image
image
image

Votre IP : 54.80.26.116
Dernier ajout : 23 septembre
Visiteurs connectés : 16

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > Trucs et astuces > Electricité (brèves) > Bien brancher vos batteries en parallèle

Rubrique : Electricité (brèves)

__________________________________________________________________________________________________________________

Bien brancher vos batteries en parallèleVersion imprimable de cet article Version imprimable

Publié Juillet 2011, (màj Juillet 2011) par : Robert   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail

Comment brancher en parallèle vos batteries

Quand on a besoin d’une grosse capacité de batterie de servitude on peut prendre des éléments de grosse capacité en 2 volts ou 4 volts et les monter en série. C’est l’idéal. Mais bien souvent la place ne le permet pas, les bacs n’ayant pas les bonnes dimensions.

Il faut alors se résoudre à brancher en parallèle plusieurs batteries de 12 volts. C’est parfaitement faisable avec quelques précautions :

  • Les batteries doivent être neuves et exactement du même modèle, achetées en même temps sur le même stock en magasin. Il faut les relier dès le départ, et ne jamais les dissocier.
  • Le câblage doit respecter la symétrie et c’est très important pour que leur charge et décharge soit homogène d’une batterie à l’autre.

Si ces deux conditions sont réunies, un branchement en parallèle ne pose pas de problème et ne nuira pas à la durée de vie des batteries.

Explication :

On voit sur la figure que dans le cas du mauvais branchement, la quatrième batteries verra 6 branches de connexion de plus que la première batterie. Les 2ème, 3ème et 4ème batteries subiront une petite chute de tension croissante supplémentaire par rapport à la 1ère. A chaque cycle de charge et de décharge un petit décalage de charge s’accumulera, et après un certain nombre de cycles la batterie d’une des extrémités sera très usée par rapport à celle de l’autre extrémité.

Dans le cas du bon branchement, chaque batterie voit 3 branches de connexion, et elles verront toutes à peu près les mêmes chutes de tension dues aux connexions pendant les cycles de charge et de décharge.

UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

31 Messages de forum

__________________________________________________________________________________________________________________

__________________________________________________________________________________________________________________

  • Certains prétendent que le meilleur montage est le montage « en étoile » où chaque batterie est reliée positivement et négativement avec exactement la même longueur à un post respectivement positif et négatif.
    Je cherchais des données et expériences pouvant accréditer une différence notable entre les différents montages.
    Or, je viens de démonter 4 batteries de 105 Amps Plomb Calcium reliées selon le principe du bon branchement de Robert. Ces batteries avaient été achetées au même marchand en même temps et avaient toutes les chances de faire partie du même lot de fabrication. Elles ont été utilisées pendant 7 ans avec 2 périodes assez longues (1 an et 2ans) de non utilisation (entretien sous panneaux solaires uniquement) avec, aux dires du propriétaire, des décharges à 50% maxi.
    Celui-ci hésitait à les changer car il semblait satisfait de leur fonctionnement actuel. L’augmentation des besoins (convertisseur et frigo supplémentaire) a justifié le nouvel investissement.
    Mesures prises après 48h de repos, les batteries étaient à 32%,35%,44% et 51% de leur capacité initiale, toutes à un voltage entre 12.89 et 12.90. La moins « usée » (51%) étant située en plein milieu du montage, il n’est pas possible de déduire quoique ce soit relatif au montage.
    Il apparait bien que - dans notre cas- rien ne justifie la complexité d’un montage en étoile et que le « bon branchement » décrit ci-dessus réponde en tout point à l’attente des plaisanciers ordinaires que nous sommes.
    Nous remonterons donc les nouvelles batteries selon le même « bon branchement ».

    Répondre à ce message

    • Le constat est intéressant car on a peu d’occasions de tester en situation réelle ! On peut faire plusieurs commentaires :

      • 7 ans, c’est bien s’il reste entre 30 et 50% de capacité avec des PbCa standards !
      • la moins usée est au centre : peut-être est-ce le hasard, mais en tout cas cela respecte la symétrie du montage. Il n’y a pas de raison de dissymétrie qui justifierait que la plus usée (ou la moins usée !) soit à un bout plutôt qu’à un autre... donc elle devait être au centre :-)
      • Le montage en étoile n’est pas très bon si on considère que la petite perte de charge la plus probable vient des cosses : sertissages imparfaits, contacts entre empilements de cosses imparfaits.
         
