image
image
image

Votre IP : 3.234.245.125
Dernier ajout : 21 février
Visiteurs connectés : 5

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > Forum technique > Le confort à bord -forum- > Une réparation de frigo peu orthodoxe

Rubrique : Le confort à bord -forum-

__________________________________________________________________________________________________________________

Une réparation de frigo peu orthodoxeVersion imprimable de cet article Version imprimable

Publié Novembre 2011, (màj Novembre 2011) par : Peio   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail Inscrit aux forum vous pourriez transmettre cette page à un ami plaisancier

...et pourtant réalisée en Grèce ;-)

J’explique d’abord le contexte :

Haize Egoa (mon fier navire) est équipé depuis 1998 d’un grand frigo composé d’un coffre sur mesure fabriqué en Turquie et d’un groupe froid (compresseur 220V refroidi à l’eau de mer, plus grosse plaque eutectique) de marque CLD Marine installé par votre serviteur, sans l’onduleur dédié qui était à mon goût vendu beaucoup trop cher à l’époque par CLD.

Cet ensemble m’a donné pleine et entière satisfaction pendant 13 ans, jusqu’à cette année où après avoir parcouru les 10 premiers milles de notre croisière, je me suis aperçu que le groupe tournait en continu pour une température de cuve qui ne descendait pas en-dessous de 8°C. Avec ce genre de groupe très gourmand en électricité et qui n’est censé fonctionner que 3h par jour au maximum (pour une température de cuve de 5°C sous la trappe), ce n’était pas viable au mouillage.

Demi-tour, donc, et retour à la marina (Evros SA à Leros) qui, prévenue par téléphone, m’envoie très rapidement son frigoriste.
Diagnostic de l’homme de l’art : il manque un peu de gaz dans le circuit (il ajoute que ce n’est pas surprenant, après 13 ans, puisque d’après lui les pertes se manifestent surtout lorsque le frigo est à l’arrêt et que ces arrêts, parfois de longue durée, sont fréquents sur un bateau. Ce que j’ignorais).
En conséquence, il n’y aurait qu’à remettre un peu de gaz si ce gaz n’était du R22 qui n’est plus commercialisé pour des raisons de trous dans la couche d’ozone. Il est paraît-il encore licite d’utiliser du R22 de récupération, mais plus pour très longtemps. De toutes façons, notre homme n’en a pas. D’après lui, la seule solution serait donc de changer l’ensemble du groupe (compresseur + plaque) pour un ensemble fonctionnant avec un gaz autorisé.
Ca m’embête quand même d’investir plus de 800 Euros pour changer un truc qui fonctionne très bien avec une charge en gaz suffisante. Je me branche donc sur Internet pour voir s’il ne serait pas possible d’utiliser un gaz de substitution. Résultat : c’est possible avec du ISCEON MO 29 (du Pont) à condition de purger complètement le R22 et de changer tous les joints et le décanteur.
Je me précipite donc pour commander une petite bouteille de MO 29 (chez Kontes, ) pour découvrir que... mon frigoriste n’est pas équipé pour effectuer un changement de gaz (il n’a pas de chambre de récupération pour stocker le R22 vidangé).

La solution :

Face à ce coup du sort, retour sur Internet pour demander sur différents forums s’il est possible de compléter une charge de R22 avec du MO 29. La réponse de tous les frigoristes qui veulent bien répondre est un « NON » franc et massif qui appuie le « NON » tout aussi catégorique de mon frigoriste grec. En désespoir de cause, je note la composition du MO 29 (trois gaz), la nature chimique du R22 et vais sur un forum de chimie poser la question de la compatibilité de ces 4 gaz. Réponse d’un chimiste : il ’y a aucune incompatibilité et, pour lui, ces 4 gaz peuvent être mélangés sans crainte d’interaction ou autre.

Mon frigoriste refusant de prendre la responsabilité d’une action aussi sacrilège, il me prêtera son manifold après un petit topo sur la façon de procéder. J’ai donc rajouté quelques dizaines de grammes de MO 29 à mon R22 défaillant en priant pour que le chimiste ne se soit pas trompé.

Eh bien c’est un franc succès : le frigo tourne sans souci avec cet affreux mélange depuis le 15 juin. Au plus fort de l’été, j’étais revenu à mes 3 heures de fonctionnement par jour avec une température de 5° juste sous la trappe. Coût total de l’opération (en dehors des frais de stationnement à la marina) : une centaine d’Euros pour le gaz et son transport, 35 Euros de frigoriste. Et il me reste plus de 4kg de MO 29. Depuis, j’ai acheté un manifold et une sonde de température spéciale et je suis prêt à toute éventualité :-)

Ce message est destiné à tous ceux qui ont encore des vieux frigos : ne vous laissez pas faire par un frigoriste qui vous proposera de tout changer parce qu’un peu de gaz introuvable de nos jours s’en est échappé.

