image
image
image

Votre IP : 54.82.73.21
Dernier ajout : 17 novembre
Visiteurs connectés : 35

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > Articles > Mouillages et ports > Mouillages et ports en Mer de Marmara > Côte turque, Mer de Marmara-Nord, de Barbaros aux Dardanelles

Rubrique : Mouillages et ports en Mer de Marmara

__________________________________________________________________________________________________________________

Côte turque, Mer de Marmara-Nord, de Barbaros aux DardanellesVersion imprimable de cet article Version imprimable

Publié Janvier 2014, (màj Janvier 2014) par : Collectif Salacia   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail {#TITRE,#URL_ARTICLE,#INTRODUCTION}

Cet article est géolocalisé.

Turquie, Mer de Marmara-Nord, de Barbaros aux Dardanelles

Imray-Rod-Heikell / Turquie/Mer de Marmara/Barbaros à Sarkoy

Edition française 2001
Edition anglaise 2013
http://www.4-oceans.com/guide-imray...
http://www.imray.com/Publications/I...

  • Pas d’erreurs.
  • Lacune de mise à jour :
    • Edition 2001 : Obsolète
    • Edition 2013 : Le nouveau port de Barbaros, n’est pas mis à jour
      • Descriptions sommaires, bâclées
      • Murefte, est très largement sur estimé.
    • Tous les feux de la côte turque sont équipés de balises AtoN (transpondeurs AIS)

Approche

  • L’approche est claire, il faudra tenir compte du courant qui se renforce en arrivant sur les Dardanelles.
  • Certains contre-courants, peuvent s’opposer au vent dominant et lever un clapot croisé difficile à négocier.
    • En faisant route sur les Dardanelles, au portant, avec un bateau stable de route, ça ne posera pas trop de problèmes
    • Au près, si l’on envisage la route nord pour gagner le Bosphore, ça peut devenir très vite inconfortable, voire dangereux. La solution est de s’abriter à Sarköy, puis de repartir de bonne heure le lendemain matin. Le vent se renforce en fin de matinée, s’orientant N/NE, avec les thermiques.

Barbaros

  • Petit port de pêche, selon Rod Heikell...
  • Oublié par les C-map, et sommairement indiqué par Navionics
  • L’utilisation d’une carte en fusion/transparence avec Google Earth, montre le construction d’un giga terminal de porte-conteneurs.
  • Une fois achevé, il est vraisemblable que l’accès au petit port manquera de charme.
  • Pour informations sur le nouveau port :Asyaport à Barbaros
  • Situé à moins de 4 milles dans le SW de Tekirdag, le port est de peu d’intérêt pour les plaisanciers
  • Une autre option, peut être l’île de Marmara, à moins de 15 milles

Kumbag et Hösköy

  • deux petits ports de pêche, généralement bondés, et d’un accès limité par l’ensablement. Néanmoins :
  • Kumbag, à 6 milles de Tekirdag permet un approvisionnement léger, de l’eau au quai, en particulier. Mais, sur l’image en incrustation, on voit que le petit port peut être plein comme un œuf... Il est aussi possible que ce soit lié aux travaux sur Barbaros, à moins de 2 milles, qui ait chassé les chalutiers..
  • Hosköy, donné comme ensablé, y compris par Navionics, serait à nouveau accessible, depuis les travaux qui ont prolongé et modifié le môle extérieur

Murefte

  • Nouveau port artificiel, bien placé avant d’embouquer les Dardanelles, mais :
    • Aucune commodité, des WC succincts, et pas de douches. Eau et électricité sur les quais NW et SW, squattés par des bateaux ventouses turcs. rien pour les bateaux de passage qui devront s’installer au quai NE, sans aucune aide, ni aucune facilité
  • Le village est loin et il faut affréter un taxi
  • Le port mal entretenu, le bassin présente des risques de ramasser des bouts flottants.
  • Déserté par les chalutiers (août 2011), le port dégage une impression d’abandon irréelle et hors du temps...
  • Seuls les locaux en bateaux ventouse, mettent de l’ambiance sur le quai SW

