image
image
image

Votre IP : 54.224.30.39
Dernier ajout : 25 juillet
Visiteurs connectés : 241

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > Forum technique > L’électricité à bord -forum- > Alternateurs > alternateur de ligne d’arbre - auto consommation

Rubrique : Alternateurs

__________________________________________________________________________________________________________________

alternateur de ligne d’arbre - auto consommationVersion imprimable de cet article Version imprimable

Publié Mars 2012, (màj Mars 2015) par : aikibu  image   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail

Bonjour
En surfant, c’est le propre du net, j’ai trouvé sur un article d’en face, que les alternateurs de ligne d’arbre rebobinés pour demarrer à basse vitesse consommaient 5A si le bateau n’allait pas assez vite.....
Le commentateur d’habitude semble serieux,c’est pourquoi je soumet cette affirmation à votre sagacité, car elle me semble sujette à caution de prime abord...
Bien sur je ne suis pas tres calé en electricite, mais pourquoi un alternateur, fait pour creer du courant ,en consommerait en ne tournant pas assez vite .....et à l’arret alors... ???
Il me semble, mais je n’arrive pas à les retrouver ,que des avis sur les alternateurs ont eté edités sans jamais relever ce probleme qui ,si cela s’averre, peut etre genant ...

UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

42 Messages de forum

__________________________________________________________________________________________________________________

__________________________________________________________________________________________________________________

  • 17 mars 2012 16:40, par Robert écrire     UP

    A priori, ce qui pourrait justifier une telle consommation (5A) alternateur d’arbre arrêté (ou tournant lentement) serait une erreur de branchement mettant le 12V batterie directement sur l’inducteur (rotor).

    En principe, le rotor ne reçoit que le faible courant à travers l’ampoule du voyant de charge (quelques centaines de mA), car son courant majeur d’excitation sera fourni en interne le l’alternateur (par le triplet de diodes annexes interne à l’alternateur) au moment où sa vitesse de rotation sera suffisante.

    Cependant, on peut estimer qu’il est souhaitable de mettre un interrupteur permettant le couper le faible courant du voyant de charge de alternateur à l’arrêt, exactement comme on coupe la clé de contact du moteur à l’arrêt pour ne pas alimenter faiblement le rotor de l’alternateur du moteur à travers son voyant de charge :-)

    Répondre à ce message

  • 17 mars 2012 16:42, par tilikum écrire     UP

    Bonjour,

    Je pense qu’il y a une confusion : la bobine de l’inducteur, si elle est alimentée à l’arrêt peut en effet consommer entre 3 et 5 A suivant la puissance de l’alternateur, mais uniquement dans le cas où le régulateur serait alimenté par la batterie.

    En pratique, un alternateur classique est auto-alimenté, le courant d’excitation est fourni par les diodes auxiliaires du pont redresseur en sortie du stator.

    Dans ce cas, la seule consommation possible à l’arrêt ou par vitesse trop faible sera celle de la lampe témoin qui s’éteint dès le début de charge, soit 2 à 5 watts suivant les modèles.

    Cette lampe est indispensable pour donner un courant minimum pour permettre l’amorçage, mais la plus puissante, soit 5 watts, ce n’est toujours que 0,4 A... ! ;-)

    _/)

    Répondre à ce message

    • 17 mars 2012 18:33, par aikibu écrire     UP     Ce message répond à ...  image

      Comme je disais je suis léger en electricité. Aussi un petie croquis vaut mieux ,pour moi surtout, qu’un grand discours et je propose celui joint ...en esperant d’y arriver.
      Commntaire,l’interrupteur est fermé que l’helice ou le moteur tourne ou pas, et ouvert quand tout est à l’arret, à quai ou au mouillage .... ??

      JPEG

      Répondre à ce message

      • 17 mars 2012 19:09, par Robert écrire     UP     Ce message répond à ...

        Le schéma est juste à mon avis.

        L’interrupteur devra être « ON » (le contact passe) quand on veut utiliser l’alternateur d’arbre pour charger la batterie.

        Répondre à ce message

      • 17 mars 2012 20:12, par tilikum écrire     UP     Ce message répond à ...

