image
image
image

Votre IP : 54.198.210.67
Dernier ajout : 23 novembre
Visiteurs connectés : 11

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > Articles > En navigation > Météorologie > Le meltem

Rubrique : Météorologie

__________________________________________________________________________________________________________________

Le meltemVersion imprimable de cet article Version imprimable

Publié Juin 2011, (màj Juin 2011) par : yoruk   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail

Cet article est géolocalisé.

Le Meltem : un ami qui vous veut du bien

En allure portante, çà va ... Quoique ... Remonter au vent ... bravo les jeunes, et bon courage !
 
Voilà, avec 25 noeuds de vent, pas plus ....



 
 
 
  • Portrait d’un mal aimé : Le Meltem
     
     

    Au village, sans prétention, le Meltem a mauvaise réputation : coincé, en été, par l’anticyclone des Açores, bloqué sur les Balkans et la Grèce, et leurs sommets à + 3.000 m d’une part, et de l’autre côté de la mer Égée, par la dépression proche orientale installée sur l’Anatolie (conséquence de la mousson d’été), et ses montagnes à + 4.000 m, d’autre part. Que voulez vous que fasse ce malheureux Meltem ? Il se faufile entre les deux, au niveau de la mer, contournant l’arc anatolien, à raz les pâquerettes, et tente de se frayer un chemin entre les îles de la mer Égée, en se frottant à quelques unes qui culminent à près de 2.000 m. C’est pas facile hein, la vie de Meltem !
     
     
    Normalement pépère, mais quand il se trouve coincé entre 2 îles, il peut se mettre en colère et souffler comme un forcené. C’est comme çà qu’il vaut mieux l’éviter dans des coins mal famés : entre Ikaria et Samos, le cap Kafirea et Andros, Andros et Tinos, Tinos et Mykonos, Rhodes et Karpathos, Karpathos et la Crête, et en général au large de tous les caps qui bêtement pointent leur nez sur sa route ! Ces pétasses lui barrent la route ? Alors, il bastonne et en rajoute quand, obligé de les escalader, il retombe comme une bête, en assommant la mer sous le vent d’une claque magistrale. Enfin quand même, il n’y est pour rien le Meltem, c’est pas lui qui a placé ces îles à ces endroits là, non ?
     
    Alors, Ok, il peut être costaud. Mais c’est pas une raison pour prendre un abonnement à vie sur l’itinéraire Finike – Kekova – Finike ! Nous y sommes allés souvent et en juillet et août, il y 20 ans, en location, puis pendant 5 ans sur Sylphe, notre Fantasia (6,25m de longueur de flottaison), maintenant, un peu plus confortable avec le Voyage 12.50. Cà c’est toujours bien passé. Il y 20 ans, on ne prenait même pas la météo !!! Aujourd’hui, on a les moyens d’une bonne couverture météo : Navtex (quoique, tous les bateaux restant au port, en soit équipés !) BLU en RTTY (Hambourg) et surtout sur le Web (site grec de Poséidon, et Grib US). Il y a aussi assez simple : un gradient de 12 hP et plus, entre les Balkans et l’Anatolie, et c’est le feu au lac, tout le monde aux abris, ne sortez pas du terrier.
     
     
  • Trois phénomènes sont à observer avec prudence :
     
    • Les courants, qui peuvent s’opposer au vent, le long de la côte ouest de la turquie. Surveillez l’orientation des lignes de sonde, elles vous indiqueront clairement l’orientation des courants (de Rhodes à Lesbos, ils sont orientés vers le nord). Dans ce cas de figure, même un pet de nonne peut lever une mer dure.
    • Surveillez la topographie : ce sont les montagnes qui commandent. Une vallée orientée dans le lit du vent, un sommet important, peut devenir une usine à vent infernale.
    • Soyez prudents sous le vent des îles. Le meltem, soulevé par les hauteurs, peut retomber avec des effets ravageurs : les rafales folles. Naviguer au moteur, n’est pas fatalement un signe de sénilité précoce, quoique ...
       
      On vous recommande vivement la mer Égée, même en juillet et août. Les îles sont superbes, la température clémente, et la navigation plus facile qu’on ne le dit à Kekova. Le Meltem offre un énorme avantage : il souffle toujours dans la même direction : NE dans le Nord, Nord au centre et NW au sud de l’Égée, s’orientant W/SW sur les côtes Sud-Est de la Turquie. Vous aurez toujours un abri sous le vent à quelques miles, et s’il se met en pétard, il n’y a qu’à attendre dans une petite crique sympa, qu’il se calme un peu.
       
  • Étude de cas et exemple de meltem bien maîtrisé : on reste au port !
     
Les prévisions U-Grib
Les prévisions de vent Poséidon Les prévisions de mer Poséidon
25 noeud synoptiques sous Lesbos, çà peut donner plus et orienté N/NW Confirmé par les prévisions des grecs de Poséidon On voit ou çà tabasse, mais les abris ne manquent pas

 
La règle du jeu est simple : prévoir, anticiper et se planquer le temps que çà passe. En l’occurrence, je me suis planqué à Mytilène, ville universitaire, là où les étudiantes, ont les seins sculptés au taille crayon !!!
 

  • Traverser la Mer Égée en été
     
    D’ouest vers l’Est, peu de problèmes, c’est du portant et vous aurez des abris partout sauf si vous décidez de traverser depuis la Crète. Là, attention, çà peu secouer grave (voir la carte de l’état de la mer le 10 août, ci dessus)
     
    Vers l’Est, çà se complique, car vous serez bout au vent.
     
    La bonne technique est de remonter au maximum vers le Nord avant que le Meltem ne se lève, fin juin. D’expérience, on vous recommande la prudence dans ce cas de figure. Vous pourrez trouver un courant perturbé de NW (le Poyraz), irrégulier et violent, à faire regretter le Meltem !!!
     
