image
image
image

Votre IP : 3.83.192.109
Dernier ajout : 23 août
Visiteurs connectés : 19

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > Forum technique > L’électricité à bord -forum- > Batteries > Une batterie en proue ?

Rubrique : Batteries

__________________________________________________________________________________________________________________

Une batterie en proue ?Version imprimable de cet article Version imprimable

Publié Septembre 2013, (màj Septembre 2013) par : DahuDeLosMares   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail Inscrit aux forum vous pourriez transmettre cette page à un ami plaisancier

Bonjour,

Comme c´est mon premier sujet, je m´obligerais à une presentation rapide.
Je suis français vivant aux Canaries. Je suis tombé un jour sur un voilier de 12 metres à l´abandon dans une baie du Sud de l´Ile. Et j´ai fait le saut.... Bref, après plus de 3 ans de réforme d´un voilier acier de 12 metres (sans modèle connu), et malgré une grosse affection pour ce bateau, je me demande vraiment si je n´aurais pas du acheter un bateau en état...
Pour ce sujet, le fait qu´il soit en acier semble important.

Ma demande d´aide traite principalement sur 2 points electriques :
Ayant une forte demande d´énergie en proue (Propulseur -3.500 W ???-, Guindeau - 1.000 W- et groupe hydraulique -2.000 W-, il m´a semblé très interessant de monter un deuxième (ou premier suivant la priorité que l´on veut lui donné) groupe de batterie de servitude (j´ai prévu 2 fois 110 Ah).
Mais après un week end (perdu) à naviguer (sur internet), à lire, à essayer de comprendre, je viens de capituler : Je ne suis pas capable voir si réellement cette batterie m´interresse, ni capable de calculer la seccion des cables de charges de cette batteries (avec pratiquement 20 metres aller-retour, les applications de calculs me donnent des seccions de folie).

Et je suis encore moins capable d´appliquer un schema de repartideurs, chargeurs, regulateurs qui soit cohérant avec ces 3 parcs de batterie.
Bref, que j´aurais besoin d´un coup de main de la communauté...

Je pourrais agrémenter mon message par un petit plan et la liste des consommations, mais je ne sais pas si cela est possible.
Merci encore !!!
Sylvain

UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

9 Messages de forum

__________________________________________________________________________________________________________________

__________________________________________________________________________________________________________________

  • 2 septembre 2013 16:43, par DahuDeLosMares écrire     UP

    Je crois qu´avec cette réponse, vous pourrez voir mes 2 illustrations,

    Merci,

    Sylvain

    Répondre à ce message

  • 2 septembre 2013 17:27, par Pil-Poil écrire     UP

    L’usage d’une batterie auxiliaire à l’avant pour le guindeau se discute. Je n’en ai pas (bateau de 12m et guindeau de 1000W) et ça marche très bien avec du câble de 35mm² sur 20m aller-retour.

    Avec ceci http://www.plaisance-pratique.com/c... on calcule 35 mm² est dans la bonne fourchette avec 8% de perte, 20m aller-retour, à 1000W.

    Pour 2000W de groupe hydraulique il faudrait le double et le triple pour 3000W et alors la batterie auxiliaire à l’avant devra être capable de délivrer 200 à 300A durant des temps assez long ce qui ne coule pas de source ! On est alors dans un domaine où l’improvisation n’est plus possible, ni dans l’installation ni dans les choix de composants.

    Question subsidiaire : à quoi sert un groupe hydraulique pour les voiles sur un bateau de 12m ? Cela semble incohérent à première vue . De même le propulseur d’étrave de 3500W peut se discuter également, c’est une « tendance moderne » que la plupart des bateaux anciens de 12m n’ont pas ... et je n’en ai pas non plus :-)

    Répondre à ce message

    • 2 septembre 2013 18:23, par DahuDeLosMares écrire     UP     Ce message répond à ...