Ambiance à Murefte

  • Comme le port, l’ambiance est artificielle. Squattée par les plaisanciers balnéaires locaux, il reste de la place pour les bateaux de passage. Ce ne sera pas la meilleure place, un peu loin de tout, sans eau, sans électricité, et sans Wifi (2011), mais le bateau sera à l’abri du mauvais temps. Une petite charge est réclamée, sans que l’on sache exactement qui gère le port. On peut négocier le prix
  • On est par contre très bien reçu par les locaux qui ont improvisé un petit bar festif sur l’épi SW
  • Pour découvrir le village, il faudra faire venir un taxi
    Murefte, les passes {JPEG}Murefte, l'epis SW {JPEG}Murefte, quai NW squatté par les locaux, et le môle NW abandonné aux visiteurs {JPEG}Murefte, la marine locale {JPEG}Murefte, l'ambiance très particulière... Ici, le bar du port !!! {JPEG}

Sarköy

  • Idéalement placé, à un peu plus de 20 milles de l’embouchure des Dardanelles, le petit port de pêche, permet d’attendre de bonnes conditions pour gagner Cardak, le 1er mouillage des Dardanelles
  • La grande plage comprise entre le port et la longue jetée à l’Est, est inutilisable, exposée en grand au clapot, elle s’ensable
  • Géré par la coopérative de pêcheurs, le port est sûr, et on trouvera assez d’eau au sud du môle Est.
  • On mouille sur ancre avec 3 m d’eau et 2 m au quai. Le port est géré par une coopérative de pêcheur. Ils vous trouveront une place et vous assisteront à l’accostage
  • Excellent accueil, eau, électricité, mais branchement très “rustique”, Wifi (avec les restaurants du port). Centre ville et large approvisionnement tout proche.

Ambiance à Sarköy

  • Dans une petite ville agricole prospère, le port géré par les pêcheurs dégage une ambiance de calme et de tranquillité. Très active, la petite pêche locale a fait une place pour les bateaux de passage. Les voiliers sont bien accueillis par des marins curieux de notre façon de naviguer. Une petite charge est demandée.
    Sarköy, quai nord, réservé aux pêcheurs {JPEG}Quai SE, en face les passes, un peu plus dans le sud, masqué, l'emplacement des bateaux de passage {JPEG}Sarköy, partie Nord du quai Est. {JPEG}Sarköy, angle SE vu depuis l'emplacement des bateaux de passage {JPEG}Sarköy, quai Nord {JPEG}

Clearance

  • Rien ici, il faudra aller à Canakkale

Général

  • Sur une route peu fréquentée par les voiliers, qui préfèrent généralement faire un stop à Marmara, les quelques ports entre Tekirdag et les Dardanelles, méritent qu’on s’y arrête
    • Les deux plus proches : Kumdag et Barbaros, trop proches de Tekirdag, sont de toute façon d’un abord très limité par le manque de place et de profondeur
    • Hosköy, est peut être devenu abordable depuis que des travaux ont amélioré l’accès au port
  • Murefte offre la sécurité d’un port avec de la place et bien protégé tout temps, mais l’ambiance y est tristounette
  • Sarköy, mérite vraiment le déplacement. très bonne ambiance et larges possibilités d’approvisionnement.
    • On trouvera aux portes du port, un phénoménal marché, tout les mardi.
    • Entre le nombre de bateaux de pêche, et l’activité agricole de la ville, on trouvera sans nul doute de larges possibilités de réparation dans la zone artisanale.
    • Wifi et 3G, eau et électricité, même si les branchements sont un peu acrobatiques, on peut se faire livrer à quai du carburant, par mini camion tanker.
    • Excellents restaurants et bars sympas, à des prix très raisonnables
    • Par contre, pas de toilettes de douches ni de WC. On peut se débrouiller avec les bars et restaurants.

Michel, Laorana, janvier 2014

UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

Répondre à cet article

UP

Copyright et informations légales