image
image
image

Votre IP : 54.224.60.122
Dernier ajout : 17 juillet
Visiteurs connectés : 14

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > Articles > Mouillages et ports > Mouillages et ports mer Ionienne Nord > Le Golfe de Squillace

Rubrique : Mouillages et ports mer Ionienne Nord

__________________________________________________________________________________________________________________

Le Golfe de SquillaceVersion imprimable de cet article Version imprimable

Publié Mai 2017, (màj Mai 2017) par : yoruk   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail

Cet article est géolocalisé.

Italie / Calabre / Golfe de Squillace

L'arc calabrien et la position particulière du golfe de Squillace

 

Approche


Sur la façade ionienne de l’arc calabrien, le régime des vents se déterminera par la position du seuil de Catanzaro. S’abaissant à 400 m d’altitude et enchâssé entre les hauteurs du massif de Sila au nord et celui de l’Aspromonte au sud, tous deux culminant à plus de 2.000 m. Large seulement de 30 km, orienté W/E, le seuil est une phénoménale usine à vent, capable de claquer des rafales furieuses levant une mer courte, désordonnée et cassante.
Sur l’exemple montré ci contre, le Mistral accéléré par les bouches de Bonifacio, dirige droit sur le seuil de Catanzaro un flux qui se canalisera et se renforcera dans le Talweg en s’accélérant. On trouvera alors des vents d’ouest pouvant atteindre 30 nœuds dans l’axe du seuil, alors qu’à 20 milles au sud et 30 milles au nord, ce sera pétole.
Un flux de NW depuis les bouches de Bonifacio s'accélère sur le seuil de Catanzaro

La mauvaise réputation du golfe de Squillace tient aussi à la présence de trains de vagues remontant la côte SE depuis la cap Spartivento jusqu’à la Punta Stilo. On peut très bien alors trouver des vagues de S/SE se heurtant à celles générée par le flux W/NW du seuil de Catanzaro. Opposés à un courant d’E/NE, ces trains de vagues lèvent une mer très dure, dès ’entrée dans le golfe de Squillace, quand on fait route vers le cap Rizzuto en direction de Crotone. On y a relevé des creux très courts de plus de deux mètre et une période de 2 secondes. C’est le chaudron infernal, avec pourtant des prévisions météo encore maniables, mais sans commune mesure avec l’état de la mer...
Le talweg à 400 m entre les hauteurs à plus de 2.000 m

Le Golfe de squillace, dans sa plus grande longueur, fait 30 milles entre le pointe Stilo, au SW et le cap Rizzuto au NE. Au plus large, dans l’Est de l’isthme de Catanzaro, on trouvera 15 milles. Sur la photo ci contre, on aperçois l’isthme, marqué par des condensations nuageuses. Le plus dur du coup de vent était passé, mais l’état de la mer croisée montre les effets du train de vagues du vent et des rafales d’ouest, perturbé par celui remontant au SW le long d la côte entre le détroit de Messine et Rocella Ionica. Au débouché, du golfe, on a trouvé des creux très courts de deux à trois mètres, dans une mer cassante. A cet endroit (on le verra plus tard) vent, et trains de vagues s’opposent à un courant significatif de plus d’un noeud. C’est un très bel effet de cap.
A mi route, entre Rocella Ionica et Le Castela, par le travers su seuil de Catanzaro