        Le schéma est correct pour moi aussi... Un détail :

        Une fois l’alternateur amorcé, on peut couper le contact de la lampe témoin, il continuera à produire jusqu’à son arrêt... ! ;-)

        _/)

        Répondre à ce message

        • 17 mars 2012 20:19, par Robert écrire     UP     Ce message répond à ...

          L’inconvénient, si on coupe l’interrupteur, c’est que si la vitesse du bateau faiblit, l’alternateur peut « désamorcer » et ne pourra pas « réamorcer » quand la vitesse augmente à nouveau si l’interrupteur est « off ».

          Peut-être est-ce une vue de l’esprit qui n’arrive pas en pratique ?

          Répondre à ce message

          • 17 mars 2012 21:51, par tilikum écrire     UP     Ce message répond à ...

            En pratique... cela dépend d’un tas de facteurs, du type et de la marque de l’alternateur, de la démultiplication, etc.

            On peut aussi constater que deux alternateurs de la même marque et ayant la même référence ne fonctionnent pas pareil : la rémanence magnétique du rotor de l’un disparait tout de suite dès l’arrêt ou même en ralentissant suffisamment, alors que l’autre garde une rémanence plusieurs heures et se réamorce tout seul après arrêt sans la lampe témoin...

            Dans ce dernier cas, ça peut être considéré comme un inconvénient : on ne peut pas empêcher l’alternateur de produire ! :-((

            Ne me demandez pas pourquoi, je n’en sais rien ! :-/

            _/)

            Répondre à ce message

            • 18 mars 2012 15:59, par aikibu écrire     UP     Ce message répond à ...  image

              Pour ma part je pense laisser l’alternateur en « marche » tout le temps de la navigation, car PC et autres instruments divers et variés tirent sur les batteries sans cela....
              Mais au cas où il y aurait plethore de courant....on ne sait jamais,serait il prudent de mettre des resistances de decharge, comme sur les eoliennes que l’on ne peut arreter ....
              Dans mon cas je mettrais (conditionnel...) ces resistances apres le regulateur A to B de sterling que je vais monter et sur lequel je vais brancher l’alternateur moteur, l’alternateur de ligne d’arbe , ainsi que le vieux chargeur de quai qui n’a pas la bonne regulation du A to B.....
              Encore ,qu’apres refexion et revue du schema du dit regulateur sterling, il n’y a pa de sortie vers ces resistances de decharge.....Donc question subsidiaire, pour mon edification personnelle, comment fonctionne le sterling quand le courant debité arrive en trop....
              On m’a deja repondu que les batteries n’acceptaient pas plus de courant qu’elles ne pouvaient en absorber .....mais pourquoi alors mettre des resistances sur les eoliennes ....et à force d’essayer de bourrer du courant dans une batterie ,meme si au depart elle peut en refuser ,à la longue cela n’a pas de probleme ?
              Je sais egalement que ma question est toute theorique ,car en general on manque plutot de courant, ce n’est qu’une curiosite intellectuelle

              Répondre à ce message

              • 18 mars 2012 16:13, par Robert écrire     UP     Ce message répond à ...

                L’alternateur d’arbre, comme celui du moteur, a son régulateur intégré et arrête lui-même de charger la batterie pleine. Si en plus il y a un AtoB Sterling à la sortie de l’alternateur, il y a un second régulateur (excellent !) qui régulera la charge parfaitement. Quand la batterie est pleine, le Sterling ou le régulateur intégré arrête simplement d’alimenter l’inducteur (rotor) et du coup l’alternateur ne produit plus de courant.

                Donc certainement pas de résistance de diversion sur un alternateur classique ni à la sortie d’un AtoB

                La question est différente sur les alternateurs d’éolienne. Si on mettait sur une éolienne un régulateur d’alternateur « normal » sans résistance de diversion, l’éolienne ne serait plus freinée par la production de courant (qui est nulle quand la batterie est pleine) et exploserait en montant à un régime de rotation excessif sous l’effet d’un vent même pas très fort ... Il faut toujours qu’une éolienne soit freinée par une charge qui absorbe le courant.

