image
image
image

Votre IP : 54.156.92.243
Dernier ajout : 21 novembre
Visiteurs connectés : 15

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > Trucs et astuces > Bricolages (brèves) > Comment remplir une bouteille de gaz

Rubrique : Bricolages (brèves)

__________________________________________________________________________________________________________________

Comment remplir une bouteille de gazVersion imprimable de cet article Version imprimable

Publié Mars 2012, (màj Mars 2012) par : Daniellouis  image   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail

Comment remplir, (sans risque), une bouteille de gaz avec une bouteille d’un autre type :

  • D’abord vous procurer dans un bricoltout le(s) tuyau(x) af hoc pour joindre votre bouteille N°1 (la nourrice) à la bouteille N°2 (la receveuse)
  • Placer la n°1 en hauteur, tête en bas, de manière à ce que ce qui s’en écoulera sera le gaz à l’état liquide
  • Placer la n°2 flottante dans l’eau (c’est important pour la sécurité, voir ci-dessous)
  • Ouvrir les robinets : le transfert du gaz liquide s’opère ; il peut durer plusieurs minutes
     

Pourquoi mettre la N°2 flottante dans l’eau : vous n’avez aucune indication du remplissage autre que le poids, et de plus, il est très important de ménager une poche de gaz (état gazeux) résiduelle, qui fait garantie, comme dans les bouteilles que vous achetez, contre la surpression et donc les risques d’éclatement (il n’y a pas de soupape de sécurité, comme dans les réservoirs GPL, par exemple)

Lors du remplissage, prétez la plus grande attention au moment où la N°2 va être complètement immergée ; c’est le moment de stopper, car la poche de gaz résiduelle est juste celle que vous recherchez (la flottabilité de la poche de gaz équivaut au poids de la bouteille vide) ; votre bouteille est techniquement pleine, en tout cas autant qu’une bouteille achetée du commerce.

Fin de l’opération

Je remplis couramment des bouteilles Camping Gaz ou standard anglais avec ce procédé, avec satisfaction technique et satisfaction de mon portefeuille, car les « petites » bouteilles sont beaucoup plus chères que les standards 13 kg ; et on peut remplir les bouteilles du bord n’importe où dans le monde, le butane étant universel.
 
Daniel

UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

28 Messages de forum

__________________________________________________________________________________________________________________

__________________________________________________________________________________________________________________

  • 5 mars 2012 19:19, par yvesD écrire     UP Animateur

    Très astucieux le coup de la bouteille 2 qui flotte.
    Dans ce que j’avais lu on expliquait (pas toujours d’ailleurs) que le poids total (gravé sur la bouteille) est le truc à surveiller (mais peser à bord, même au mouillage ...) pour éviter de trop remplir la bouteille sous peine de voir du gaz à l’état liquide déboucher dans les bruleurs, le coup du lance flamme. A bord d’un grand rouleur, il peut être judicieux de remplir encore moins.

    Concernant l’explosibilité (sic !) de la bouteille métallique de 14kg (celle qu’on trouve dans les locs de vacances) des pompiers d’un stage CQ avaient expliqué qu’une telle bouteille - dans un incendie - est diablement longue à devenir explosive et en tout cas pas avant qu’elle n’ait pris une forme de pastèque ou de ballon de rugby (ou en tout cas perdu toute sa géométrie initiale au profit d’une forme « continue », plus lissée). Le gars recommandait de mettre ce délai - avant explosion - à profit pour bêtement fermer le robinet du détendeur (dans la situation d’une bouteille dont le tuyau souple s’est rompu juste à la sortie du détendeur et dont le gaz à pris feu), sous réserve d’avancer en rampant sur le sol et d’avoir orienté (dès le début de la location) la sortie du détendeur vers le coté opposé au mur pour limiter l’étendue et la dispersion de la flamme à venir.

    Je n’ai jamais utilisé mais je n’ai jamais oublié le conseil

    Enfin concernant la variabilité du prix du gaz et le rationalisme qu’il pourrait y avoir, il suffit de patienter à la caisse d’une station service en regardant les prix affichés. Consternant..
    Et le moins cher est, de loin, le GPL à 0,8€ le litre de 800g (en gros) donc 1 € le kg. Certes y a aussi du propane dedans. Est-ce bien génant, je ne saurai dire.

