image
image
image

Votre IP : 54.174.51.80
Dernier ajout : 27 juin
Visiteurs connectés : 14

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > Articles > Mouillages et ports > Grèce > Mouillages et ports en mer Egée > Santorin

Rubrique : Mouillages et ports en mer Egée

__________________________________________________________________________________________________________________

SantorinVersion imprimable de cet article Version imprimable

Publié 16 mars, (màj 16 mars) par : yoruk   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail Inscrit aux forum vous pourriez transmettre cette page à un ami plaisancier

Cet article étant géolocalisé localement, validez OK ci-dessous convient.

“Grèce”/Mer Égée/Santorin

Santorin

  1. Approche
  2. Mouillages et ports
    1. Oa
    2. Thirasia
    3. Skala Thira
    4. Athinios Thira
  3. Les Kameni
    1. Baie d’Erinia
    2. Ag Nikolaos
    3. Les petites criques de la face SE
    4. Les mouillages du Sud
  4. Monolithos
  5. Ports et mouillages de la côte SW
  6. Marina de Vlikadha
    1. données techniques, l’approche
    2. données techniques, les passes et le port
    3. données techniques et le soliloque du pilotin
    4. données techniques et les hauteurs d’eau
  7. Réparation, entretien et services
  8. Ambiance
  9. Histoire et culture
  10. liens utiles


Approche

  • Claire, mais il faudra gérer les hauts fonds bordant le cap Exomytis au sud
  • Grande île, le sommet du mont Profitis Elias et ses 500 m s’identifie de loin.
  • Peu ou pas de port, peu de possibilités de mouillage
    • Au sud, la petite marina de Vlikadha, très encombrée et s’ensablant régulièrement. Il faudra vérifier si le dragage d’acccès est bien réalisé
    • Toujours au sud, en mouillage forain, bien protégé du Meltem, mais souvent rouleurs, les mouillages forains entre Vlikadha et le Cap Akrotiri
    • Dans la caldera quelques possibilités sur les Kameni, Thirasia, et Oïa, mais vite très encombrés en été.
  • Il faudra gérer le manque d’abris et la situation météorologique, ouvert à tous les vents, avec un fetch conséquent, on y trouve rapidement une mer dure
  • Rade de sécurité la plus proche : île d’Ios à 15 milles au nord :
    • tout temps, le port de Ios
    • par vents dominant en été : les mouillages, en proximité de la baie de Ios : Koumbaras et Milopotamos, et au sud Manganari et Tris Klises
Situation
  • Coordonnées géodésiques
    • Entre Oïa et Thirasia : 36 27 52.14 N 025 21 19.16 E
    • Entre Cap Akrotiri et l’îlot Aspro Nisi : 36 23 21.84 N 025 19 52.86 E
  • Origine de la carte : GR.HNHS,graph, (4235)
  • VHF : 16, mais pas de veille portuaire
  • Autre orthographes : Thira, Thera, Psira, Santorini.
  • Traces : pas de trace récente

Mouillages et ports


Préambule : en saison (de juin à septembre), vous n’aurez pratiquement aucune chance de trouver une place, que ce soit dans la petite marina mal commode de Vlikadha, aux pontons de Thirasia, aux quelques bouées de Oïa, au petit quai de Néa Kameni, ou au quai de Thira aux pieds du funiculaire. Dans la caldera le petit port d’Athinios est exclusivement réservé à la marine marchande (cargos et ferries)

Le diaporama, ci-contre, indique avec photos, plans, copies d’écrans Google Earth, le détail de différentes possibilités de mouillages. Les deux dernières photos montrent la petite marina de Vlikadha, mais, datant de 2002 elles montrent juste un paradis perdu. Aujourd’hui, surbookée elles est devenue la chasse gardée de locaux et de catamarans de croisière. La vidéo peut se lire plein écran. Comme d’habitude, faire « Echap » pour sortir du mode. Pour les lecteurs enregistrant l’article, il est possible de télécharger le dossier de ces plans et images, ci dessous. Il suffira de le décompresser

Zip - 3.9 Mo


Oïa
  • Spectaculaire, mais très limité en places
  • Très peu d’eau, ou tout de suite de trop grandes profondeurs.
  • Le petit quai ne permet que l’embarquement des annexes ou des petits bateaux de promenade
    • Les locaux ont installé des corps mort jalousement réservés. Je connais des gens qui ont pu s’y mettre hors saison.
    • Le mouillage est bien protégé du Meltem, mais ouvert et vite intenable de SW à SE.