                Répondre à ce message

                • 18 mars 2012 18:02, par aikibu écrire     UP     Ce message répond à ...  image

                  OK bien compris ......
                  Le boulot est fait par le regulateur dans les deux cas, avec une demande continue pour l’eolienne pour la freiner, car elle charge tout le temps et le surplus est evacué par les resitances .
                  J’ai eliminé (sur mon schema projeté) le regulateur MPPT qui est sur mon panneau solaire de 90W,pour brancher ce dernier,en meme temps que l’eolienne ,sur un regulateur « flexcharge » NC 25A-12V,qui possède une sortie vers des resistances de decharge.....
                  Cette simplification est elle une erreur ,le rendement du MPPT serait meilleur que le NC 25A ou y a t il un interret quelconque à avoir une possibilite de decharge egalement pour le panneau solaire...
                  Question subsidiaire pendant que j’y suis, pour separer le panneau de l’eolienne j’ ai mis des diodes de blocage ,mais n’ai trouve que des 40A 600V.....
                  600V je suppose que ça va passer mais m’interroge sur les 40A qui risquent de me consommer du courant... ???? car le panneau debite 8A maxi et l’eolienne 12A en tempete.

                  Répondre à ce message

                  • 18 mars 2012 18:13, par Robert écrire     UP     Ce message répond à ...

                    Le rendement des panneaux avec le MPPT serait meilleur. En pratique, le gain maximal peut être environ 30% quand les batteries sont assez déchargées. Le panneau n’a pas besoin de résistances de diversion.

                    D’autre part, en cas de problème avec le régulateur« flexcharge » qui reçoit panneau et éolienne, les deux sources seront « HS » ...

                    Une diode silicium classique de 40A-600V fera chuter la tension de 0.7 à 1 volt environ.

                    Répondre à ce message

                  • 18 mars 2012 19:12, par tilikum écrire     UP     Ce message répond à ...

                    Question subsidiaire pendant que j’y suis, pour separer le panneau de l’eolienne j’ ai mis des diodes de blocage ,mais n’ai trouve que des 40A 600V.....

                    Il n’est pas nécessaire de séparer l’éolienne des panneaux : ils ont déjà leurs propres diodes !

                    600V je suppose que ça va passer mais m’interroge sur les 40A qui risquent de me consommer du courant... ???? car le panneau debite 8A maxi et l’eolienne 12A en tempete.

                    • 600 volts, c’est la tension maximum de service... en 12 volts, il y a de la marge !
                    • 40 A, c’est l’intensité maximum admissible... encore une fois, il y a de la marge !
                    • Oui, une diode consomme : comme sa chute de tension est de minimum 0,6 volts et en pratique de facilement 1 volt... cette différence de tension est transformée en chaleur !
                    • Exemple : les 8 A à 13 volts des panneaux passant par une diode chutant de 0,9 volts va gaspiller environ 7 watts dissipés en chaleur, ceci sans compter le rendement réduit par la chute de tension...

                    En pratique, comme ces diodes sont inutiles la question ne se pose pas ! ;-)

                    Quand au régulateur MPPT, dommage de s’en priver, surtout s’il est déjà à bord...:o)

                    _/)

                    Répondre à ce message

                    • 18 mars 2012 20:02, par aikibu écrire     UP     Ce message répond à ...  image

                      Merci pour tous ces renseignements ....
                      Je vais donc garder le MPPT sur le panneau solaire, ce dernier etant desolidarisé de l’eolienne les diodes n’ont plus de raisons d’etre ...sauf que sur le schema de raccordement de « flexcharge » il y a une diode entre l’eolienne et le regulateur .... ?????et effectivement je ne vois pas de quoi cette diode peut proteger l’eolienne puisqu’elle est toute seule à charger les batteries par l’intermediaire du regulateur.... ???

                      Répondre à ce message

                      • 19 mars 2012 11:50, par tilikum écrire     UP     Ce message répond à ...

                        Je viens de regarder les schémas des divers régulateurs flexcharge, on voit en effet des diodes sur chaque panneau solaire et sur l’éolienne... en pratique :

                        • Quasiment tous les panneaux solaires du marché ont déjà leurs diodes intégrées.
                        • Les éoliennes modernes fonctionnent avec des alternateurs mono ou triphasés, on a obligatoirement un pont redresseur... encore des diodes !
                        • De plus en plus rare, on trouve encore des éoliennes dotées de dynamos, et là la diode est obligatoire, sinon l’éolienne tournera même sans vent, la dynamo étant en mode moteur alimenté par la batterie ! :o)

                        _/)

                        Répondre à ce message

                        • 21 septembre 2012 19:01, par aikibu écrire     UP     Ce message répond à ...  image

