image
image
image

Votre IP : 54.198.111.185
Dernier ajout : 17 juillet
Visiteurs connectés : 12

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > Articles > Les moteurs > Sauver un corps d’échangeur aluminium rongé par la corrosion

Rubrique : Les moteurs

__________________________________________________________________________________________________________________

Sauver un corps d’échangeur aluminium rongé par la corrosionVersion imprimable de cet article Version imprimable

Publié Juillet 2011, (màj Juillet 2011) par : Gilles44  image   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail

Comment tenter sauver un corps d’échangeur aluminium rongé par la corrosion. Je l’ai fait, pourquoi pas d’autres ... ?

Voilà deux saisons de cela un copain vient me voir avec le corps en aluminium de l’échangeur de température de son moteur Nani complètement rongé par la corrosion. C’est la partie arrière, la plus chaude et la moins visible du corps qui était en partie détruite au niveau de l’alésage par lequel sort le faisceau de l’échangeur. Le mélange aluminium, bronze, sel dissout dans l’eau ou séché derrière le joint torique ainsi que chaleur avaient fait leur oeuvre. Le moteur était récent, environ 500 heure et la pièce hors de prix.

La première étape à été de décaper l’aluminium partiellement corrodé à la fraise carbure, par endroit plus de 10mm ont sauté, je suis même passé au travers du coté du calorstat et sur l’extérieur du bloc. Revenu sur de l’aluminium sain j’ai rechargé au TIG, le morceau manquant sur l’extérieur à été remplacé et consolidé avec un petit morceau de tôle d’alu.

Corps de l’échangeur après décapage et recharge au TIG

Ensuite, sur une fraiseuse, j’ai surfacé le plan de joint et réalésé la porté d’étanchéité du faisceau, la cote de réparation est plus grande de 5mm par rapport à l’alésage d’origine. L’opération qui demande le plus de précision est le centrage du nouvel alésage par rapport aux deux autres portées encore intactes à l’entré et au milieu du corps. Ces opérations doivent également pouvoir être réalisés sur un tour.

Enfin j’ai tourné une bague en aluminium, munie d’un épaulement, diamètre intérieur à la cote d’origine, l’extérieure avec un jeu de 5 centièmes de mm. Cette bague à été simplement collé au joint auto « bleu » qui est une colle silicone haute température.

Plan de joint surfacé et bague collée en place, le corps est prêt à être ré-équipé et remonté sur son moteur.

Après 48 h de séchage l’ensemble à été remonté, depuis il a tourné deux saisons, les contrôles effectués à chaque hivernage depuis permettent de penser que cette réparation est définitive. Le constructeur préconise de démonter l’échangeur, de nettoyer l’ensemble et de graisser les portés des joints toriques tous les ans. Ce n’est pas pour rien, c’est apparemment un point faible de ces moteurs, même si la qualité de l’alliage a été améliorée depuis.

Je pense que la corrosion est principalement provoqué par le l’eau de mer qui suinte en quantité « homéopathique » derrière le joint torique. A la longue un dépôt de sel légèrement humide se crée : la chaleur, les différences de potentiel entre les métaux et le temps font ensuite leur oeuvre.

Sainte bidouille, priez pour nous !

UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

1 Message

__________________________________________________________________________________________________________________

__________________________________________________________________________________________________________________

  • Voilà un très beau travail de sauvetage... mais pas vraiment à la portée d’un amateur, vu l’outillage mis en œuvre ! ;-)

    Mais vu le prix honteusement élevé de la pièce d’origine, je suppose que même en payant un atelier spécialisé ça doit rester rentable... :->

    Ceci dit, le problème de la compatibilité entre l’alu et le cupronickel du faisceau est en principe maitrisé en suivant rigoureusement les instructions du fabricant Nanni Diesel.

    J’ai à bord deux moteurs de cette marque dont celui du groupe électrogène, je démonte régulièrement le faisceau pour le nettoyer, et surveille attentivement les anodes à chaque vidange.

    A noter que je ne remonte jamais les deux gros joints toriques, je les remplace systématiquement car ils sont toujours déformés.

    Le moteur est arrivé à ce jour à 9747 heures, je n’ai pas la moindre trace de corrosion ! :-)

    Le plus important, quel que soit le matériel ou la marque : RTFM ! :-P

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

UP

Copyright et informations légales