image
image
image

Votre IP : 3.92.92.168
Dernier ajout : 22 novembre
Visiteurs connectés : 10

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > Forum technique > L’électricité à bord -forum- > Alternateurs > quel régulateur choisir ?

Rubrique : Alternateurs

__________________________________________________________________________________________________________________

quel régulateur choisir ?Version imprimable de cet article Version imprimable

Publié Novembre 2012, (màj Novembre 2012) par : reda  image   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail Inscrit aux forum vous pourriez transmettre cette page à un ami plaisancier

Bonsoir,

Je viens de m’inscrire sur ce forum que je félicite pour la qualité des interventions et le respect mutuel des participants.
Bonne continuation !

J’en profite pour vous soumettre mes questions.

J’ai une éolienne 400/500W, 12/24 volts AC triphasée, ainsi que 2 batteries neuves AGM de 100AH chacune.

Je souhaite installer un régulateur MPPT éolien pour recharger ces 2 batteries.
Par la suite, j’installerai un panneau solaire de 100W monocristallin mais avec un régulateur séparé. Il sera doté d’une batterie AGM qui lui sera propre. Ainsi : 2 batteries pour l’éolien et une batterie pour le solaire. Vu la grande différence de production électrique entre l’éolien et le solaire, je préfère avoir un régulateur éolien et un régulateur solaire séparés.

Mes questions :
1- un parc de 200AH sera-t-il suffisant par rapport à l’éolienne ?
2- quel régulateur éolien de bonne qualité avec 2 sorties (une par batterie) me conseillez-vous ?
3- sachant que je n’installe pas le solaire pour l’instant, pourriez-vous me proposer un schéma électrique incluant un ou des appareils de mesure qui me permettrait d’avoir une vue d’ensemble sur l’état des batteries, en voltage et intensité ?

Je vous avouerais que j’ai peur depuis que l’on m’a dit que des batteries pouvaient exploser suite à un régulateur ou des batteries mal proportionnés.

En vous remerciant d’avance de votre aide, je vous présente mes meilleures salutations.

Reda

Caractéristiques de l’éolienne :

Générateur à aimants permanents. Tension nominale 12V. Trois phases AC. 12/24 volts.
Puissance maxi 500W. Capacité moyenne 400W. Vitesse cut-out 45 m/s.

UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

22 Messages de forum

__________________________________________________________________________________________________________________

__________________________________________________________________________________________________________________

  • 28 novembre 2012 09:30, par Pil-Poil écrire     UP

    Bonjour,

    Pouvez vous indiquer la raison qui vous pousse à installer un circuit complexe séparant un parc alimenté par une éolienne et un autre parc alimenté par un panneau solaire ?

    Ce sera compliqué à installer, pas très rationnel (sauf s’il y a une raison que vous n’avez pas indiquée), avec divers inconvénients importants bien connus.

    Si la sécurité est votre soucis principal, la meilleure solution éprouvée est de rassembler les 3 batteries identiques et neuves AGM en un seul parc en les mettant en parallèle dès le départ en les alimentant par l’éolienne et le solaire avec chacun leur régulateur dédié.

    Si le régulateur est bien conçu, une batterie n’est jamais « trop petite » par rapport au panneau ou l’éolienne. Dans nos voitures, nous avons des batteries de 50 à 100Ah avec un alternateur très puissant qui peut débiter 100A ...

    Pour les schéma, un classique se trouve ici http://www.plaisance-pratique.com/s...

    Répondre à ce message

    • 28 novembre 2012 12:28, par yvesD écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

      Si la sécurité est votre soucis principal, la meilleure solution éprouvée est de rassembler les 3 batteries identiques et neuves AGM en un seul parc en les mettant en parallèle dès le départ en les alimentant par l’éolienne et le solaire avec chacun leur régulateur dédié.