                          Bonjour
                          Je reviens, un peu tard, sur ce probleme, pour moi, d’alternateur de ligne d’arbre et de branchement de regulateur d’alternateur en l’occurence un A to B de Sterling.
                          Le retard est du au temps pris pour branchement et essais du AtoB.
                          En effet et bien que ce ne soit pas dans les schemas fournis ,j’ai du mettre une alimentation batterie à l’entrée du AtoB avec celles de l’alternateur moteur, car sans cette alimentation, munie d’un coupe cicuit ouvert apres demarrage moteur,rein ne se passait et la loupiote contact ne s’allumait pas .
                          Sitot cette alim en place tout est devenu correct... ???sans doute des diodes dans le AtoB qui empechaienit le retour du courant batteries et de boucler le circuit.....
                          Ceci n’est il pas du bidouillage risqué, bien que, dès demarrage moteur je coupe le courant alimentant artificiellement le AtoB,et donc que tout redevienne « normal »... ?
                          D"autant que je croyais (je crois beaucoup de choses sans certitudes helas..) que le contact laissait passer du + vers l’excitation ,alimentant la loupiote contact, celle ci s’eteignant par le retour du fort debit de l’alternateur, !!!! mais alors je n’aurais pas à alimenter artificiellement l’entrée du AtoB..... ???.
                          J’espere que mes explications sont plus nettes que mes idées car je suis un peu (beaucoup) dans le brouillard ,car ça marche mais je ne sais pas trop pourquoi...
                          Question subsidiaire,je n’ai pas reussi à trouver ce forum dans les « forums » ou « articles » parlant electricite bord dans PTP,et je ne suis meme pas sur que cet appel à votre savoir arrive à bon port.... Aurais je là encore, loupé quelque chose ??

                          Répondre à ce message

                          • 21 septembre 2012 20:13, par Robert écrire     UP     Ce message répond à ...

                            Un branchement non prévu dans la notice du AtoB est en effet inquiétant.

                            Je ne vois que 2 possibilité :

                            • 1) le AtoB serait en panne
                            • 2) l’alternateur (ou son câblage) a un problème qui l’empêche d’amorcer en l’absence de la tension de 12V sur sa sortie.

                            Comme la loupiotte de contact ne s’allume pas sans le 12V sur la sortie de l’alternateur, je penche pour le cas 2) avec une erreur de câblage du voyant de clé de contact par rapport au AtoB. Voir le dessin.

                            GIF

                            Répondre à ce message

                          • 21 septembre 2012 22:14, par tilikum écrire     UP     Ce message répond à ...

                            Une autre possibilité courante :

                            Que l’alternateur ai été modifié pour fonctionner avec un répartiteur à diodes classique, ce qui consiste à supprimer le pont de diodes auxiliaires permettant l’auto-alimentation du circuit d’excitation.

                            Si c’est le cas, il faut reconstituer ce trio de diodes auxiliaires... !

                            _/)

                            Répondre à ce message

                            • 22 septembre 2012 10:03, par aikibu écrire     UP     Ce message répond à ...  image

                              Un petit schema valant un grand discours j’ai enfin reussi à en entrer un dans la becane ...maintenant je vais essayer de vous le faire parvenir....
                              Petites considerations annexes....
                              Je n’ai rien changé sur le cablage initial perkins du contact,pas plus que dans l’alternateur je ne suis pas assez calé .
                              C’est pourquoi je note « avant », cablage initial fonctionnant normalement et « apres », avec l’ajout du AtoB sur l’alimentation batteries, ainsi que la jarretiere que j’ai ete obligé d’installer pour que l’AtoB faonctionne ,avec le contacteur qui est au repos comme sur le schema, sauf au demarrage où il est fermé pour alimenter l’AtoB....

                              JPEG

                              Répondre à ce message

                              • 22 septembre 2012 10:14, par aikibu écrire     UP     Ce message répond à ...  image

                                Suite et fin....
                                Cet hiver je vais reprendre le cablage general et verifierai l’eventuelle erreur de cablage proposée par robert, car dans mon esprit et j’espere dans les faits, les schemas sont bons, mais comme je travaille sur un « vieux » cablage tres fouillis, il se pourrait que l’erreur soit bonne ....à rectifier..
                                Dans tous les cas merci pour vos conseils et commentaires sur mon petit schema....

