image
image
image

Votre IP : 54.162.218.214
Dernier ajout : 22 septembre
Visiteurs connectés : 19

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > Articles > Mouillages et ports > Mouillages et ports côte eolienne > Ile de Lesbos/particularités du Golfe de Yeras

Rubrique : Mouillages et ports côte eolienne

__________________________________________________________________________________________________________________

Ile de Lesbos/particularités du Golfe de YerasVersion imprimable de cet article Version imprimable

Publié Juillet 2014, (màj Juillet 2016) par : Collectif Salacia   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail

Cet article est géolocalisé.

Golfe de Yeras Lesbos Sporades de l’Est Égée Grèce

Imray-Rod-Heikell / Grèce Sporades de l’Est/Golfe de Yeras

Edition française 2002
11 ème édition anglaise 2011
http://www.4-oceans.com/guide-imray...
http://www.imray.com/Publications/I...

  • Aucune erreur constatée, mais peu de choses décrites
  • Lacune de mise à jour : rien sur le nouveau quai de Skala Loutra

Skala Loutra en Lesbos

  • En fait Loutra, le village est à deux km du port… Loutra signifiant « thermes » en grec, lieux où l’on trouve de l’eau. Il y a beaucoup d’eau, et la plaine est riche.
  • Skala, signifie échelle, dans le sens d’échelle du levant. C’est en fait le lieu permettant l’accès depuis la mer vers Loutra, d’où Skala Loutra.
    Il faut noter que l’origine du mot skala, vient du turc Iskele, voir ce lien : http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89... ce qui n’est pas neutre si on veut comprendre l’étonnante qualité de vie, ici à SkalaLoutra.

La géographie… tout vient de la géographie

Clé du commerce maritime entre la Méditerranée Orientale, et la Mer Noire, tout ce qui se faisait comme commerce maritime, passait par Lesbos. Sa proximité avec le royaume Eolien, de Troy à Smyrne, en passant par Pergame, en faisait une plateforme maritime incontournable

 
Bénéficiant de deux grands golfes au sud, et de Mytilène et ses deux ports sécurisés à moins de 10 milles de la côte anatolienne Lesbos offrait une base commerciale idéale.

 
Tous y sont passés : d’abord les grecs, elle aurait été colonisée par Oreste, fils d’Agamemnon. Puis une série de tyrans éclairés, qui menaient les intérêts de l’île avec talent. Membre de la ligue de Delos, elle abandonne le camp des Athéniens pendant la Guerre du Péloponnèse, plus tard elle deviendra favorable aux Perses Achéménides et hostile à Alexandre le Grand. L’île passe sous domination romaine en 79 av. J.-C… C’est la fin de l’indépendance purement grecque de l’île

 
Elle passera ensuite sous influence byzantine puis génoise, puis byzantine jusqu’à l’effondrement de l’empire byzantin, et l’arrivée des Ottomans

 
Les Ottomans, marchand et commerçants courageux, entreprenant et avisés, en feront la plateforme d’échange de la région, mettant en valeur le potentiel économique de l’île : élevage, pêche, vigne, et surtout l’huile d’olive. Dans l’économie agricole de l’époque, Lesbos était vraiment prospère.

1922 le drame, ou quand l’histoire prend le dessus sur la géographie

Début du XXème siècle, l’île est sous domination ottomane depuis 5 siècles. Les grecs peuvent pratiquer leur langue, leur religion, et leur justice. Ils ne doivent à l’empire que l’impôt et la conscription. L’île est riche, nourrit sans problème sa population, les ottomans, dominateurs, pas maladroits possèdent les richesses, dont et surtout l’industrie de l’huile d’olive.
Administrateurs par nature, ils ont le contrôle de l’ingénierie et des finances.

 
1922, cinq ans après l’écroulement de l’empire ottoman, Kemal Pacha, reprend le contrôle de l’Anatolie. Ça se passe très mal pour les grecs, aventurés dans une expédition guerrière calamiteuse qu’ils perdront. En septembre 1922, Smyrne reconquise par les turcs, brûle, sans que l’on puisse accuser formellement grecs ou turcs… http://fr.wikipedia.org/wiki/Incend...