      Si votre crainte est que la défaillance d’une batterie - par ex par un court-circuit interne - contamine tout le parc et vous prive de toute énergie accumulée, une solution peut être que vos producteurs (éolien, solaire, derrière leur MPPT respectif) alimente deux parcs de batterie (par répartiteur à diode ou coupleur type cyrix), parcs rigoureusement séparés avec sélection manuelle du parc utilisé. Les deux parcs n’ont pas obligatoirement la même capacité, en mode secouru on peut survivre avec moins. Mais remarquez alors que la séparation traditionnelle entre parc démarrage+guindeau et parc servitude autorise déjà ce mode de secours, à un jeu d’interrupteurs, judicieusement placés et compris du skipper., près

      Une approche à base de modules 2 volt en série peut apporter la même sécurité (fonctionnement encore possible malgré la défaillance d’un élément du parc) mais j’ai compris que c’est trop tard : vos AGM 12V sont déjà en place.

      Répondre à ce message

      • 28 novembre 2012 12:34, par Pil-Poil écrire     UP     Ce message répond à ...

        Et puis il faut hiérarchiser les probabilités d’occurrence de panne : la batterie est court-circuit n’est pas la panne la plus probable parmi tous les ennuis possibles :-)

        Répondre à ce message

      • 28 novembre 2012 12:38, par Nevermind écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

        Bonjour,
        L’idée de deux parcs séparés est bonne, un peu coûteuse.

        Cet été, une batterie ( de quatre ans comme les autres) de service s’est mise en court jus.
        Elle n’a descendu le parc à 11.5v très rapidement.
        Une fois débranchée et enlevée avec des gants de cuisine (brulante), tout est rentré dans l’ordre.

        Alors pourquoi pas ?

        Répondre à ce message

        • 28 novembre 2012 13:49, par Pil-Poil écrire     UP     Ce message répond à ...

          Comment résoudre le risque (faible mais non nul) d’une batterie servitude qui se met en court-circuit ?

          La solution classique est de prévoir une batterie moteur un peu plus importante (p.ex. 100Ah), au dessus du minimum requis (50-70Ah), et ayant une technologie « mixte » permettant démarrage et servitude. C’est les classiques PbCa « marine » vendues par les schip.

          Dans ce cas on peut travailler avec un seul gros parc servitude ce qui a beaucoup d’avantages :

          • usure plus faible, car moins de décharge profonde sur chacune des batteries si la servitude est fractionnée. Donc moins de risque de panne d’une batterie.
          • répartition équilibrée (donc usure équilibrée) du « travail » de toutes les batteries de servitude.
          • un seul gestionnaire de batterie (le gestionnaire est une des clés permettant la grande durée de vie des batterie)
          • installation simple, suppression des commutateurs compliqués à gérer, des répartiteurs à diode destructeurs de batterie
          • disparition du risque de fausse manoeuvre des commutateurs multiples un soir de fatigue, de beuverie, ou d’un autre membre de l’équipage
          • etc ...

          En cas de panne de la servitude unique, on se sert d’un commutateur de secours pour fonctionner sur la batterie de démarrage prévue pour cet usage de secours temporaire. http://www.plaisance-pratique.com/s...

          • Dans le cas de la vie à bord à l’année et pas de branchement au quai, il existe une installation rationnelle avec deux parcs servitude, c’est l’ installations dans laquelle chacun des deux parcs servitude a la dimension suffisante pour être l’unique parc.
            - 
            Alors on se sert alternativement les jours pairs d’un des parcs et les jours impairs de l’autre parc. Le parc non utilisé profite de la « journée de repos » pour être rechargé jusqu’à égalisation par les panneaux solaires et/ou un groupe et/ou éolienne.
            - 
            On obtient ainsi des durées de vie très importantes largement rentables dans les conditions de vie à bord sans prise de quai

          Répondre à ce message

  • 1er décembre 2012 11:29, par reda écrire     UP  image

    Bonjour,

    Un grand MERCI à Robert et JPL pour vos judicieux conseils.

    Pour répondre à Robert : Si j’ai pensé séparer les deux parcs avec leur régulateur respectif, c’est simplement suite aux conseils d’un spécialiste des régulateurs solaires ; ce dernier prétextant que le courant généré par une éolienne était différent de celui généré par un panneau solaire, d’où de courants de fréquences différentes risquant de détériorer les batteries.

    Par ailleurs, ma hantise est de rester sans électricité, ou encore qu’une batterie en parallèle mette le feu au bateau. Vous comprendrez que j’ai du attendre des années avant d’acquérir ce voilier, et je souhaite maintenant ne pas le mettre en péril.

