image
image
image

Votre IP : 54.198.247.44
Dernier ajout : 20 septembre
Visiteurs connectés : 22

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > Forum technique > L’électricité à bord -forum- > Câblage > Fusible du circuit de démarrage.

Rubrique : Câblage

__________________________________________________________________________________________________________________

Fusible du circuit de démarrage.Version imprimable de cet article Version imprimable

Publié Juillet 2014, (màj Mars 2015) par : electronlibre  image   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail

Bonjour à tous,
Ci-joint un schéma de mon circuit électrique.
Comme vous pourrez le constater, j’ai prévu un fusible général ( ANE 35A) sur le circuit de service.
Je souhaite maintenant en installer un sur le circuit de démarrage, mais ne sachant pas ce que « pompe » un démarreur (moteur 16CV), je me pose la question du calibrage de ce fusible, parce que bien sûr, je n’ai pas envie qu’il fonde au premier démarrage un peu difficile. Qu’en pensez-vous ?
Accessoirement, voyez-vous un inconvénient à l’installation d’un fusible sur ce circuit ? Perso je ne vois que des avantages, mais sait on jamais…
Merci de bien vouloir me faire part de vos observations.

UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

13 Messages de forum

__________________________________________________________________________________________________________________

__________________________________________________________________________________________________________________

  • 1er juillet 2014 12:03, par electronlibre écrire     UP  image

    Oups, j’ai oublié le schéma.

    Répondre à ce message

  • 1er juillet 2014 12:06, par Négofol écrire     UP Animateur

    Un fusible sur l’alimentation du démarreur est peu fréquent.
    Il faudrait un fusible de l’ordre de 400 A, avec le support et les connections correspondantes, qui vont de plus amener une résistance parasite dans ce circuit, donc ne pas faciliter le démarrage. Ce fusible ne protégera de toutes façons que le bout de câble de la batterie de démarrage au démarreur.
    Il faut noter que ça existe quand même (Renault prévoit des 500 A sur ses voitures, directement sur la cosse + de la batterie : le gros fusible noir...).
    Ce connecteur Renault est peut-être une solution...

    Ne pas confondre avec l’alimentation du lanceur depuis la clé de contact, habituellement protégée par un fusible 20 ou 25 A.

    JPEG

    Répondre à ce message

  • 1er juillet 2014 12:09, par yoruk écrire     UP Animateur

    Bonjour
    C’est une des limite du système, on ne peut pas joindre d’image à la création du fil... par contre dès le 1er fil, c’est possible... pour preuve

    JPEG

    Répondre à ce message

  • 1er juillet 2014 13:24, par yvesD écrire     UP Animateur

    je me pose la question du calibrage de ce fusible, parce que bien sûr, je n’ai pas envie qu’il fonde au premier démarrage un peu difficile

    Problème très classique, et du coup souvent évoqué sur Plaisance Pratique

    • L’électricien dira : le fusible protège le conducteur contre les surintensités qui le feraient fondre/bruler, et l’équipement qu’on met à l’autre bout, sa consommation et son aspect intermitent ou continu, la qualité du conducteur, sa longueur et son refroidissement (ou pas) ambiant conditionne la section de ce conducteur, qui à son tour conditionne le calibre du fusible. Et c’est tout, inutile de torturer l’électricien, il s’en tiendra là.
    • Le britannique : se rangera à l’avis de l’électricien et du constructeur de matos électrique : un fusible au départ pour protéger la ligne, un fusible (et un inter) dans la prise murale, un fusible dans le conducteur raccordant la cafetière électrique, et parfois même un fusible dans la cafetière elle-même. Du coup ils préfèrent le thé ;-)
    • Le marin, qui sait (doit) tout faire (et mal) dira, au mieux : mon fusible protégera le conducteur et l’équipement qui est au bout, d’une pierre deux coups et économie de poids et de sous.

    Donc :

    • le fusible dépend de la section du conducteur mais rien n’interdit de préférer un fusible plus faible histoire de protéger l’équipement. Par contre interdit de mettre un fusible plus fort car alors c’est le conducteur qui remplira ce rôle de fusible et en fondant il foutra le feu au bateau.
    • un fusible (calibré comme il faut) au départ de toute source à même de débiter du courant en cas de contact accidentel du conducteur avec la masse (clé de 10 malencontreuse, abrasion d’une gaine mal immobilisée, ...), sauf à prouver (dixit la norme ?) que ce cas (fourreau dédié, ...) ne pourra jamais (ah ?) se produire. Du coup ça serait un fusible à chaque extrémité du conducteur reliant deux producteurs potentiels (interco de batteries et court-circuit accidentel, à méditer).

    Tout ceci ne me parait pas en contradiction avec ce qu’écrit negofol ;-)

    Répondre à ce message

    • En fait mon souci n’est pas de protéger un quelconque consommateur au bout d’une ligne, mais simplement d’éviter de foutre le feu au bateau en cas de court circuit franc (Exemple : un objet métallique qui s’introduit accidentellement et qui se coince derrière le coupe batterie). Je souhaite donc que ce fusible fonde quasi instantanément dans ce cas de figure. Mais comme le suggère negofol, cela pourrait occasionner une résistance parasite dommageable, donc je m’interroge…
      Concernant le circuit de service, le problème était simple puisqu’il m’a suffit de calculer approximativement la conso maximum théorique de l’ensemble des consommateur du bord pour en arriver à la conclusion qu’un fusible de 35A serait largement suffisant, mais les choses me paraissent moins simple en ce qui concerne le démarreur, et effectivement on voit rarement ce montage, mais bon c’est peut-être moi qui suis plus inquiet que la moyenne face au risque d’incendie…:-/

      Répondre à ce message

      • 1er juillet 2014 14:49, par Négofol écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

