image
image
image

Votre IP : 3.238.204.31
Dernier ajout : 25 octobre
Visiteurs connectés : 11

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > Trucs et astuces > Bricolages (brèves) > Réparation d’une butée de rail d’écoute

Rubrique : Bricolages (brèves)

__________________________________________________________________________________________________________________

Réparation d’une butée de rail d’écouteVersion imprimable de cet article Version imprimable

Publié Juin 2020, (màj Juin 2020) par : Cigale  image   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail Inscrit aux forum vous pourriez transmettre cette page à un ami plaisancier

Mots-clés secondaires: entretien

Réparation d’une butée de rail d’écoute avec les moyens du bord

Sous le poids de leurs 35 ans, et sans doute de l’électrolyse, les 2 butées de mon rail de chariot d’écoute d’artimon étaient devenues impossible à déplacer. Il s’agit d’un chariot d’écoute de marque Goiot dont les rondelles de manipulation s’étaient brisées.

  • La rondelle est emmanchée en force sur son axe jusqu’aux cannelures et bloquée par un petit épaulement usiné à cet effet.
  • Sous l’effet du ressort, l’axe et sa rondelle de manipulation sont maintenus vers le bas. L’axe vient donc se verrouiller à l’endroit choisi sur le rail.
  • J’ai percé une pièce de monnaie dont le diamètre et l’épaisseur correspondaient à peu près à ceux de la rondelle. Avec un foret de 9mm le trou est parfaitement adapté pour un emmanchement en force et le métal relativement mou s’y prête parfaitement.
  • Il n’y a plus qu’à positionner la rondelle, le ressort et l’axe que l’on enfonce par le dessus à l’aide de quelques coups de marteau.

Voilà une butée de chariot propre comme un sou neuf !

UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

11 Messages de forum

__________________________________________________________________________________________________________________

  • 26 juin 2020 13:37, par Négofol écrire     UP Animateur

    Une remarque : la plupart des « pièces jaunes » sont en cupro-aluminium ou en « or nordique » (cas des centimes d’euros, composé de 89 % de cuivre, 5 % d’aluminium, 5 % de zinc et 1 % d’étain)...

    Les pièces d’accastillage Goiot sont en AG6BeTi, alliage d’aluminium/magnésium.

    Ces matériaux sont incompatibles du point de vue galvanique en milieu marin et une corrosion importante risque de se produire !

    Il serait préférable d’utiliser des rondelles en acier inox (comme l’axe) ou, encore mieux, des rondelles fabriquées en composite (par exemple à partir de plaque verre-époxy pour circuits imprimés).
    Les rondelles verre-époxy se fabriquent facilement au tour pakistanais...

    Répondre à ce message

    • Certes. mais internet ne me fournit pas la moindre idée de comment est fait un tour pakistanais.
      Si ma lanterne pouvait être éclairée ... Merci à tous

      Répondre à ce message

      • « Tour pakistanais » est de l’argot d’atelier pour désigner des travaux qui devraient typiquement être faits sur un tour quand on n’en dispose pas...

        Hommage rendu à la célèbre ingéniosité des artisans pakistanais, notamment les armuriers de Peshawar, qui fabriquent des objets étonnants avec des moyens improbables.!

        Ces usinages se font en général sur une perceuse, de préférence fixée à un support.

        Ici, pour faire des rondelles, la procédure pourrait être : prendre un morceau de verre époxy de circuit imprimé (sans cuivre !), percer un trou au diamètre désiré, découper un morceau un peu plus grand que la rondelle désirée, serrer le morceau sur un boulon de diamètre adapté, placer le boulon dans le mandrin. Il suffit ensuite de parfaire le diamètre extérieur avec une lime ou un morceau de papier abrasif placé sur une cale en bois. Avec un peu de soin, on peut arriver à une bonne précision et une bonne circularité (mieux que 0,5 mm)...

        Un peu d’attention et de bon sens sont nécessaires pour éviter les accidents...

        Voir en ligne : Demo

        Répondre à ce message

  • Attention  : léger changement de sujet, moi mon soucis c’est de remplacer les galets/roulements de mon chariot de barre d’écoute, galets (en ’platique’ blanc) explosés par le temps et donc de choisir la matière dans laquelle retailler ces roulements.

