image
image
image

Votre IP : 54.234.0.2
Dernier ajout : 21 janvier
Visiteurs connectés : 19

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > Articles > Mouillages et ports > Mouillage et ports côte carienne > Côte Carienne/Est golfe de Gökova

Rubrique : Mouillage et ports côte carienne

__________________________________________________________________________________________________________________

Côte Carienne/Est golfe de GökovaVersion imprimable de cet article Version imprimable

Publié Septembre 2013, (màj Septembre 2013) par : Collectif Salacia   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail

Cet article est géolocalisé.

Turquie côte Carienne

Imray-Rod-Heikell / Turquie/côte Carienne/Est golfe de Gökova

Edition française 2001
Edition anglaise 2013
http://www.4-oceans.com/guide-imray...
http://www.imray.com/Publications/I...

  • Pas d’erreur relevée.
  • Lacune de mise à jour (pour les deux éditions) :
    • Aucune
    • Tous les feux de la côte turque sont équipés de balises AtoN (transpondeurs AIS)

Approche

  • Claire
    • On prendra soin à la remontée des fonds du golfe, qui s’envase
    • La barrière montagneuse à moins de 2 km de la côte courant sur 15 km, et d’une altitude variant entre 900 et 1100 m aura de l’influence sur les rafales, mais aussi en début de nuit sur des vents catabatiques très violents.

La barrière vue depuis la côte sud à 2 milles
La barrière, vue depuis la côte sud à 2 milles

Akbuk


Grande baie, aux pieds d’une falaise impressionnante. C’est elle qui détermine la force et la direction des vents catabatiques.
  • Ils soufflent en début de nuit, d’une extrême violence, de secteur N, et durent 2 à 3 heures
  • Les locaux savent le prévoir à court terme (nous avons été prévenus 1 heure avant)
  • Si l’on est au ponton, et au vent, il faudra surement renforcer la pendille, soit en la doublant, si c’est possible, soit en mouillant une nacre en complément.
  • On écarte le bateau au maximum
  • Si on est sur la côte sud de la baie avec des amarres à terre, mieux vaut dégager, et venir au nord sur ancre, mouillé long et éventuellement appuyé au moteur

A peine un village, juste quelques maisons de vacances turques, et des campings familiaux. On est loin de l’ambiance de Bodrum
  • On peut mouiller aux pontons restaurants. la prudence recommande de doubler leurs pendilles par votre ancre, mouillée long.
  • On peut mouiller sur ancre en forain, au nord de la baie
  • Sur la côte on peut passer des amarres à terre, protégeant du vent dominant, mais très exposé au vents catabatiques

Gökova Iskele

Tout au fond de la baie éponyme, blotti contre une lagune préservée, le village à du charme et mérite une visite. sauf que

  • on ne pourra pas approcher le petit port, très envasé. Seules quelques bateaux d’excursion, y ont accès par un chenal fluctuant...
  • On mouille exposé aux vents dominants, heureusement beaucoup plus faibles qu’à l’entrée de la baie de Gökova.
  • Fonds de vase d’excellente tenue
  • Un petit quai a été aménagé dans la petite anse à l’ouest du port. L’image, en loupe, ci contre montre que 3 voiliers y sont amarrés...
  • Au pieds d’une montagne de plus 1000 m, pouvant générer des rafales violentes

Clearance

  • Rien ici

Général

  • C’est une côte magnifique sans aucun bétonnage, ayant conservé son caractère turc authentique
  • Peu ou pas de route pour Akbuk, et bout du monde pour Gökova Iskele, assurent encore de la tranquillité
  • Peu visité par les voiliers de location, attirés par les mouillages réputés du sud de la baie, on y est tranquille... Si ce n’était les vents catabatiques !!!
  • Peu d’approvisionnement aux pontons d’Akbuk, beaucoup plus complets à Iskele. On y trouvera même du carburant à 8 km par la route
  • Depuis Akbuk, très jolie (superbe en fait) promenade en bus vers Mugla, la préfecture de la province, pour quelques euros. Ce qui permet, outre de faire un bon approvisionnement, d’admirer un des plus fabuleux panorama de la région, en escaladant par une petite route sinueuse, les flanc d’une montagne de 1.000 mètres
  • Depuis Iskele, bus et taxis vers Mugla, mais aussi Bodrm ou Marmaris.
  • Il faut visiter Iskele et ses petits restaurants bordant la lagune.

Michel Laorana septembre 2013

UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

Répondre à cet article

UP

Copyright et informations légales