    Pour résumer, que pensez-vous d’un parc de servitude neuf de 2 fois 100 AH, et d’une batterie 100AH pour le démarrage (cette dernière n’est pas neuve, mais je peux la changer si vous me le conseillez). Le tout pourrait être alimenté par un régulateur mixte.

    Si vous pensez cette configuration raisonnable, quel type de régulateur me conseillez-vous ? A combien de sorties ? Comment et où placer une résistance pour absorber le courant en excès de l’éolienne ?

    Encore merci de votre solidarité.

    Reda

    Répondre à ce message

    • 1er décembre 2012 11:58, par Pil-Poil écrire     UP     Ce message répond à ...

      Bonjour,

      « le courant généré par une éolienne était différent de celui généré par un panneau solaire, d’où de courants de fréquences différentes risquant de détériorer les batteries. »

      Peut-être voulait-il dire qu’il vaut mieux utiliser un régulateur individuel pour le panneau solaire et l’éolienne et ne pas utiliser un régulateur mixte unique pour les deux sources, ce qui est une opinion respectable. Mais pour la détérioration des batteries qui obligerait d’avoir un parc pour chaque source de courant .... bof ... « no comments » :-O.

      « qu’une batterie en parallèle mette le feu au bateau. »

      Si cette crainte est majeure, la solution pour avoir une batterie de capacité importante c’est de prendre des éléments de batterie de grosse capacité en 2V, 4V ou 6V et de les mettre en série. Ainsi il n’y aura pas d’éléments en parallèle et ce seront des batteries à usage professionnel.

      http://b.e.o.free.fr/industriemarin...
      http://www.midacbatteries.com/index...

      Un parc de 200Ah est suffisant si l’installation électrique est très économe. La règle est d’avoir un parc qui contient au moins le triple de la consommation quotidienne qu’il convient d’estimer d’abord.

      Les régulateurs sont livrés avec des notices qui indiquent les détails de leur montage.

      Répondre à ce message

      • Si cette crainte est majeure, la solution pour avoir une batterie de capacité importante c’est de prendre des éléments de batterie de grosse capacité en 2V, 4V ou 6V et de les mettre en série. Ainsi il n’y aura pas d’éléments en parallèle et ce seront des batteries à usage professionnel.

        Evidemment, c’est la bonne solution, pas toujours praticable (cf 2ème remarque)

        Première remarque : si une batterie s’est mise en court-circuit on se trouvera avec une tension réduite (de 10 à 12V pour 5 x 2 ,0 à 2,4 V déchargés ou chargé à bloc), ce qui imposera de remplacer la batterie morte pour retrouver un fonctionnement normal. Et on se retrouvera avec un parc hétérogène d’élément vieux et jeune, ce qui est totalement déconseillé. On fait comment ?

        Malheureusement c’est moins grave avec des batteries en // (si le bateau n’a pas pris feu, bien sur) : on va se retrouver avec une capacité réduite ... et c’est tout, même si ce n’est pas rien.

        deuxième remarque : ces éléments de 2V sont destiné principalement à un monde industriel qui tient compte de leur facteur de forme à la conception. Dans nos bateaux il est généralement (des exceptions existent chez les chanceux) impossible, vu l’espace réservé par l’architecte, de remplacer 6 batteries de 12V et de 100 Ah (c’est un exemple) par 6 éléments de 2V et de 600 Ah, les facteurs de forme étant trop distinct. Sauf s’il existait des élements de 2V ayant le facteur de forme des élements de 12V (plutot bas et étroit, très large). Ca existe ?

        troisième remarque : à une époque on a vu fleurir les recommandations impératives d’interposer des fusibles entre les éléments en parallèles. On en parle plus, le vent à tourné ?

        Répondre à ce message

  • 2 décembre 2012 18:01, par Piou écrire     UP

    Bonjour,
    Pour info, j’ai trouvé des OPzS ( chères à notre spécialiste Robert) pas trop hautes, à condition de prendre des 300Ah max ( 354mm ).

    http://www.bsbpower.com/?p=927&...