Retour à la liste

Thirasia
  • Quelques petits appontements toujours occupés
  • Beaucoup de profondeur, très vite inopérable. Les locaux ont installés quelques bouées qu’ils se réservent
  • Par très beau temps, j’ai vu un bateau passer des amarres à terre sur la zone de haut fond au sud de l’anse Ag Nokolaos, sans savoir s’ils étaient mouillés sur ancre (auquel cas, il faut impérativement oringuer) ou accrichés à un corps mort
  • Par fort Meltem, les appontements sont les meilleurs emplacements de la Caldeira


Skala Thira
JPEG - 43.5 ko
Skala Thira mai/juin 1987
  • Le rêve... Je l’ai connu en 1987... On venait passer une aussière à une bouée mouillée à 70 m au large, par 40 mètres de fond, puis deux amarres à terre, sur le prolongement du petit port de barques. Çà allait si on était seul, à deux bateaux, on s’organisait, à trois, il y en avait un de prisonnier au milieu, à une dizaine, ça devenait plaisant à contempler et très vite bordélique
  • Aujourd’hui, la bouée est donnée pour désaffectée, et de toute façons, le quai est complètement colonisé par les bateaux de promenade, assurant la visite des Kameni, le cœur chaud du volcan.
  • Peu d’avis fiables sur la possibilité d’y accoster (ma dernière visite remonte à 2007). Néanmoins
    • CuisersWiki indique deux bouées utilisables, mais la mise à jour n’est pas récente
    • Rod Heikell la donne utilisable, mais lui aussi ne semble pas à jour (11ème édition 2011)
    • Sea Seek montre une bouée, mais la prétend inutilisable, colonisée par les locaux
    • Guide Méditerranée, donne la bouée pour inutilisable, mais le commentaire date de 2007.
    • Noonsite, comme souvent n’indique que des ragots...

Retour à la liste


Athinios Thira
  • C’est le petit port commercial de l’île, réservé au trafic marchand et au transfert de passagers
  • Les abords ne sont pas donnés comme sains par Rod Heikell, qui recommande de venir faire une reconnaissance avec le dinghy en cas de besoin
  • L’approche se soigne, ne serait ce qu’à cause du trafic des bateaux à grande vitesse
  • Très exposé au meltem
JPEG - 32 ko
JPEG - 17.5 ko
JPEG - 31.3 ko
JPEG - 26.8 ko


Les Kameni


Groupe d’îlots, provenant de la résurgence active de l’activité volcanique, sa forme, ses fonds sont en permanente évolution. À la suite de la puissante éruption survenue vers 1600 av. J.-C., le centre le l’île de Santorin s’effondre et est complètement immergé. La roche en fusion restée au centre du volcan sous-marin remonte progressivement par épisode au centre de la caldeira [1]

  • Dès l’an 46 l’île de Paléa Kaméni commence à se former (n° 7 sur le plan)
  • Entre 1570 et 1573 un second îlot se forme au NE de Paléa Kameni, dans la baie d’Erinia, à l’emplacement du débarcadère nord actuel. On le nommera Mikri Kaméni C’est le N° 1 sur le plan
  • Entre 1707 et 1710, se forme une seconde île beaucoup plus importante qui prend le nom de Néa Kaméni. Elle se situe à l’ouest de Mikri Kaméni. Un bras de mer de quelques dizaines de mètres sépare alors les deux îles.
  • Entre 1866 et 1870, Néa Kaméni s’agrandit en triplant sa superficie par de nouvelles terres qui ont émergé au sud.
  • Les éruptions de 1925 à 1928 ajoutent à l’île des terres supplémentaires au nord-est. L’îlot initial de Mikri Kaméni est alors rattaché au reste de l’île. (n° 2 à 6 sur le plan)
  • Entre 1939 et 1941, quelques rochers de lave s’ajoutent à l’ouest de l’île.
  • La dernière éruption de 1950 n’a guère modifié la superficie de l’île. Les laves de Liasika situées au centre de l’île en sont le témoignage.

