image
image
image

Votre IP : 54.80.148.252
Dernier ajout : 21 octobre
Visiteurs connectés : 15

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > Articles > Les moteurs > Hiverner son moteur « in board » fin août

Rubrique : Les moteurs

__________________________________________________________________________________________________________________

Hiverner son moteur « in board » fin aoûtVersion imprimable de cet article Version imprimable

Publié Août 2011, (màj Août 2011) par : Basile   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail

Hiverner fin août.

Pourquoi me direz-vous ?
Mais pourquoi QUOI ? Pourquoi j’ai mis ce titre ou pourquoi hiverner fin août ?

J’ai mis ce titre car il ne concerne que ceux qui vivent très loin de leur bateau et l’abandonnent fin août pour une durée de 11 mois. Il convient de faire en sorte que cette longue période ne soit pas 11 mois de vieillissement inutile. Les autres, sur place, entendent naviguer toute l’année et n’hivernent pas.

Matériel nécessaire

  • 5 litres de liquide de refroidissement auto pour la protection anti-rouille du circuit eau de mer.
  • Additif de traitement du gasoil
  • Bombe d’huile de protection du moteur. Préférer les huiles ayant une certaine consistance, le WD40, trop fluide, a l’inconvénient de sécher à l’air.
  • Filtre à gas-oil et à filtre à huile
  • Anodes
  • 30 litres d’eau douce répartie en plusieurs bidons. Il n’est pas nécessaire de rincer plus longuement le moteur, l’antigel suffit à dissoudre le sel à température ambiante. L’eau douce a plus pour objet d’expulser l’eau de mer présente avant la mise de l’antigel.

Huile

  • Vidanger l’huile moteur à chaud avec une seringue spéciale au prix modeste.
  • Remplacer le filtre à huile si besoin selon sa périodicité horaire. Huiler la portée du joint, serrer.
  • Mettre l’huile neuve.

Circuit Gas-oil

  • Démonter le bol décanteur de gasoil, le nettoyer (auparavant, fermer le robinet du réservoir).
  • Nettoyer son filtre à l’essence ou le changer selon le cas.
  • Changer le filtre à gas-oil en fonction du nombre d’heures de fonctionnement
  • Verser dans le réservoir l’additif gas-oil et faire le plein pour éviter la condensation
  • Purger l’air en tête du bol décanteur et du filtre à gasoil, par une simple ouverture de la vis.

Circuit eau de mer

  • Vérifier la ou les anodes internes au circuit eau de mer (marquée ZINC). Sur le Yanmar, ce sont des boulons de 24 mm, et leur déblocage peut s’avérer impossible avec le levier d’une simple clé. Une clé dynamométrique vendue aux camions d’outillage fait mieux l’affaire pour débloquer, et resserrer au bon couple.
     
    Les brosser si besoin et les remonter. Cette anode a 3 ans, soit environ 3 x 45 jours seulement dans l’eau salée, et 3 x 10,5 mois dans le glycol de l’antigel
  • Vérifier l’impulseur (dit aussi turbine ou rouet) de la pompe à eau de mer. Bien noter au démontage le sens de torsion des pales (vers la gauche ou la droite). Vérifiez si elles restent souples et non craquelées. Les graisser. Ne pas inverser au remontage le sens des pales.
  • Enlever le calorstat pour que l’eau douce circule dans tout le moteur lors du rinçage. Sans cela, le circuit de l’eau n’est pas complet. A défaut d’enlever le calorstat, il faudrait faire chauffer longuement le moteur sans être vraiment certain de son l’ouverture.
  • Vérifier qu’il reste bien en position fermée à température ambiante. En cas de panne, il s’ouvre par sécurité. Ce contrôle est à faire tous les ans, car sa panne ne prévient pas et est invisible. Le collecteur d’échappement s’encrasse alors fortement par manque de température du moteur.
  • Contrôler son ouverture dans de l’eau en la chauffant progressivement.
  • Le stocker pour l’hiver dans un récipient d’eau douce, voire vinaigrée, ce qui contribue à le nettoyer en douceur.
  • Ne pas le remettre sur le moteur une fois l’antigel mis, car l’ouverture du couvercle ferait s’écouler l’antigel et rentrer de l’air dans la culasse

Rinçage.

  • Laisser la vanne d’eau de mer du moteur fermée.
  • Ouvrir le couvercle du filtre à eau de mer si vous en possédez un. Sinon, il faut débrancher le tuyau de prise d’eau de mer et le plonger dans un sceau d’eau douce.
  • Préparer à portée de main les bidons d’eau douce (ouverts) et l’antigel (ouvert)
  • Remplir au maximum le filtre à eau de mer avec l’eau douce. Le laisser ouvert.
     