    Ils ont un revendeur en France, pour les gens intéressés...
    Du coup me vient une question à Robert : est-ce que la capacité des OPzS est toujours en C10 ( au lieu de C20 pour les batteries « shipchandler ») ou seulement les tiennes ? Pour savoir si je prend des 500 ou des 600Ah. J’aimerais avoir en gros 600Ah, et si j’ai bien compris tes cours, 500 en C10 me donnerait largement du 600Ah en C20. Alors en C100 !...
    Y-a-t il un inconvénient à prendre 2 lots de 6 OPzS2-300 au lieu d’un lot de 600 ? Pour rester en 354mm de hauteur max, et me permettre, si j’ai le courage, de « jouer » avec 2 parcs ( un qui se recharge et un qui sert ).
    Merci encore pour tes conseils.
    Cordialement, Piou

    Répondre à ce message

    • 2 décembre 2012 18:46, par Pil-Poil écrire     UP     Ce message répond à ...

      Si rien n’est précisé en ce qui concerne la méthode de mesure (C/ ?) de la capacité je ne crois pas que l’on puisse en déduire quoi que ce soit .... Comme la mesure est plus favorable à faible courant, on peut craindre si rien n’est indiqué que la mesure est faite à C/20 voire à C/100 ...

      Ces batteries PZS existent en faible hauteur jusqu’à 500Ah à C/5 , soit plus de 600Ah à C/100 ! : 305 mm de haut hors tout avec les bornes ...

      Voir la 10Pzs500L avec Google (appellation normalisée pour toutes les marques).

      Ou bien la 10MDL50 chez Midac (document ci dessous) dont le revendeur est en France dans le 68.
      Egalement la série EW de Midac (appellation DIN 3PZS100)

      MIDAC FRANCE S.A.R.L.
      Z.I. – ROUTE DE COLMAR BP 70
      F-68502 GUEBWILLER
      CEDEX - FRANCE
      TEL. + 33 03 89622380 - FAX + 33 03 89622375
      contact@midacbatteries.fr

      GIF

      Répondre à ce message

  • 2 décembre 2012 19:25, par Alien écrire     UP  image

    Pour revenir à la question initiale ...
    Je suppose qu’en installant deux batteries de 100Ah tu espères pouvoir disposer d’environ 100Ah par jour ?
    L’éolienne aura du mal à fournir seule l’énergie nécessaire à la recharge sauf les jours de tempête.
    La vitesse moyenne annuelle du vent sur le littoral français est de l’ordre de 7,5m/s à 50m et cette valeur diminue quand on se rapproche du sol ou si il y a des obstacles .
    En été cette valeur diminue.
    On est souvent obligé d’arrêter l’éolienne : ports, mouillages fréquentés, la nuit pour dormir, ... .
    En navigation, la production est aléatoire en fonction des allures.
    Tout ceci fait qu’une éolienne dite de 400w aura du mal à produire 5A et plus en moyenne sur 24h .

    Le panneau PV est un complément quasi indispensable si on ne veut pas être obligé de démarrer le moteur.

    Le régulateur ?
    Que suggère ou propose le fournisseur de l’éolienne ?
    Pour commencer, il faut qu’il incorpore un redresseur triphasé.
    Avec ou sans résistances de diversion ?
    Intelligent ou pas ?
    Si il doit y avoir des sources multiples il faut qu’il soit capable d’en tenir compte.
    MPPT ! Ce n’est pas encore très courant avec les petites éoliennes .
    Dans un autre fil, Robert a donné une référence de fournisseur en Allemagne, relativement cher.
    L’idéal serait un régulateur qui gère les deux sources .

    Autre problème : la majorité de ce qu’on trouve sur le net est d’origine chinoise.
    Quid de la fiabilité, du SAV, des pièces de rechange ?
    Espérance de vie des importateurs et revendeurs ?

    Beaucoup de questions et très peu de réponses ;-(
    Désolé, moi aussi je suis en recherche !

    Répondre à ce message

    • 2 décembre 2012 19:45, par Pil-Poil écrire     UP     Ce message répond à ...

