France, Brésil, Grèce, Grande-Bretagne.
  • En 1919 Riposto s’appauvrie à la suite de la fermeture de son marchés d’import-export , qui était jusqu’alors l’un des principaux actifs du pays. mais aussi, le recrutement et la mort, pendant le conflit armé de plusieurs de ses marins contribuèrent à sa récession
  • Riposto a été réuni à nouveau en 1939 à la commune de Giarre avec le nom de Giarre-Riposto. Une controverse a suivi la centralisation des services publics sur Giarre, surtout compte tenu des différentes origines et vocations des populations des deux villes (Riposto maritime et commerciale, et Giarre agricole) et de milieux sociaux différents. Par conséquent, en 1945, les deux municipalités, en particulier sous les pressions de Riposto, ont été séparés de nouveau, en reprenant leurs noms
  • Mais, les intérêts économiques restent liés. Le secteur de pointe étant le commerce. Giarre, dans le nord de la ville, est l’un des plus grands marché de gros de fruits et légumes de la côte ionienne. Son industrie est axée principalement sur les denrées alimentaires, spécialisée dans la production de pâtes, de gâteaux et la transformation d’aliments, dont bien sûr la vinification.

 

Culture

  • L’emprunte religieuse est forte. Déjà au VIIè siècle av JC, les fondateurs se mettaient sous la protection d’un autel dédié à Apollon. Coincés entre une mer hostile et longtemps sous la coupe de pirates arabes et ottomans, d’une part et les colères éruptives terrifiantes de l’Etna, d’autre part, on peut comprendre que les autochtones, se rassurent religieusement.
    L’éruption qui ravagea Mascali en 1928, à fait l’objet de nombreuses publications. Parmi celles-ci un reportage récent (2011) retraçant les étape des huit jours de terreur des populations habitant à l’Est de l’Etna.
  • J’en ai fait une traduction que l’on peut trouver sur le PDF joint. C’est aussi un copyright, voir ce lien (en italien) : Mascali 1928
    • PDF - 536.9 ko
  • Les images de 1928, montrent l’horreur du cataclysme, et en contrepoint la dévotion des malheureuses victimes.
  • On a l’impression en 2015, que les choses n’ont pas beaucoup évoluées

 

  • Alors, les habitants, de cette région instable, ne se réfugient pas seulement dans les églises, ils cultivent (au propre comme au figuré) aussi un art raffiné de la gastronomie, portés par des productions locales de haute qualité.

La gastronomie, ici est un art, et un art de vivre. Recevoir, donner, partager, on est bien accueillis. Cerise sur le gateau, le français est souvent parlé, et presque toujours compris

 

  • et en conclusion, sans traduction, rien que pour le plaisir du verbe et du palais, cette “évocation sicilienne” d’une simple boisson rafraichissante

Accanto a prodotti come crispelle, zeppole di riso , arancini , paste di mandorla e granite , tipici della tradizione siciliana, troviamo un prodotto unico, tipico appunto di Giarre e Riposto , e cioè il cor’i cani (in italiano cuore di cane ), una particolare bibita a base di granita al limone e acqua (cui si può aggiungere anche menta , per renderla ancora più dissetante).

 
s/y Laorana dec 2015

Il y a 1 documents disponibles.


1  
60.1 ko  
p1150699.jpg
UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

10 Messages de forum

__________________________________________________________________________________________________________________

__________________________________________________________________________________________________________________

  • 8 décembre 2015 22:29, par yoruk écrire     UP Animateur

    merci de votre tolérance et de votre patience

    Cet article avait été rédigé sans que je m’arrête à Riposto, mais ... il me semble que je me sois bien imprégné de la culture locale, et avec l’âge les réflexes marins se reproduisent plus facilement...

    • Merci à YvesD pour ses conseils précieux
    • Merci à François Malouvier (s/y Antidote), mon voisin de ponton, ici à Licata, mais aussi à Finike, pour ses remarques avisées
    • Et merci à vous pour vos observations à venir... Il sera toujours temps de modifier ce dossier

    Voilà c’est fait, le dossier a été modifié le 05/07/2016

    Cordialement
    Michel, à Riposto

    Répondre à ce message

  • 9 décembre 2015 06:26, par yoruk écrire     UP Animateur

    Pour compléter l’info donnée par YvesD sur les Aci (ce seront les prochains ports traités) :

    http://mythologica.fr/grec/acis.htm

    • Acis était un jeune berger de Sicile, fils de Faunus et de la Nymphe Symaéthis.
    • Galatée était une jolie, néréide fille de Nérée et de Doris
    • Le cyclope Polyphème à l’œil unique était amoureux fou de la Néréide Galatée.