Actuellement, Nea Kameni culminant à 150 mètres d’altitude est couronnée par un cratère. Sortie de la mer en 1707, elle a fusionné avec l’îlot de Mikri Kaméni entre 1866 et 1870, ce qui en fait la plus récente île de Méditerranée. [2]

Retour à la liste


Les mouillages de grand beau temps sur les Kaméni

Baie d’Erinia n°1 sur le plan
  • Au nord, très exposé au meltem, c’était le premier appontement créé sur les Kaméni. Deux quais ;
    • un petit quai en dur plein sud de de l’anse, au milieu. On le nomme « Ferry dock ».
    • A l’ouest est installée une passerelles, un peu mieux protégée du Meltem, où l’on peut venir alongside.

Inutilisable dans la journée du fait du trafic des bateaux de promenades venant de Skala Thira, il doit être possible d’espérer une place à la tombée de la nuit.
Il faudra penser à dégager le matin de bonne heure

JPEG - 24.3 ko
1) Baie d’Erinia par Google Earth
JPEG - 38.1 ko
La fréquentation touristique


Ag Nikolaos, anse SE Kakaki n°5 sur le plan

Sur la façade Est de Néa Kaméni, un petit quai, bien protégé du Meltem. c’est le meilleur mouillage des Kameni.

  • Colonisé comme Erinia par les bateaux à passagers, il ne faudra pas compter pouvoir se faire une place dans la journée
    • Il faut parer une épave dangereuse dans l’angle SW de la crique
    • On peut aussi passer des aussières à terre sur la face Nord, en mouillant sur des fonds de roche de +/- 10 mètres. Il faudra impérativement oringuer
    • Rod Heikell recommande de se méfier des rats, mais, c’est une lubie, chez lui
JPEG - 110 ko
5) crique Kakaki par Google Earth
JPEG - 51.8 ko
La crique vue de Laorana sept 2007


Les petites criques de la face SE de Nea Kameni n° 2/3/4 sur le plan
De nombreuses petites criques offre un abri précaire, de toute façon envahies par les bateaux promenade de Skala Thira, entre autres, c’est aussi un but de navigation pour les catamarans touristiques de Vlikadha.

JPEG - 129.1 ko
2) petite crique du NE
JPEG - 116.2 ko
3) crique du milieu
JPEG - 117.7 ko
4) crique nord de Kakaki
JPEG - 45 ko
Pollution touristique


Les mouillages du Sud n° 6 et 7 sur le plan

Loin de tout, mais, il y a quelques avantages, dont une bonne protection du Meltem, on compte plusieurs solutions de mouillage,dont ceux situés dans le détroit mal pavé entre Néa et Paléa Kaméni,.toutes acrobatiques, et il faudra systématiquement oringuer.

JPEG - 120.2 ko
6) mouillage improbable au sud
JPEG - 128.9 ko
Débouché sud entre Paléa et Néa
JPEG - 119.9 ko
7) Paléa Kaméni
JPEG - 55.2 ko
la chapelle de paléa

Les ports et mouillages extérieurs à la Caldeira

Monolithos
  • Ce port est un faux ami, au NE de Thira, très exposé à la houle habituelle du Meltem, soit directement, soit par réflexion, il s’ensable. Le seul avantage éventuel serait sa proximité avec l’aéroport, pour récupérer des équipiers.
  • Rod Heikell dans sa 11ème édtion (2011) donne 3 mètres d’eau à l’extrémité du brise lame NE, ce qui semble aujourd’hui obsolète.
  • Rade la plus sûre :
    • Ios à 15 milles, mais NW, il faudra remonter au vent dans le meltem !!!
    • La côte protégée du meltem, au SW de Thira, à 10 milles, au portant, mais... il faudra arrondir largement le cap Exomytis
JPEG - 32.5 ko
Monolihos vue GE
JPEG - 14 ko
C-Map à jour, voir l’ensablement
JPEG - 29.8 ko
Monolithos, le port des barques
JPEG - 26.6 ko
Monolithos, meltem habituel

Retour à la liste

Ports et mouillages de la côte SW


On trouve d’excellents mouillages au SW de Santorin, avec tous la même spécificité