      « L’idéal serait un régulateur qui gère les deux sources . »

      • Impossible en MPPT par principe même du MPPT.
      • Pas souhaitable en PWM, car tous les oeufs seront dans le même panier en cas de problème. :-/

      Répondre à ce message

      • 2 décembre 2012 20:32, par Alien écrire     UP     Ce message répond à ...  image

        Tout ceci mérite réflexion ;-)
        Face à la prolifération des régulateurs « intelligents » comment gérer la multiplication des sources ?
        1°) alternateur moteur
        2°) panneaux PV
        3°) chargeur de quai
        4°) éolienne
        ...

        Plus je cherche, moins je trouve !
        La micro intelligence répartie a ses limites.
        Une solution centralisée ?
        Si elle n’existe pas peut-être peut on chercher à en définir un cahier des charges ?

        Répondre à ce message

        • 2 décembre 2012 20:51, par Pil-Poil écrire     UP     Ce message répond à ...

          Grâce aux propriétés d’absorption des batteries, les régulations individuelles des diverses sources qui chargent une batterie n’ont aucune « ingérence » perturbante l’une sur l’autre.

          • Chaque source délivre la totalité de sa puissance aussi longtemps que
            • la tension de batterie est inférieure à la tension d’absorption du régulateur de chaque source
            • le courant total de toutes les sources est inférieur à l’acceptance de la batterie.
          • Dès que la première condition n’est pas remplie pour une source, celle-ci diminue son débit
          • Dès que la seconde condition n’est pas remplie, le courant absorbé se réparti entre les sources qui sont encore concernées par le premier critère.

          On peut difficilement faire plus simple.

          Répondre à ce message

  • 3 décembre 2012 09:59, par Nevermind écrire     UP Animateur

    Bonjour,
    Est ce que je peux utiliser un régulateur PVM pour une éolienne et un MPPT pour des panneaux solaires ?
    Merci.
    JP

    Répondre à ce message

  • 6 décembre 2012 13:21, par reda écrire     UP  image

    Bonjour,
    Je recadre ma question, car nombreuses ont été les réponses mais je ne renonce pas à espérer LA réponse.
    Quelqu’un a t-il installé l’éolienne mentionnée ci-dessous, ou peut-il me donner une bonne référence de régulateur ?
    Trouver un régulateur semble facile, mais je souhaite ne pas me tromper. Je n’y connais rien en régulateur, et je ne sais pas, par exemple, si le courant produit est redressé ou pas, etc.
    Les données techniques accessibles sur le lien suivant vous suffisent-elles pour me conseiller un modèle de régulateur avec ses références afin que je l’achète ?
    Vous pouvez citer des marques, cela n’est pas interdit sur ce site.

    Ref fabriquant de l’éolienne ista 500W :
    http://altinelenerji.com/english/in...

    Salutations, Reda

    Répondre à ce message

    • 6 décembre 2012 13:41, par Pil-Poil écrire     UP     Ce message répond à ...

      Il faudrait poser la question au fabriquant qui vend éventuellement un régulateur avec l’éolienne.

      A propos des diodes de redressement, il est très probable qu’elles soient intégrées à l’éolienne s’ils laissent le choix du régulateur à l’acheteur.

      Pour le choix du régulateur, il faut :

      • qu’il puissent gérer les 500 watts de l’éolienne. Sous12V cela correspond à environ 40 ampères
      • que sa tension de sortie soit réglable pour quelle corresponde à vos batteries AGM

      Un « plus » serait que le régulateur ait un programme à 3 étapes de charge avec une tension de charge (entre 14 et 15V) et une tension de maintient (entre 13 et 13.5V environ).

      Répondre à ce message

  • 7 décembre 2012 16:38, par reda écrire     UP  image

    Bonjour,

    Me revoilà après plusieurs recherches concernant mon éolienne.
    Le vendeur me dit qu’elle « ne comporte pas de redresseur de courant, sinon il n’en sortirait que deux fils ».

    Donc je dois trouver soit un redresseur de courant à installer à la sortie de l’éolienne,
    soir trouver un régulateur qui accepte du courant triphasé non redressé. Or, je ne trouve pas ce type de régulateur qui permet aussi de redresser le courant ?.

    Ou trouver un tel redresseur de courant à insérer entre l’éolienne et le régulateur ?

    Merci pour votre aide

    Reda

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

UP

Copyright et informations légales