image
image
image

Votre IP : 54.80.97.221
Dernier ajout : 24 mai
Visiteurs connectés : 11

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > Articles > Mouillages et ports > Mouillages et ports côte lycienne > Côte lycienne/de Ekincik à Antalya

Rubrique : Mouillages et ports côte lycienne

__________________________________________________________________________________________________________________

Côte lycienne/de Ekincik à AntalyaVersion imprimable de cet article Version imprimable

Publié Octobre 2013, (màj Octobre 2013) par : Collectif Salacia   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail

Cet article est géolocalisé.

Turquie côte Lycienne

Imray-Rod-Heikell / Turquie/côte Lycienne/Ekincik à Antalya

Edition française 2001
Edition anglaise 2013
http://www.4-oceans.com/guide-imray...
http://www.imray.com/Publications/I...

  • Pas d’erreur relevée.
  • Lacune de mise à jour (pour les deux éditions) :
    • Nombreuses lacunes sur les deux éditions, liées à l’évolution des marinas récentes ; Kas, Uçagiz, Finike, Antalya
    • Tous les feux de la côte turque sont équipés de balises AtoN (transpondeurs AIS)

Approche

  • Claire pour toute cette côte

La tombée des Monts du Taurus

Marqués par la tombée des monts du Taurus. A Finike, le mont Akdag, culmine à plus de 3000 m à 30 km de la côte. Resté longtemps enclavée et sans route, tout se faisait par la mer. Récemment, aménagée, cette côte s’étirant sur plus de 150 milles, est restée préservée. Bien que de plus en plus fréquentée, avec la création de marinas modernes, cela reste un paradis.
Des auteurs ont pu parler avec un peu d’emphase des épousailles des monts du Taurus et de la Méditerranée... On n’est pas loin de la vérité ...

 

Les mont du Taurus vus depuis la mer à Finike La Méditerranée vu depuis la tombée du Taurus à Kas

Les bassins de navigation

Plusieurs conséquences à la tombée des monts du Taurus :

  • Création de grands caps que l’on ne pourra pas négliger
  • Apparition de grandes plaines alluvionnaires et de marécages inhospitaliers.

 
Créant autant de zones de navigations spécifiques et souvent hétérogènes

De Karaagaç Limani à Caunus

  • Karaagaç limani grande baie aux côtes escarpées, sans plaine alluvionnaire.
  • Juste dans son Est, la baie d’Ekinçik, offrant une grande plage et bordée de hautes falaises boisée
  • Délimité par deux caps montagneux, les marais historiques de l’ancienne Caunus
  • Et tout de suite dans l’Est la grande plaine de Dalayan

Le golfe de Göçek, ou Skopea Limani
à l’ouest du Golfe de Féthyie.

  • Des dizaines d’îles ou d’anses, souvent en eaux très profondes
  • On y trouve quelques plaines alluvionnaires, où mouiller : Göçek et Boynüz Bükü en particulier

La baie de Féthyie.
aux pieds du Mont Baba, 1.969 mètres.

  • Baie alluvionnaire, avec de faible profondeurs
  • Complètement à l’Est de la baie de Féthyie, juste avant les 7 caps, la tombée du Mont Baba et... conséquence alluvionnaire, la mer fermée de Oludeniz.

De Kalkan à Kas
Il faudra d’abord passer les 7 caps prolongement montagneux du Mont Baba. Leur mauvaise réputation est largement vérifiée. Vous naviguerez pendant 15 milles (depuis le mont Baba) au vent d’une côte montagneuse sans aucun abri. Lui succédera, la longue plaine de Patara, là aussi, 12 milles sans abri.

  • 1er abri : la baie de Kalkan et son petit port mal commode. Au NW de la baie, La grande anse de Yesilkoy offre un bon abri du Meltem
  • 2em abri : le complexe des baies de Kas, on y trouvera un port, une marina et de nombreux mouillages forains sécurisés
  • Juste en face l’île grecque de Kastellorizo.
  • Entre Kas et Kastellorizo, une série de hauts fonds dans des eaux cristallines, invitent à la plongée

Kekova

  • Longue île fermant une rade profonde, prolongée vers l’ouest d’une presqu’île : Siçak Yarimadasi.
  • La rade est indentée de nombreuses criques et d’une grande baie complètement refermée : Uçagiz
  • A la sortie Est de Kekova, une belle baie ; Gokoya.

De Demre au cap Taslik
De Demre, la patrie de St Nicolas au cap Taslik (l’ancien cap Sacrien décrit par Pline le jeune, comme la terreur des marins)

  • Demre encadré de grandes plaines alluvionnaires marécageuses.
  • Auquel, succède le vertigineux balcon du Taurus, le séparant de la grande plaine fertile de Finike et Kumluca
  • Tout à l’Est le cap Taslik et les sept îles, terreur des marins, battu de courants s’opposant aux vents dominants...

De Cavus Liman à Antalya
Plus protégé, moins rude, avec de nombreux abris

  • Cavus Liman, permettant d’attendre si le Cap Taslik est impossible à passer
  • Cineviz Liman, au pied de la falaise vertigineuse du Mont Musa Dagi
  • Cirali Liman, et les ruines de l’antique Olympe, décrite par Ciceron pour se culture et la richesse de ses arts. On est aussi tout proche de la fameuse « chimère »
  • Phaselis, et ses trois ports antiques
  • Kemer... clinquante et bruyante, premier port fiable depuis Finike
  • Et la prodigieuse Antalya, frontière de la Lycie et de la Pamphylie.

 *** Toutes ces zone seront décrites en détail, par ailleurs

Clearance

  • Fethyie, Kas, Finike, Kemer et Antalya sont des ports d’entrée

Général

Enclavée par les Mont du Taurus et la Méditerranée, la Lycie est longtemps restée repliée sur elle même, uniquement reliée par la mer. C’est un peuple de marins. Les pêcheurs encore aujourd’hui sortent en mer avec leurs femmes. A Kekova, les enfants de Kale pour aller à l’école, prennent le bus à Uçagiz... Mais, ce sont les mères qui les mènent en barque de Kale aux pontons d’Uçagiz.
 
On retrouve des traces de civilisation remontant au 3ème millénaire avant JC. Décrit par les Hittites comme le peuple des Lukkas, les Lyciens ont toujours résisté à leurs envahisseurs, assimilant et adoptant ce qui leur semblait profitable : des assyriens aux turcs Seldjoukides, et maintenant aux touristes européens !!! En passant par les minoens, les grecs, les romains et les ottomans. Alexandre le grand, s’y est cassé les dents...
 
Et dès que l’autorité politique faiblissait, le naturel de ces marins reprenait le dessus, ils se faisaient un peu pirates.

  • Déjà, peuples de la mer qui ruinèrent le monde méditerranéen oriental à la fin de l’âge de bronze récent
  • A la chute du monde Hellénistique, forçant Pompée a organiser un nettoyage de grand ampleur en divisant la mer en plusieurs secteurs, pourvus chacun d’une escadre
  • Puis à notre moyen âge, âge d’or en fait de la piraterie organisée, les grandes routes maritimes commerciales du moyen orient vers la Corne d’Or passant à portée de main de marins lyciens inexpugnables de leurs côtes inhospitalières.
  • Et tout récemment, jusqu’au 19ème siècle quand il a fallu aux anglais sécuriser leurs routes maritimes.

*** Références : deux très bons articles de Wikipédia :

Michel, Laorana septembre 2013

UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

Répondre à cet article

UP

Copyright et informations légales