image
image
image

Votre IP : 35.175.180.108
Dernier ajout : 12 novembre
Visiteurs connectés : 9

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > Articles > Mouillages et ports > Turquie > Côte Lycienne > Turquie : passer les 7 caps, sans trop de douleur

Rubrique : Côte Lycienne

__________________________________________________________________________________________________________________

Turquie : passer les 7 caps, sans trop de douleurVersion imprimable de cet article Version imprimable

Publié 19 juin, (màj 20 juin) par : yoruk   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail Inscrit aux forum vous pourriez transmettre cette page à un ami plaisancier

Cet article étant géolocalisé localement, validez OK ci-dessous convient.

Turquie : passer les 7 caps, sans trop de douleur

Télécharger les traces au format GPX et KML (mai 2014 et 2013)

Zip - 97 ko

Liens utiles :

Préambule

Si le meltem est généralement beaucoup plus calme sur cette zone, qu’au cœur de la Mer Égée, il peut pour des raisons locales et topographiques, lever une mer dangereuse. Deux cas :

  • Les 7 caps, en fait entre Kalkan et Karaçaoeren , sur 30 milles sans abris lever une mer extrêmement dure, opposée au contre courant anatolien. Aucun abri
  • Le détroit de Rhodes, entre le NW de l’île de Rhodes, et la côte turque depuis le cap Karaburun (face au SE de Simi) jusqu’à Ciftlik, où le Meltem s’oriente SW et s’oppose au contre courant anatolien. Ici on trouve des abris, mais, remonter au vent, peut devenir une besogne ardue...

1ère étape : de Kas à Kalkan

JPEG - 321.1 ko
  • 14 milles, et aucun danger particulier
  • Un haut fond bien balisé 36 11 39 N 029 28 53 E
  • On peut serrer la cap Ince Br, par beau temps, le haut fond le débordant étant bien visible
  • La passe entre Heybeli Ad. et Saribelen Ad est large et claire
  • Le port de Kalkan, étroit, malaisé et encombré est à éviter, sauf besoins d’approvisionnement
  • Le bon mouillage se trouve au nord de la baie, à Yesilkoy, où l’on trouvera des patches de sable tenant bien par fond de 5 à 10 m. On peut être amené à passer des amarres à terre en cas de surpeuplement de la baie

2ème étape : de Kalkan à Karaçaören

JPEG - 364.6 ko
  • 30 milles exposés sans aucun abri
  • Danger : les hauts fonds fluctuants du fleuve de Patara (l’ancienne Xanthos), qu’il faudra déborder largement
  • La côte des 7 caps est accore, les Gulets turques la serre de près, y trouvant une mer moins forte, probablement un effet de moindre courant
  • Le Meltem souffle plein ouest ici, se renforçant systématiquement en début d’après midi.
    • Opposé au courant, il lève une mer vacharde et vicieuse, la houle rebondissant sur la côte abrupte des 7 caps.
  • Beaucoup d’équipages quittent Yesilkoy avant le lever du jour pour passer les 7 caps avant que le vent ne se lève.
  • On ne trouvera pas d’abri avant Karaçaören, qu’il faudra aborder avec précaution.

- Autres solutions de mouillage, en proximité de Karaçaören : http://www.plaisance-pratique.com/C...

3ème étape : balades au Paradis - La baie de Gocek

JPEG - 343.4 ko

- C’est un paradis, malheureusement très fréquenté. Bien décrits, en particulier sur les zones de restrictions de navigation, voir les liens suivants

- Vents dominants : dépendants de la positions des îles, des goulets, ou des vallées quand elle s’ouvrent sur le large. On trouve des abris partout ce qui limite les problèmes. On peut aussi y subir des orages violents ; probablement la présence du Mont Baba.
- Comme indiqué sur le lien ci dessus, on trouve des restaurants partout, de qualité inégale, mais avec d’excellents choix sur Féthiye et Gocek, où l’on peut trouver un très large approvisionnement
C’est aussi, le lieu où l’on peut tomber en panne... On trouve des chantiers très qualifiés partout
- Enfin, la proximité de l’aéroport international de Dalaman, permet d’embarquer ou de débarquer facilement des passagers. Se souvenir que le meilleur point d’embarquement est à Sarsala, à 10 minutes en taxi de l’aéroport

4éme étape : Golfe de Fethiye - Ciftlik

JPEG - 102.8 ko

- 40 milles
- C’est une étape intermédiaire. Si on veut sortir de Turquie et entrer en Grèce, on peut faire une sortie à Fethiye et une entrée à Rhodes. Il ne faudra pas traîner pour éviter la montée du Meltem dans l’après midi. S’il reste moins violent et surtout avec une mer plus maniable que dans le détroit de Rhodes, ça devient vite une navigation musclée

- L’autre solution pour éviter de se faire trop secouer dans le détroit, est de couper les étapes, en restant en Turquie et en faisant des arrêts à Ekinçik, et Marmaris. De là on pourra le long de la côte turque gagner Ciftlik, Serge Liman, Bozuk Buku et Bozburun, par des petites étapes agréables dans un cadre sortant de l’ordinaire (en particulier Serçe Liman et Bozuk Buku)

- Mais au fruit de l’expérience, en ayant tenté la route directe Fethiye - Bozuk Buku, si par malheur on traine un peu de trop, on se fait ramasser par la mer courte et déferlante du détroit de Rhodes, et on dérive inexorablement vers ... Ciftlik, où l’on arrive rincé, crevé à la tombée de la nuit...

