image
image
image

Votre IP : 3.214.184.124
Dernier ajout : 5 décembre
Visiteurs connectés : 16

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > Forum technique > Le confort à bord -forum- > Suppression du pont thermique de passage des tuyaux dans un frigo.

Rubrique : Le confort à bord -forum-

__________________________________________________________________________________________________________________

Suppression du pont thermique de passage des tuyaux dans un frigo.Version imprimable de cet article Version imprimable

Publié Mars 2013, (màj Mars 2013) par : solive  image   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail Inscrit aux forum vous pourriez transmettre cette page à un ami plaisancier

Bonjour,
J’ai bien cherché le site sans trouver de sujet qui m’apporterait une solution. Si un sujet existe déjà, merci de me le communiquer.
Voilà le problème, c’est tout simple :
Un frigo a été construit il y a une vingtaine d’année sur un bateau d’une quarantaine d’année. Construction en CP marine avec une isolation de 7 cms environ.
Le frigo givrait très fort et le changement des joints de la porte (horizontale) n’y a rien fait.
Après inspection, le CP est complètement pourri à l’endroit où passent les tuyaux de cuivre venant et retournant au compresseur (installé dans un placard adjacent).
Je ne pense pas me tromper si je diagnostique une condensation sur du long terme dûe à un pont thermique à cet endroit précis.
Je pense qu’il faut changer le CP , mais comment éviter simplement le pont thermique dans la nouvelle installation ?

J’ai beau me creuser la tête, j’ai toujours une faille dans l’isolation (ne serait-ce que les tuyaux eux-mêmes). Comme je suis certain que vous avez déjà été confrontés à ce problème et encore plus persuadé que vos neurones sont plus nombreux et en meilleur état que les miens, je fais appel à votre expérience collective. Des croquis seraient bienvenus.

UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

18 Messages de forum

__________________________________________________________________________________________________________________

__________________________________________________________________________________________________________________

  • Effectivement, il y a forcément un pont thermique par les tuyaux eux-même, avec de temps en temps de l’humidité à cet endroit.

    Il me semble que si le caisson est en CTP il faut simplement éviter que l’humidité déborde sur le CTP et s’ assurer qu’elle s’écoule dans le frigo sans toucher la paroi et à l’extérieur sans toucher la paroi également.

    Le plus simple me semble être un manchon mousse isolante noire (classique pour tude de cuivre d’eau chaude) enserrant le tuyau de cuivre à l’endroit du passage et débordant de quelques cm à l’extérieur et à l’intérieur du frigo. Cela ne supprime pas le pont par les tuyaux, mais empêche la condensation de couler sur le CTP. Evidemment, le trou de passage dans la paroi sera assez grand pour permettre la mise en place du manchon en mousse sur le tuyau.

    Répondre à ce message

    • C’était à peu près le montage existant. Il a quand même tenu 20 ans. Je pense que c’est la mousse PU de bouchage qui s’est progressivement décomposée dans le placard adjacent.
      A l’intérieur du frigo tout est encore en bon état. L’intérieur est stratifié et les aménagement sont en plastic. La mousse d’isolation est rose uniformément et semble parfaite. Je ne suis pas certain du matériau (rose ?) mais ça ressemble fort à de la mousse PU.
      Le trou est déjà très imposant et l’isolation des tuyaux est effectuée avec un isolant noir et fin en rouleau collant sur lui même.
      Je pense qu’il faut le changer car je ne suis pas certain que ce soit encore vraiment isolant : dimanche, il était encore humide alors que le frigo ne fonctionne plus depuis plusieurs mois !
      Je vais installer de l’isolant en tube et bien faire attention à ce qu’il dépasse de plusieurs centimètres.

      Pour la réparation du CPT, je pense retirer toutes les parties pourries et les remplacer par du KAPA, un composite à âme mousse PU.

      Répondre à ce message

  • As tu pensé à remplacer ton CP par du Forex ? Ca n’a pas l’air inintéressant.

    http://www.hisse-et-oh.com/forums/h...