    Répondre à ce message

    • 5 mars 2012 21:00, par Négofol écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

      Petite remarque sur les densités : à 20°C

      • Propane : 0,51 pour 50 MJ/kg
      • Butane : 0,58 pour 50 MJ/kg
      • GPL : 0,54 pour 50 MJ/kg
      • Essence : 0,7 pour 47 MJ/kg
      • Gazole : 0,85 pour 45 MJ/kg

      à avoir en tête quand on compare les prix : le pouvoir calorifique au kg est à peu près le même...

      Ceci explique en grande partie la moindre consommation apparente des diesel d’ailleurs et relativise beaucoup l’intérêt du GPL carburant (la faible consommation prétendue par certains venant d’une puissance ridicule des moteurs « adaptés »)..

      Répondre à ce message

      • 5 mars 2012 22:41, par yvesD écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

        Je me doutais bien que mon imprécision ne resterait pas sans réponse. Merci
        Donc c’est 0,8€ pour 540 grammes ça fait 1,48€ le kg donc 20€ les 14 kg. Bien sur ça n’inclue pas l’usure de la bouteille de 14kg mais tout de même, vaut mieux être automobiliste que rural ou batelier ;-)

        Sur le GPL je n’ai pas le même point de vue même si j’ai abandonné pour des questions de fiabilité.

        Répondre à ce message

    • Je n’ai jamais parlé d’explosion de la bouteille receveuse ; j’ai parlé d’éclatement en raison de la suspicion d’un remplissage à raz bord, ne laissant aucun espace pour la dilatation thermique du liquide : c’est le seul danger auquel il convient de prêter attention.

      Répondre à ce message

  • 6 mars 2012 15:04, par Sergio écrire     UP

    Ce système est très pratique et beaucoup utilisé en voyage.

    En effet, il n’y a qu’en France et dans les DOM-TOM que le fournisseur reprend la bouteille vide et t’en donne une pleine.

    Dans les autres pays, la bouteille vide est remplie. (Cela veut dire qu’il faut la gratter et la repeindre tous les ans si tu ne veux pas qu’elle pourrisse).

    Dans certains pays, la bouteille française ne sera pas remplie par le fournisseur car non homologuée localement (Australie). Il faudra donc trouver, ou bidouiller, un adaptateur et procéder comme indiqué par Daniel.

    A+ Sergio

    Répondre à ce message

  • 17 mars 2012 19:13, par Basile écrire     UP

    Petites précisions (d’après Fred)

    mettre la bouteille receveuse au congélateur quelques temps avant, et la bouteille donneuse au soleil, quelques temps avant aussi. :-)

    Petite question. Si ta 13 kg ne contient plus que 3 kg de gaz, est-ce que tu parviens à les envoyer en totalité dans la 3 kg ? Ne faut-il pas un certain poids de gaz pour pousser ?

    Car j’ai voulu transvaser une 3 kg complètement rouillée, contenant environ 2 kg de gaz, vers une autre 3 kg vide de récupération. J’ai bien entendu le gaz couler, mais j’ai transvasé seulement 100 g en 1/2 heure, et 100 g de plus les 24 heures suivantes. :-(

    Répondre à ce message

    • D’abord étais-tu sûr que ta bouteille donneuse contenait bien 2kg de gaz ?

      Dans une bouteille, la force d’éjection (liquide ou gaz), c’est la pression interne ; or cette pression n’est pas fonction de la masse de gaz (ou du contenu de la bouteille) , mais c’est une pression d’équilibre liquide-gaz fonction de la température (ce qui explique la transformation liquide > gaz à l’intérieur de la bouteille, au fur et à mesure de la consommation)

      Ceci étant, l’écoulement du liquide est assez lent : 1/ la viscosité différente entre gaz et liquide . 2/ la transformation liquide > gaz dans la donneuse, pour assurer le maintien de la pression, transformation elle-même endothermique, ce qui ne favorise pas le processus 3/ le développement d’une contre-pression dans la receveuse, à mesure qu’on la remplit

      Pour remplir une 3 kg Camping gaz à partir d’une 13 kg, bien compter 10 à 15 mn ; seule façon d’accélérer le processus : mettre la donneuse au soleil et la reveuse immergée dans l’eau froide

      Répondre à ce message

  • 14 avril 2012 22:53, par Erik écrire     UP

    Bonjour à tous,

    J’ai, à mon bord, 3 bouteilles de 6Kg « le cube » de Butagaz... Je peux les faire remplir généralement dans les stations services mais dans les dom-tom : tintin !

    Cette technique m’intéresse donc, en revanche, 1 truc m’échappe aussi je m’adresse à ceux qui courtoisement font partager leur experience. Ce que je souhaite faire, c’est soit remplir 2 bouteilles de 6Kg avec un de 13Kg, ou mieux pour mes petits bras, remplir une bouteille de 6 avec 2 bouteilles de 3Kg.
    J’ai le raccord (qu’on m’a demandé partout) pour remplir mes Cubes mais question : que met-on comme raccord à la bouteille « qui remplit » ? Un détendeur ?

