image
image
image

Votre IP : 54.159.120.168
Dernier ajout : 23 avril
Visiteurs connectés : 211

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > Articles > Les moteurs > Changement d’un joint de sail drive

Rubrique : Les moteurs

__________________________________________________________________________________________________________________

Changement d’un joint de sail driveVersion imprimable de cet article Version imprimable

Publié Mai 2013, (màj Mai 2013) par : MERSEA  image   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail

Changement d’un joint de sail drive 120S sur un Volvo MD2010B dans un RM800

Vue d’ensemble du compartiment moteur et extérieur du sail drive avant de commencer et le joint en question
Vue de l’extérieur
Première opération dépose de l’hélice tout simplement. Pour la facilité de sortir le sail drive par l’intérieur du « puits ».
Débranchement des divers flexibles et durites du moteur ainsi que les câbles de commande, bien
prendre les cotes ou repères des câbles pour le remontage final.
Ne rien oublier avant de désaccoupler le moteur du sail drive :
  • câble d’alternateur, liaison avec la batterie
  • durite de gasoil aller -retour
Mise en place d’un support ou berceau fait de cale et planche de bois pour déplacer de bloc moteur.
Avec un Volvo de 10ch pas de soucis de poids pour cela, mais attention avec des moteurs plus gros.
Désaccouplement du moteur après la dépose des vis d’assemblage et libération des silenblocs moteur.
Les 6 vis reliant le sail drive au moteur sont enlevés.
Reculer le bloc moteur sur son berceau et l’accouplement apparaît aisément, l’opération inverse est plus délicate
pour cela éviter de faire pivoter les axe cannelés du moteur ou du sail drive...
Enlèvement de la bavette de protection sous la coque.
Enlever les vis autour du joint sur la collerette blanche à l’intérieur du bateau, (j’avais mis une palette sous le pied de sail
drive pour supporter l’embase pendant cette phase, au cas ou !), sortir le sail drive par le « puits » de l’intérieur du
bateau, un 120S pèse au environ de 20kg.
La bête est sortie ,le plus physique est fait, il ne reste plus que du travail sur établi avant le remontage.
Démontage du joint sur l’embase.
5 vis de chaque coté du pied d’embase, 2 sont reliés ensemble par un fil inox pour éviter la perte, toutes les
enlever. Elles non pas toutes la même longueur.
On peut à présent désolidariser le réducteur de l’embase.
Le joint papier vert fera parti du kit de remplacement, une autre bride tenue par 3 vis reste à enlever sur le réducteur. Attention de ne pas perdre la rondelle métallique sur le trou d’arbre centrale.
Enlever la dernière bride qui est en faite la « boite à eau » pour le pompage du moteur.
Le joint torique d’étanchéité, fait parti aussi du kit de remplacement.
L’objet de tout ce travail.
Et la surprise du jour un élevage clandestin dans la « boite à eau »

 
 

Constat à ce stade :

Un sail drive de 15 ans passé à flot a un joint quasi neuf , mais un copieux élevage de moules se trouver à l’intérieur de
celui ci, donc pas inutile de faire le changement au moins tous les 15 ans, dans notre cas le bateau étant dans l’Odet...
Donc j’ai poursuivi la recherche des clandestines plus haut jusqu’à l’échangeur du bloc moteur et oui une moule cela
commence par un « oeuf » donc cela se loge partout ou l’eau passe sans filtre.
Remontage du joint neuf après un gros nettoyage de tout l’ensemble.
Toutes les opérations de remontage sont faite à l’inverse du démontage en respectant les couples de serrage donné par
Volvo dans la notice du kit de joint.
L’embase repeinte en vert n’est pas la pour faire croire à un moteur écologique mais la sous couche velox l’antifouling
spéciale embase. La date de fabrication du joint est inscrite dessus..
Pour le remontage à bord toujours respecter les couples de serrage, de plus j’ai mis du frein filet sur les vis..

 
 

Le ré accouplement du moteur avec le sail drive n’est pas une partie de plaisir.

  • Il faut être patient et avoir du doigté pour trouver la bonne position mais en jouant avec la rotation du moteur cela fini par rentrer. Pas de photo pour cela, le moment était trop « intime ».
     
    Ne pas oublier le fil d’inox pour maintenir les vis de l’embase, et le collage de la bavette extérieur sur la coque.
    Se fut l’occasion de changer l’ensemble des durites et de faire toutes les vidanges

 
 

PS : tout ceci n’est qu’un descriptif à titre indicatif et n’engage aucunement son auteur dans la réalisation de vos travaux

UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

20 Messages de forum

__________________________________________________________________________________________________________________

__________________________________________________________________________________________________________________

Répondre à cet article

UP

Copyright des logiciels, charte graphique, et images du bandeau supérieur : reproduction interdite sauf autorisation de reproduction de Robert Schirrer