    Répondre à ce message

    • Bizarrement ( en fouillant les poubelles ;-) ), il y a quelques mois, j’ai découvert le KAPA de 3A composites( fabrication de stands) et ce sont aussi eux qui font le FOREX.
      Des produits techniques qui peuvent être utilisés dans pas mal d’applications marines. J’ai même un moment pensé au DIBOND (toujours chez 3A) ou à l’ALUCOBOND (je viens de découvrir à l’instant que c’est aussi un produit 3A ) pour un bimini rigide.
      Pour le frigo, je pense que le KAPA est mieux adapté pour les frigos car l’âme est en mousse PU et non en PVC comme le FOREX. Par contre, l’aspect structurel est totalement absent du KAPA et le produit ne peux donc pas être utilisé pour remplacer purement et simplement le CPT.
      Pour les réparations que nous envisageons, nous allons certainement virer tout le bois pourri (300cm² environ) et le remplacer par du KAPA (et oui, c’étaient les poubelles du boulot :-)) ) car les qualités structurelles ne sont pas importante pour ce cas précis.

      Répondre à ce message

  • ...mais comment éviter simplement le pont thermique dans la nouvelle installation ?

    En pratique, on ne peut pas éviter le pont thermique de la tubulure de retour entre l’évaporateur et le groupe frigorifique : le tube est en effet obligatoirement plus froid que la température ambiante.

    Par contre, on a le choix entre faire avec sans inconvénients... ou en subir les conséquences.

    La condensation qui produit de l’eau qui nous ennuie vient de l’humidité de l’air... pour l’éviter, il suffit donc de supprimer l’air !

    Le point critique est la traversée de l’isolation, et si l’air ambiant peut pénétrer ce passage, il y aura obligatoirement une production d’eau qui va imbiber l’isolation...

    La parade est très simple : rendre étanche le passage de la tubulure autant côté intérieur du volume qu’à l’extérieur, et même si cette tubulure givre (ce qui est en général le signe d’une surcharge en fluide réfrigérant...) il n’y aura pas de production d’eau de condensation.

    Une installation faite par un pro ne demande qu’un passage de dix à douze millimètres de diamètre, alors qu’avec du matériel « do it yourself », il faudra un passage de 30 à 50 mm... autorisant le passage des raccords dits rapides...

    Mais le principe est le même : l’étanchéité !

    Toujours en pratique, une installation frigorifique correctement chargée ne demande pas obligatoirement l’isolation de la tubulure de retour qui sera certes froide mais ne givrant pas ne produira pas de condensation.

    _/)

    Répondre à ce message

  • Bon, voilà, tout a été fait dans les règles de l’art.
    La même surprise nous attendait au niveau de l’évacuation d’eau : le CP était aussi pourri qu’au passage des tuyaux.
    Mon collègue (et chef) et néanmoins ami m’a surpris avec une drôle d’idée pour « éviter » la condensation sur cette évacuation. Il prône une évacuation « ouverte » sur un petit réservoir. L’eau de condensation, froide, servirait d’isolant... ????
    Je lu ai répété que c’était l’humidité de l’air qui se condensait et que le processus était « extérieur » au système (même si c’est de l’air de l’intérieur du frigo ! oui je sais c’est pas trop clair pour moi non plus, la preuve : je n’arrive pas à l’exprimer clairement :’-)) ) mais rien n’y fait. Nous avons donc laissé le « chantier » en plan (le bateau est au sec et le frigo ne fonctionne pas) en attendant une certitude.

    Je pense que Tilikum pourrait confirmer ou infirmer cette histoire de « réservoir isolant » en argumentant aussi simplement que possible. C’est la seule façon pour moi d’avoir la promotion si désirée dès cette année :-)):-)) ;
    Je rigole, mais j’ai rien compris à ce que Thomas m’a expliqué.... Y a pas d’erreur, il mérite bien d’être le chef :->

    Répondre à ce message

    • Mon collègue (et chef) et néanmoins ami m’a surpris avec une drôle d’idée pour « éviter » la condensation sur cette évacuation. Il prône une évacuation « ouverte » sur un petit réservoir. L’eau de condensation, froide, servirait d’isolant... ????