- Alors je trouve préférable de couper directement vers Ciftlik depuis le golfe de Fethiye, évitant une mer confuse et cassante

- L’accès à Ciftlik est clair et sans danger, offrant des option de mouillage ou d’accostage à des pontons restaurants sympathiques. On peut y faire un approvisionnement léger, eau, électricité, wifi, excellente 4G. Et le cadre est superbe.
- liens utiles :

5ème étape Ciftlik - Bozburun

JPEG - 84.8 ko

- 28 milles mais on peut faire des arrêts de rêve : Côte carienne de Karaburun à Marmaris

- D’abord en Quittant Ciftlik, immédiatement : « Byzantine Crique » très mauvais mouillage, sauf si vous avez pu trouver de la place au fond de la ria, ou accroché à la côte sur la face NW
- Puis Serce Liman, que l’on vous encourage à tenter d’entrée à la voile... Nous sommes nombreux à nous être planté... Le cadre est à vous couper le souffle
- Juste à côté : Bozuk Buku... prodigieux.
- le Cap Karaburun face à Simi et enfin Bozburun, que nous aimons... C’est un port de charpentiers... Peu de tourisme clinquant...

- De là vous devriez pouvoir faire une sortie de Turquie (en été), ou gagner directement Datça, où il est pratique de faire son check out. Ce qui signifierait que vous avez raté le golfe d’Orhaniye... Tant pis pour vous... soyez maudits... ou... revenez

- Quelques liens utiles


Quelques photos, merci Robert Curbet

JPEG - 257.2 ko
Mouillage forain à Yesilkoy
JPEG - 289.9 ko
Karaçaören l’île fermant la baie
JPEG - 179 ko
Le Mont Baba... on arrive sur Karaçaören
JPEG - 344.9 ko
Bozuk Buku, la plage de Loryma
JPEG - 357.6 ko
Bozuk Buku, la taverne de Loryma
JPEG - 329.3 ko
Bozuk Buku depuis le site antique de Loryma

- Les 5 photos de Robert... et la mienne, dont je ne suis pas peu fier : notre petit voilier de 7,75 m, vient de doubler les 7 caps, et arrive sur Karaçaören. A tribord, le Mont Baba. Il est 12H10 local, et on a passé les 7 caps, les doigts de pieds en éventail !!!

Le renforcement du vent de la mer, l’après midi, aux 7 caps

UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

3 Messages de forum

__________________________________________________________________________________________________________________

__________________________________________________________________________________________________________________

  • Merci Robert Curbet de ses photos, montrant bien plus qu’un grand discours la beauté de ces sites.

    L’article a été écrit pour aider notre ami Yannis Karyotakis qui découvre cette partie de la Turquie... Pris par le temps, il ne pourra pas tout voir... Or, il reste tellement de choses à découvrir... Que ce soit de petits ports, je pense à Palamut, ou des trésors, dont cette merveille : Cnidos... Et tant d’autres... Ce petit chêne au milieu d’un petit théatre à Sehir Adasi... Théatre voulu par Cléopâtre, qui avait aussi aménagé une plage juste à côté, pour son amant... Antoine...
    C’est fou tout çà !!!

    JPEG

    Répondre à ce message

  • Résurgences d’eau douce

    Sur la photo de Robert Curbet, sur la plage de Loryma, on voit deux ânes (je pense ue ce sont des ânes), les pattes dans la mer, en train de boire.
    Ce ne sont pas des mutants, ils viennent tout simplement boire de l’eau douce, produite par une source d’eau douce résurgente à la limite de la plage

    Répondre à ce message

  • La situation particulière du mont Babadag

    En inclinant l’angle du point de vue sous Google Earth, on voit bien la connexion entre le Babadağ (2000 m) et les 7 caps. C’est le même massif, les pieds dans l’eau au sud et à l’ouest, et bordé de la plaine de Patara (ancienne Xanthos) à l’Est, de très faible altitude. Au nord, un col de très basse altitude (# 200 m) relie Fethiye et la plaine de Patara.

    L’image montre bien le manque d’abri sur les 30 milles entre Yesilkoy (Kalkan) et Karaçaören.

    JPEG

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

UP

Copyright et informations légales