Peio
Haize Egoa

UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

2 Messages de forum

__________________________________________________________________________________________________________________

__________________________________________________________________________________________________________________

  • 2 novembre 2011 16:54, par tilikum écrire     UP

    Hum... c’est en effet peu orthodoxe, pas sûr que le compresseur survive longtemps à ce traitement...

    Les frigoristes consultés ont raison en disant qu’il ne faut jamais mélanger les fluides, je suppose que comme moi ils suivent les recommandations du fabricant : http://www2.dupont.com/Refrigerants...

    Détail important, le R422D doit être chargé uniquement en phase liquide, contrairement au R22 qui peut être chargé aussi bien en phase liquide qu’en phase gazeuse.

    Chez CLD, les derniers groupes commercialisés fonctionnaient au R404A (HFC autorisé), j’en ai une collection de quasiment neufs, débarqués à la demande des proprios, dégoutés du fonctionnement calamiteux aussi bien côté performances énergétiques que de la stabilité en température, due non seulement au principe de fonctionnement mais par l’usage de fausses « plaques eutectiques » !

    Ce n’est sans doute pas pour rien que ces systèmes ont disparus du marché il y a quelques années... :o)

    _/)

    Répondre à ce message

    • Bah, s’il survit deux saisons, ce sera toujours deux saisons de gagnées :-)
      D’ores et déjà, ce sont 6 mois de fonctionnement de gagnés et, pour l’instant, il tourne comme au premier jour et je ne vois pas de raison pour que ça ne continue pas comme ça.
      Bien sûr, j’ai introduit ma petite charge additionnelle en phase liquide, bidon retourné et tuyauterie dûment purgée.

      Pour ce qui est de ces groupes CLD et de leurs plaques eutectiques, nous en avons déjà discuté ailleurs et, bon, je persiste et signe : si je n’achèterais plus ce système aujourd’hui (il est installé depuis 13 ans sur le bateau), je dois dire que j’en suis plutôt content, d’abord parce que jusqu’à cette année, je n’ai jamais eu le moindre souci avec lui alors que des copains en sont, sur la même période, à leur deux- ou troisième installation d’autres marques.

      Certes, ça demande à être géré manuellement lorsqu’on reste plusieurs jours au mouillage : dans ce cas c’est environ 1h de fonctionnement le matin et 1h le soir (pour une température thermostat affichée de -5°) lorsque la température extérieure est de 25-30°, complétés par environ 3/4h vers midi en cas de canicule (température supérieure à 32°).
      Moyennant quoi la plaque eutectique reste gelée en permanence (ainsi, d’ailleurs, que les surgelés que je dispose tout au fond du coffre).
      Quand je dis 1h ou 3/4h, je ne le coupe pas au bout d’une heure : il se coupe tout seul au bout de ce laps de temps pour un thermostat à -5°. Le reste du temps, onduleur et frigo sont éteints (à l’exception du petit ventilo 12V qui tourne 24/24h dans le frigo).
      C’est certes plus astreignant que de laisser un Danfoss se débrouiller tout seul, mais je ne crois pas que ce soit beaucoup plus énergivore. La consommation totale quotidienne demanderait un savant calcul dans la mesure où, pendant l’heure de fonctionnement, la consommation en 12,4V ,(avec l’onduleur et la pompe à eau) passe d’environ 50A à l’allumage pour finir à 20/22A en fin de cycle, en suivant ce que je crois être une courbe exponentielle d’asymptote 20A (lorsque je le remets en route à midi, il démarre à 35/40A) Disons au doigt mouillé que sa consommation moyenne doit s’établir aux environs de 30A/h, ce qui nous donne environ 60A quotidiens s’il ne fait pas trop chaud, 80/85A par temps de canicule avec l’eau de mer à plus de 28°.
      C’est ce que m’indique mon contrôleur de batteries (en pourcentage de la capacité batterie) et c’est aussi à peu près la consommation des copains avec leur Danfoss dans les mêmes conditions climatiques s’ils le laissent tourner jour et nuit. Rien d’extraordinaire, donc...

      Mais, surtout, j’y vois un très très gros avantage sur les Danfoss : il n’y a pas la moindre électronique dans ce système, ce qui explique probablement qu’il ait tourné aussi longtemps sans souci ;-)
      A quai, branché sur le 220V, c’est l’exact pendant d’un bon frigo domestique.

      Peio
      Haize Egoa

      Répondre à ce message

Répondre à cet article

UP

Copyright et informations légales