  • On est loin de tout, sauf pour la visite du site d’Akrotiri
  • Si ces mouillages sont bien protégés du vent dominant en été (meltem), ils deviennent vite intenables par vent de sud
  • La présence de nombreux blocs de pierre, sur des fonds de sable de bonne tenue, impose d’oringuer
  • La colonisation de la marina de Vlichadha par de très nombreux catamarans touristiques, pollue vite la sérénité du lieu. La viabilisation routière des accès, n’arrange rien
  • Seuls point de mouillage forain fiable de tout l’île, à la tombée de la nuit, on pourra se trouver très encombrés.
  • Ouvert au large, ces mouillages restent très rouleurs, même la nuit
  • 3 zones de mouillage et une marina
    • N°1 Ormos Mavro (la plage noire), tout de suite à l’Est du cap Akrotiri, on trouve une grande baie avec les bonnes profondeurs
    • N°2 Ormos Kokkino (la plage rouge), juste après, plus petite, avec les mêmes caractéristiques, aggravé de la viabilisation d’une route d’accès. L’après midi, c’est la concorde.
    • N°3 Ormos Akrotiri , à 3 milles dans l’E/SE du cap éponyme, une belle plage proche du du site des fouille d’Akrotiri. C’est le meilleur emplacement pour visiter le site. Laissez du monde à bord, par sécurité.
    • N°4 la Marina de Vlichadha, juste avant le cap Exomyti, sur les ruine du port millénaire d’Akrotiri dont il faudra parer les vestiges... Traité, à part, ci dessous

Retour à la liste

Marina de Vlikadha
Construite sur l’emplacement du port minoen tri millénaire d’Akrotiri, et mise en place au début des années 2.000, elle tranche par l’originalité de sa conception. A l’intérieur d’un brise lame ouvert au SE et potégé de ce côté par les restes du port antique, ils ont dessiné deux jetées de forme ronde, ouvertes au SW. C’est joli, mais... totalement mal commode.
Conçu pour les pêcheurs locaux, très vite ce don du ciel (en fait, la communauté européenne) a été détourné au profit de catamarans pratiquant les promenades à la journée. C’est le seul port utilisable pour cet écrin touristique que représente Santorin. La manne financière est conséquente, et au résultat il faudra pratiquement faire le coup de poing pour y trouver une place.
Sur la vidéo, ci jointe, le plan d’accès au port, des photos de ces fameux catamarans (il y en aurait plus d’une vingtaine), l’encombrement du port actuellement, des photos prises par Laorana en 2007, et par notre petit Fantasia, en 2002. On peut mesurer l’évolution. Sur la dernière photo, on peut voir les vestiges du môle antique, il a entre 3 et 4000 ans !!!

Marina Vlikadia, les données techniques, l’approche

JPEG - 289.5 ko
  • L’approche se soigne et elle sera à différer par vents et mer forte de secteur sud (de SE à SW).
  • En venant du sud, il faudra parer les restes du môle antique, donné comme balisé par les cartes Navionics, mais signalée parfois absente. Rod Heikell indique un alignement passant par une approche au 45° sur la base de la partie bétonnée du quai (à son jonction avec l’enrochement) aligné sur un grand hôtel blanc à terre.
    • Quoiqu’on fasse, il vaudra mieux tirer vers ce point de jonction entre le môle bétonné et sa partie empierrée, à environ la moitié de ce môle extérieur.
    • On aura là, alors, paré de façon certaine les vestiges du môle antique, et on pourra faire route au SE vers les passes en longeant l’empierrement, sur des fonds sains avec 4 à 5 mètres d’eau
  • Venant du NW, il faudra parer des hauts fonds débordant sur 500 m vers le SW la partie NW du port. Ce sont peut être des restes du port antique. On peut s’appuyer sur un amer remarquable, une grande cheminée d’usine, que l’on relève au 40° pour avoir l’axe des hauts fonds. Une fois débordé, c’est clair on peut faire route sur les passes.