La situation météo type

  • Les flux de SW à SE
    Essentiellement en hiver, et facilement prévisibles, tous les ports sont exposés aux tempêtes ou aux coups de vent, et la cote n’offre aucun abri naturel entre le détroit de Messine et Crotone. On sera donc soit abrité dans un des ports, soit très au large, certainement pas à tracer une route dans le Golfe de Squillace. En cas d’extrême urgence, on peut trouver un peu d’abri, de part et d’autres des caps Colonne et Rizzuto. mais il faudra jouer avec les zones protégées des deux caps.
    Au printemps et à l’automne,
  • Les flux d’ouest
    Dominant en été, la météo de la veille annonçait moins de 15 nœuds de vent de secteur NW soit du largue pour notre route au NE. Nous avons quitté Rocella Ionica vers 05H30 local. A 07H00 nous étions au cap de la punta Stilo, à l’entame du golfe de Squillace, à 07H30 nous recevions les premiers coups de vent, à 08H00 nous recevions la météo du jour, et les premières rafales, puis très vite, la mer est devenue impraticable. C’est en analysant les fichiers météo que nous avons compris
    Sur la copie d’écran jointe, à droite, on voit bien que les vagues (flèches doubles) du vent de NW se heurtent à celles du flot de SW remontant la côte depuis Messine. Au résultat, une mer confuse, cassante, creuse et très courte, ingérable.
  • Les courants
    Influencés par la direction des vents mais aussi par les différences de température, salinité et densité, en fonction de la nature des fonds et de leurs remontées, leurs forces et leurs directions peuvent évoluer considérablement.
    S’opposant aux vents et aux trains de vagues, ils modifieront considérablement l’état de la mer. C qui se voit bien sur la copie d’écran à droite. Les vents sont indiquées par les flèches à barbules en blanc et les courant par les flèches de couleur bleu.
  • les modèles météo
    • En lecture seule, sur leur page WEB, LaMMa utilise le modèle WW3 MED de la NOAA, avec une définition de 10 km, un horizon de 120 H, un pas de une H et deux éditions journalières : 7:30 et 21:30 UTC. lien : LaMMa courans Ionio
    • En téléchargement Grib : OpenWRF utilise, pour cette zone, le modèle européen NEMO de Copernicus Marine Service, avec une définition de 12 km, un horizon de 120 H, et intègre, un pas de trois H et une seule édition journalières : environ 7:30 UTC. Les fichiers, lourds donne toutes les données météo de la zone : vent, rafales, houle, vagues etc... et les courants. lien : OpenWRF. Le gros avantages de ce site est qu’il permet une lecture synthétique de toutes les données, au format bz2, lisible par tous les programmes de navigation. ici, zyGrib.

Les ports et marina

JPEG - 96.8 ko
Badalato vu par Navionnics
JPEG - 428 ko
Badalato vue GE 06/2016
JPEG - 133.4 ko
Catanzaro vue Navionnics
JPEG - 350.6 ko
Catanzaro vue GE 06/2016
JPEG - 343.6 ko
Catanzaro image Navionnics
  • Sur plus de 60 milles entre Rocella Ionica et Le Castella, aucun abri, aucun port, aucun mouillage par vent même modéré. Dans le golfe deux petits ports sont indiqués par Rod Heikell et Pagine Azzure, l’un est donné pour détruit et l’autre pour ensablé :
    • Catanzaro marina
      Dans tous las cas, peu d’eau, Rod Heikll le présente comme un pauvre mouillage de mauvaise tenue, même par vents modérés, encombré de mouillage anarchiques.
    • Port de Badalato
      Récemment ré aménagé à destination de la petite plaisance de pêche. L’image GooGle earth montre bien l’état d’ensablement des passes d’entrée. Aucun voilier à l’intérieur.
  • Les deux ports ne sont fréquentables que par grand beau temps, mais leur éloignement de zones de sécurité, les limitent aux petits motors sailers ou aux pneumatiques rigides, dont la vitesse sera la principale sécurité.

 

Réparation, entretien et services

  • Rien ici, il faudra aller à Crotone

Clearance

  • Rien ici

Général

  • On peut trouver de l’eau au quai, à Catanzaro, mais ce sera par bidons et annexe. Approvisionnement succinct sur place

Ambiance

  • Balnéaire populaire, beaucoup de camping

Histoire et culture

  • Les Grecs appelaient les habitants de cet endroit les « Italiques », en référence à leur roi Italo, qui, selon la légende, descendait des Troyens. Sous l’empereur Auguste, toute la Calabre était appelée Italie, nom qui fut ensuite étendu à toute la péninsule.
  • Ville peu industrialisée, elle doit son essor au travail de la soie. Métropole de la province de Calabre, sa lutte avec Reggio Calabria n’a pas été des plus simples : (source Wikipedia) Actuellement la ville se dispute avec Reggio de Calabre le titre de métropole régionale. Dans les années 1970, le transfert des institutions régionales de Reggio de Calabre à Catanzaro a donné lieu à des émeutes, mais seul le Conseil Régional de Calabre est resté à Reggio.
     