      Je ne comprends pas ce que veut dire le collègue... :-/

      Il y aura toujours un pont thermique au niveau de l’évacuation des condensats, moins si c’est fabriqué en plastique plutôt qu’en métal.

      Cette évacuation doit être gardée fermée, sinon l’air froid s’écoule dans les fonds, remplacé par de l’air chaud et surtout humide qui accélère la formation de givre sur l’évaporateur.

      On utilise la plupart du temps un bouchon, parfois une vanne à la sortie ou une pompe à pied pour évacuer l’eau.

      Une autre solution s’il y a de la place : un siphon comme pour un évier, ce qui laisse passer l’eau mais pas l’air.

      _/)

      Répondre à ce message

      • Je ne pense pas me tromper en « interprétant » le concept de Thomas comme étant issu de la démarche du syphon.
        Bien sur, c’est expliqué et traduit par des utilisateurs non avertis et ne possédant pas le bon vocabulaire, mais je pense que l’idée est là- sauf que la température de l’eau des condensats n’a rien à voir avec ça :-)) - et que, dans toutes ces élucubrations de profanes, nous avons confondus isolation de l’air et température (le but étant de minimiser la condensation).
        Bref, heureusement que le pro remet de l’ordre dans tout ça et apporte enfin les bonnes raisons pour les bons choix. Merci Tilikum et si je repasse au Marin un de ces jours, je viendrais arroser ça (promo ou pas :-)) ).

        Pour l’installation, c’est Thomas qui verra ce qu’il voudra faire, il a maintenant les bonnes billes pour les bonnes options et comme il n’y a pas trop de place quand même dans le bateau, j’aimerais bien qu’il décide de faire simple.

        Un autre point que j’ai oublié de lui préciser est que la charge de système créer du givre et qu’il faudra donc faire appel à un pro -sauf à employer une recette simple sans outillage spécialisé - pour tester et « vider » un peu le système. Remise à l’eau dans 2 à 3 semaines.
        C’est presque plus rigolo que quand c’était pour mon propre bateau.:-)

        Répondre à ce message

        • Voilà, on a fait simple : une nable avec fermeture, un tuyau, un bouchon au bout du tuyau.
          Le principe du « réservoir » était bien une « déviance personnelle » ;-) du syphon.
          Après mise en route, j’ai remarqué un glouglou très marqué que je n’ai jamais remarqué aussi fort sur d’autres bateaux. Problème de gaz ? Je n’ai pas remarqué quand ça commence, mais le compresseur à l’arrêt ( entre deux démarrages), ça glougloute toujours. Ca vient de l’évaporateur ou de la tuyauterie à l’intérieur du frigo.
          Le compresseur (un danfoss 35) pompe 8 ampères au début et descend à 5 ampères ensuite, fonctionne pendant 3,5 minutes et s’arrête pendant 8 minutes (environ 30 % de marche) ce qui donne un minimum de 40 à 45Ah par jour pour une température de 20° extérieur et .
          Tout ça essayé par 20° sans le refroidissement à eau (bateau toujours au sec) et 4° intérieur, soit 16°de delta.

          Je n’avais pas ce genre de chiffre en tête mais plutôt 6 au démarrage et progressivement jusqu’à 2 pendant 5 à 8 minutes puis redémarrage après 15 à 20 minutes, soit 30 à 35 Ah par jour maxi.

          Je trouve que le compresseur se déclenche souvent mais surtout qu’il consomme beaucoup pour si peu de deltaT. Est-ce que ça peut avoir un rapport avec le glougloutement ? la charge de gaz ?

          Merci de nous« rassurer » sur le glougloutement - qui d’après Thomas existe depuis toujours - et de confirmer que les chiffres sont ou non dans la norme rencontrée habituellement avec cette différence de température..