                                Répondre à ce message

                                • 22 septembre 2012 10:27, par aikibu écrire     UP     Ce message répond à ...  image

                                  Apres reflexion et un schema.....j’en viens à la conclusion que j’aurais eu du mal à confondre les diverses sections de cables alimentant la batterie et l’AtoB et celles du contact et de l’excitation...
                                  Autrement dit les schemas proposes à votre sagacite sont tres vraisemblablement bons.....

                                  Répondre à ce message

                              • 22 septembre 2012 12:49, par tilikum écrire     UP     Ce message répond à ...

                                Une question : je ne vois pas la lampe témoin dans ton schéma... elle devrait se trouver entre le contact et le D+ de l’alternateur.

                                Le fonctionnement de cette lampe témoin est le suivant :

                                • A l’arrêt, la lampe reçoit du +12 volts par la clé de contact, et zéro volts, (autrement dit le « moins ») à travers l’enroulement.
                                • En marche, la lampe reçoit du +12 volts par la clé de contact, et un +12 volts par l’alternateur qui débite. Avec deux « + » ça fait zéro volts aux bornes de la lampe qui s’éteint.
                                • Si l’ampoule est grillée, rien ne fonctionne.
                                • Si l’ampoule est trop faible, elle ne laisse pas passer assez de courant pour amorcer, elle ne s’éteint pas et ça ne charge pas.

                                _/)

                                Répondre à ce message

                                • 22 septembre 2012 15:39, par yvesD écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

                                  Bonne idée de rapeller les principes de base utilisables tôt ou tard

                                  et si l’ampoule est remplacée par une épingle à cheveu ou par une ampoule d’une puissance trop élevée, (typ. > 5W), le courant dans l’inducteur (stator) est trop fort et risque de griller des trucs, du moins selon certaines littératures

                                  Répondre à ce message

                                • 22 septembre 2012 15:48, par aikibu écrire     UP     Ce message répond à ...  image

                                  Le petit machin quadrillé entre le contact et l’excitation de l’alternateur est bien la lampe temoin.....
                                  Par contre tu as sans doute mis le doigt où le bat blesse, et il est fort possible qu’il n’y ai pas assez de jus (volt ou ampere ?) qui arrive sur l’AtoB pour mettre le tout en branle, sous tension,ou autre, qui serait la cause de ma deconvenue et l’obligation dans laquelle je me trouve d’alimenter artifficiellement ce dernier..
                                  La question est maintenant de savoir si cette alimentation « sauvage » peut etre prejudiciable au systeme, ou alors de mettre une ampoule plus forte, (mais de combien... ??) et supprimer cette jarretiere qui oblige à une manip supplementaire et complique le demarrage du moteur par une personne etrangere...

                                  Répondre à ce message

                                  • 22 septembre 2012 16:03, par Robert écrire     UP     Ce message répond à ...

                                    La lampe témoin de charge s’allume-t-elle lorsque le contact est mis (avec AtoB en place, et la jarretière déconnectée) ?

                                    Répondre à ce message

                                    • 22 septembre 2012 16:52, par aikibu écrire     UP     Ce message répond à ...  image

                                      Ben non, c’est bien pour ça que j’ai mis la jarretiere,et je ne me souviens plus ,dans toutes les manips faites pour determiner le defaut, si j’ai essayé de demarrer la lampe etant eteinte...il me semble que oui et le moteur a demarré mais pas de debit à l’alternateur(evidement puisque pas d’excitation)...alors que, le contact annexe fermé, ça demarre et l’alternateur et l’AtoB debitent et eteignent la loupiote ......le contact annexe ouvert ensuite, tout reste stable, c’est pour ça que la suggestion de « tilikum » me parle, pas assez de jus à l« excitation pour demarrer l’AtoB peut etre trop »resistant".....
                                      Avec l’AtoB en place l’installation se comportait comme si le jus de l’excitation venait dierctement des batteries....et comme il y a des diodes dans l’AtoB.... Le cablage contact est celui que j’ai decouvert avec le bateau, cablage perkins d’origine..... ?????
                                      Existerait il un autre systeme de cablage de l’excitation,autre que celui, classique ,exposé par « tilikum » loupiote que s’eteint par le retour alternateur.... ?? Le bon sens quand il n’est pas etayé par un peu (beaucoup) de theorie s’epuise vite...
                                      La question de la puissance de cette loupiote reste posée....ainsi que les eventuels dommages que cette jarretiere pourrait causer.....