 
Au résultat des dizaines de milliers de victimes, et l’amorce d’une guerre civile atroce dans toutes les anciennes possessions ottomanes.

 
Le drame sera évité au prix d’un autre drame : l’échange des populations… Plus d’un million de grecs quitteront l’Anatolie et la Thrace orientale, échangés avec plus de 500.000 turcs vivant dans les îles grecques, de Macédoine et d’Epire. Accident collatéral : différents hommes politiques et militaires grecs, jugés responsables de l’événement sont arrêtés et exécutés… Ce qui n’arrangera pas pour autant les affaires de Lesbos.
Lesbos perdra toute son infrastructure financière, technique et administrative qui était essentiellement turque. Les turcs partiront avec armes et bagages, mais dans leurs bagages, toutes leurs richesses. En échange, l’île recevra les réfugiés ruinés de Smyrne… des dizaines de milliers, sans revenus. Plus grave, toutes les relations avec son continent naturel, l’Anatolie seront coupées, plongeant Lesbos, très éloigné d’Athènes, qui ne l’a pas toujours porté dans son cœur, dans un marasme économique et social profond. Un siècle plus tard l’île ne s’en est toujours pas remise. A ce jour, le revenu moyen des habitants de l’île est largement inférieur à celui de la Grèce : 65%... C’est la misère… Symptomatique, le KKE, le parti communiste local, y reste très puissant.

Le cas Spécifique du golfe de Yeras, de Loutra et… Skala Loutra

Grande île, 70 km du nord au sud et 40 km d’Est en Ouest, géologiquement séparée en deux zones distinctes :

  • Au NW du golfe de Kaloni, une zone d’origine volcanique, sans eau rien n’y pouse. C’est là où l’on trouvera et pour cause la forêt pétrifiée de Sigri
  • Au SE ceinturé de montagnes d’origine cristalline, culminant à près de 1.000 m pour quelques-unes, riche en eau douce : le golfe de Yeras
    • Enclavé et difficile d’accès, il est resté authentique.
    • Riche de ses cultures : vignes, maraîchage, mais surtout oliveraies, c’est aussi une région d’élevage
    • Poissonneux et protégé, la petite pêche s’y est développée harmonieusement
    • Bénéficiant d’apports abondants, réguliers et locaux, des industries agroalimentaires se sont mises en place : pressoirs pour l’huile d’olive, savonneries, conserveries, tanneries (on trouve du sel, de l’eau douce, et de l’élevage, ici tout ce qui faut pour tanner des cuirs)
  • Tout a bien été jusqu’en 1922… Avec le départ des ottomans, de leur finance et de leur savoir-faire, avec l’arrivée de population déportées sans ressources, d’un seul coup privé de leur marché d’exportation naturel : la proche côte anatolienne, tout s’est écroulé
  • Cependant tout ne s’est pas totalement écroulé, Loutra et Skala Loutra, appuyé sur une plaine riche, une baie protégée de tous vents, une tradition de petite pêche locale vivace, un chantier naval adapté à ces besoins, a pu survivre en quasi autarcie. Ils ne se sont pas imposés de charges venant de l’extérieur : peu de voitures, pas de luxe tapageur, et un soutient familiale exemplaire. Ils vivent bien mais, avec leurs moyens

 
C’est cet aspect authentique qui vous saute à la vue en arrivant dans la petite baie. A ce jour c’est exceptionnel dans cette région de méditerranée.