          Répondre à ce message

          • J’ai eu un frigo domestique qui glougloutait ... mais pas celui du bateau.

            Pour la consommation, elle me semble trop importante si cette mesure a été faite sans ouvrir le frigo.

            Dans mon cas (100 litres, cuve inox, boite en CTP et mousse PU expansée de 5cm environ, compresseur Frigoboat Danfoss w50F neuf, eau à 20-25°C) j’ai mesuré avec le gestionnaire de batterie environ 20Ah (12volts) en 24 heures et un delta T de 15 à 20°C avec le frigo fermé jamais ouvert durant les 24 heures.

            Répondre à ce message

          • 8 ampères pour un BD35, c’est beaucoup trop et juste à la limite de la sécurité interne de surintensité !

            Pour avoir cette consommation, le compresseur est probablement réglé à 3500 t/m avec une résistance de 1500 Ohms dans le circuit du thermostat... les réglages sont expliqués en détails ici : Réglages BD35/50/80F

            Réglé au minimum soit 2000 t/m, il tournera certes plus longtemps à environ 3 A, mais avec un meilleur rendement d’où une consommation moindre sur 24 heures.

            Le glou-glou est normal et si c’est parfois bruyant c’est sans danger. Le bruit qui continue après l’arrêt du compresseur est normal aussi : les pressions s’égalisent, ce qui est indispensable pour permettre au compresseur de redémarrer.

            _/)

            Répondre à ce message

            • Merci pour les réponses. Ca confirme mon impression.
              J’ai aussi lu dans le site de tilikum que le fait d’être trop chargé augmentait la consommation.
              On en avait parlé avant (givre sur les tuyaux)., mais à la remise en route, nous n’avons pas eu le temps de constater si le problème existait toujours.
              En attendant, pour le réglage de la vitesse, nous avons fouillé dans les docs de l’ordinateur et il s’agit d’une résistance sur le bouton du thermostat, à l’intérieur du frigo.
              « IL NE FAUT SURTOUT PAS MODIFIER LE REGLAGE FAIT EN USINE » suivi d’un joli tableau « RESISTANCES DE CONTROLE DE LA VITESSE » donnant les valeurs de résistances correspondant aux vitesses désirées. :’-)) .
              On essaiera tout ça le week end prochain, a commencer par contrôler si le givre se fait aussi sur les tuyaux.

              Répondre à ce message

              • Nous avons repris les mesures :
                Les 8 amps sont juste au démarrage (1 ou 2 secondes), mais ça reste à 5,5 Amps la majeure partie du temps.
                Le frigo a tourné 48 heures environ, seul et vide (le povrecito) et le gestionnaire de batterie, remis à zéro, batteries à 80%, indique une consommation de 82Ah pour les 2 jours.
                Pour moi c’est trop, mais Thomas pense que la température de l’air était élevée (24 à 28° ce WE) et qu’il faut refaire les tests bateaux à l’eau avec la pompe fonctionnant.
                Ca ne fera pas de mal c’est certain et il sera toujours temps de régler la vitesse à ce moment là, mais comme la destination première reste les Caraïbes, avec une eau entre 24 et 28° pour une température de l’air entre 26 et 32°, je ne sais pas si ça fera une grande différence avec ce que nous avons testé.
                Comme il ne veut pas installer de panneaux solaire sur son magnifique bateau classique - et je le comprends - il se prend la tête avec les piles à combustible ou un groupe à poste fixe, mais comme il n’a pas la place, et que.... :-)) . Ca me rappelle bien des choses. Il a encore 2 ans pour être prêt.
                Difficile de trouver le bon compromis quand on change de programme avec un bateau très typé.
                J’ai essayé de le rassurer en lui contant les premiers « plaisanciers » des années 70 mais je ne pense pas l’avoir convaincu sur cette vision du voyage :’-( .
                Mise à l’eau retardée dans un gros mois.
                J’essaye de vous tenir au courant si je suis encore sur place.

                Répondre à ce message

Répondre à cet article

UP

Copyright et informations légales