        Le dessin ci-joint montre qu’avec 2 batteries, le montage en étoile donne 10 connexions imparfaites, et le montage à sorties inversées ne donne que 6 connexions imparfaites ... ce qui est préférable !
      GIF

      Répondre à ce message

    • Bonjour
      Pourrais tu m’eclairer sur la façon de « mesurer » la capacité restante des batteries qui ont 12.9v de tension ....
      J’ai un probleme de batteries quasi neuves ,12.85v apres repos24h et qui s"ecroulent tres vite quand on tire dessus.
      Je voudrais donc savoir où j’en suis...
      Merci du tuyau ....

      Répondre à ce message

      • Il faut simplement un contrôleur convenable : http://www.plaisance-pratique.com/b...

        Sans contrôleur, on peut aussi mesurer le temps nécessaire pour les décharger à courant constant, par exemple avec une ampoule de phare de voiture. Il suffit alors de multiplier le courant de l’ampoule (en ampères) par le temps (en heures) pour obtenir la capacité en Ah.

        Répondre à ce message

      • Tilikum m’avait suggéré de les vider complètement de manière connue. En clair, une fois chargée à bloc, à raz bord et sans faux col (pas toujours simple de dépasser 80% et d’atteindre 100%) on les vide à courant constant I10 ou I20 (c.a.d la capacité nominale divisée par 10 ou par 20, ex : 10A ou 5A pour un nominal de 100Ah) jusqu’à ce que la tension tombe à 10,5V. Il faut alors les recharger sans délais. Victron, dans la notice du 600/602 confirme ce 10,5V bien inquiétant.

        Toute cette manip se fait mieux avec un moniteur de batterie qui donnera l’intensité débitée et permettra de la régler (== allumer encore un lumignon ou un fond de pont en plus) à I10 ou I20.

        Le processus chimique lié à la décharge (ou charge) des batteries est un processus à diffusion (c.a.d qu’il se propage de proche en proche dans l’épaisseur de la plaque, y a de l’exponentielle là dedans) d’autant plus significatif que les plaques sont épaisses. Plaque épaisse = forte capacité mais effet exponentiel important, plaque mince = faible capacité avec peu d’effet exponentiel à la décharge et à la charge. Il y a un autre effet de tolérance aux décharges profondes des plaques épaisses décrit dans l’article de référence sur ce site
        Cet effet exponentiel apparait à la décharge par une capacité débitée (en décharge profonde ou complète) plus importante à I20 (décharge faible) qu’à I10 ou I5 (image : en décharge très rapide on vide et épuise la surface de la plaque - et donc y a plus de courant - avant que le processus chimique ne gagne les profondeurs de la plaque là où il y avait encore des électrons à grappiller). Ce même effet peut se traduire par un léger ressaut/remontée de tension une fois la charge déconnectée.
        A la charge, la surface de la plaque se charge vite mais il faut énormément de temps (des dizaines d’heures ?) pour que le processus chimique de charge se propage/diffuse dans les profondeurs de la plaque l’exponentiel est là)

        Enfin, c’est ce que j’ai cru voir, cru comprendre, si je ne me trompe.

        Répondre à ce message

        • En fait, je ne me suis pas autant investi dans ces vielles batteries.
          Un pro a fait le test en quelques secondes avec un appareil environ 2 fois plus gros qu’un multimètre et de même apparence dans lequel on rentre la capacité théorique initiale et l’appareil vous ressort instantanément le pourcentage restant. Sans être celui qui m’a servi, c’’est de ce type d’appareil dont il est question :

          http://www.sefram.com/wwwFR/F_searc...

          Je ne pense pas que la précision soit absolue avec des batteries aussi vieilles, mais je la crois au moins aussi bonne que toutes les méthodes manuelles dont j’ai entendu parler.