        La solution Renault est élégante et abordable pour les paranos de la sécurité (il y a plusieurs modèles suivant le véhicule concerné et la pièce (cosse et boitier) coûte une poignée d’ Euros (15 à 35 suivant modèle et l’humeur du distributeur...)).
        Par contre, pas mal de soucis sur les forums avec ces fusibles qui sautent... Pas sûr que ce soit intéressant.
        Par ailleurs, vérifier les caractéristiques du démarreur qui devrait faire pour votre moteur 1 ou 1,5 kW. 1,5 kW sous 10 V (tension au moment du démarrage) correspond à 150 A, et donc un fusible 400 A semble adapté...
        La protection est d’ailleurs un peu théorique : 500 A sous 12 V correspond tout de même à 6 kW, assez pour mettre le feu. Le fusible ne couvre en fait que le court-circuit franc et massif (inférieur à 0.025 Ohms !)..... C’est pourquoi il est souvent omis.

        Répondre à ce message

        • Merci à tous pour vos réponses.
          Bon, je m’en vas méditer sur la chose....et peut’ête ben que le fusible ANE de 130A que j’ai acheté va rester dans son emballage... :
          :-O

          Répondre à ce message

        • Le fusible ne couvre en fait que le court-circuit franc et massif (inférieur à 0.025 Ohms !)..... C’est pourquoi il est souvent omis.

          Interrogation de néophyte (si !) :
          Ca existe des court-circuit pas très francs ? des trucs qui ne brulent pas la paume des mains quand on essaie d’arracher la cause (clé de 10 intempestive) mais qui à la longue mettent le feu au bateau ? des trucs à 1kW (80A sous 12V)

          Répondre à ce message

          • Rien n’est impossible, surtout dans les défauts improbables !
            On pourrait imaginer par exemple quelques brins cassés d’un câble flexible venant toucher un conducteur de polarité opposée et devenant une résistance qui enflammerait l’isolant....
            J’ai le souvenir d’un départ de feu électrique sur une Caravelle Renault quasi-neuve dans un faisceau derrière la garniture. Un fil avait eu son isolant pénétré (vibrations ?) par une bavure de découpe d’une patte métallique (non isolée) fixant le faisceau... Aucun fusible n’avait sauté (en 1964, il n’y en avait pas beaucoup !). C’était moi qui conduisait et heureusement, il y avait un coupe-batterie.

            Répondre à ce message

  • 1er juillet 2014 21:43, par Alien écrire     UP  image

    Pour résumer :
    * A un bout, on a une batterie, courant de court circuit ? On ne sait pas. Ca dépend de la batterie, de son état, de la température, ... . La seule info dont on dispose, c’est le « CCA » qu’est écrit dessus.
    * A l’autre bout on a un démarreur. Sa puissance nominale permet de déterminer une intensité « normale ». Mais si pour une raison quelquonque, il ne tourne pas, Il devient une résistance pure dont la valeur est aléatoire car c’est l’addition de la résistance des bobinages et des résistances parasites (contacts, balais, etc...). L’effet de ces pertes fait qu’il y a une autolimitation du courant car la tension de la batterie chute jusqu’à ce qu’on appelle le dépanneur.
    * Un fusible, pourquoi pas mais faut en choisir un bien lent pour être sur que le jour où ça va faire teuf......teuf....teuf...teuf.teuf. vroom ou clac.clac il ne décide pas de fondre au bon moment.

    Le calibre ? Le CCA de la batterie multiplié par 1,x ?

    Pour éviter le court circuit, il y a des solutions préalables : Eloigner le câble des ennemis par des fixations efficaces. Ajouter des protections (gaines et autres).

    Répondre à ce message

    • 1er juillet 2014 22:35, par yvesD écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

      il y a des solutions préalables : Eloigner le câble des ennemis par des fixations efficaces. Ajouter des protections (gaines et autres).

      Je crois que les normes en vigueur en parle, Negofol, qu’en penses-tu ?

      Répondre à ce message

      • 2 juillet 2014 08:05, par Négofol écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

        Les installations Basse Tension courant continu sur les bateaux de plaisance sont soumises à la norme ISO 10133.

        Cette norme prévoit des principes généraux pour le câblage au § 7 :
        §7.1 : conducteurs multibrins et isolation autoextinguible
        §7.2 : les conducteurs doivent être supportés sur toutes leur longueur par des fourreaux ou des chemins de câbles ou maintenus par des supports tous les 300 mm max

        Le câble d’alimentation du démarreur est cité comme une exception et peut ne pas être protégé par fusible ou disjoncteur si correctement fixé et protégé de l’abrasion :
        § 8.1....
        The following constitute exceptions.
        a) The main power-feed circuit from the battery to an engine-cranking motor, if sheathed or supported to protected against abrasion and contact with conductive surfaces. See 7.2.

        Comme tout câblage dans le compartiment moteur, son isolation doit être résistante à l’huile et résister à 70 °C, distance de sécurité à l’échappement de 50 mm si refroidi à l’eau et 250 mm si non refroidi.
        A noter qu’une identification autre que la couleur est autorisée pour le câble positif, ce qui autorise à utiliser un câble noir, souvent plus facile à trouver en grosse section, couleur normalement réservée à la phase du circuit 220 V. Le câble négatif devrait normalement être jaune et pas noir non plus...
        Que de sains principes....
        Pour info,d’après la norme NF C 15-100, le courant de court-circuit d’une batterie standard est : Icc = 10 × C (C capacité en Ah), mais peut-être 3 à 5 plus élevé pour certaines batteries modernes. Le courant de CC est en général indiqué sur la fiche complète du fabricant .

        Répondre à ce message

Répondre à cet article

UP

Copyright et informations légales