image
image
image

Votre IP : 54.145.51.250
Dernier ajout : 10 décembre
Visiteurs connectés : 13

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > Forum technique > L’électricité à bord -forum- > Divers > protection contre la foudre

Rubrique : Divers

__________________________________________________________________________________________________________________

protection contre la foudreVersion imprimable de cet article Version imprimable

Publié Juin 2016, (màj Juin 2016) par : folfer  image   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail

BJ
Mon catamaran n’est pas protégé contre la foudre, je n’ai pas de boulons de quille, et la plaque de masse sous le moteur tribord est trop loin du mat.
quelle solution avez vous trouvé ? peut être des tresses de cuivre sur la poutre avant et sur les haubans
qu’en pensez vous ?

UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

5 Messages de forum

__________________________________________________________________________________________________________________

__________________________________________________________________________________________________________________

  • 13 juin 2016 22:49, par yvesD écrire     UP Animateur

    Du temps de mon cata je m’étais inquiété de ce problème d’écoulement des gigantesques charges qui le demandent lors d’un impact direct sur le mat. J’avais bien sur lu la littérature dont l’excellent papier de Thomson (à mon avis) et j’ai conservé ça ici http://www.devill.net/info.html dans la rubrique foudre et aussi là http://www.devill.net/Infos/Electri... et là http://www.devill.net/Infos/Electri...

    J’étais arrivé à la conclusion qu’une descente directe et en ligne droite du mat jusqu’à la met était plutot impossible sauf à faire tremper un excellent conducteur en excellent contact avec la mer et situé juste sous le mat. Pas simple du tout, pour info, sur les mono les « rails » de mise à la mer sous la quille/coque font près de 10 mètres de long sur environ 5cm de large

    Le chantier du cata (Catana) m’avait confirmé n’avoir pas de bonne solution de protection permanente.

    Bien sur il y a (en vente) les trucs qui se grippent au mat et sont prolongés par une descente vers la mer mais au prix de pas mal de coudes que les charges vont évidemment bypasser, et qui du contact conducteur/mer, c’est des milliers (dizaine et plus) d’ampères pendant des durées très brèves qu’il faut écouler.

    J’ai ultérieurement cramé la carte UC du radar et le relais de commande du vérin en sortie du pilote auto, sans doute à cause d’un éclair tombé dans le port par trop loin de moi. Pas de trace visible sur/dans le mat carbone ni sur le gelcoat, d’où mon hypothèse d’un très fort champs électrique suite à un impact voisin (le truc qui crame les moutons par temps d’orage). Contre ce risque là (impact proche) je ne sais s’il existe de bonne solution.

    Donc, on (je) croisait les doigts, envisageait la chaine dans les haubans, débranchait les connecteurs d’aérien (VHF, radar, etc ...) et les éloignait suffisamment (c’est quoi ça ?) des continuités vers la terre/mer, et du GPS de secours stocké loin des descentes plausibles.

    Bien sur, si j’étais en Floride ...

    Répondre à ce message

  • 18 juin 2016 07:46, par Basile écrire     UP

    pas certain qu’il y ait des milliers d’ampères à évacuer. Il me semble que le but est seulement d’éviter l’accumulation d’une différence de potentiel critique, par un écoulement à la terre continu. Evidemment, si on arrive à 50 nœuds sur une zone où l’accumulation a déjà eu lieue, c’est l’aclair

    C’est ainsi que j’ai eu la joie un jour de voir mon anémomètre monter à 60 - 80 nœuds, et mon bateau imperturbable, moi même pas harnaché, et autour, une mer d’huile.

    évidemment, ça ne résout pas le problème de l’absence de quille, entraînant une longueur de câble pas propice à l’efficacité.

    Répondre à ce message

    • 18 juin 2016 10:49, par yvesD écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

      pas certain qu’il y ait des milliers d’ampères à évacuer

      En fait ce sont surtout des charges électriques (en coulomb) qu’il faut évacuer au plus vite et qui ne demande qu’à s’évacuer par le chemin, à leur yeux, le plus commode, souvent en ligne droite et très souvent en évitant la moindre courbure dans le conducteur chargé de les évacuerr : elles passent souvent tout droit, d’où la « fatuité » de certains dispositifs d’écoulement.
      On est pas en régime statique, les ampères (charge divisé par le temps) sont présents en très grandes quantité pendant un temps très bref (largement inférieur à la seconde), et selon le papier de Thomson (cité plus haut,, mais il parle de la Floride) ce sont bien des milliers voire quelques dizaines de milliers qu’il faut évacuer en un temps record, en passant à travers des résistances même faibles (mais pas nulles) promptes à changer tout ça en chaleur et à mettre le feu à la surface de nos GRP. La quantité d’energie (en joule) contenu dans tout ça reflète bien, aussi, l’importance du phénomène et ses capacités dévastatrices. Ca fait éclater des arbres par vaporisation de la sève, faut le faire, non ?

      A celà (destructions par effet joule) s’ajoute les effets électrodynamiques prompts à engendrer des variations de potentiel considérables et à flinguer, ou simplement pipeauter dans le meileur des cas, nos électroniques peu habitués à trouver du 1000 V (temporaire, certes) sur leurs circuits.

      En cas de doute je relis les papiers de Thomson, une mine même si de Floride (le paradis des éclairs)

      Répondre à ce message

      • 14 novembre 20:18, par aikibu écrire     UP     Ce message répond à ...  image

        J’ai beau lire et relire Ewen Thomson, « Corrosion zincs et bondings » dans la traduction de mr Kasten et me perdre dans les articles des electrodes « siedarc » de « marine light » il y a quelques points qui me parraissent abscons, notament le fait de mettre une plaque de un pied carré pour faire la « terre de mer », mais interdit de mettre cette terre sur les anodes... ?
        Pourtant les anodes sont auto nettoyantes, donc auront toujours un bon contact mer,alors qu’une plaque de cuivre sera bientot couverte de concretions et assurera mal cette mis à la mer...
        Peut etre les deux, plaques de cuivre ET anode de protection .. ?
        Par contre tous sont d’accord pour recommander une boucle autour du bateau, sur le pont, pour raccorder le greement et faire une sorte de cage de faraday avec le paratonerre et les haubans ...C’est deja ça.et avec mes cables trempouyant dans l’eau .....peut etre doublés par la tresse de continuite descendant du paratonerre....... ?

        Répondre à ce message

Répondre à cet article

UP

Copyright et informations légales