                                      Répondre à ce message

                                      • 22 septembre 2012 17:06, par Robert écrire     UP     Ce message répond à ...

                                        Si la loupiotte témoin de charge ne s’allume pas en mettant le contact, c’est que le +12V de la clé de contact est pris en amont du AtoB qui a été rajouté et donc que le +12V n’arrive pas sur la clé. Jje ne vois pas d’autre explication.

                                        Test :
                                        Je propose la manip suivante : sur la clé de contact, débrancher le fil d’arrivée du 12V, et brancher un fil volant allant vers le +12V batterie. Si tout redevient normal, la raison est trouvée. Il faut remettre à sa bonne place l’arrivée 12V de la clé de contact.

                                        Répondre à ce message

                                        • 22 septembre 2012 17:20, par aikibu écrire     UP     Ce message répond à ...  image

                                          OK « robert »
                                          Comme je viens de le dire à « tilikum » dans un mois je suis sur place pour faire les manips indiquées...d’autant qu’elles sont à ma portée. nous verrons bien alors ce qu’il adviendra, je vous tiendrai au courant...
                                          Merci encore de cette cooperation de tous sur un sujet si evanescent...

                                          Répondre à ce message

                                        • 22 septembre 2012 17:21, par Robert écrire     UP     Ce message répond à ...

                                          J’ajoute que dans les câblages habituels des motoristes, c’est plausible, car le B+ de l’alternateur va souvent au « + » du démarreur, puis au « + » de la batterie. Si le AtoB a été introduit entre le démarreur et la batterie, et si la clé de contact a été prise sur le « + » du démarreur, on est bien dans le cas de figure que je soupçonne ....

                                          Répondre à ce message

                                          • 22 septembre 2012 17:52, par aikibu écrire     UP     Ce message répond à ...  image

                                            Non, non, je te rassure tout de suite ,je suis bien trop basique pour avoir ces raisonnements compliqués....
                                            J’ai branché l’AtoB directement à la sortie de l’alternateur B+ et à l’entrée des batteries ,exactement comme sur le croquis ....
                                            Je viens juste de me rendre compte que par la jarretiere j’envoie du courant sur l’alternateur mais ses diodes doivent faire leur boulot,ce meme courant alimentant le sterling pour etablir le circuit....
                                            Le B+ du demarreur vient du contacteur + moteur, ouvert au repos ainsi que le -

                                            Répondre à ce message

                                      • 22 septembre 2012 17:06, par tilikum écrire     UP     Ce message répond à ...

                                        En principe, l’alternateur n’a pas besoin de tension sur la borne B+, puisque à l’arrêt on a besoin du négatif qui est récupéré à travers le circuit d’excitation, et du positif qui est alimenté par la clé de contact pour permettre l’allumage de la lampe...

                                        _/)

                                        JPEG

                                        Répondre à ce message

                                  • 22 septembre 2012 16:55, par tilikum écrire     UP     Ce message répond à ...

                                    Le petit machin quadrillé entre le contact et l’excitation de l’alternateur est bien la lampe témoin.....

                                    Oups, désolé, mes vieux yeux n’avaient pas vu... la flemme de changer de lunettes ! :-/

                                    La lampe témoin d’origine devrait être de 2 ou 3 watts, tu peux essayer avec une de 4 ou 5 watts sans problèmes.

                                    La question est maintenant de savoir si cette alimentation « sauvage » peut être préjudiciable au système...

                                    J’avoue ne pas savoir... mais perso, j’éviterais d’instinct de le faire, puisque l’entrée et la sortie du AtoB ne sont pas à la même tension...

                                    Ceux qui peuvent répondre avec certitude sont les techniciens de chez Sterling, je leur ai déjà parlé et écris, ils sont très réactifs.