Retour à la liste

Marina Vlikadia, les données techniques, les passes et le port

  • Si on s’en tient à la cartographie Navionics, ci contre et à jour (mars 2019), les passes proposent plus de 2 m de profondeur, enserrant plutôt la partie nord du chenal compris entre le môle brise lame extérieur et le môle ceinturant la chambre principale du port.
  • C’est aussi ce que décrivent les utilisateurs des Navionics dans l’application Boating HD
  • C’est ce que disent aussi les commentaires de CruisersWiki, et Sea Seek, qui corrige d’un commentaire anglo saxon : « Less then 1.7m in the entrance, very dangerous. Need to be dragged »
  • Le guide de Méditerranée dit tout et son contraire
  • Rod Heikell ne se mouille pas et annonce un haut fond de 1,6 m dans le chenal, suivi d’un avis sur les dragages du chenal libérant entre 2 et 3 m d’eau.

bref, un boxon, et boxon aggravé par la colonisation du port par 25 grands catamarans de promenade touristiques, aux quels s’ajoutent les pêcheurs locaux, qui tous comptes faits, sont chez eux. Au final, pratiquement aucune chance d’y trouver une place

JPEG - 72.4 ko

Marina Vlikadia, les données techniques et le soliloque du pilotin

  • Avril 2002, nous tentons de découvrir cette marina, qui venait de s’ouvrir. Chanceux, nous avions décidé de faire de nuit, la route depuis la Crète, ce qui nous a permis d’arriver au lever du jour, avec une bonne lumière pour trouver les passes et scruter les fonds. Une fois sur place, j’avais établi des relèvements et recherché des amers. Ce sont ces travaux qui ont servi à ce qui suit, mis à jours avec les moyens de Google Earth et Google Maps.

Amers et construction des lieux :

  • 4 amers
    • A1 36°20’20.24« N 25°25’56.43 »E
    • A2 36°20’09.40« N 25°26’1.59 »E
    • A3 36°20’15.05« N 25°26’9.05 »E
    • A4 36°20’05.80« N 25°26’7.97 »E
  • 2 Points tournants
    • PT1 36°19’55.57« N 25°26’0.07 »E
    • PT2 36°20’6.25« N 25°25’55.70 »E
JPEG - 92 ko
  • définitions (visu 1987/1988/1991/1998/2002/2007, contrôle Google Earth 2019)
    • A1 : amer donné par une cheminée d’usine qui se remarque
    • A2 : amer donné par la jonction de l’empierrement du môle extérieur avec sa partie bétonnée
    • A3 : amer donné par la taverne bleu Dimitri, juste sur la falaise, face au port
    • A4 : amer donné par l’extrémité Est de l’empierrement du môle extérieur
    • PT1 : point tournant, extrémité W des ruines du môle sud, antique : la route libre est donnée par un relèvement vrai de A1 > au 355°
    • PT2 : point tournant, extrémité sud des ruines du môle nord, antique : la route libre est donnée par un relèvement de A2 < 50°
    • PT2 sur A1 donne l’axe des ruines mal pavées du môle antique au 2°, à # 400 m de la côte sur cet axe
JPEG - 36 ko
A1 Cheminée
JPEG - 37.5 ko
A2 angle môle
JPEG - 72.8 ko
A4 extrémité môle
JPEG - 86.3 ko
A3 taverne bleu
JPEG - 44.1 ko
A3 taverne bleu
JPEG - 48.5 ko
A3 taverne bleu

Retour à la liste

Marina Vlikadia, les données techniques et les hauteurs d’eau


Le garder en tête, mais même avec un pied de pilote affiné à la hauteur de nos espoirs, des éléments peuvent perturber nos calculs. C’est ce qui est arrivé à un ami dans les passes de Vlikadha. Bien équipé, expérimenté, doté d’un excellent logiciel ScanNav, d’une carte Navionics à jour et d’un sondeur bien étalonné, bien que calant juste un peu moins de 2 mètres, il s’est planté quand même (sans casse) dans le chenal. Que s’était il passé ??? En fait, et ça tombait mal, c’était marée basse. Une marée en Méditerranée, on ne s’en occupe jamais, mais quand c’est pointu comme dans ces passes, mieux vaut y penser. Voir sa trace et l’affichage des 30 cm de marnage.
En France, les cartes de marine ont pour référence le niveau moyen de la Méditerranée mesuré par le marégraphe de Marseille mais Le SHOM calcule le zéro hydrographique des marées au niveau le plus bas https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Z%C..., mais pas tous les services hydrographiques nationaux. Or, Navionics ne livre pas ses sources. On peut donc trouver un décalage entre le zéro des cartes et le zéro du calcul des hauteurs d’eau. Ce ne sera pas énorme, mais suffisant pour qu’il manque quelques centimètres sous la quille.
En fait, la véritable influence aurait plutôt joué sur l’intérêt de se présenter à marée haute : 30 cm qui peuvent changer la donne [3]