          Répondre à ce message

          • Je suis quand même très sceptique avec les résultats affichés par ces appareils. J’en ai eu quelques uns en démo pour voir, je n’en ai pas acheté !

            Je veux bien que l’on puisse estimer l’intensité qu’une batterie de démarrage peut délivrer, mais lorsque j’applique 500 A par mon vieux « grille pain » durant 15 secondes, ça parle ! (malgré le ventilo que j’ai ajouté, il faut attendre 5 minutes que ça refroidisse, y compris les câbles sur lesquels on ne met pas les mains...)

            Si on applique la méthode sur une batterie de « booster » qui ne fait que 17 Ah, cela reste dans le vert aussi bien qu’avec une batterie de démarrage de camion de 200 Ah... mais la batterie du « booster » est conçue pour démarrer un moteur de 500 CV... quelque fois.

            En pratique, je veux bien qu’un test de deux secondes puisse estimer qu’une batterie est « bonne » ou non en démarrage, mais pour estimer la capacité réelle d’une batterie à usage servitude, j’ai de gros doutes ! ;-)

            _/)

            JPEG

            Répondre à ce message

            • Juste pour le fun, l’histoire me revient à l’esprit à l’instant :

              • Mon véhicule : Renault Kangoo Diesel moteur 1,9, année 2002, 57000 km au compteur.
              • Comme c’est un utilitaire, soumis à l’arnaque du contrôle technique chaque année...
              • Ça me gonfle de m’en occuper, je confie l’entretien à l’agent Renault local...
              • A la dernière révision je lui signale que le moteur a du mal à démarrer, obligé de faire deux ou trois préchauffages...
              • Réponse du pro après analyse avec l’ordinateur Renault : pompe à injection fatiguée... !

              Là, je couine : la pompe à injection fatiguée à 57000 km ? :-((

              Le garagiste me répond que ce n’est pas grave, qu’il me suffit de démarrer plusieurs fois, que ça peut tenir encore un an ou deux avant d’investir dans les 2800 € d’une pompe neuve ! :-O

              La prochaine fois que je le vois, je vais lui suggérer d’investir dans un multimètre entrée de gamme à 10 € histoire de mesurer les chutes de tension en plus du diagnostic du cerveau de poulet de son ordinateur :

              J’ai juste investit dans 30 cm de câble 50 mm² et deux cosses pour relier le « - » batterie au bloc moteur... il est tout content (comme moi) de désormais démarrer au quart de tour :-))

              La morale de l’histoire : se méfier des machins soit-disant miraculeux, et appliquer un minimum de bon sens... !

              _/)

              Répondre à ce message

            • Comme je le disais plus haut, ce test n’est certainement pas parfait.
              Mais pour remettre les choses dans leur contexte et éviter les conclusions pseudo scientifiques hâtives, il s’agit de batteries PbCa destinées à divers usages dont le démarrage.
              Il semble raisonnable de penser que si elles sont testées « usagées », s’agissant de batteries non spécialisées, elles risquent de ne pas être utilisables pour tous les usages. J’ose espérer que je ne me suis pas totalement fourvoyé. D’autant plus que la capacité d’une batterie à fournir un fort courant durant un faible temps est aussi une caractéristique des batteries de servitudes de plus en plus utilisées avec inverseurs, propulseurs d’étraves, guindeau,...
              Si j’avais voulu appliquer un raisonnement plus rigoureux, (et si j’y avais pensé :-)) ) j’aurais renseigné l’appareil avec sa capacité en démarrage (CCA). J’aurais alors eu un résultat encore plus faible, reflétant encore moins l’état des batteries (le propriétaire, sortant d’une étape de 72 heures, ne pensait pas le changement indispensable).
              En tout état de cause, pour nous plaisanciers avec des batteries qui ne seront jamais totalement adaptées à notre usage (charges par alternateur, solaire, chargeur... et décharge lente/ faible et rapide/forte), ces tests, s’ils sont correctement remis en perspectives, nous apportent suffisamment d’informations pour décider de dépenser ou non quelques billets supplémentaires :o).

