image
image
image

Votre IP : 18.204.56.185
Dernier ajout : 15 août
Visiteurs connectés : 14

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > Articles > Les échos du web > Amarrage en zones ventées

Rubrique : Les échos du web

__________________________________________________________________________________________________________________

Amarrage en zones ventéesVersion imprimable de cet article Version imprimable

Publié 5 mars, (màj 5 mars) par : Cybèle 17   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail Inscrit aux forum vous pourriez transmettre cette page à un ami plaisancier

Mots-clés secondaires: sécurité , météo

CYBELE 17


un Ovni 445 en Grand Voyage

Source WEB ; note sur les amarrages en zones ventées

A la lumière de leurs hivernages ventés , en particulier à Bodø [1] et surtout Hafnarfjörður, [2] et leurs record : pour la force du vent et le nombre de tempêtes [3] quelques réflexions de l’auteur sur les amarrages :

JPEG - 63.4 ko
CYBELE 17 au port :-O

Préambule  : Le vent continu ne pose en général pas de gros problème, mais ce sont les rafales qui emmagasinent de l’énergie.

Le problème : E =1/2mV2. la masse du bateau ne change pas, mais la vitesse acquise dans les rafales est dangereuse et doit ètre amortie. Elle dépend pour une bonne part du fardage.

Les moyens de sécurité active

  • Anticiper : Comme toujours en mer, un temps d’avance est un gage pour supporter les difficultés qui nous attendent . Donc veille météo systématique , augmentée encore en cas de coup de chien. En Islande un bulletin toutes les 3 heures sur le site local + safetravel + ECMWF.
  • Diminuer le fardage :
    • suppression des focs, de l’annexe, et des accessoires non indispensables du pont, y compris parfois la tente . Elle a supporté 60 noeuds, sa solidité n’est pas à démontrer mais elle fatigue le bateau.
    • Je garde parfois la GV difficile à déposer (lattes forcées, bosses...) mais le lazy-bag est saucissonné sur la bôme.
    • Ecarter aussi les drisses du mat diminue le bruit et l’usure, et améliore l’écoulement du vent sur le profil. On voit çà à la neige qui s’accroche sur le mat aux endroits des drisses, et pas ailleurs.
  • Améliorer l’amortissement des chocs
    • défenses rondes et cylindriques. Les rondes peuvent ètre fixées sur le ponton, au ras de l’eau. les cylindriques au maitre bau, fixées haut et au liston, surtout pas aux filières. Je vais essayer la grosse défense gonflable cylindrique de 1 m de long, en horizontal. Pour l’instant, j’ai toujours 14 défenses.
    • aussières polyamide ou polyester, tressées ou toronnées, mais ne jamais « recycler » des drisses ou des écoutes ! Les nœuds entrainent une perte de solidité considérable (plus de 30% de perte ), je préfère un œil épissé côté taquet de quai ou éventuellement un tour mort et 2 1/2 clés, mieux qu’un noeud de chaise, parfois indéfaisable (vécu en Finlande...) . La longueur des aussières augmente l’amortissement, puisque c’est un pourcentage d’allongement. (A Hafnarfjörður nous en avons deux de 60m , l’une au quai voisin, l’autre sur un corps-mort en béton ) Hélas les amarres ont aussi une mémoire, et se fatiguent...Les nôtres vont devoir être changées après toutes ces misères, mais il n’y a pas de shipchandler ici, et il en faudra plus de 90m en 16 ou 18...
    • Les amortisseurs d’amarres +++caoutchouc plutôt que ressorts métalliques, bruyants et qui rouillent. Un amortisseur avec 3 tours sur un cordage de 16mm peut s’allonger de près de 5cm
    • La charge sur les points d’amarrage est énorme. Nos taquets boulonnés et soudés n’ont jamais failli (cross the fingers ! ) . Mais je me réjouis d’en avoir fait ajouter deux à l’avant. Il en faudrait aussi un deuxième sur le tableau arrière. [4]
  • A l’intérieur il y aura de gros et brutaux coups de gîte.
    • Verrouiller les tiroirs et placards
    • Prévoir des toiles anti-roulis
    • Installer des anti-dérapants partout
    • Utiliser la cuisinière à cardan uniquement
    • Eteindre le chauffage Refleks
    • Pas de bougies allumées, même si la Skippette les adore !

