image
image
image

Votre IP : 54.196.73.22
Dernier ajout : 16 août
Visiteurs connectés : 19

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > Articles > Mouillages et ports > Mouillages et ports Méditerranée occidentale > Portopalo di Capo Passero

Rubrique : Mouillages et ports Méditerranée occidentale

__________________________________________________________________________________________________________________

Portopalo di Capo Passero Version imprimable de cet article Version imprimable

Publié Décembre 2015, (màj Décembre 2015) par : yoruk   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail

Cet article est géolocalisé.

“Italie”/ Sicile / Portopalo di capo Passero

Approche

36 39.8033 N 015 07.2715 E
20IT,IIM,graph,20


Approche du large

  • Venant du nord, il faudra juste parer le cap Passero qui est franc.
  • Venant du sud, ce sera plus délicat. En cas de mer formée, Il faudra donner du tour à un haut fond au large de l’île “delle correnti” (pas besoin de traduire !!!), où courants et contre courants peuvent s’opposer à la mer.
  • On veillera à se présenter cap au NW pour aborder les passes entre les deux jetées, en serrant plutôt le môle Est. Des hauts fonds débordent largement depuis l’extrémité du môle ouest
  • Une bouée de chenal rouge, signalée par les cartes Navionics, positionnée à mi distance entre les deux jetées, n’existait plus lors de notre passage (sept 2015)
  • En cas de mer forte de secteur sud, il est préférable de trouver une bonne protection, sous l’île Passero, à 2 milles au NW.
  • Attention danger isolé
    • Merci Robert s/y Lysigée ; En passant le cap Passero, attention au rocher à environ 200m au sud de l’îlot, dans la zone des 10 mètres, très peu visible.
    • 0n ne le voit qu’avec un peu de mer grâce aux brisants. Les cartes Maptech que j’avais à l’époque, manquaient de précision.

 

Approche du port de Portopalo

  • L’approche, par le môle Est, est claire. On trouve entre 8 et 10 m d’eau, à la hauteur des jetées.
  • Comme indiqué plus haut, par mer forte de SE à SW, il faudra peut être différer l’accès. On trouve un bon abri à 2 milles sous le vent de l’île Passero
  • Le port est délimité par le grand môle Est, et le petit port de barques au fond au NE. Ce petit port est inabordable pour nos bateau, avec 1 m d’eau et moins
  • La partie Nord, à l’arrière du môle, n’est pas franche à la côte. Les fonds remontent très vite
  • La partie franche se situe directement sous ce môle, mais sur équipée de mouillages à destination des chalutiers, on ne pourra pas l’aborder
  • De même pour le quai, où les nombreux chalutiers se trouvent déjà à couple.

 

Les mouillages forains de Portopalo

La baie de Portopalo

Attention  : au NW, un chantier qui tire de gros chalutiers au sec, à installé des bouées qui lui serviront au halage.

  • Mouillage Nord
    • Avec des vents d’ouest à nord-est, on pourra trouver du sable de bonne tenue.
    • On mouille par des fonds de 2 à 3 m, qui tiennent bien
    • Les eaux sont claires et permettent facilement de trouver les patch de sable
    • Ouvert en plein au SW et au SE, vite intenable
  • Mouillage Est
    • Sensé protéger du SE, mais inexploitable du fait de l’encombrement des bouées de mouillage des chalutiers.
    • On peut tenter de mouiller sur ancre, par des fonds de 2 à 3 m de vases et d’herbe. Les fonds semblent bien tenir, mais on a intérêt à oringuer, avec des tas de résidus des chalutiers, traînant au fond
    • C’est une solution temporaire, pour débarquer en annexe, en se rapprochant un peu du petit port des barques
  • Mouillage ouest
    • On peut se protéger d’un SW raisonnable (on y a tenu par 5/6, sans problème), en cherchant un bon angle de protection sous la jetée ouest
    • Les haut fonds frangent, cette partie de la baie. Ils débordent très largement le môle ouest, jusqu’à la hauteur de la bouée rouge (inexistante en sept 2015) c’est à dire à environ mi distance entre les môles Est et ouest.
    • La jetée nous a semblé inaccessible.
    • On mouille dans des eaux manquant de visibilité, sur des fonds d’herbe et de roche de tenue incertaine, par 2-3 m d’eau
    • Par SW, la mer de casse et brise sur les haut fonds extérieur, limitant le ressac à l’intérieur.
    • La solution de repli, si çà devient intenable de SE à SW sera sous le vent de l’île Passero

