image
image
image

Votre IP : 54.196.98.96
Dernier ajout : 21 août
Visiteurs connectés : 10

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > Articles > Mouillages et ports > Mouillages et ports en Mer de Marmara > Accès au Bosphore, AVURNAV et autres fantaisies

Rubrique : Mouillages et ports en Mer de Marmara

__________________________________________________________________________________________________________________

Accès au Bosphore, AVURNAV et autres fantaisiesVersion imprimable de cet article Version imprimable

Publié Juillet 2014, (màj 10 avril) par : Collectif Salacia   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail

Cet article est géolocalisé.

Turquie, Bosphore

JPEG

Imray-Rod-Heikell / Turquie/Mer de Marmara/Bosphore

Edition française 2001
Edition anglaise 2013
http://www.4-oceans.com/guide-imray...
http://www.imray.com/Publications/I...

  • Pas d’erreurs.
  • Lacune de mise à jour :
    • Edition 2001 : obsolète
    • Edition 2013 : à jour
    • Tous les feux de la côte turque sont équipés de balises AtoN (transpondeurs AIS)
  • L’accès aux données NAVTEX par le web, comporte des risques, ceux de la qualité de la connexion 3G ou wifi… La sécurité est bien sûr d’y accéder par un récepteur NAVTEX dédié… mais vous serez limité à ce seul usage

Approche

  • Ça n’arrive pas qu’aux autres, le 30 juin 2003, pendant 9 minutes, la circulation sur le Bosphore a été suspendue, un énorme ferry faisait un créneau. Quelques années plus tard, des amis s’y sont fait refouler, le Bosphore était réservé à une course motonautique… En fait c’est extrêmement fréquent. La navigation sur le Bosphore est logiquement très règlementée. Il est souhaitable de pouvoir prévoir les conditions que l’on y rencontrera. Les turcs mettent à cet effet, toute une série de documents et de liens web, à notre disposition.
    JPEGJPEGJPEGJPEGJPEG

Accès au Bosphore

  • Selon une étymologie populaire, son nom signifierait « passage de la vache » et fait allusion à l’histoire d’Io, jeune fille aimée de Zeus, changée par lui en génisse, et poursuivie par un taon envoyé par Héra jalouse. En fait, le premier terme (bous) serait plutôt à rapprocher des verbes buō et buzō (ce dernier mot étant lui-même probablement à l’origine du toponyme Buzantion, l’antique Byzance, actuelle Istanbul) et signifiant « resserrer ».
  • Ainsi, le Bosphore serait un « passage resserré » dont l’origine désignait non le détroit en lui-même mais l’isthme présent jusqu’à la fin du paléolithique reliant alors l’Europe à l’Asie3. La théorie liant le déluge à la mer Noire (publiée en 1997 par William Ryan et Walter Pitman de l’Université Columbia) fait valoir quant à elle que le Bosphore aurait été formé autour de 5600 av. J.-C..
    Ref : http://fr.wikipedia.org/wiki/Bosphore
Bosphore, la Corne d'Or 14 juillet 2011

Convention de Montreux

  • Toujours en vigueur aujourd’hui, la Convention de Montreux a survécu aux événements qui ont marqué les relations internationales. Elle n’a pas été modifiée par la Convention de Montego Bay de 1982 qui ne s’applique pas aux détroits déjà réglementés par une convention internationale. La Turquie l’a néanmoins complétée à plusieurs reprises : en 1983 pour préciser les conditions de transit des navires à propulsion nucléaire , puis en 1994 et en 2002 pour fixer des règles de sécurité (vitesse, espacement, déclaration préalable, pilotage,..) à la suite de plusieurs accidents graves dans le Bosphore dont le trafic atteint des valeurs très importantes (51.400 navires en 2009).
    http://www.colsbleus.fr/articles/1463

Le détroit le plus fréquenté au monde

  • Plus de 200 navires transitent (gratuitement) chaque jour sur le Bosphore ce qui représente environ 50.000 bateaux par an. Près de 6.000 d’entre eux sont des tankers transportant le pétrole de la mer Caspienne.
    Habituellement, lorsqu’un tanker chargé à plein transite sur le Bosphore , le trafic est bloqué dans le sens inverse. Mais, en raison du chantier Marmaray (construction du tunnel ferroviaire sous la mer), tous les bateaux de commerce doivent circuler dans un seul sens le matin (vers la mer Noire) et dans l’autre l’après-midi.
    Chaque navire qui traverse le détroit pour la première fois peut se faire assister s’il le souhaite, par un pilote des autorités portuaires turques. En revanche pour tout accostage sur l’un des ports de la mer de Marmara, l’assistance du pilote est obligatoire : ce dernier dirige la manœuvre mais ne touche pas aux commandes. Le petit Journal Istanbul