                                    _/)

                                    Répondre à ce message

                                    • 22 septembre 2012 17:05, par aikibu écrire     UP     Ce message répond à ...  image

                                      Je te remercie de ta demarche, car mon anglais est par trop basique pour soutenir une conversation,surtout sur un sujet technique auquel je suis bien trop etranger...
                                      Dans un mois , si tout va, je serai sur place pour faire l’essai avec une ampoule de 5w....le probleme sera alors peut etre resolu.....
                                      Je crierai alors vive PTP,bien qu’on puisse le dire tout de suite, car meme si ça coince on se sent moins seul devant un fluide qui nous (me )depasse ....
                                      Apparté : sais tu si « Atanahoué » à resolu son probleme de charge de ses batteries... ??

                                      Répondre à ce message

                                    • 23 septembre 2012 12:51, par Robert écrire     UP     Ce message répond à ...

                                      La question est maintenant de savoir si cette alimentation « sauvage » peut être préjudiciable au système...

                                      En attendant de pouvoir la supprimer, je remplacerais la liaison directe par une ampoule 12W-10W environ, ce qui permet à la sortie du AtoB d’avoir une tension différente de l’entrée, sans risque.

                                      Répondre à ce message

                                      • 23 septembre 2012 15:29, par aikibu écrire     UP     Ce message répond à ...  image

                                        OK
                                        « tilikum » me propose une lampe de 5W, et sur le forum quelqu’un deconseille plus fort pour ne pas « surcharger » les diodes alternateur..... ?
                                        Je vais donc d’abord essayer avec 5W le contact jarretiere ouvert puis si rien ne se passe 10W....
                                        Peut etre qu’entre temps, je ne ferai la manip que dans un mois, « tilikum » aura des nouvelles diectement de Sterling, car mon anglais est par trop defaillant pour discuter technique avec eux....
                                        Merci de votre soutient.
                                        Cordialement

                                        Répondre à ce message

                                        • 23 septembre 2012 15:38, par Robert écrire     UP     Ce message répond à ...

                                          On s’est mal compris, je parlais de la jarretière : au lieu de faire en court-circuit temporaire entre l’entrée et la sortie du AtoB, faire une liaison de jarretière avec une ampoule de 10W pour éviter le court circuit potentiellement risqué.

                                          Répondre à ce message

                                          • 23 septembre 2012 20:35, par aikibu écrire     UP     Ce message répond à ...  image

                                            C’est beaucoup plus clair quand on prend le temps de m’expliquer....
                                            Je t"ai compris, maintenant, faut que ça fasse le tour, c’est un peu comme l’ampoule de 5w intercalée sur un multimetre pour eviter les cours circuits....
                                            Je fais l’analogie mais je ne comprends pas vraiment le pourquoi de la chose ...D’ailleurs autrement je n’aurais pas mis la jarretiere, dans mon raisonnement simpliste je ne faisais que contourner les diodes du AtoB....
                                            Cordialement

                                            Répondre à ce message

                                            • 23 septembre 2012 22:48, par tilikum écrire     UP     Ce message répond à ...

                                              Je fais l’analogie mais je ne comprends pas vraiment le pourquoi de la chose ...

                                              C’est très simple : tu veux par exemple mesurer une intensité avec ton multimètre sur calibre 10 A continu, (qui en pratique n’en supporte probablement que 5...) en intercalant en 12 volts une ampoule de 50 watts, ce qui fait un peu plus de 4 A, en cas de court-circuit la lampe va s’allumer sans faire cramer ton multimètre ! ;-)

                                              Lorsque tu es sûr qu’il n’y a ni court-circuit ni surintensité tu peux enlever l’ampoule du circuit pour faire une mesure précise.

                                              _/)

                                              Répondre à ce message

                                              • 24 septembre 2012 11:41, par aikibu écrire     UP     Ce message répond à ...  image

                                                C’est evident, quand c’est expliqué, comme l’oeuf de Colomb....donc si,dans la difficulté de trouver une 50W 12v, on met une 5W et que la fuite est superieure à 0.4A l’ampoule grille à la place du multimetre...alors qu’elle ne fait que s’allumer pour fuite inferieure à 0.4A...
                                                Quel amperage en 12V pour commencer à allumer un ampoule en 220V...je suis paumé dans les ohms.....question theorique mais qui peut, parfois, deboucher sur des solutions pratiques ....