L’île du cap Passero

  • A deux milles au NE de la baie de Portopalo, l’île du cap Passero offre un bon abri des vents de sud
    • Seule la côte N et NW est praticable
    • La passe à terre est obstruée par une barre
    • Juste sous la forteresse, une petite indentation offrira un abri pour quelques bateaux seulement, la place est comptée
    • A l’ouest de l’île et au nord de la passe, on trouvera de bons fonds de sable
    • On peut aussi serrer à terre, sous le village, en veillant à une épave dangereuse sur la ligne des 5 m.
    • On se trouvera là juste à côté de l’ancienne Mattenza, dont les ruines archéologiques industrielles se visitent

L’île Delle Correnti

A deux milles dans le sud-ouest de Portopalo, une presqu’île, offre deux plages protégées du NW ou du NE. On peut mouiller de part et d’autres

  • Fonds de sable, on mouille par 3 à 5 m.
    • Mouillage de beau temps exclusivement
    • L’île porte bien son nom, on y trouve du courant. Nous y avons rencontré une veine de courant significatif portant au SE.
  • Un restaurant de plage à terre, sur le côté ouest, avec une ambiance balnéaire familiale.

 

  • Kit de téléchargement des cartes locales, et de la trace ” (zip), Format KAP pour les cartes et GPX pour le WP et la trace. Sous la seule responsabilité de l’utilisateur, ce ne sont pas des outils de navigation, ils ne doivent servir qu’à titre pédagogique
    Zip - 240.9 ko

 

Réparation, entretien et services

  • Zone technique :
    • Chantiers : rien pour la plaisance, mais de nombreux chantiers dédiés à la grande pêche. On doit pouvoir se dépanner sans trop de problème
    • Shipchandlers :
      • Aucune indication, mais il doit exister dans le village un ship spécialisé sur la pêche de plaisance
    • Carburant : rien... enfin rien de visible pour la plaisance. Il faut monter (vraiment monter... il y a une cote) au village, pour trouver une station service
      • Eni Station-service Via Pachino, 96010 Portopalo di Capo Passero
  • Services
    • Approvisionnement sur place : rien, sauf une poissonnerie.
      • Mondo Ittico Di Nardone G. C. Marché aux poissons et fruits de mer, Portopalo +39 0931 199 9238
    • Sinon, il faudra monter au village
      • Candiano Orazio Via Maucini, 36, SISA super mercato +39 0931 843111
    • Marché : à vérifier
    • Confort : erien
    • Accès internet-wifi : WiFi rien (peut être au restaurant) et 3G (vodafone) partout.
    • Restaurant, bars et pizzeria : sur la quai du petit port de barques
      • Ristorante La Giara Contrada Porto, Portopalo +39 327 241 1278

 
Clearance

  • Rien ici

Informations générales

 

Ambiance

Contrada Porto Portopalo

On est vraiment dans un port de pêche, et port de grande pêche. Curieusement le village semble étranger à la vie du port... En fait c’est le contraire, c’est ce nouveau port (les jetées doivent être de création récente) qui est étranger à la ville.
La ville est née comme Mazarmemi, et comme beaucoup d’autres sur cette côte, de l’activité de la mattenza, qui est une activité de terriens... On piégeait les thons à terre !!! Ce qui était totalement en opposition à la présence d’un port et de ses bateaux...
Ce n’est (selon toute vraisemblance) que lorsque les thons sont venus à manquer en proximité des côtes, que l’on a commencé à armer des bateaux de pêche, pour aller les chercher au large. Là il fallait des ports, et les ports se sont construits loin des mattenza, donc loin des villages !!!.
Alors, l’ambiance est devenue maritime. Cette ambiance est palpable ici particulièrement celle de la grande pêche : c’est « buzy » sur les quais. mais aussi celle de la petite pêche de plaisance, elle aussi très active
Il m’est arrivé ici, une histoire tout à fait caractéristique