Les moyens de sécurité passive

- Prévoir un jeu suffisant dans la ligne électrique en cas de gite .
- souquer les bastaques, car le bas-étai n’est jamais parfaitement tendu vu les barres de flèche poussantes.
- vérifier le débattement du mat à la gite : quai, autres bateaux...
- Sur le ponton/quai, prévoir des points d’amarrage différents s’ils semblent fragiles.
- Attention au ragage : fourrage aux daviers et chaumards, ainsi qu’au quai.
- Bulletin météo à jour, et une veille ... Un ouragan ne dure que quelques heures...Attention à la saute de vent au passage de la dépression.

NB  : ceci ne règle pas le crucial problème de l’amarrage au vent d’un quai à pneus... ni d’un quai à fort marnage....

JPEG - 66.8 ko
quai à « pneu »
JPEG - 103.2 ko
Des dépressions très creuses
JPEG - 126.1 ko
Des dépressions violentes
JPEG - 128.1 ko
Avec un déplacement rapide (ici 12H)

[1] Bodø, en Norvège, entre le cercle polaire arctique et les îles Lofoten

[2] Hafnarfjörður est une municipalité islandaise située dans la région de la capitale, Reykjavik

[3] le bureau météorologique islandais a émis à peu près autant d’avertissements météorologiques en janvier et février 2022 qu’en 2021. voir : ICI

[4] Taquets : ndlr 2 à l’arrière permet éventuellement de croiser, voire doubler, les amarres (comme pour les catas)

UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

26 Messages de forum

__________________________________________________________________________________________________________________

__________________________________________________________________________________________________________________

  • 5 mars 19:05, par Négofol écrire     UP Animateur

    Si le quai est agressif ou si la configuration amène l’amarre à raguer sur le quai, on peut prévoir comme protection, solution assez courante en Méditerranée, une longueur de chaîne et une manille-lyre pour passer autour de la bitte ou du taquet.

    Répondre à ce message

  • 5 mars 23:16, par yoruk écrire     UP Animateur

    Qui peut le plus ; peut le moins B-)

    JPEG

    Répondre à ce message

  • Pendilles et multiples aussières

    C’est une solution, aussi. Ce chalutier de plus de 50m, hiverne à Riposto. Le quai est orienté plein ouest, si bien que le chalutier encaisse de violentes rafales de plus de 60 nds de N/NE, descendant de l’Etna, et le plaquant au quai. Les marineros ont résolu les problèmes en gréant de nombreuses pendilles qui écartent le bateau au large. On voit qu’ils n’ont pas lésiné non plus sur les aussières.
    Tel qu’il est là, le chalutier est parfait, pour moi, mouillé de l’autre côté du quai, il me coupe parfaitement du vent !!!
    Michel

    JPEG

    Répondre à ce message

  • 18 avril 10:38, par ernestpt écrire     UP  image

    Bonjour Cybèle.
    Je n’ai pas compris « ceci ne règle pas le crucial problème de l’amarrage au vent d’un quai à pneus » ? OK, ça salit la coque, mais ça fait des défenses partout ? Le seul problème me parait être quand les pneus s’arrêtent à un certain niveau et que le liston ou les filières passent dessous à marée descendante, sachant qu’elle va remonter.

    Répondre à ce message

    • Bonjour Ernestpt. dans les zones où nous sévissons (Norvège nord et islande) , ce sont le plus souvent des pneus de camion ou de gros 4*4. ,Très durs.Le liston est solide et épais, mais le franc-bord l’est moins(8mm alu). C’est le marnage qui complique tout. De plus mes chandeliers sont inclinés vers l’extérieur (!!!)
      J’ai essayé :
      - les nombreuses défenses sur le bateau, mème en horizontal : elles rentrent dans les orifices centraux des pneus et sont arrachées
      - la veille permanente : difficile et fatiguant par gros temps
      - les grandes planches longitudinales, efficaces sur les quais cailloux ou béton , elles passent sous les pneus et cassent. Les planches verticales : difficiles à installer.
      - l’avis des habitués du coin :à couple des pécheurs, mais ils travaillent
      - dernier espoir : je viens d’acheter une grosse défense gonflable de 1 m long sur 30cm diam. A suivre.
      Si quelqu’un a une autre idée ?

      Répondre à ce message

      • 18 avril 13:02, par yoruk écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

        Si quelqu’un a une autre idée ?

        Pas vraiment une idée, quoique... Si des planches verticales sont difficiles à installer sur le bateau, est-ce injouable montées sur les pneus ???
        Courage.. (have courage dirait yvesD !!!)
        Michel...