              Répondre à ce message

        • J’avais pratiqué la méthode il y a quelques années et la principale difficulté est bien de rester à courant constant durant toute la décharge. Sauf à être présent et disponible tout le temps (au moins 20 à 36 heures pour des bancs de 400 à 600 Ah) ou à avoir un contrôle automatique capable d’augmenter la charge au fur et à mesure que les batteries se déchargent, on n’obtient rarement plus qu’une estimation « correcte ». Rien de vraiment concret si ce n’est une base largement suffisante pour notre utilisation en plaisance qui n’a pas besoin de précision mais seulement d’une évaluation qui permet de se sentir rassuré.
          De la même façon, les mesures que j’ai effectuée sur ces batteries usagées ne sont surtout pas à prendre au pied du chiffre, mais je pense qu’elles peuvent nous conforter dans la façon suffisante de bien brancher nos batteries en parallèle sans pour autant faire une usine à gaz. Le mieux restant souvent l’ennemie du bien pour nos préoccupations non professionnelles.

          Répondre à ce message

  • 29 novembre 2012 10:31, par marc76 écrire     UP  image

    Bonjour à tous
    moi personellement j’ai juste un parc de 2 batteries en // 2 x 110A/h pour la partie servitude
    qui comprend le groupe froid , groupe eau sous pression , WC et éclairage à led
    pour le reste j’utilise des batteries séparées ainsi je les réparties à bord vue le poids
    ca équilibre un peu
    ainsi pour l’électronique j’ai une batterie de 145 A/H dans le compartiments arriére
    une de 70A/H pour le démarrage moteur qui se trouve dans le compartiment moteur
    et une de 90A/H pour le guindeau la batterie sous l’avant
    ainsi je trouve que je gére mieux l’énergie disponible à bord mais bon c’est peut être une fausse idée
    et je peu répartir la charge que j’ai besoin vers la batterie la plus demandeuse via un répartiteur électronique

    Répondre à ce message

  • 12 mars 2013 16:12, par Thira écrire     UP  image

    Bonjour,
    Mon parc de 3 batteries est un peu juste et j’envisage, lorsque le remplacement sera nécessaire, d’ajouter une 4ème batterie.
    Le problème est qu’il n’y a pas la place dans le compartiment pour mettre une 4ème batterie. Je devrais donc l’implanter dans le compartiment voisin, avec une longueur de câble plus importante. Cela donnerait le schéma joint.
    Il me semble qu’il respecte la symétrie exigée...
    Est-ce acceptable ?
    Jacques

    JPEG

    Répondre à ce message

  • 24 novembre 2014 22:42, par pinassol écrire     UP  image

    Bonjour
    Sur le bon schéma le plus et le moins alimente le réseau mais sur quel plus et quel moins on met lnattiver depuis le regulateur

    Répondre à ce message

  • 16 mars 2016 14:49, par Falldone écrire     UP  image

    Bonjour à tous. Je suis nouveau sur le site et dans le forum. Par rapport au branchement en parallèle des batteries. J’avoue que j’ai déjà fait le mauvais choix(mauvais branchement) avec mes batteries neuves, mise en fonction il y a de cela 6 mois. Est-il possible de revenir sur le bon branchement. Ceci sans aucun inconvénient, ni risque de tuer plus mes batteries. Je rappelle que mes quatre batteries sont de même type, même capacité et tension et payer au même moment chez le vendeur. Merci pour l’attention à ma préoccupation. J’attends impatiemment vos apports.

    Répondre à ce message

    • 16 mars 2016 14:56, par Négofol écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

      Il n’ y a aucun problème à revenir sur le branchement correct. Un autre type de branchement se traduit par des niveaux de charge légèrement différents, ce qui peut avoir à terme un effet sur la vie des batteries, mais sans doute cet effet est assez peu important après six mois et, de toutes façons, la situation sera meilleure après correction. Faire une charge complète après modification.

      Répondre à ce message

  • 28 mars 2016 15:31, par jyh écrire     UP  image

    Une petite question :

    Si on branche 2 batteries neuves en parallèle pour doubler la capacité servitude, d’après ce post, il ne faut jamais les dissocier. Qu’en est -il de l’hivernage ? Doit-on laisser ces deux batteries connectées ensemble si on les débranchent de l’installation pour l’hivernage ?