                                                Répondre à ce message

                                                • 24 septembre 2012 11:59, par Négofol écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

                                                  Non, dans une mesure en intensité la lampe est en série et la résistance du filament va donc limiter automatiquement le courant au pire à la valeur correspondant à la lampe alimentée en 12 V directement...
                                                  Soit , dans le cas d’une lampe 5 W : 0.41 A, (en fait probablement une pointe à 3 à 4 A avec le filament froid pendant qq ms) que le multimètre peut supporter.
                                                  L’ampoule ne grillera pas plus que si elle était utilisée pour l’éclairage sur le circuit 12 V.
                                                  Par contre une ampoule 50 W aura une pointe de courant à 40 ou 50 A que le multimètre risque de ne pas aimer, d’autant que les lampes 50W/12V sont souvent des lampes halogènes où ce pic de courant est très marqué.
                                                  5 W est donc un bon choix pour un circuit 12 V (= feu arrière de voiture).

                                                  Répondre à ce message

                                                  • 24 septembre 2012 18:04, par aikibu écrire     UP     Ce message répond à ...  image

                                                    L’ampoule de 5W ne prend donc que ce dont elle a besoin, en fonction d’une resistance, calculée je suppose, pour les 5W....
                                                    Merci de toutes ces « lumieres » sur la chose .....
                                                    On va en rester là, car j’ai encore des tas de questions, mais c’est un cours pratique d’electricité qu’il faudrait dans mon cas, et tu n’en sortirais pas ....
                                                    Merci encore à toi et à tous...... et si tu as des nouvelles de Sterling.......... Pour ma part des que j’aurais fait les differentes manips je vous tiens au « courant »

                                                    Répondre à ce message

                                                  • 25 septembre 2012 02:52, par tilikum écrire     UP     Ce message répond à ...

                                                    Par contre une ampoule 50 W aura une pointe de courant à 40 ou 50 A que le multimètre risque de ne pas aimer, d’autant que les lampes 50W/12V sont souvent des lampes halogènes où ce pic de courant est très marqué.

                                                    Hum... il y a quelques trucs qui échappent à mon neurone survivant :

                                                    • Pour moi, (mais je peux me tromper avec mon bac -4) une ampoule à incandescence se comporte comme une simple résistance...
                                                    • Un moteur électrique je veux bien : on admet en général un pic d’intensité entre 3 et 5 fois l’intensité nominale au démarrage.
                                                    • J’avais une ampoule de 15 watts à l’atelier, je n’ai pas réussi à mesurer une surintensité à l’allumage...
                                                    • De retour au bateau ce soir, j’ai observé le comportement et la conso de mon projecteur à main, constitué d’une lampe « sealed beam » halogène de 250 watts en 24 volts, au standard PAR36, en pratique une ampoule de projecteur d’atterrissage d’avion...
                                                    • La conso mesurée sous 25 volts est de 10 A, autant en marche qu’au démarrage !
                                                    • Il me semble que si cette lampe absorbait 100 A à l’allumage... je devrais le remarquer ?
                                                    • Pour être sûr... je me suis servi de ma pince ampèremétrique CA qui a une fonction de mesure pic d’intensité... rien !
                                                    • Lorsque je me sers de mon guindeau de 1000 watts qui me pompe 50 A au démarrage, je n’ai pas besoin de regarder le voltmètre : je vois distinctement clignoter l’éclairage du bord et mes feux de nav de nuit sans avoir besoin de regarder le voltmètre !

                                                    En pratique... ? :-/

                                                    Ceci dit, s’il est avéré que le phénomène est exact mesuré en microsecondes, , c’est certes intéressant pour la théorie, mais sans le moindre intérêt en pratique... n’est-il pas ?|-)

                                                    _/)

                                                    Répondre à ce message

                                                    • 25 septembre 2012 08:00, par Négofol écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

                                                      Ben non, ce n’est pas des microsecondes mais des dizaines de millisecondes.
                                                      Le phénomène se voit parfaitement avec un scope à mémoire et tous les manuels donnent une surintensité de 10 à 15 fois le nominal au démarrage pour dimensionner les commutateurs.
                                                      Une mesure simple : mesurer la résistance du filament à froid à l’ohmmètre et calculer le I correspondant (V=RI)... Pour une halogène 500 W 230 V, comme ma lampe de chantier, ça fait peur !

                                                      JPEG

                                                      Répondre à ce message

Répondre à cet article

UP

Copyright des logiciels, charte graphique, et images du bandeau supérieur : reproduction interdite sauf autorisation de reproduction de Robert Schirrer