image
image
image

Votre IP : 54.198.212.30
Dernier ajout : 16 octobre
Visiteurs connectés : 15

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > Articles > Le confort à bord > Dans le bateau > Réflexions sur la température dans un bateau : les manches à air

Rubrique : Dans le bateau

__________________________________________________________________________________________________________________

Réflexions sur la température dans un bateau : les manches à airVersion imprimable de cet article Version imprimable

Publié Juin 2011, (màj Juin 2011) par : tilikum   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail

Quel est le problème ?


La température de l’air dans un bateau est extrêmement variable, dépend bien sûr du climat, mais également de la conception du bateau.

  • Si l’on observe les voiliers surtout anciens, on peut voir plusieurs manches à air sur le pont, généralement installées sur des boîtes dorade sensées séparer l’air de l’eau ...
  • Sur beaucoup de voiliers modernes, en particuliers les catamarans très à la mode, ces appendices semblent êtres considérés comme disgracieux ou gênants pour le passage des écoutes, et n’existent plus. Il a même été dit que la sécurité l’interdit, au cas où le bateau se trouverais sur le dos...
  • Sur ces bateaux modernes il n’y a plus qu’une multitude de panneaux ouvrants, il est vrai très efficaces par beau temps avec un peu de vent mais obligatoirement fermés à la moindre pluie, ou lorsque le bateau est inoccupé, ou hiverné. Avec d’immenses baies vitrées permettant une vue magnifique de l’environnement et la fabrication de non moins magnifiques catalogues pour vendre ces bateaux, on obtient en climat tropical de superbes étuves capables de faire mûrir une tonne de bananes vertes en quelques heures... à moins que ce ne soit l’équipage !
     
    Je suis mauvaise langue ? Vous avez raison : l’acquisition d’un puissant groupe électrogène pour alimenter une centrale de climatisation permettra de jouir d’une température agréable, quelles que soient les conditions météo...

Les manches à air :

Pour en revenir aux indispensables manches à air, il ne suffit pas d’en posséder, mais de savoir les utiliser : on peut observer que la plupart des gens orientent les manches à air face au vent, ce qui ne permet de faire circuler de l’air... que par fort vent.

  • Petit rappel :
     
    • l’air chaud tend à monter, les manches à air sont généralement installées sur les points hauts, et le bateau nez au vent, la descente est une zone sans pression.
    • Si les manches sont dirigées vers l’avant, avec peu de vent, (quatre vingt dix pour cent du temps) l’air chaud tend à sortir du bateau par les points hauts, et le peu de vent l’empêche de sortir ! Bateau chaud et humide garanti !
    • Si les manches à air tournent le dos au vent, qu’il soit nul, faible, ou fort, l’air chaud pourra s’évacuer, l’air frais arrivant par la descente. On n’a certes plus la sensation de courant d’air (possible uniquement par fort vent), mais le bateau restera relativement frais et sec, même fermé plusieurs mois. Voilà enfin l’explication des aérateurs dans les panneaux des descentes... surtout s’il existe des manches à air !

_/)

Pour une approche nettement plus scientifique du problème de l’humidité, voir ici ;-)

UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

4 Messages de forum

__________________________________________________________________________________________________________________

__________________________________________________________________________________________________________________

  • Un grand merci pour cette révélation sur le sens des manches à air que je classerai au même endroit que la révélation sur le sens des suppositoires, à la grande différence : je n’ai jamais compris la raison pour les suppo alors que pour les manches à air maintenant c’est très clair ! Encore merci

    Répondre à ce message

  • Bonjour
    C’était trop simple pour mon esprit tortueux... Bravo. :-)

    Maintenant j’ai un problème avec le venturi des manches à air arrière, qui encadrent la descente... Elles sont masquées par la capote... Or, difficile de se passer de capote de descente dans le clapot ici... des solutions ???
    Michel

    Répondre à ce message

  • Bonjour
    Robert a parfaitement raison au sujet de la dépression existante sous l intrados de la capote ceci fait appel a la mecanique des fluides ce que Robert ignore c est la topographie des lieux,cette dorade est utilisée pour aérer la cabine arriere et ce trouve a 20 centimetres de la descente ,cette derniere profite de la dépression maximum et pratiquement rien pour la dorade .Ne voulant pas laisser Michel sans solution il en existe une qui n est pas tres estethique mais efficace il faut relier la dorade par un tunnel soit de l interieure ou de l exterieure et déplacer la dorade a l extremité du tunel ;mon bateau est équipé de tunels et chicanes qui sont alimentés par six grosses dorades,le vent passe dans les tunnels et fait appel d air expedié dans tout le bateau et ce systeme sophistiqué fait une dépresion dans le compartiment moteur et pour accelerer le phenomene j ai monté un ventilateur ce qui evite les points chauds Pour Michel il reste encore les solutions de l éventail,de la baignade et des glacons dans le Raki
    Amicalement de La Marie Pierre/0

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

UP

Copyright et informations légales