image
image
image

Votre IP : 54.80.97.221
Dernier ajout : 24 mai
Visiteurs connectés : 8

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > Articles > Mouillages et ports > Mouillages et ports mer Ionienne Nord > Grèce/Mer Ionienne/Lefkas - port et marina

Rubrique : Mouillages et ports mer Ionienne Nord

__________________________________________________________________________________________________________________

Grèce/Mer Ionienne/Lefkas - port et marinaVersion imprimable de cet article Version imprimable

Publié 10 janvier, (màj 10 janvier) par : yoruk   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail

Cet article est géolocalisé.

“Grèce”/ mer ionienne/ Lefkas - port et marina

JPEG - 282.6 ko

Approche

  • origine de la carte : GR,HNHS,graph,213/2B
  • Approche claire, une fois localisé le balisage du canal.
  • L’approche du port communal est évidente de jour. A éviter de nuit, avec les risques de confusion des feux et de la ville
  • L’entrée dans la marina, se soigne de nuit, son balisage pouvant se confondre avec celui du chenal et la position incongrue de la verte, par rapport au balisage du chenal. On peut les appeler sur la VHF 69, ils sont réactifs et procurent une assistance à l’accostage, sur l’eau. De nuit, ils peuvent également proposer d’attendre à quai du poste de carburant, parfaitement dégagé sur 3 faces.
  • Les vents dominants, en été, basculent du NE à W/NW dans l’après midi, en se renforçant, ce qui peut poser problème pour l’accostage au quai nord du port municipal.

Le port communal


La gestion est totalement anarchique, si vous trouvez une place, vous vous y installez, quitte à vous engueuler avec les loueurs et les gestionnaires de flottille. Une petite prestation (7 euros/12m) sera demandée
  • Dans tous les cas, on embosse en mouillant sur ancre. Les hauteurs d’eau à quai sont très variables, et aucune clarté des eaux... Il faudra culer très lentement, ou, mouiller en venant étrave au quai
  • A l’angle NE, face à une guérite et des pompes de carburant, une partie du quai est interdite, réservée à la station, matérialisée par des marques au quai. Personne n’y vient... sauf les copains. Il est bien plus facile d’aller faire du carburant à la marina toute proche. L’extrémité NW, à l’angle du canal, est inutilisable, réservée à des bateaux de promenade locaux.
  • La berge longeant le canal est interdite de mouillage, sauf pour les habitués qui s’y installent sur un empierrement grossier.,
  • On trouve de bonnes profondeurs à quai, plus de 2 m, sur toute la partie N/NE, jusqu’à la station service. Mais cette partie est très exposée au vent traversier W/NW l’après midi. Les fonds de bonne vase tiennent très bien, et il faudra mouiller long, par +/- 5 m de fond.
  • La partie E/SE, bien protégée des vents dominants, souffre d’irrégularité de hauteurs d’eau à quai. Très prisée par les loueurs, on aura du mal à y trouver une place. Si on y trouve un emplacement libre, il faudra très certainement y venir étrave à quai, par manque d’eau... Plus loin, vers le SE et dès le retrait du quai à hauteur d’un bateau restaurant, on manquera complètement de hauteur d’au, et on y trouvera surtout des barques locales.
  • Mouillage forain : on peut aussi, mais avec précaution, mouiller sur ancre libre, entre le quai SE et les pontons de la marina. Mais il faudra gérer les lignes de mouillage des bateaux à quai et les enracinements des pontons de la marina, dans une eau d’un glauque profond, exercice délicat s’il en est.
  • Certains bateaux en attente de nuit, de l’ouverture du pont tournant, mouillent en bordure du balisage du chenal et le quai NE. Mouillage toléré et temporaire, sous les regards anxieux de bateaux mouillés à quai et qui surveillent jalousement leur ligne de mouillage...

La marina


En bordure du canal et face aux quais SE de Lefkas, la marina offre une alternative organisée, fiable et payante, aux approximations du port municipal
Géré par un groupe turc, reconnu pour son savoir faire et fort de son expérience en Turquie, mais aussi à l’international KGMedmarina offre toute la série de besoins demandés par un plaisancier moderne : de l’accueil, eux services en passant par les réparations et le stockage à terre. La marina gère le stationnement sur l’eau. Les autres services sont délégués à des entreprises référencées.

Réparation, entretien et services

JPEG - 99 ko
Affiché au mur de la station service

Excellent centre de réparation d’entretien et d’avitaillement, on trouvera tout ici, que ce soit au port municipal ou dans la marina

  • Dans le port municipal on trouve de nombreux ship, très bien achalandés, mais aussi spécialisés et/ou représentant de grandes marques.
  • Tous les corps de métiers sont représentés, mais pas de terre plein pour tirer au sec. Il faudra traiter avec la marina ou avec le chantier situé de l’autre côté du canal. Ils peuvent organiser des dépannages par mer sur toute la zone comprise entre Corfou et Cephalonie
    • Contract Yacht Services Ltd Petrou Filipa 3a Lefkas Harbour Lefkas, Greece 31100
    • Gaz : recharges camping gaz dans le petit super marché sur le côté SE du port
    • Carburant au quai, ou par mini camion, mais on peut aussi s’approvisionner avec un carburant de qualité dans la marina toute proche
    • Eau et électricité au quai, mais pas partout, et pas toujours connecté
    • 4G et WiFi, en accord avec les bars du quai