La trace montre aussi un risque fréquent, quand l’attention du skipper a été perturbée et qu’il faut remettre de l’ordre dans le bateau, et la navigation. Après son déséchouage, en cherchant un pont de mouillage forain vers Akrotiri, c’est son alarme de sondeur qui l’a prévenu d’un problème. Petite difficulté réglée par un léger changement de cap… bravo…

Retour à la liste

Réparation, entretien et services

Réparation, entretien et services
  • Peu de choses ici, en cas d’urgence, il est possible de se faire dépanner à Vlikadha, encore faut il y trouver de la place. On peut joindre le patron de la taverne bleu qui domine la marina, ils sont attentifs et de bon conseil
  • Wifi aléatoire dans le port, mais bonnes possibilités avec les bars et restaurants
  • Bonne réception 4G (Cosmote de préférence)
  • Eau (présumée non potable), carburant au quai, avec le problème habituel de place à quai, mini market en saison dans la marina
  • Autorités portuaires inexistantes... Sauf en cas de problème avec les catamarans de tourisme !!!
  • Location de scooters facile. Là, voir Dimitris ou joindre Perisa tout proche (3 km) à pieds ou service de bus, entre autres
  • Ferries et liaisons aériennes
    • Aéroport de Santorin vol domestiques toute l’année vers Athènes, couverture mondiale en été
    • Ferries
    • les liaisons ferries régulières vers Ios. ce sera malheureusement le cas si vous ne trouvez pas de place à Vlikadha. On peut laisser son bateau en sécurité à Ios, Il faudra juste penser à bien l’écarter du quai, en relevant votre passerelle, les ferries lèvent un vague d’étrave redoutable à Ios.
Avitaillement

Tout ce qu’on veut, à condition de trouver une place à quai. Par précaution, mieux vaut arriver avec tous les pleins faits, y compris ceux de la nourriture.
Retour à la liste

Ambiance

C’est vraiment un cadre phénoménal... Malheureusement trop et mal fréquenté en été. Skalla Thira est en particulier très atteint par le tourisme de masse. Si vous pouvez louer un scooter depuis Vlikadha et hors saison, profitez du spectacle exceptionnel de la caldeira au couchant depuis Oïa, resté lui peu atteint.
Et si vous le pouvez, sans pression, sans trop de monde, vous laisser dériver dans la caldeira, au cœur du volcan, vous bénéficierez d’une aventure unique. Pour mémoire, en 1987, nous arrivions de Ios, tôt le matin, avec un petit voilier allemand, environ 8 mètres, moteur hors bord, un jeune couple et leur bébé faisait avancer leur bateau à la godille, totalement sous le charme

JPEG - 160.8 ko
0ïa depuis la caldeira au coucher du soleil

Retour à la liste

Histoire et culture

Alors... l’histoire et la culture, ici, je ne vais pas y mettre mon grain de sel. Vous trouverez à suivre des liens bien documentés. Juste, cependant un rappel basique d’un miracle. Il y a encore peu, personne ou si peu de monde ne se souciait de ce qui était considéré comme une curiosité géologique. Puis un grec, cultivé, curieux et ingénieux y a trouvé un fil reliant Thira à Knossos... Bingo, Spyridon Marinatos entrait dans l’histoire

Mais, au préalable, en 1867, une entreprise de bâtiment française exploitait la pierre ponce et la pouzzolane sur Santorin, pour la construction du canal de Suez. Ferdinand André Fouqué, le géologue de l’entreprise, trouva et enregistra des restes de murs et des tessons préhistoriques dans une vallée au-dessous d’Akrotiri. Il émit pour la première fois la thèse d’une culture enfouie sous les projections d’un volcan.