    Vous remerciant d’avance,
    Erik

    Répondre à ce message

  • 15 avril 2012 15:06, par Erik écrire     UP

    Ok, je récapépète pour voir si j’ai bien suivi :

     Robinet simple sur Camping-Gaz ( bouteille qui envoit)
     Robinet simple sur Cube ( bouteille qui reçoit)

    Tuyau resistant à la pression entre les deux (6.5bar pour du propane)

    Jusque là, j’ai bon ?

    Les deux robinets sont à raccords « vissés », il faut donc que je mette des raccords « à tétine » et fixe mon tuyau avec serflex... Ca, ça me chagrine un peu de mettre un tuyau sous pression avec de simples colliers, généralement sur les chalumeaux ce sont des colliers « sertis »...

    Vous en pensez quoi ?

    Encore merci d’avance de vos réponses,
    Erik

    PS : un dernier truc, ou peut-on trouver ce type de matos en Martinique (M.Bricolage à FF ?) ou plus proche du Marin ?

    Répondre à ce message

  • 16 avril 2012 00:08, par Erik écrire     UP

    OK, merci.
    Je mouille sur Ste Anne en fin du mois pour aller au Marin, je passerai chez Bricosoleil voir leurs raccords et passerai te voir .

    Erik

    Répondre à ce message

    • Bonsoir,

      Il y a des moments où les blogueurs initient à des manœuvres dangereuses. Cette histoire de transvasement de bouteilles de GPL est un gros bricolage qui risque un jour de péter à la figure d’un utilisateur.
      Sachez qu’une bouteille au robinet en bon état, sans détenteur, ledit robinet ouvert n’est censé ne pas débiter de gaz du moins si, il en sort un débit infinitésimal.

      Que vous transvasiez une bouteille dans une autre, il faudra obligatoirement que le tube reliant les deux bouteilles soit rempli d’eau et que le limiteur de débit (voir pièce jointe et le lien en bas de page pour lire sur le site les informations) de la bouteille pleine soit usé permettant un débit conséquent.
      Cette histoire de glaçon, d’eau glacée et tout le tintouin est de la poudre aux yeux.
      C’est quand, il y aura équilibre des pressions entre les bouteilles que la phase liquide de la bouteille pleine ira dans la vide et que la phase gazeuse de la vide ira dans la pleine.

      Acheter une consigne ne dépasse pas 10 €. Mieux vaut acheter la bouteille et la consigne et bazarder chez l’épicier la bouteille vide même si le raccordement n’est pas adapté au standard local que de perdre et son temps et sa vie pour si peu.
      Pour le détendeur de gaz, il suffit d’en acheter un au pas métrique et l’autre au pas Withworth américain cela vaut 15 € sur Amazon USA.

      Bye

      Répondre à ce message

      • Consternant !!! :’-))

        Merci de tout lire avant de délirer !

        _/)

        Edit :

        Bye

        Répondre à ce message

      • désolé, c’est ton opinon et je te la laisse !

        Quant à moi, ce n’est pas une opinon ou une hypothèse, c’est LA REALITE QUE JE PRATIQUE DEPUIS DES ANNEES !

        Entre les supputations et la réalité, le choix est vite fait

        Répondre à ce message

      • Il apparaît que Jean_2904 n’a pas lu ou pas compris le mécanisme dont discute ce fil.

        La tonalité de son message est par ailleurs assez désobligeante ... :-/

        Répondre à ce message

        • 27 juillet 2014 12:38, par F3dd écrire     UP     Ce message répond à ...