    Mais Galatée aimait le jeune berger Acis et Acis aimait Galatée. Un jour, Polyphème, surprit les deux amants sous un abri et il poursuivit Acis

    « Il détache de la montagne un énorme rocher, il le lance : et, quoiqu’une des extrémités de cette masse atteigne seule Acis, elle l’écrase et le couvre tout entier. »

    Inconsolable, Galatée pria les dieux de transformer le sang vermeil qui coulait du corps de son malheureux amant en un fleuve. Les eaux du fleuve se jetaient dans la mer proche, ainsi Acis viendrait-il, pour toujours et à tout moment, la rejoindre.

    Un fleuve, au pied de l’Etna, porte aujourd’hui son nom et en souvenir de ce berger, les villes voisines prirent aussi son nom (Aci Trezza, Aci Castello, etc...). On note pas moins de neufs lieux nommés Aci aux pieds de l’Etna

    Michel

    JPEG

    Répondre à ce message

  • 10 décembre 2015 09:53, par Nicodefreja écrire     UP

    Déjà en 2007 ou 2008 lors d’un premier passage à Riposto, j’avais trouvé cela cher : 70 euros, avec l’eau et l’électricité en plus, pour un 13m.

    J’y suis repassé en 2013 je crois : 120 euros !!!! Avec eau et électricité inclus cette fois, mais quand même !

    Là j’ai dit non, et je suis allé me mettre à couple des pêcheurs, malgré les protestations des garde cotes ( dont je n’ai pas compris la justification si ce n’est d’entretenir le racket de la marina, mais je n’ai pas cédé).

    La marina est pas mal, mais n’a rien d’exceptionnel qui puisse justifier ces tarifs délirants.

    Pour visiter l’Etna, il vaut bien mieux aller se mettre aux pontons de Giardini Naxos, 50 euros en négociant, en plus l’eau est si propre qu’on peut s’y baigner, et c’est beaucoup mieux protégé du NE que ce que l’on pourrait croire. Il faut juste se méfier d’un banc de sable, mais les gars des pontons indiquent le chemin à suivre, et déplantent avec leur zodiac ceux qui ont le malheur de tirer tout droit. Le banc est indiqué sur les CM93.

    Répondre à ce message

  • 9 mars 2016 16:45, par yoruk écrire     UP Animateur

    Cinq photos précieuses de Riposto en hiver, saison ou les prix sont accessibles.

    • On les trouvera présentées en diaporama en début d’article.
    • Elles montrent que pour les monocoques, l’hivernage à Riposto peut-être intéressant

    Merci à s/y Alhoa qui nous remonte l’info suivante

    • Prix de l’eau 6 euro le m3
    • Prix de l’électricité 0,3 euro le kw
    • Contact, elle parle français : Melle MARZIA

    Répondre à ce message

  • 5 juillet 2016 19:49, par yoruk écrire     UP Animateur

    Bonjour à tous...

    Ca y est , j’y suis... donc je peux en parler ; le dossier est mis à jour, et merci à mes informateurs d’origine : YvesD et F Malouvier, sans parler de Google et Wikipedia... Leurs tuyaux étaient excellents.. J’ai pu y rajouter un zest d’expérience maritime, puis que j’y suis venu en bateau... si, si...
    Bonne lecture à tous, et merci d’avance de vos critiques constructives, et un petit clin d’oeil à YvesD sur la qualité de sa mémoire, 10 ans après : Oui, le grossiste de vin qui vend à la barrique, est bien juste derrière la station service, juste face au restaurant de la marina... Avec Yves, pas besoin de GPS,il suffit de savoir lire

    Michel

    Répondre à ce message

  • début novembre les premières neiges sur l’Etna

    Michel

    JPEG

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

UP

Copyright des logiciels, charte graphique, et images du bandeau supérieur : reproduction interdite sauf autorisation de reproduction de Robert Schirrer