    JPEG - 142.8 ko
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Catanzaro

s/y Laorana mai 2017

UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

9 Messages de forum

__________________________________________________________________________________________________________________

__________________________________________________________________________________________________________________

  • 20 mai 2017 12:35, par yoruk écrire     UP Animateur

    Il est probable que l’image présente sur les cartes Navionnics ne soient pas à jours, si l’on en croit les images GE de juin 2016
    Michel

    Répondre à ce message

  • Grâce à l’outil de visualisation de Windyty, la figuration de l’effet de la Tramontane ou du Mistrale sur les détroits et les talwegs des montagnes su sud de l’Italie

    • Le détroit de Messine
    • La baie de Squilace
    • La baie de Tarente

    Michel

    PNG

    Répondre à ce message

    • quelques commentaires à propos des cotes languedoc-roussillon, en espérant qu’ils pourront aider in situ (et en espérant qu’ils ne serviront pas)

      • c’est de la tramontane, au sens des français. Regarde comme ça débouche le long des Pyrénées et pas de la vallée du Rhone. Regarde aussi comme ça arrive de SW à SSW sur Ajaccio et la balagne (le mistral est plus W). La tache sans vent (bleu pur) au S de Nice avec les vents qui s’enroulent autour, c’est la fameuse « dépression du golfe de Gênes », c’est plus par là qu’au sud de Gênes qu’elle est.
      • intéressantes, les poches de vents violent (en orange) au large de Cap Creus et très au sud du Rhone, à bien retenir pour éviter de se trouver là dedans. Avec le vrai mistral ces poches très violentes sont un peu plus au N et plus à l’E du débouché de la vallée du Rhone et ont une direction SSE (ne pas se laisser porter, partir à l’E si possible, ou W encore mieux), à retenir pour éviter de se trouver dans la situation de ce couple qui a dérivé un mois dans sa survie à la suite d’un coup de tabac vers fin 70 je crois
      • se souvenir que ces masses d’air débouchant du litoral med nord (Sète ou Ste Marie, selon) sont instables. L’instabilité sera augmentées si elles sont réchauffées par la base (mer plus chaude que la terre des Pyrénées, fréquent dès l’automne) auquel cas il vaut mieux serrer la côte (1 M) pour moins d’instabilité. Si la mer est plus froide que la masse d’air (qui tire sa température de son trajet terrestre) l’instabilité diminuera lorsqu’on s’éloigne de la cote.

      Répondre à ce message

  • 2 juillet 07:29, par yoruk écrire     UP Animateur

    Nouveau port de Catanzaro

    Selon des images récentes de Google Earth, le petit port a été refait et dragué. Navionics annonce 5 m d’eau à l’intérieur, sans certitude
    Très exposé aux vent de sud...
    Michel

    JPEG

    Répondre à ce message

  • 3 juillet 05:11, par yoruk écrire     UP Animateur

    Effets des courants dans le Golfe de Squillace

    Il se forme un vortex générant des contre courants s’opposant au vent. C’est probablement l’explication de l’état confus de la mer dans la partie orientale du golfe par vent de SW.
    L’année dernière, assez bêtement je m’étais écarté vers le large en faisant route vers Crotone. Nous y étions fait désosser par une mer très dure. Paradoxalement, j’avais observé qu’un catamaran anglais faisait une route beaucoup plus à l’intérieur que la nôtre. Il devait avoir de meilleures informations que les nôtre !!!
    Depuis l’intégration des données de courant de mer sont générées par le modèle NEMO de Copernicus Marine Service, et intégrées dans les Gribs WRF de http://openskiron.org/en/openwrf
    On va pouvoir faire un article là dessus