    Le chariot de mon rail d’écoute est doté de 4 roulements en ’plastique blanc’ dont deux ont été explosés par le temps (ma vielle vient d’avoir 43 ans) (voir double photo en PJ)

    Bien sur je n’arrive pas à trouver la pièce (le chariot) ni même les galets mais je peux les façonner (je ne fais pas de régate) et percer/aléser l’axe à la bonne cote à partir d’un morceau d’un mètre de ’plastique’ blanc (en vente chez Otelo)

    Les galets font 15mm de diamètre extérieur, 7mm de diamètre intérieur et 8mm de longueur. Bien sur j’insérerai une rondelle inox de 10 (e=2mm) entre le galet et la chape pour écarter le galet de la chape. Bien sur je ferais sauter le méplat (diamètre 8 mm, e=0,5mm) en bout d’axe, et les galets seront maintenus flottants sur l’axe par la barre d’écoute elle-même)

    Il me faut néanmoins choisir le ’plastique blanc’ de manière(compris possible bien sur) à ce que les galets résiste à la compression (GV de 20m2, compression assez faible), aux UV (encore que dans la chape ils sont assez à l’abri), à l’atmosphère saline et enfin que ce plastique soit usinable par moi (sciage, limage à l’épaisseur requise de 8mm, perçage à 7mm voir alésage)

    Et là, je suis comme une poule devant un couteau : quel polychose choisir ? du polyacétal POM (aka delrin), du polytétrafluoréthylène PTFE (aka teflon), du chlorure de polyviniyle (PVC), sachant qu’ils ont tous ces parfums chez Otelo

    Merci de vos conseils avisés,
    Yves.

    PS : une photo de meilleur qualité suit, lisible.

    PNG

    Répondre à ce message

      • Sans hésiter Delrin (Polyoxyméthylène = POM, appelé aussi Polyacétal). Delrin est la dénomination Dupont....

        Le PTFE a de mauvaises qualités mécaniques (obtenu par frittage) et le PVC n’est pas autolubrifiant....

        Le Delrin est le standard pour ce type d’utilisation (par exemple galets de portes coulissantes...).

        A noter que, à la lumière solaire, le POM se fragilise mais il existe des stabilisants anti-UV qui permettent de doubler sa durée de vie aux UV. Le noir notamment tient mieux que le naturel (= blanc) aux UV (chargé noir de carbone).

        Répondre à ce message

        • Merci, c’est fait, je viens de commander du noir.

          Ah, si en plus tu as une astuce diabolique pour centrer précisément le trou de 7 que je dois faire comme axe de ces galets ... sinon, je vais y aller au pif, dans 100cm je dois arriver a tailler suffisament d’entretoises/galets de 8mm pour arriver à éviter un balourd.

          Bon, bien sur j’ai (héritage) l’outil stanley pour trouver aisément le centre de toute pièce ronde, mais avec 15mm la précision risque d’être ... imprécise.

          Encore merci !

          Répondre à ce message

          • La solution canonique est de le faire sur un tour. Pour du POM en Ø 15, n’importe quel petit tour d’amateur peut le faire. C’est assez courant.

            Sinon, il y a la possibilité d’utiliser une perceuse à colonne, mais la plupart des perceuses à colonne de bricoleur ont un mandrin de 13 mm... Une perceuse avec mandrin de 20 mm se trouve assez facilement chez un artisan.

            La méthode dans ce cas est la suivante :

            • placer le foret dans le mandrin en position inversée (queue lisse à l’extérieur).
            • débrider l’étau de la perceuse
            • abaisser le foret jusqu’à le serrer dans l’étau
            • brider l’étau
            • desserrer le mandrin : le foret reste fixé dans l’étau.
            • placer le rond à percer dans le mandrin et le percer sur le foret immobile.

            Avec cette méthode, on peut percer un rond axialement avec une très bonne concentricité : le système foret fixe/pièce tournante est autocentrant, contrairement à l’inverse !
            Si l’étau est assez lourd et avec un peu d’attention, on peut même se passer de bridage.

            Sinon pour trouver le centre, le plus simple que je connaisse est d’utiliser un foret à bois avec pointe centrale (Forstner), du même diamètre que le rond à percer, placer le rond et le foret face à face dans un bout de cornière (en alu est le mieux) et exercer une pression : la pointe centrale du foret va marquer le centre du rond. Pour percer ensuite bien perpendiculairement, on peut confectionner un gabarit en perçant une chute de bois avec le foret à bois (la plupart de ces forets ont une queue plus mince qui passe dans le mandrin de 13). Insérer le rond dans le trou et percer...

            La méthode du gabarit peut être utilisée pour percer directement : percer le morceau de bois bridé (vis ou serre-joints) sur la table de la perceuse au Ø 15, insérer le rond et percer au diamètre désiré pour le trou : moins précis que la méthode foret fixe, mais ça devrait suffire dans ce cas.

            Répondre à ce message

Répondre à cet article

UP

Copyright et informations légales