          mon experience de tour de mondiste m a obligé de faire ce type de transfert et j avais ce qu il faut : 8 m de tube rouge propane ,2 prises directes avec arret,
          méthode : je montais la donneuse la tete en bas par une drisse du mat d artimon,
          la receveuse dans le cockpit . 1 le robinet directe de la receveuse ouvert , j allais ouvrir le robinet de la donneuse, 2 je colle mon oreille sur la bouteille receveuse et j entends très bien le filet liquide descendre, à un moment donné , le filet s arrete [ du fait de la pression d air dans la receveuse ] je ferme la receveuse puis la donneuse.
          je déconnecte la donneuse et fait partir l air de celle ci , des que l odeur du gaz apparait je referme. reconnecte le tout , vais ouvrir la donneuse puis rouvre la receveuse et remet l oreille pour entendre le filet liquide. et ces opérations peuvent se faire 4 à 5 fois durant les 2 heures de charge. c est très long et suis étonné du navigateur disant faire cela en 5mn . !!!!!!!
          NB : lorsqu on déconnecte il sort du givre sous pression pendant 1 seconde ce qui est normal [ c est ce qui restait sous pression dans le tuyau.
          Aujourd hui , j achète un contrat et une bouteille sur place , et ne fais plus de transfert ayant 2 x13 kg dans un coffre bien aéré de quoi tenir longtemps.
          Mettre la bouteille dans l eau facilite le transfert mais le suivi à l oreille devient du sport. j avais fait cela au mouillage , loin des regards. Amities bertrand f3dd/mm

          Répondre à ce message

          • 27 juillet 2014 18:40, par Négofol écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

            Un détail : il ne doit jamais y avoir d’air dans une bouteille de butane ou propane (sinon oxygène + gaz = boum !) : c’est uniquement de la vapeur du gaz concerné.
            D’ailleurs, quand la bouteille est « vide », sa pression interne devient égale à la pression atmosphérique et rien ne rentre ni ne sort.
            L’arrêt du débit au bout de quelque temps est dû au refroidissement du gaz dans la bouteille donneuse du fait de l’évaporation nécessaire pour compenser le volume transféré, d’où les astuces diverses pour créer une différence de température entre les bouteilles (immersion, donneuse au soleil ...).

            Répondre à ce message

            • 27 juillet 2014 21:11, par F3dd écrire     UP     Ce message répond à ...

              à l epoque. je me souviens que quand le filet s arretait , cette vapeur de gaz ,[ je pensais qu il s gissait d air ] lorsque je rouvrais à l air libre la receveuse quelques secondes , cette evuacation n avait pas d odeur.
              et des la remise en route , le fuide tombait bien de nouveau . En fait , mes 2 bouteilles de 13 kg en dehors de la la hauteur 6 m , la temperature etait la meme , et si j avais mis la receveuse dans l eau , sans doute j aurai mis moins de temps et eviter les manips decrites. j avais reussi tout de meme à la remplir à 100 pour cent .
              amities bertrand

              Répondre à ce message

              • 27 juillet 2014 21:37, par yvesD écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

                N’ayant jamais tourdemondé je ne peux que contempler les coups des uns ou des autres, et apprécier, bien sur
                Il me revient avoir lu qu’une bouteille, surtout sur un bateau, ne se rempli jamais au delà d’un certain maximum, sous peine lorsque ça gigote de voir du gaz liquide (réussir à) passer dans la tuyauterie jusqu’aux bruleurs, avec effet de lance-flamme garanti (c.a.d flamme de quelques mètre de long) et dangers afférents.
                A ce sujet, les bouteille cube (et sans doute les autres) portent toujours, gravé sur le carter, le poid total (tare+gaz) à ne pas dépasser. Mais peser en mer ...

                Répondre à ce message

            • Un détail : il ne doit jamais y avoir d’air dans une bouteille de butane ou propane (sinon oxygène + gaz = boum !) : c’est uniquement de la vapeur du gaz concerné.

              Surtout si la bouteille de butane ou de propane est équipée d’une bougie d’allumage comme un moteur thermique...

              Sinon, qu’on se rassure : aucun danger !

              En pratique, pour être sûr de ne pas avoir d’air dans une bonbonne de butane/propane, il faudrait la soumettre à un tirage au vide, ce que personne ne fait, même dans les stations « officielles » de remplissage !

              (Moi je le fais car j’ai l’équipement pour, mais uniquement pour transférer dix fois plus rapidement sans acrobaties... )

              Attention : dans une bonbonne de 13 kg on peut facilement faire rentrer 20 kg, ce qui est très dangereux s’il fait chaud. D’ailleurs, aux Antilles les bombonnes de 13 kg sont chargées à 12 kg... pour le même prix.

              _/)

              Répondre à ce message

              • Bonjour,

                pensez vous que l’on puisse indifféremment , du point de vue de la sécurité, remplir des bouteilles bleues camping gaz avec indifferemment du butane (antilles francaises) ou du propane ( guatemala par exemple, ou je suis actuellement). -Ou divers ratios de ménage butane/ propane plus largement.

                En fonctionnement, impossible de voir la différence. Ca marche parfaitement , et la flamme sur le brûleur est identique.

                Francois / Y Moussaillon.

                Répondre à ce message

Répondre à cet article

UP

Copyright et informations légales