        Répondre à ce message

        • C’est ce dont je parlais plus haut.2 Planches verticales plantées en bas dans l’orifice central du pneu, et fixées en haut sur le quai . Très Difficile, avec 3.5m de marnage...

          Répondre à ce message

          • Bjr. En fait le problème principale me parait être pneus/chandeliers. Peux-tu démonter la filière ? Ce qui n’empêchera pas les traces de noir de pneu. Mais c’est un moindre mal. Effectivement pneus/bateaux, je ne mets pas de défenses, même si ma coque apprécie peu. Exemple : amarrage à quai à Sein. Même en temporaire, le marnage fait que je ne peux mettre des défenses.
            Pneus/liston : je ne comprends pas.

            Répondre à ce message

            • J’ai réfléchi. Hé oui, ça m’arrive.
              Peut-être en brêlant une planche à l’horizontale sur au moins 2 pare battages cylindriques avec possibilité d’amarrer en haut et en bas. Tu fais un brêlage bien serré avec chaque pare battage prévu vertical et la planche, prévue horizontale. Tu te retrouves donc avec une sorte de « h » : -I---I- que tu suspendrais le long du bateau, avec dans l’ordre flanc du bateau / pare battages / planche / pneus / quai. Évidemment, il faut que les bouts du brêlage soient serrés et ne craignent pas les pneus.
              Pas mieux

              Répondre à ce message

              • Déjà essayé,mais insuffisant car la planche finit toujours par passer sous ou sur un pneu. j’en ai cassé. Le moins mauvais est deux planches verticales sur les pneus , guidant une horizontale sur el bateau. J’ai vu aussi un gros tablier caoutchouc épais , de 2 m large et 1m haut, qui glisse sur les pneus. mais impossible à stocker.

                Répondre à ce message

                • 20 avril 10:13, par yoruk écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

                  C’est dingue ce problème... As tu pensé à combler l’intérieur des pneus, avec des défenses gonflables de taille adéquate, comme les grosses défenses rondes, renforcées par des chaussettes entrelacées à l’intérieur du pneu... Je sais... c’est pas vraiment simple...
                  Michel

                  NB : Ha autre chose en y réfléchissant : si tu peux fixer des planches longitudinalement sur plusieurs pneus... Ces planches elles peuvent être protégées par des défenses de quai... Ce qui ne règlera pas le problème à marée basse, si le bateau passe sous les pneus...

                  Répondre à ce message

                  • Michel, aurais-tu abusé du Raki ? Il existe xxx diamètres de pneus depuis le gros trailer de remorques jusqu’au scooter (tous vécus !) L’idée est brilalnte en théorie, mais je n’ai jamais pu m’amarrer en Théorie, et quand il y a du « vent » ...Je préfère parfois ètre au mouillage !

                    Répondre à ce message

                    • 20 avril 11:04, par yoruk écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

                      Le produit dopant local n’est pas le Raki, mais le limoncello B-)...
                      J’énonce simplement quelques idées sans prétentions, mon expérience personnelle étant plutôt issue de ports « civilisés » et... sans marées !!! Mais, çà me manque, surtout pour caréner !!!

                      Répondre à ce message

            • juste un mot pour Sein : je vais échouer sur la plage de sable blanc au Sud du port, ou sous le Quai des Français Libres. Mais chuut ! j’ai un Ovni !,

              Répondre à ce message

        • 19 avril 21:07, par ernestpt écrire     UP     Ce message répond à ...  image

          Je profite que les modos sont peut-être au lit ...

          https://www.pinterest.fr/pin/john-c...

          Répondre à ce message

          • 20 avril 00:03, par yoruk écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

            Je profite que les modos sont peut-être au lit

            Nan, nan.... les modos ne sont pas au lit, et apprécient le... Courage !!!

            Répondre à ce message

          • 20 avril 17:06, par yvesD écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

            J’aime beaucoup leur slogan mais préfère tout de même les bières de brasseurs locaux aux bières de ces grandes chaînes.

            Attention : dans les années 50 il était franchement dangereux de boire des bières de brasseurs locaux, d’où le succès à partir des années 60 de ces grandes marques (qui vendent à la tireuse leur propre produits et en bouteille ceux de la concurrence). Ensuite, à partir des années 80 90 les locaux se sont remis à faire du ’potable’ voir du ’bon’ et de l’excellent’

            Répondre à ce message

  • 22 avril 13:08, par yoruk écrire     UP Animateur

    Il y a aussi cette solution locale :



    Répondre à ce message

Répondre à cet article

UP

Copyright et informations légales