Spécificité et recommandations aux voiliers

La règlementation pour les voiliers

  • Interdiction formelle de naviguer sous voile
  • Vous n’avez pas à vous annoncer à la VHF. Néanmoins, la veille sur le 16 est recommandée
  • Le balisage latéral est organisé pour le sens Mer Noire vers Mer de Marmara. Vous aurez les vertes à l’Ouest et les rouge à l’Est

 
Les règles de bon sens :

  • Vous ne serez prioritaire sur personne
  • Les usagers du Bosphore sont des professionnels avertis. Gardez votre cap et votre vitesse, ce sont eux qui vous éviteront. N’entamez aucune manœuvre brutale pouvant les surprendre
  • Anticipez largement vos manœuvres
  • Gérez les courants : vous trouverez moins de courant à la côte, sauf à la hauteur de Bebek, sur la côte européenne. Vous trouverez généralement entre 2 et 4 nœuds de courant… N’attendez pas de renverse… évidemment !!!
  • Ne coupez pas la route des cargos, restez sur une côte. Généralement on monte par la côte européenne et on redescend par la côte asiatique.
  • Si vous avez à traverser, faites-le dans un endroit dégagé laissant de la visibilité. Il faut que votre manœuvre soit franche, en coupant la route à 90°.
  • Les cargos descendant, donnent de la puissance pour rester manœuvrant, leur vitesse sur le fond peut être très importante
  • Soyez attentifs aux manœuvres des petits ferries, à proximité des très nombreuses gares maritimes. Ils ressortent en marche arrière et sont peu manœuvrant, avec un courant traversier. Laissez leur de l’eau.
  • L’AIS est recommandé, mais difficilement décryptable dans certains endroits, la Corne d’Or en particulier, où trop d’AIS tue l’AIS.
  • Enfin procurez- vous les moyens de prévisions météo et AVURNAV. Mieux que le Navtex, une clé 3G vous donnera accès aux services hydrographiques turcs très performants, mais, avertissement... lire note  : [1]

ONHO


Serving to Mariners : Office of Navigation Hydrography and Oceanography/Seyir Hidrografi ve Oşinografi Dairesi Başkanlığı
34805 Çubuklu / İSTANBUL

Phone : (216) 322 25 80
Fax : (216) 331 05 25
E-Mail : info@shodb.gov.tr
Web : Shodb.gv.tr

  • En turque et en anglais, mais facilement traduisible en français si on utilise Chrome. Outre des nombreuses rubriques traitant de la cartographie, des services d’urgence, de la sécurité, etc… Trois dossiers nous intéressent directement et serviront en navigations :
    • Notices to Mariners
    • Navigational Warnings
    • NAVTEX Broadcast.

Notices to Mariners

  • Accès direct à l’interface : http://www.shodb.gov.tr/ilanlar/Eng...
    • On peut interroger directement un lien urgent, pour cet exemple : Akçakoca Natural Gas Platforms And Pipelines
    • On peut télécharger au format PDF la dernière édition hebdomadaire, pour cet exemple : Notices To Mariners - 2014 / 27 (.pdf)
      PDF - 1.8 Mo
    • On peut rechercher et télécharger des éditions précédentes, les archives remontent jusqu’à l’an 2.000.
  • Ici, dans la Notices To Mariners - 2014 / 27 de démonstration, on verra , comme sur toutes les autres, la description et la définition géo localisée des zones de dangers, des zone interdites et des zones à accès restreint.

AVURNAV
  • Accès direct à l’interface : Navigational Warnings
    • Les AVURNAV sont mis à jour quotidiennement, et maintenus sur le site pendant toute la période de validité

 

NAVTEX

  • Accès direct à l’interface : http://www.kiyiemniyeti.gov.tr/defa...
  • Le portail s’ouvre sur des instruction uniquement en turc . On peut demander la version des messages en anglais.
  • Seul l’accès aux informations NAVTEX sont intéressantes
    • Choisir l’option de langage INGILIZCE (en anglais)
    • Choisir dans le menu déroulant l’émetteur. 4 émetteurs en Turquie : Istanbul, Izmir, Antalya et Samsun
    • Choisir une date d’édition. Par défaut, la nernière mise à jour est proposée.
    • Cliquer sur ‘’Listele’’ qui mettra vos choix à jour, y compris celui de la langue.
  • On consulte la totalité des messages en jouant sur l’ascenseur de la liste déroulante de chacun des messages.

Michel, Laorana, juillet 2014


[1] Avertissement :
Les autorités turques ont modifié tous les liens. sauf si vous pratiquez le turc, la meilleure solution est d’ouvrir la page d’accueil du service hydrographique turc : OHNO et d’y naviguer en vous servant d’un traducteur automatique voir ce lien : http://www.shodb.gov.tr/shodb_esas/...

UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

Répondre à cet article

UP

Copyright et informations légales