 
Aujourd’hui, avec la stagnation du secteur touristique, Lesbos se tourne à nouveau vers la production agricole, avec la production d’huile d’olive, de fromage, d’ouzo, de vin, de conserves de poisson. L’île produit aujourd’hui 100 000 tonnes d’olives et 20 000 tonnes d’huile d’olive. La production d’huile biologique s’est notamment particulièrement développée ces dernières années.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Lesbos

Skala Loutra authentique

  • Vu depuis la chapelle qui domine la baie, c’est la 1ère image
  • La plaine riche : jardins et oliviers, on voit en arrière plan à 2 km le village de Loutra adossé à la montagne. On y voit aussi les anciens pressoirs à huile et leurs cheminées de brique. On devine les nouveau pressoirs sous centrifugation sous les hangars modernes. C’est la 2ème photo
  • Sur la 3ème photo, le petit port, les chalutiers, le chantier et le maigre hameau.
  • 4ème photo : vers les passes du golfe de Yeras
  • 5ème image, vers le fond du golfe
JPEG

Skala Loutra le port

  • sur la 1ère image, le nouveau quai, qui n’est pas terminé, et qui ne l’est toujours pas 2 ans plus tard. La jetée protège le petit port de barques de tous les vents y compris SW, et offre à son SW, aux bateaux de passage, un quai abordable alongside ou AR au quai
  • 2ème photo : les arrivées d’électricité... sans borna de distribution. Si le qui financé en immobilier par la CE est terminée, l’installation de l’électricité , bien mobilier ne l’est pas. la société privée qui devait poser les bornes a déposé le bilan il y a 2 ans...
  • La même chose pour l’eau, pour le 3ème photo... Mais là, vestige de l’hospitalité méditerranéenne, une prise d’eau faiblarde reste disponible... mais, il ne faut monter que l’on fait de l’eau.... c’est défendu...
  • 4ème photo : le petit port de barque, lui est terminé. Financé par les fonds européens, son tirant d’eau n’accepte que les petites barques locales.... Ces grecs sont très forts !!!
  • 5ème photo... Les autres bateaux, européens pour la plus part mouillent en rade... Mais personne ne tord le nez... c’est trop top !!!

JPEGJPEGJPEGJPEGJPEG

Skala Loutra la taverne de Annalena

L’an dernier, un accident tragique, On entendu un cri, puis des hurlements, puis des larmes. Le patron de la petite taverne venait de s’couler, mort, victime d’un accident cérébral. Sa fille, une grosse vingtaine d’année, a retroussé ses manches et pris la taverne à son compte. Une vraie femme, une vraie méditerranéenne. Aujourd’hui, la taverne est tenue et bien tenue... c’est même devenue l’âme du maigre hameau. Située sur le port, gace aux bateaux de pêche, c’est le rendez vous du « tout Skala »

  • Sur la 1ère image, on voit des enfants pêcher, à coté d’eux das anciens les surveillent et les conseillent, tout en refaisant le monde, à moins qu’il ne s’agisse du penalty, accordé injustement hier au football... Enfin, des choses très importantes
  • Sur le 2ème image, des retraités, viennent passer le temps à la fraîche, en buvant un café ou un verre d’eau, en contemplant un paysage Multi-millénaire...
  • Sur la 3ème, des joueurs de cartes mènent une partie endiablée, comme tous les soirs. je suis certain qu’il y en un qui dit : « tu me brise le cœur »
  • Sur la 4ème, d’autres préfèrent venir pêcher au toc sur un vieux chalutier rouillé... C’est quand même mieux qu’à rester vissé devant la télé
  • Enfin sur la dernière photo, de jeunes hirondelles attendent de prendre leur envol, pour chasser la mouche de l’olivier, dont ils sont prédateurs naturels. Annalena pense que c’est beaucoup mieux et surtout moins cher que les pesticides...

JPEGJPEGJPEGJPEGJPEG

Et nous, plaisanciers... nous sommes vraiment bienvenus, et... si vous êtes déjà venu l’an dernier, on vous reconnaîtra, et on vous marquera de la reconnaissance, d’un clin d’œil discret d’un joueur de carte... Ça, c’est de l’honneur...

Michel Laorana juillet 2014

UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

Répondre à cet article

UP

Copyright et informations légales