  • Arrivant en annexe, au quai du petit port de barques, avec deux bidons de 20 l, je voulais faire du gazole
  • Pas de distribution sur le quai
  • J’interroge deux plaisancier/pêcheurs, discutant sur ce quai, et dans un très mauvais italien, je leur demande où trouver du carburant
  • Dans un très bon français, l’un d’entre eux m’explique qu’il faut monter au village... 35° au soleil et 3 km en côte... Je tire la gueule... Mon interlocuteur en était tout désolé
  • J’attaque la montée, en me disant que ce serait plus facile en descendant, bien lesté de 40 kg de gazole... Enfin... j’essaie de m’encourager !!!
  • Je n’ai pas eu à attendre très longtemps... A peine 10 minutes plus tard, une voiture s’arrête à ma hauteur. C’était mon pêcheur sympa du quai, qui me propose de me monter au village
  • Là, il me mène au village à la station service, et m’attend. Je lui indique que je pourrai revenir tout seul... Non, me dit il, je vais vous redescendre.
  • On charge les bidons pleins, puis on repart. A ce moment, il me dit : « Mais peut-être avez vous des courses à faire ??? »
  • Bien sûr !!! il me trouve un super marché bien achalandé, et m’attend.
  • Une fois redescendu au port, je lui ai demandé si je lui devais quelque chose ??? Rien dit-il dans un grand sourire... Rien bien sûr...

 
C’est l’ambiance à Contrada Porto Portopalo ... (“Contrada Porto” se traduit par : “quartier du port

 

 

Contrada Porto Portopalo” un port de pêche....

 

Histoire et culture

Histoire

  • Portopalo a été habité depuis des temps anciens. Mais la cité a vu le jour tardivement, quand Don Gaetano Deodato Moncada, s’y est intéressé en 1778. En 1792 il a construit à ses frais une centaine de maisons autour du piège (mattenza).
  • La première ville était composée : des agriculteurs, des éleveurs et des pêcheurs, environ 300 personnes en tout. La vie s’organisait entre les travaux des champs dans la journée, et le soir ils travaillaient au piège, complétant leurs revenus
  • En 1936, la ville comptait 1.710 habitants, aujourd’hui 4.000. Dépendant de Noto, puis de Pachino, en 1974 elle est devenue indépendante.
  • Le piège a fonctionné jusqu’en 1969, avec des hauts et des bas. Aujourd’hui l’économie locale est fortement liée à la mer, à la fois pour la pêche, et depuis 1977 pour l’activité de son marché aux poissons.
  • Parallèlement, la production agricole a augmenté de manière significative, avec des produits de niche et de haute qualité. En particulier, les fameuses tomates Pachino qui ont obtenu l’IGP.

 

Culture

 

  • Parti de la mattenza

  • Il n’en reste que des ruines

 

s/y Laorana dec 2015

UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

5 Messages de forum

__________________________________________________________________________________________________________________

__________________________________________________________________________________________________________________

  • 21 décembre 2015 11:20, par lysigee écrire     UP  image Animateur

    En passant le cap Passero, attention au rocher à environ 200m au sud de l’îlot, dans la zone des 10 mètres, très peu visible.

    Répondre à ce message

  • La bouée rouge des passes de Porto Palo est inexistante - juin 2016

    Cette rouge qui couvrait les hauts fonds malsains du môle Ouest de la rade, absente déjà en septembre 2015, n’est toujours pas remise en place en juin 2016. Les abords du môle ouest sont a éviter, fonds de roches éparses, où la mer brise durement par SW. Mieux vaut tirer sur l’extrémité du môle Est, qui est sain, quitte à faire de l’ouest, pour se protéger du SW. On mouille sur de bons fonds au milieu de la baie, à la hauteur du chantier maritime. Là on sera protégé du SW.

    Michel

    Edit : cette rouge est encore présente sur les Navionics, et les Transas de iSailor toutes à jour...

    JPEG

    Répondre à ce message

  • 12 août 2016 13:31, par Pioupiou écrire     UP  image

    Supermarché Crai au pays de Porto Palo di capo Passero, du port de pêche 1km ; avec des voitures qui prennent en stop très facilement .
    Le supermarché vous redescend avec la livraison des courses devant le restaurant« il Giaro » , là où on laisse l’annexe .
    Les plages de sable devant les mouillages sont belles et peu fréquentées .François .

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

UP

Copyright et informations légales