      Bonjour Robert,

      Cela me fait plaisir d´avoir une réponse de votre part, vu la quantité de messages instructifs que j´ai lu ce week end dont vous êtes l´auteur.

      La présence de ces 2 gadgets (qui pesent beaucoup en poids et en consommation) sont dus principalement à un refus de ma part de fermer les yeux sur ma vie familiale. Même si je suis marié, je sais que ma passion pour la mer est loin d´être partagée. Et que je dois être autonome si je veux sortir. En solo le plus souvent.
      De plus, ma passion pour la voile est très récente, et mon savoir en est d´autant plus limité.
      Jurassien à la naissance, ce n´est qu´après 40 ans que je suis tombé dans la marmite. Je suis donc loin de me sentir aussi à l´aise que 90 % des membres de Plaisance Pratique.
      Voila pourquoi le propulseur d´etrave (helice de proue en espagnol) est venu troublé l´équilibre de mon tableau de consomation.
      Quand au mat hydraulique, c´est en fait le hasard qui m´a donné envie de le monter. Un ami, lui par contre né marin, avait ce mat sur son bateau. Il ne faisait que m´en vanter les avantages et il me conseilla fortement de faire la même chose sur le mien.
      Malheureusement cet ami est décedé, sans héritier. Et le port où son bateau était en réparation depuis des années a fini para faire détruire son voilier. J´ai alors racheté le mat et l´enrouleur de genois.
      Et dans la même optique des croisières en solo, je pense qu´il m´apportera la même aide, surtout d´ici quelques années, quand les forces baisseront un peu.

      Par contre, je comprend et je respecte votre manière plus pure et plus tradicionnelle que la mienne de voir la voile. Mais j´ai voulu rester pragmatique pour mon premier voilier.

      Sur un voilier acier de cette caracteristique, le pourcentage en poids de cette modification est finalement peu important... Seul le coté electrique me tourmente...

      Merci pour votre intéret, En esperant que vous pourrez continuez à me donner quelques conseils...

      Sylvain

      Répondre à ce message

      • 2 septembre 2013 18:43, par yoruk écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

        même le propulseur d’étrave de 3500W

        Bonsoir, juste un témoignage. Je suis équipé d’un propulseur d’étrave plus léger (2 kw), sur un bateau aussi ancien que celui de Robert ; et de même taille (40 pieds)

        • d’expérience, il y a un fantasme du propulseur d’étrave : celui de rattraper une manœuvre qui merde (pardonnez moi je vous prie... mais c’est le bon mot)
          • En fait on trouve vraiment la pleine utilisation du propulseur, au début de la manœuvre, pour mettre le bateau en ligne... Après c’est la vitesse, ou plus exactement la maitrise de la vitesse donnée au bateau, qui assurera la réussite de la manœuvre...
          • Dans ce cadre, il n’est pas absolument nécessaire d’avoir beaucoup de puissance au propulseur, et surtout de s’en servir trop longtemps. Je connais un bateau qui a brûlé avec ce genre de bêtise...
        • La question de la batterie à l’avant... Pose d’autres problèmes
          • Il faut une batterie de préférence conforme au parc du bateau, pour éviter une complication pénible de l’’entretien et de la charge
          • De toute façon, il faudra tirer deux fils... Alors dans ces condition, j’ai préféré travailler avec la batterie moteur, et alimenter guindeau et propulseur avec du 70², sur 15 m AR, ce qui est un peu short, mais, qui m’incite à ne pas trop tirer sur le propulseur. Avec le guindeau, c’est moins grave, il est moins gourmand (1 kw) et on l’entend fatiguer à l’usage... il est alors temps de mollir.
          • Dans ce cadre, la sécurité consiste bien sur à installer près des consommateurs des fusibles bien calibrés qui assureront la sécurité incendie...