    On rencontre souvent fin mai des petites brises de SE, bien sympathiques qui peuvent aider à faire du Nord. Surveillez l’état de la mer, le mauvais temps de SE est annoncé longtemps à l’avance par la houle de SE.
     
    Faut-il remonter par la côte turque, ou traverser la mer Égée et suivre la côte grecque ? Très honnêtement, on ne sait pas ! La logique étant de traverser à hauteur de Kos, vers Tinos en faisant une halte à Lévithia, puis de joindre les Sporades du Nord-Ouest, ou vous serez à l’abri au plus fort du Meltem.
     
    Depuis quelques temps, je préfère monter jusqu’à Patmos, pour traverser vers Mykonos puis Tinos, ou Syros. Puis vous n’aurez plus qu’à laisser porter, pour le retour, les doigts de pieds en éventails vers Kekova, où à l’ombre de la taverne de Ibrahim, vous pourrez épater les compagnes de vos amis, auréolés du prestige de vos exploits de grand navigateur !
     
    S’il ’y a pas de raisons de surestimer le Meltem, il n’y en a aucune pour le sous estimer. Ce sera rarement le bateau qui lâchera le premier, ce sera l’équipage, et ce serait dommage de blesser un équipier, ou pire d’en perdre un... Car çà, voyez vous, jamais votre bateau ne vous le pardonnera...
UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

5 Messages de forum

__________________________________________________________________________________________________________________

__________________________________________________________________________________________________________________

  • 9 septembre 2011 22:23, par bernard écrire     UP  image

    Bonsoir , article intéréssant, en éffet , il y a 10 /20 ans nous ne prenions pas la météo et prenoins le vent comme il venait , sauf si vraiment trop fort...

    Est il possible d’avoir un peu plus d’infos sur le POIRAZ, que je ne connaissais pas , bien que navigant en égée , la première fois en ... 75.

    Cet été, boucle Skiathos limnos lesbos cos, l’équipage s’est plaint d’avoir fait trop de moteur, 2e quinzaine de juillet ; au mouillage à moudros, limnos , coup de vent nocturne de SUD une voisine de mouillage nous a dit le lendemain 50 kn ...l’anémométre de mon voilier de loc n’était pas étalonné ! _Bonnes nav Bernard

    Répondre à ce message

    • 10 septembre 2011 02:39, par yoruk écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

      Bonjour
      Oui, on a l’impression de vivre une année spéciale… Nous aussi, beaucoup de moteur, et en Mer de Marmara en juillet : pas trop de vent mais mauvais clapot… Et fin aout, bloqué, loin de tout, 10 jours, à Gokçeada, avec ce Poyraz, que nous découvrions en été.
      N’étant qu’un observateur attentif de la météo locale, mon analyse ne vaut que dans cette limite.
      Le meltem (nom turc de ce vent, les grecs disent ‘’vents étésiens’’), est un vent synoptique, lié à la position stable de hautes pressions sur les Balkans et de basses pressions centrées sur l’Anatolie, et la méditerranée orientale. C’est la puissance du gradient entre ces deux zones (en général on estime que 12 hectopascals annoncent F 8/9), qui détermine la force du meltem. Hautes et basses pressions stables… On a un meltem stable et fiable comme écrit dans l’article.
      Si un de ces éléments vient à manquer, on se trouve dans une situation instable générant un courant de NE pour le nord égéen. C’est ce vent que l’on nomme Poyraz (nom turc, les grecs doivent avoir un autre nom).

      • C’est un flux perturbé de NE, apparemment, très sensible aux thermiques, ce qui expliquerait nos constatations surprenantes quand nous sommes restés bloqués à Gokçeada : le vent soufflait comme un furieux de NE, démarrant vers minuit, atteignant sont maximum au lever du jour, pour mollir vers midi, et çà recommençais le lendemain.
      • En fait les brises nocturnes du plateau anatolien tout proche, renforçaient le vent de NE
      • Et les brises de mer, de secteur ouest, l’affaiblissaient. Le vent basculait alors au N/NE
      • On a pu aussi constater un mouvement de yo-yo régulier des isobares du plateau anatolien
      • Cà a duré 10 jours !!!

      Voilà ce que nous avons pu observer sur ce Poyraz… Un avis d’expert, serait le bienvenu

      Cordialement
      Michel

      JPEG

      Répondre à ce message

  • 5 juillet 2014 05:25, par yoruk écrire     UP Animateur

    Le Meltem nouveau est arrivé…

    .

    Belle démonstration… 16 hPa d’écart entre les hautes pressions sur les Balkan et la Turquie, sur 300 milles, on y est c’est du vrai costaud… ici les pêcheurs ont décidés de faire comme les plaisanciers, ils restent vissés au quai…

    • A noter la belle concordance entre les prévisions court terme des GFS/NOAA donnés par Weather On Line : ici-WOL
    • Et les turcs de Turkish Weather Wise : ici TWW
    • Poséidon pose un problème, récurrent de régularité, de mise à jour depuis quelques temps… ici Poseidon
    • LaMMA pour sa zone Egéenne : toujours très précis, mais compliqué à lire, surtout pour les daltoniens…ici LaMMA

    Bonne nav à tous
    Michel à Skala Loutra (Lesbos)… on pourra refaire du Nord à compter de mercredi 9 juillet , sur cette zone

    PNG

    Répondre à ce message

  • 18 juillet 2014 22:44, par anterak écrire     UP  image

    Merci pour toutes ses informations très précieuses. Quand on y est on se rends compte qu’on en a vraiment besoin

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

UP

Copyright et informations légales