     
     
  • Repérer sur le moteur la manette d’arrêt par étouffement
  • Démarrer le moteur en ralenti. (Attention, le filtre se vide en 3 à 4 secondes).
  • Compléter d’eau douce le filtre au fur et à mesure qu’il se vide. Sur le Yanmar 2GM il circule 5 litres d’eau en 65 secondes au ralenti
  • Lorsque l’eau douce est épuisée, remplir le filtre avec l’antigel, maintenir le niveau maxi.
  • Lorsque le bidon est vide, stopper le moteur sans perte de temps par sa manette repérée auparavant.
  • Refermer le filtre en graissant son joint.
  • Débrancher les batteries

Admission et échappement

  • Démonter et nettoyer le filtre à air
  • Pulvériser de l’huile dans l’admission. Boucher avec un tampon constitué d’un sac plastique à légumes renfermant un chiffon. Ne remettez pas le filtre pour ne pas oublier d’enlever le chiffon l’année suivante.
  • Démonter la durite de sortie de l’échappement. Pulvériser de l’huile dans le coude, dans les 2 tubes (gaz et refroidissement).
  • Boucher la sortie du coude avec un sac plastique et un élastique.
  • Nettoyer l’alternateur, le moteur pour enlever les dépôts
  • Pulvériser de l’huile sur l’ensemble du moteur (en évitant les courroies)
  • Presse étoupe. Contrôler le lendemain qu’il ne laisse pas passer d’eau.

Remise en marche

Il peut être utile sur un voilier ayant un petit réservoir de GO, les premières années suivant l’achat, de vidanger totalement le réservoir par siphonage, à l’aide d’un tuyau transparent pour surveiller la pureté du GO. En cas de dépôts peu importants qui circulent dans le tube, reverser le tout en filtrant, et renouveler l’opération 2-3 fois. Au bout de quelques années, on a un réservoir impeccable.

  • Desserrer le presse étoupe si vous l’avez serré pour l’hivernage. En tournant le tourteau de gauche à droite, le presse étoupe ne doit pas bouger.
  • Replacer le calorstat. Enlever les chiffons de l’admission et de l’échappement.
  • Rebrancher l’échappement.
  • Rouvrir l’arrivée de gasoil au réservoir
  • Purger l’eau éventuelle du réservoir de gasoil. Pour cela, prélever sous le bol décanteur un peu de gasoil dans une bouteille de plastique, et observer sa pureté (pas d’eau, pas de boues).
  • Faire faire quelques tours à la manivelle, en décompressant les culbuteurs, afin de refaire circuler l’huile après ce long arrêt.
  • Ouvrir l’arrivée d’eau de mer du moteur.
  • Si après quelques tentatives de démarrage de 2-3 secondes, le moteur ne part pas, fermer l’arriver d’eau de mer pour ne pas remplir l’échappement.
  • Refaire les tentatives et ouvrir rapidement l’eau dès le démarrage.

Nota : en chronométrant le temps mis pour aspirer 5 litres d’eau (65 s sur le 2GM) on a une bonne indication de l’état de l’impulseur de la pompe sans l’ouvrir les années suivantes.

Compléments :

  • Envoyer toutes les drisses en tête de mat en les reliant à une cordelette solide et insensible aux UV).
  • Rouler les drisses en sortie de mat et les plaquer au mat sous une toile cirée.
  • Démonter la bôme pour éviter l’usure du vit de mulet, et réduire la prise au vent pour ceux au mouillage.
  • Démonter l’aérien de l’anémomètre, ou si indémontable (Plastimo autonome) l’envelopper avec un chiffon qui l’empêchera de tourner et le protégera des UV. En 11 mois, c’est le chiffon qui tombe en poussières, par les godets, et les roulement sont préservés.
UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

6 Messages de forum

__________________________________________________________________________________________________________________

__________________________________________________________________________________________________________________

  • 25 août 2011 16:08, par yoruk écrire     UP Animateur

    Bravo
    Cà me rappelle des tas de souvenirs sur le 2GM de mon Fantasia... Y compris mes amours tumultueuses avec le presse étoupe.
    Il me semble avoir repéré une faute de frappe au niveau de la remise en marche. J’imagine que l’on desserre le presse étoupe et non qu’on le resserre, puisqu’il était déjà serré... C’est juste un point de détail...
    Cordialement
    Michel

    (NDLR : les deux détails sont corrigés maintenant)

    Répondre à ce message

  • 8 septembre 2012 17:59, par kermoco écrire     UP  image

    Je viens de lire cet article tres bien fait. Mais je me pose une question la procédure de rinçage est elle la même avec un moteur a refroidissement indirecte. Autrement dit comment rincer l’échangeur.
    Question connexe ; comment détartrer le chauffe eau .

    Répondre à ce message

    • On rince l’échangeur indirect du moteur en faisant aspirer à la pompe à eau de mer un seau rempli de 10 litres d’un mélange eau douce + antigel. On arrête le moteur en laissant en place ce nouveau liquide ayant remplacé l’eau de mer dans tout le circuit.

      La chauffe eau n’est parcouru que par l’eau douce que l’on chauffe et l’antigel du moteur par le serpentin. Il n’y a donc rien à rincer. Pour le tartre, cela ne peut se faire que s’il a une trappe de visite, ou en démontant la résistance chauffante. Dans mon cas le chauffe était percé et mort (15 ans) avant d’être trop entartré :’-(

      Répondre à ce message

      • 9 septembre 2012 17:54, par yvesD écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

        Détartrer la résistance chauffante : j’ai trouvé accidentellement - je le jure - une méthode efficace en laissant fonctionner une bouilloire électrique sans un cl d’eau dedans. Résultat : la résistance à chauffé pendant longtemps, le calcaire a pris une couleur brune-mastic ... et s’est fragmenté au contact avec l’eau froide et tout est parti. La bouilloire n,’a pas fondu.
        A utiliser avec précaution, cela va de soi.
        Bon, y a le vinaigre blanc, mais c’est moins spectaculaire.

        Répondre à ce message

Répondre à cet article

UP

Copyright et informations légales