        Michel... pour le peu que je sache ;-)

        Répondre à ce message

        • 2 septembre 2013 22:18, par yvesD écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

          la sécurité consiste bien sur à installer près des consommateurs des fusibles bien calibrés

          Comment ne pas être d’accord, surtout si le remplacement du fusible est affaire de moins d’une minute, car ces trucs là ça grille parfois sur utilisation trop prolongée et toujours au pire moment. Remplacement aisé avec un disjoncteur, aisé aussi si la réserve de fusible existe à proximité immédiate du porte fusible, dans le même esprit que la pinoche accrochée à coté de la vanne.

          JPEG

          Répondre à ce message

        • 3 septembre 2013 16:33, par DahuDeLosMares écrire     UP     Ce message répond à ...

          Merci Yoruk pour ton experience.
          A vrai dire, j´ai bien pensé à tirer 3 paires de cables directement depuis le « centre electrique » du bateau (à coté du compartiement moteur). Et eviter ainsi de rajouter un parc de batterie devant.
          Mais vu que j´ai 3 gros consommateurs en proue (groupe hydraulique, propulseur et guindeau) il m´a semblé plus logique mettre un autre parc.
          Un de mes probleme est que, avec les nouvelles technologies de charge, il semblerait que durant la phase « boost », l´amperage atteigne facilement 80 A. D´où toutes mes interrogations.
          Je pense que je pourrais commencer à resoudre mes doutes si je pouvais partir d´un schéma éléctrique actuel et cohérent d´un voilier avec 3 parcs, régulateurs et chargeurs...
          J´ai bien suivi le fil d´un autre post (un voilier bien équipé), mais je n´arrive pas à l´adapter à mon cas.
          Merci encore. Et bonne après midi,
          Sylvain

          Répondre à ce message

      • 2 septembre 2013 20:21, par Pil-Poil écrire     UP     Ce message répond à ...

        « je comprend et je respecte votre manière plus pure et plus traditionnelle que la mienne de voir la voile »

        Oups, il n’y a pas plus technophile, et moins traditionaliste que moi :-P J’ai gaz, eau chaude, TV et confort de manoeuvre à tous les étages dans mon bateau ... et j’utilise beaucoup mon moteur sans vergogne, le plus souvent seul à bord pour la manoeuvre.

        Mon propos est plutôt de dire que sur un bateau qu’on vient d’acheter :

        • si ces équipements lourds sont déjà en place, il faut « faire avec ».
          - 
        • si ces équipement lourds ne sont pas encore en place, il faut naviguer 1 ou 2 ans avec le bateau avant de songer à les installer.

        L’expérience montre que ce qu’on imagine indispensable au départ ne l’est pas toujours à l’arrivée après 1 ou 2 ans, et inversement des équipements auxquels on n’avait pas pensé s’avèrent indispensables. C’est particulièrement vrai quand on est peu expérimenté. Quand on est à son Nième bateau, bien sûr on sait mieux prévoir ce qui sera indispensable pour soi, sachant que chaque cas est particulier et pas transposable d’une personne à l’autre.

        Répondre à ce message

        • 3 septembre 2013 16:46, par DahuDeLosMares écrire     UP     Ce message répond à ...

          Hahaha,
          Alors je viendrai prendre des renseignements quand je déciderai de mettre un jacuzzi dans le cokpit central...
          Sérieusement, tu as surement tout à fait raison. Et j´aurai préféré pouvoir naviguer pas mal avec mon premier bateau.
          Mais le voilier avait un besoin urgent de réforme (je passe une photo de l´état dans lequel il était à l´achat) et on me laisse utilisé une place dans un atelier équipé, et cela sans frais jusqu´à fin 2013, début 2014.
          Ces 2 raisons m´ont décidé à mettre en oeuvre le maximum de points dès le début...
          Je dois reconnaitre que je ne pensais pas que cette réforme allait être aussi laborieuse...
          Mais j´espère apercevoir la lumière du bout du tunnel d´ici peu...
          Merci
          Sylvain

          JPEG

          Répondre à ce message

Répondre à cet article

UP

Copyright et informations légales