JPEG - 908.4 ko
Femme en robe courte (extrait des « cueilleuses de safran »)

L’archéologue grec né en 1901 Spyridon Marinatos a analysé en 1939 les couches de roche des fouilles d’une villa à Amnissos, près de Cnossos en Crète. Il est le premier à énoncer la thèse que les pierres ponces pourraient provenir d’une éruption du volcan de Santorin, et que la civilisation minoenne en Crète aurait pu être éradiquée par un tsunami provoqué par cette éruption. Il a vu dans cette catastrophe l’origine de la légende de l’Atlantide. Les déductions de Marinatos ont d’abord été accueillies avec scepticisme dans le monde professionnel.
Près de 30 ans plus tard, après la Seconde Guerre mondiale et la guerre civile grecque, Marinatos a eu la possibilité de rechercher des preuves de sa thèse au moyen de fouilles systématiques. Le 25 mai 1967, le premier coup de pioche fut donné sur le site actuel des fouilles. Il avait choisi l’endroit, selon les indications trouvées dans les auteurs antiques Strabon et Pindare, d’une agglomération sur une côte plate, parce que la couche de pierre ponce était là, en raison de l’érosion, particulièrement mince, 15 m maximum, et que la côte sud de Santorin était la plus proche des centres culturels supposés de Crète.
Dès la première campagne de fouilles, les résultats furent spectaculaires. Marinatos et son équipe trouvèrent une ville de l’âge du bronze, qui se rapprochait de la civilisation minoenne d’après les exemples crétois connus, mais qui montrait ses caractères propres. Une éruption volcanique avait anéanti la ville d’un seul coup, en la conservant sous des couches de pierre ponce et de cendres
Le 1er octobre 1974, Marinatos se tua par accident sur le terrain de fouilles : il tomba d’un mur qui s’effondrait. Marinatos fut enterré sur place, et une stèle rappelle son souvenir. Les fouilles d’Akrotiri ne furent interrompues par sa mort que brièvement, et elles sont jusqu’à maintenant dirigées par son assistant d’alors, Christos Doumas, également professeur d’archéologie à l’université d’Athènes. Le succès des fouilles d’Akrotiri n’a pas été diminué par le décès malheureux de Spyridon Marinatos. Mais sa thèse sur l’anéantissement de la civilisation minoenne par l’éruption du Santorin s’est effondrée sur la base de fouilles ultérieures à Cnossos
Néanmoins, le rapprochement entre les deux civilisations ne pouvait se faire qu’à partir d’un port fiable, et sur Thira, même bouleversé par l’éruption, un seul site permettait d’établir des relations maritimes, et c’était (et c’est toujours) Le port antique de Vlikadha.

Retour à la liste



liens utiles


Remerciements

  • Marie France, Esther, Armelle, mon équipage féminin (ma femme, ma fille, ma nièce) depuis 1986
  • Alain, mon frère, pour ses photos
  • Robert Curbet, qui a eu l’élégance de planter son bateau dans les passes de Vlikadha, rien que pour nous montrer pourquoi, on pouvait s’y planter

sy Laorana à Riposto mars 2019


[1] voir Wikipedia ref : https://fr.wikipedia.org/wiki/N%C3%...

[2] Voir ref : http://dictionnaire.sensagent.lepar...

[3] Note de bas de page sur les références du SHOM : un correcteur attentif, me signale que le SHOM ne prend comme référence que 2 ports ; Paphos pour une partie des Cyclades, le Dodécannèse, le Bosphore et la Mer Noire, Durres (en Croatie) pour tout le reste de la Mer Egée y compris le nord. Et pourtant les hauteurs d’eau du SHOM à l’heure signalée correspondent bien à la hauteur d’eau de la trace Il applique donc avec des corrections de la hauteur d’eau au même moment à Paphos, malgré l’éloignement du port de référence.
Il est possible que le logiciel recalcule la référence en considérant Santorin comme un établissement secondaire. On n’en sait rien, et de toutes façons les déductions sur l’heure, et le lieu seront perturbées par les interférences des marées barométriques et éoliennes, avec un delta pouvant dépasser un demi mètre.

UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

1 Message

__________________________________________________________________________________________________________________

__________________________________________________________________________________________________________________

Répondre à cet article

UP

Copyright et informations légales