 

JPEG - 34.3 ko
Marina zone technique
  • Dans la marina Complètement intégrée, la zone technique offre la même gamme de service que le port public, avec l’avantage de pouvoir bénéficier de travel lift performant. Limite : on ne peut pas coucher à bord, mais on peut y faire des travaux.
    • Les prestations d’accueil et de mise à terre sont gérées et facturées par la marina, les services, l’entretient et les réparations, directement par les prestataires. Paiements clairs et réglementaires, carte bleu acceptée.
  • Tous les corps de métiers dont un généraliste réputé :
  • Eau, électricité payant sur borne, au quai et sur les pontons
  • Vaste station service offrant trois quais d’accostage
  • Service d’assistance à amarrage efficace, avec prise en charge sur l’eau appel VHF 69

Avitaillement

  • Que ce soit en ville ou à la marina, c’est le lieux pour faire un avitaillement lourd
    • en ville, nombreux commerces, le sur la route longeant le port et dans son prolongement
    • dans la marina, une supérette bien achalandée
    • 4G et WiFi aléatoire, comme dans tous les ports et marinas (problèmes liés à la présence de mats)

Clearance

  • Rien ici il faut aller à Preveza

Informations générales

  • Liaison routière vers le continent via le pont basculant
  • Liaisons aériennes par l’aéroport tout proche de Preveza : Lignes internationales en saison et régionales en hiver (Corfou > Athènes, La Crète mais aussi Rome) voir : https://www.airportia.com/
  • pas de ferries à cause de l’étroitesse du canal

 

Ambiance

C’est assez surréaliste. Un canal au milieu des marais, retracé sur des vestiges millénaires, sur lequel ont été construit un port et une marina totalement artificielle. Le tout dans l’ambiance délétère d’une zone tellurique sensible. Totalement dédiée au tourisme, on a beaucoup de mal à y trouver ses racines grecques, du moins en été, la ville devient cosmopolite, vouée au charter et aux locations. Profitant d’un abri sécurisé l’hiver, et pratiquement gratuit, les loueurs en ont fait leur territoire. Ça se ressent sur l’atmosphère maritime... Peut être l’hiver, ces fils d’hommes des marais se font-ils braconniers... pour garder la main...

JPEG - 293 ko
Le canal dans les marais
JPEG - 148.4 ko
Vieux canal et nouvelle digue
JPEG - 230.5 ko
Vieux canal ottoman
JPEG - 214.6 ko
La cité lacustre
JPEG - 335.6 ko
Cicatrice tellurique
JPEG - 290.2 ko
Marina « new way of life »

Histoire et culture

  • Connu depuis l’antiquité, on manque de références sur la cité. Lacustre, elle ne devait vivre que de la pêche et de la chasse. Vraisemblablement ils devaient aussi de faire paludiers. Rien qui ne puisse produire les richesses nécessaires à la création culturelle. Et il ne reste rien aujourd’hui
  • Depuis toujours, les marins ont cherché à canaliser les marais, pour éviter le contournement de l’île. Le canal d’abord tracé par les corinthiens pour les raisons stratégiques de leur alliance avec Corfou, la ville est resté un verrou qui a sauté régulièrement au rythme des invasions : macédoniennes, romaines sous la dominance de Nicopolis d’Épire, puis vinrent les pirates d’Epire, les normands, les ottomans, les vénitiens, les anglais, les russes et même les français. Ce n’est qu’en 1864 que les grecs retrouvèrent, ici leur indépendance. Rien ne permettant une stabilité culturelle cohérente. Et malheureusement, le séisme de 1953 parachèvera le désastre.
  • la terre a encore tremblé en 2003 et 2014, laissant des cicatrices. En se promenant en ville, avec un peu de curiosité, on constatera que toutes les reconstructions se font en matériaux légers... Tôle ondulée et plexi... comme si ils attendaient la prochaine secousse

s/y Laorana, janvier 2018

UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

2 Messages de forum

__________________________________________________________________________________________________________________

__________________________________________________________________________________________________________________

  • 10 janvier 14:20, par yvesD écrire     UP Animateur

    la terre a encore tremblé en 2003 et 2014, laissant des cicatrices. En se promenant en ville, avec un peu de curiosité, on constatera que toutes les reconstructions se font en matériaux légers... Tôle ondulée et plexi... comme si ils attendaient la prochaine secousse

    C’était frappant en 2005, avec ce clocher d’églisefraichement reconstruit en antisismique (euh !) mais peut-être est-il tombé en 2014

    JPEG

    Répondre à ce message

    • 10 janvier 14:45, par yoruk écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

      Oui frappant... en fait glaçant, mais encore une fois faut il avoir la curiosité de se poser les questions...
      Sur les reconstructions “légères” de Levkas, cet exemple entre plusieurs. Et encore lors du tremblement de terre de 1953, Cephalonie, l’île juste au sud, plus atteinte que Levkas, s’est soulevée de 60 cm en une seule secousse...

      JPEG

      Répondre à ce message

Répondre à cet article

UP

Copyright et informations légales