    Répondre à ce message

  • bonsoir. Question bète, j’ai 5 batteries 100Ah en parallèle (parc servitude). Quel diamètre de càble employer entre les 5 batteries ? Je ne parle pas du circuit de charge ni des consommateurs. Mon souci est que mes nouvelles batteries sont quelques millimètres plus grandes que les précédentes, et que je dois changer certains càbles de jonction.Les précédents càbles faisaient 15 mm de diamètre et je n’en trouve que de 10mm de diamètre.
    merci

    Répondre à ce message

  • Bonjour à tous,
    j’ai fait un petit montage avec 2 batteries en parallèle et j’aimerai avoir votre avis dessus.
    Merci et bonne soirée ! :-)

    JPEG

    Répondre à ce message

    • 13 juillet 07:48, par Négofol écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

      La capacité des batteries semble très réduite : 14 Ah sous 12 V, soit environ 100 Wh disponibles...
      Le seul courant de repos de l’onduleur va consommer plus que cela en une nuit...
      Et vous pourriez consommer 1 500 W pendant moins de 4 minutes.... si les batteries fournissent un courant de 70 A,

      Ce type de batterie est conçu pour des applications à faible courant (alarmes, éclairage de sécurité) et est totalement inadapté à cet usage.

      La position des fusibles est incohérente (il en faut un par batterie)

      Répondre à ce message

      • Bonjour,
        Merci pour votre réponse !
        en effet c’est un montage qui ne sera pas utilisé pour tirer 1500W (je n’avais que cet onduleur sous la main).
        En ce qui concerne le courant consommé par le convertisseur, il n’est pas si important cependant c’est vrai que ça représente une consommation importante au vu du dimensionnement des batteries (il tiens 6 jours sans soleil avec une coupure à 11,2V sans charge bien sur).

        Pour les fusibles, il y en a 1 entre le montage en parallèle des batteries et un autre en sortie de shunt, cela ne va pas ?

        C’est un petit montage pilote, j’ai dans l’idée de voir ce que cela donne avec de faible charge et en fonction de l’ensoleillement pour par la suite dimensionner les batteries en fonction des résultats :)

        En tout cas merci pour les infos !

        Répondre à ce message

        • 13 juillet 14:41, par yvesD écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

          sur ma mienne l’entretien de mes batteries (345 Ah) est assuré par un ’ti panneau solaire de 30W, très largement suffisant pour de l’entretien l’hiver à La Rochelle. Par flème, en croisière l’été, je ne le dépose pas toujours et du coup je peux lire qu’il fournit - en vrai - 0,7 à 1,3 A (on peut aussi dire 10 à 15 W utiles) pendant les heures d’ensoleillement, donc au mieux (au pire ?) 100 à 150W par jour.
          Une règle de 3 donnera 250 à 400 W utiles (13V) par jour pour vos 80 W de PV

          Répondre à ce message

        • 13 juillet 16:37, par Négofol écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

          Ma remarque sur les fusibles est que, sur votre schéma, le fusible du bas protège le câblage vers la batterie du bas, et celui du haut le câblage vers les deux batteries. Il serait plus logique que les fusibles soient situés sur la petite branche horizontale vers chacune des batteries.

          Par ailleurs, la fiche de ces batteries donne un courant de charge maximum de 1,75 A soit 3,5 A pour les deux. Vos panneaux au soleil donneront un courant de charge de 5 A (80/13.6) , ce qui est trop élevé et entraînera un raccourcissement de la vie des batteries, déjà assez faible pour ce type...

          Il aurait probablement été plus indiqué d’utiliser une batterie de démarrage automobile de l’ordre de 80 Ah...
          Attention, six jours sans soleil ne veut pas dire sans recharge car le débit des panneaux par ciel voilé peut ne pas être négligeable..... Le fabricant de l’onduleur indique courant de repos < 300 mA. Ceci donnerait 3,3 W environ soit seulement 30 h pour les 100 Wh utilisables.

          Répondre à ce message

Répondre à cet article

UP

Copyright et informations légales