    Le nouveau port de Catanzaro

    Selon des informations fiables à Roccela Ionica, il serait très difficile d’accès et d’utilisation

    JPEG

    Répondre à ce message

    • Les prévisions de courants de Copernicus (connues aussi sous le nom de MyOcean) sont excellentes. J’y ai accès par l’intermédiaire de mon logiciel de navigation Scannav. Je les consulte maintenant systématiquement pour choisir de passer à terre ou au large. Quoique longer la terre en Plaisance peut être plus agréable :-)). ça explique aussi pourquoi soudain, le bateau ralentit (où accélère)
      Quant aux vortex, il en existe un peu partout en Méditerranée, témoin cette carte des courants, entre Crotone et les ioniennes, où on en voit deux au large.
      Ces vortex sont quasi permanents, j’en ai identifié un autre à l’Est de Syracuse. On peut imaginer la raison de contre-courants à l’intérieur d’un golfe, mais au large ?
      Robert
      sur Lysigée

      PNG

      Répondre à ce message

      • 3 juillet 07:31, par yoruk écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

        Merci Robert... il y a du grain à moudre :-)

        Exemple simple des zones à éviter... L’an dernier, je m’étais planté en grand dans la zone rugueuse, en cherchant une solution au large
        Là je tente une « intérieur »
        Michel

        JPEG

        Répondre à ce message

      • 3 juillet 11:53, par yvesD écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

        Pour l’eau de mer je ne sais pas trop mais pour l’écoulement de l’air je connais l’existence des cellules de Karman (cf PJ) qui apparaissent sous des conditions bien précises lorsqu’un vaste courant bien régulier est perturbé par, par exemple, un relief montagneux en plein ocean.
        Toute variation de vitesse (cisaillement) dans un écoulement produit de tels tourbillons.
        D’autres origines sont possibles, par exemple la med se vidant dans l’atlantique à Gibraltar est génératrice de tels tourbillons (eddies) bien utile aux sous marins pour s’y cacher des sonars qui tentent de les détecter.

        Pour les vents de terre :

        • Ne pas oublier non plus que le réchauffement par la base est générateur/renforceur d’instabilité : lorsque la mer est encore chaude (relativement) et la terre déjà froide, la tramontane, froide, est instabilisée par la mer chaude. Il est alors préférable de longer la plage plutot que de passer au large (fin de l’été entre Port Vendre et le Rhone).
        • sous le vent de la côte l’air circule en altitude et en retombe au niveau de la mer qu’un peu loin de la côte où il soulève alors une mer plus délicate (litoral varois, cote est de la Corse par W)

        Y a pas que la Bretagne ou le Cotentin ;-)

        JPEG

        Répondre à ce message

  • 4 juillet 10:14, par yoruk écrire     UP Animateur

    Ha que... intéressant... Je propose que l’on monte un dossier sur ces courants... En Manche où sur le littoral atlantique, avec l’effet des courants de marée... Ca va être difficile
    Mais... L’interaction entre des effets des thermiques canalisés par des seuils orientant des effets de soufflets... En méditerranée on peut...
    Par le plus grand des hasards, j’ai mis la main sur un vortex de courant tournant sur lui même dans le golfe de Squillace, mettant en évidence les modifications de l’état de la mer suivant le fait que le courant s’oppose ou non au vent.
    Nous manquions de moyens jusqu’à présent, avec nos équipements d’entrée de gamme, pour analyser les risques de nos navigations, et surtout en navigation côtière (mais en Med... c’est pratiquement tout le temps). Les Gribs de vent à haute résolution, les travaux sur les courants, de Copernicus en particulier, nous donnent ces moyens, et nos programmes de Navigation peuvent les traiter..
    A suivre...
    Michel

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

UP

Copyright et informations légales